Semaine 2 : L’éthique des professionnels en TI Flashcards Preview

Les enjeux éthiques, légaux et sociétaux des technologies de l’information. > Semaine 2 : L’éthique des professionnels en TI > Flashcards

Flashcards in Semaine 2 : L’éthique des professionnels en TI Deck (12):
1

Quel contrat social est la base du professionnalisme en TI?

Une entente morale entre le professionnel en TI et la société, basée sur la réciprocité.

En effet, ce contrat social n’est pas une obligation juridique tangible. Il s’agit plutôt d’une entente implicite selon laquelle le professionnel en TI doit faire preuve de responsabilité et de compétence, en échange de la reconnaissance sociale de cette profession.

2

Comment peut-on définir le professionnalisme?

Le professionnalisme caractérise la qualité du travail de quelqu'un ayant de l'expérience. Le professionnalisme est la capacité à assurer un engagement envers la société et à répondre à ses attentes.

3

À quoi sert la gouvernance des TI?

a) À accroître la performance des processus informatiques et à développer les solutions et les compétences en TI, dont l’organisation aura besoin dans le futur.
b) À développer la transparence d’action.
c) À garantir que les risques liés au système d’information sont sous contrôle.

4

Comment peut-on définir la gouvernance des TI?

Comme un processus de gestion fondé sur l’utilisation de bonnes pratiques.

En effet, la gouvernance des TI est un processus de gestion qui comprend la définition des responsabilités et des tâches, leur diffusion et leur surveillance. Elle est donc aussi un cadre de responsabilité.

5

Peut-on dire que le spécialiste en TI est un professionnel au sens sociologique du terme, et pourquoi?

Oui, car son travail requiert des connaissances et des habiletés spécifiques pour poser des actes avec compétence.

6

Le Québec, comme beaucoup d’autres sociétés, a récemment été secoué par un bon nombre de scandales financiers comme celui de Norbourg.
Quel principe (un ou plusieurs) lié au professionnalisme en TI aurait-on dû respecter pour éviter ces scandales?

Le rôle social des spécialistes en TI était ici d’assurer la fiabilité, la transparence et la confidentialité des données

7

Définir les trois dimensions du professionnalisme en TI :

la dimension éthique est liée aux bonnes pratiques comme la transparence et la responsabilisation.

La dimension juridique renvoie bien sûr à la légalité des actions

la dimension sociologique du professionnalisme repose sur les compétences requises pour un travail que tous ne peuvent pas effectuer.

8

Envers qui le professionnel en TI a des responsabilités sur le plan éthique

Ses clients et ses employeurs, qu’ils fassent partie d’organisations publiques ou privées, ses collègues de travail ainsi que tous ceux qui utiliseront les produits ou services que le professionnel aura aidé à réaliser.

9

Pourquoi l’éthique du professionnel en TI est-elle particulièrement importante?

Parce que les utilisateurs lui font confiance, car ceux-ci ne détiennent pas assez de connaissances pour pouvoir juger de la qualité d’un produit.

10

Vrai ou faux :
Au Québec, le spécialiste en TI est un professionnel aux sens juridique et sociologique du terme.

Faux
Faux. Le spécialiste en TI est un professionnel au sens sociologique du terme, mais pas au sens juridique, un terme qui est réservé aux professionnels régis par des ordres.

11

Vrai ou faux :
Les propositions suivantes sont de bons exemples de responsabilités professionnelles pouvant figurer dans un code d’éthique en TI : développer des habiletés en communication et intégrer les utilisateurs des produits ou services dans la conception des systèmes.

Vrai. En effet, l’acquisition de compétences supplémentaires ou une bonne communication avec les collègues et clients peut prévenir les risques et les dilemmes éthiques. Ces habiletés font partie des attentes de la société envers le professionnel en TI.

12

Vrai ou faux :
Pour respecter les règles de l’éthique du professionnel en TI, il est suffisant de s’abstenir de commettre des actes irresponsables ou contraires à l’éthique et à la loi.

Faux. Pour souscrire à une telle éthique, il faut également poser des actes positifs; l’éthique n’est pas définie que négativement. Il faut, par exemple, s’assurer de mettre constamment à jour ses connaissances, en raison de la complexité du champ d’expertise et des grandes répercussions des décisions que doivent prendre des travailleurs en TI.