CM 2 Flashcards Preview

Métier du psy > CM 2 > Flashcards

Flashcards in CM 2 Deck (38):
1

V / F
Un des objectifs de la psychopathologie cognitive est de permettre un niveau d’analyse intermédiaire entre l’observation clinique et les anomalies neurobiologiques

VRAI

2

Les états psychopathologiques renvoient à des manifestations extrêmes de processus émotionnels et cognitifs normaux

VRAI

3

V / F
Les processus cognitifs et émotionnel ne sont pas liés

FAUX,
ces processus sont étroitement lié

4

Quels sont les 3 types de dysfonctionnements cognitif ?

- Déficits cognitifs
- Biais cognitifs
- Croyances dysfonctionnelles

5

Émotion est synonyme d'humeur

FAUX,
l'émotion n'est pas de l'humeur

6

V / F
Les émotions incluent l’activation physiologique, l’expression motrice, et le sentiment subjectif du sujet

VRAI

7

V / F
L'activation physiologique est liée à la perturbation de la régulation homéostatique et à la préparation de l'organisme face à la situation (attaque ou fuite) réponse adaptative

VRAI

8

V / F
Le sentiment subjectif n'est pas une composante de l'émotion

FAUX

9

V / F
Le sentiment subjectif est différent de l'émotion

VRAI
L'émotion renvoie à un processus

10

V / F
La composante cognitive n'est pas nécessaire dans la genèse de l'émotion

FAUX,
la composante cognitive est FONDAMENTALE

11

V / F
C’est l’écart entre l’évaluation subjective et la nature objective de la situation qui définit bien souvent les désordres affectifs

VRAI

12

V / F
Dans l'approche cognitive des émotions, il est important de caractériser des symptômes plutôt que des pathologies

VRAI

13

Qui suis-je ?
Plainte subjective concernant des difficultés de sommeil survenant dans un contexte ou l’opportunité de dormir est présente

L'insomnie

14

V / F
Il y a différentes formes d'insomnie

VRAI,
endormissement, de maintien, mixte

15

Les caractéristiques générales de l'insomnie sont la fatigue, les difficultés cognitive et les détériorations de l'humeur

VRAI

16

V / F
En pratique clinique, il est très facile de distinguer et d'identifier les causes et les conséquences d'une insomnie

FAUX, c'est difficile

17

V / F
Les problèmes d'insomnie sont plus présents chez les hommes que chez les femmes

FAUX,
plus présent chez les femmes

18

V / F
Le sexe féminin, l'avancée en âge et les condition médicales et/ou psychiatriques sont des facteurs associés important à l'insomnie

VRAI

19

La médication, la pauvre hygiène de sommeil, la condition médical et psychiatrique sont des facteurs précipitants de l’insomnie

VRAI

20

Quel est le modèle des 3P

- Facteur perpétuant (De maintien)
- Facteur précipitant
- Facteur prédisposant (vulnérabilité)

21

Dans le modèle cognitif du maintien de l'insomnie d'Harvey, quelles sont les deux composantes ?

- Activité cognitive négative (Rumination, inquiétude et pensées contrefactuelle/regrets)
- erreurs cognitives ou pensées erronées

22

V / F
La question « pourquoi suis-je fatigué ? » témoigne d'une inquiétude

FAUX,
c'est une rumination

23

La pensée / erreur cognitive « je n'ai pas dormi autant que ce que j'aurais dû » relève de la dramatisation

FAUX,
C'est l'attention sélective

24

La pensée / erreur cognitive « si je ne dors pas 8 heures, je serais fatigué » relève de la personnalisation

FAUX,
c'est la pensée du tout ou rien

25

V / F
Attention centrée sur les signes physiologiques (nuit : sudation, journée : fatigue, maux de tête, etc) et l'attention centré sur les stimuli externe (bruit, horloge, temps qui passe, etc) est un biais attentionnel / monitoring

VRAI

26

V / F
Les personnes souffrant d'insomnie développent des comportements mal adpaté vis-à-vis du sommeil (consommation alcool, café, siestes)

VRAI
Se sont des cpt sécurisant où se trouve aussi le contrôle des pensées.

27

V / F
Imagerie cognitive augmente le stress et les réponses physiologiques à court terme, mais facilite l’endormissement à long terme

VRAI

28

Quelles est la prise en charge de l'insomnie ?

Thérapie cognitivo-comportementale de l'insomnie (TCC-I)

29

La prescription d'hypnotiques a fait sa preuve concernant son efficacité à long terme

FAUX
C'est utile à court terme parfois, mais on ne sait pas l'efficacité à long terme

30

V / F
Les procédures comportementales, la relaxation et la thérapie cognitive sont les composantes de la TCC-I

VRAI

31

Quelles sont les différentes procédures comportementales ?

- Restriction du sommeil
- Contrôle par le stimulus
- Hygiène du sommeil

32

V / F
Relever les interrelations entre stimuli, cognitions et émotions est un objectif de l'analyse fonctionnelle (prise en charge de l'insomnie)

VRAI
Il y a aussi établir en collaboration avec le patient des objectifs thérapeutiques en accord avec les difficultés de sommeil identifiées

33

V / F
Le contrôle par le stimulus s'avère être le coeur du traitement

FAUX,
c'est la RESTRICTION DU SOMMEIL

34

V / F
Dans la maladie de parkinson, les troubles du sommeil sont les plus prévalents

VRAI

35

V / F
Dans l'étiologie de l'insomnie dans la maladie de Parkinson, il y a la composante neurologique, psychopathologique et pharmacologique

VRAI

36

V / F
Efficacité de la TCC sur l’insomnie comorbide est égale à l’insomnie non-comorbide

VRAI

37

V / F
Dans la maladie de Parkinson, l'activation cognitive constitue un acteur majeur, perpétuant ou exacerbant les difficultés de sommeil

VRAI

38

V / F
La psychopathologie cognitive ne permet pas d'émettre des hypothèses testables sur les symptômes

FAUX,
Elle le permet