Volet pharmacien préparateur Flashcards Preview

PHA-2087 Produits stériles > Volet pharmacien préparateur > Flashcards

Flashcards in Volet pharmacien préparateur Deck (13):
1

Éléments requis étiquette

 #Rx, date, identification pharmacie, adresse + no tel.
 Identification du patient + adresse
 Identification Rx : nom et qté ajouté, nom et qté diluant ajoutée + volume total
ex: ceftriaxone 450 mg (4,5 mL) dilué dans 50 mL NaCl 0.9% (vol tot :54,5 mL)
 Instructions utilisation : voie administration, fréquence et vitesse
ex: Perfuser i.v. 1,2 mL/minute en 45 minutes (18 gttes/min.)
 Précautions : protéger de la lumière ex.
 Instruction conservation et DLU
 Date à laquelle la prep à été faite
 Initiale préparateur + pharmacien qui vérifie

*Pompe : programmation à inscrire sur étiquette complémentaire
- Volume résiduel (total)
- Volume/dose
- Durée perfusion
- Cycle (fréquence)
- GVO (débit de base)
Volume résiduel = ce qui doit se retrouver
INITIALEMENT dans le sac
Volume par dose = volume administré lors de chaque dose
Période = durée de temps pour administrer le volume à chaque dose Majorité 1 heure
Cycle = fréquence d’administration de la
dose
GVO = débit minimum requis entre
l’administration de chaque dose afin d’éviter
que le cathéter ne se bouche

2

Responsabilités du pharmacien préparateur Relativement aux activités de préparation de produits stériles :

 exécuter ou surveiller l’exécution des préparations;
 s’assurer que les politiques et procédures liées aux activités de préparation de produits stériles
non dangereux sont respectées;
 appliquer ou faire appliquer les règles d’asepsie, d’hygiène, de propreté et de sécurité requises;
 s’assurer que tous les registres liés aux activités en cours sont remplis et paraphés;
 s’assurer que toutes les données nécessaires au suivi et à la reproduction de la préparation sont notées ou informatisées;
 s’assurer que le nettoyage et l’entretien des appareils, des instruments et de l’espace utilisé sont bien e ectués.

3

Responsabilités du pharmacien préparateur Relativement à la préparation de produits stériles :

 s’assurer que les procédures de préparation mises en place sont appliquées et respectées;
 s’assurer d’avoir un protocole de préparation pour chacune des préparations e ectuées;
 s’assurer de l’exactitude des calculs et des mesures;
 utiliser les appareils et instruments appropriés à la préparation à e ectuer;
 respecter le processus de préparation dé ni dans le protocole de préparation;
 e ectuer la véri cation durant les di érentes étapes du processus de préparation et véri er la préparation complétée ou déléguer ces véri cations selon la procédure de délégation prévue à cet e et;
 voir à ce que toutes les véri cations requises et tous les contrôles de qualité soient e ectués a n d’assurer la qualité et la stérilité de la préparation;
 s’assurer que les produits préparés sont emballés et étiquetés conformément au Règlement sur l’étiquetage des médicaments et des poisons et aux indications de la présente norme quant à l’obligation d’inscrire sur l’étiquette une DLU;
 fournir, le cas échéant, au pharmacien dispensateur, verbalement ou par écrit, les informations requises pour la conservation et le transport du médicament préparé à sa demande (mode de conservation, précautions, DLU suggérée, etc.);
 entreposer ou véri er que la préparation nale est entreposée correctement jusqu’à la remise au patient ou au pharmacien qui l’a commandée;
 aviser, le cas échéant, le pharmacien dispensateur lorsqu’un rappel de préparation est nécessaire.

4

Responsabilités du pharmacien préparateur Relativement au patient :

 s’assurer, dans le cas où le préparateur e ectue la préparation stérile pour un pharmacien dispensateur externe à son milieu, que chacune des activités de prise en charge du patient est réalisée par au moins un d’entre eux et ainsi éviter tout bris de service ;
 collaborer, le cas échéant, avec le pharmacien dispensateur et partager les informations dont il dispose sur la préparation e ectuée a n d’en faire pro ter le patient et d’optimiser les résultats de sa thérapie;
 s’assurer que la prise en charge du patient est adéquate et en lien avec les ententes établies avec les di érents intervenants.

5

Une perte d'activité de X % est jugée significative

L’incompatibilité chimique n’entraîne pas nécessairement de modification visuelle. Une confirmation avec une méthode de détection analytique à l’aide d’appareils optiques peut être nécessaire. En général, une perte d’activité de ≥ 10% est jugée significative (modification de la réponse thérapeutique). Une solution où il y a une perte supérieure à 10% du principe actif sera considérée instable.

6

Si la préparation d'une seringue de cefazoline nécessite 3 unités (1 fiole cefazoline, 1 fiole d’eau, 1 sac) et qu'on en prépare 2, quelle est sa stabilité microbiologique?

Pour faire une seringue de cefazoline : 3 unités (1 fiole cefazoline, 1 fiole
d’eau, 1 sac) = risque faible
• DLU 48h température pièce, 14 jours frigo, 45 jours congélateur
• Mais il y aura fort probablement plus d’une seringue préparée à la fois alors :
Si on prépare plusieurs seringues en même temps en risque modéré
(préparation en lot)
• DLU 30 heures température pièce, 9 jours frigo, 45 jours
congélateur

7

Un patient vous téléphone à la pharmacie puisqu’il a placé par erreur son sac d'antibiotique au congélateur depuis la veille. Ce sac a une date d’expiration dans 48h. Le patient peut-il utiliser ce sac ou allez-vous lui préparer une nouvelle dose?

Vérifier d'abord que la congélation n’entraîne pas de dégradation significative de l'antibiotique (Stability
– Freezing solutions).

Sachant que la stabilité au congélateur est plus longue que celle à température du réfrigérateur,
le sac ayant été mis au congélateur ne devrait pas avoir eu de dégradation supérieure à celle
qu’il aurait au réfrigérateur. La date d’expiration initiale peut donc être maintenue.
Bien que la préparation ait probablement eu une dégradation moins importante au congélateur
qu’au réfrigérateur, il ne sera pas possible de prolonger la date d’expiration puisqu’il n’y a pas
de données de stabilité pour une conservation au réfrigérateur suivie d’une conservation au
congélateur.
Donc, puisque le sac aurait pu être conservé au congélateur depuis le début, le sac peut être
dégelé et utilisé d’ici la date d’expiration au frigo (si le sac a bien été conservé au frigo tout le
reste du temps et s’il n’avait pas été congelé une première fois).
NB : Il est possible que le congélateur du patient n’atteigne pas -20 C, il faudrait vérifier la
température atteinte du congélateur du patient si l’on voulait utiliser la congélation comme
mode de conservation de la préparation chez le patient. Si le congélateur du patient n’atteignait
pas – 20C, les données de stabilité ne pourraient pas être appliquées.

8

Vous préparez un sac de cefazoline 1000mg/100ml de dextrose 5%. Quelle est la stabilité microbiologique?

DLU microbiologique: Niveau de risque faible car 1 préparation et 3 unités (1 fiole de céfazoline, 1 fiole d'eau stérile, 1 sac de dextrose 5%)
o DLU 48 heures température pièce, 14 jours frigo, 45 jours congélateur

9

Un patient vous téléphone à la pharmacie puisqu’il a placé par erreur son sac d'antibiotique sur le comptoir. Le sac serait sur le comptoir depuis environ 12h. Le sac a été préparé il y a 5 jours et la date d’expiration au réfrigérateur inscrite sur le sac est dans 48 heures. Le patient peut-il utiliser ce sac? Allez-vous préparer une nouvelle dose au patient?
Stabilité physico-chimique = 7 jours 24C et 15 jours 4C
Stabilité microbiologique (DLU) = DLU 30 heures température pièce, 9 jours frigo, 45 jours congélateur (risque modéré)

Les données de stabilités sont toujours présentées avecUN SEUL MODE de conservation durant toute la période d’observation.
= Il n’est pas possible de quantifier la dégradation du produit ayant été conservé pendant un certain temps au réfrigérateur puis une période à température pièce puisqu’il n’y a
aucune donnée disponible.
- Toutefois, stabilité physico-chimique du sac à température pièce de 7jours et 15 jrs au frigo.
= le sac aurait pu être conservé température pièce depuis les 5 derniers jours et le dernier 12 heures et il serait encore adéquat pour l’administration selon la stabilité physico-chimique.
• Si la stabilité physico-chimique température pièce avait été inférieure à 5 jours et demi, il ne serait pas possible de faire la même réflexion et le sac ne pourrait pas être utilisé.
- Le délai de 12h à température pièce est assez court et ne dépasse pas la DLU microbiologique à température pièce de 30h d’une préparation à risque modéré. Attention ici, la DLU réfère normalement à une conservation de 30h température pièce depuis sa préparation initiale; dans le cas présent le sac a déjà été
conservé quelques jours au réfrigérateur. Le sac n’a pas dépassé la durée recommandée au réfrigérateur (9 ou 14 jours selon le niveau de risque). Rappelons ici que la stabilité microbiologique est une norme
servant à diminuer le risque de contamination du patient.

10

Un patient vous téléphone puisqu’il observe qu’un de ses sacs d’acyclovir est un peu trouble. Ce sac a été conservé à température pièce (tel qu'indiqué sur l'étiquette) depuis hier avec ses autres sacs et il ne comprend pas pourquoi ce sac présente une apparence différente. Il se demande s’il utilise quand même ce sac.

Les précipités sont fréquents avec l’acyclovir (réaction avec le sac PVC possible).
L’apparence trouble pourrait aussi être le résultat d’une croissance bactérienne dans la
préparation. Le patient ne devrait pas utiliser ce sac, il faudra lui en préparer un nouveau. Si
jamais le sac avait été réfrigéré, ceci aurait pu entraîner un précipité qui aurait pu disparaître
lorsque réchauffé, ce sac aurait pu être administré si le précipité avait disparu lorsque remis
température pièce. Ce n’est pas le cas ici puisqu’il y a présence de cristaux/précipités à
température pièce; la préparation ne doit pas être utilisée.

11

Ordonnance : Si détresse respiratoire, administrer SC :
-Scopolamine 0,4mg -Midazolam 5mg -Morphine 5mg
Le matériel disponible : morphine 10mg/mL, midazolam 5mg/mL et scopolamine 0,4mg/mL

A-Pouvez-vous mélanger les 3 médicaments dans une même seringue? Déterminez la stabilité du produit remis.
B - Pouvez-vous mélanger 2 médicaments dans une seringue? Déterminez la stabilité du produit remis
C- Pouvez-vous préparer chaque médicament dans une seringue? Déterminez la stabilité du produit remis.

A-
Non, aucune donnée disponible dans notre référence pour mélanger 3 médicaments.

B-
Morphine et scopo : 15 minutes (des données plus longues sont disponibles mais la morphine
n’est pas testée ou le test est fait avec une autre sorte de morphine, soit la morphine HCl)
Morphine et midazolam : 4 heures
Midazolam et scopo : 4 heures

Donc les données disponibles ne nous permettent pas de faire des préparations d’avance dans
une même seringue. NB : au chevet du patient, un mélange de deux médicaments pourrait être
fait suivi d’une administration immédiate.

C-
Scopolamine : pas de donnée disponible. (Il faudrait tenter de vérifier avec la compagnie, autre
référence)
Morphine : 69 jours température pièce en seringue plastique
Midazolam : 36 jours à 25 C dans seringue polypropylène
(des données plus longues sont disponibles mais morphine non testée ou formation de microprécipité décrite)

12

100 ug correspond à combien de mg

0,1 mg
(diviser par 1000 les ug pour obtenir mg)

13

1 kg correspond à combien en lb

2,2