Cours 9 : Behaviorisme IIIA, la théorie de la réduction du drive I Flashcards Preview

Motivation et Apprentissage > Cours 9 : Behaviorisme IIIA, la théorie de la réduction du drive I > Flashcards

Flashcards in Cours 9 : Behaviorisme IIIA, la théorie de la réduction du drive I Deck (13):
1

Quel concept a ajouté HULL(1910) à la théorie d'apprentissage ?

Hull a ajouté le concept de « drive » et des règles motivationnelles.

2

Quel est le rôle du drive?

C'est une force énergétique qui pousse l'organisme à faire qqchose.
Un drive est la source d'énergie non spécifique pour le comportemental
Un drive est le résultat d'un déséquilibre physiologique et initie du comportement susceptible de rétablir l'équilibre. La satisfaction des drives est donc la base du renforcement.

3

Quelles sont les caractéristiques du « drive » selon WOODWORTH (1918) ?

Un drive est connecté avec une base physiologique (ex. Faim, soif..)
La force d'un drive est mesurable et manipulable (+ la privation est longue + le drive sera fort).

4

Quel est le lien que l'on peut faire avec l'homéostasie ?

Si il y a un déséquilibre car un besoin n'est pas satisfait alors le drive nous pousse à nous comporter de telle façon pour rétablir l'équilibre. Comme l'homéostasie où, quand il fait froid notre corps régule notre température.

5

Expliquez l'étude de DASHIELL sur le lien entre drive et exploration (1925) ?

Deux groupes de rats (repus vs affamés) sont mis dans un labyrinthe qui consiste en des carrés connectés entre eux. Mesure : nombre de carrés passés en moyenne (Exploration). Résultat : le niveau de faim détermine l'activité (l'exploration du labyrinthe).

6

Expliquez l'étude de MILLER sur la force motivationnelle des drives (1948) ?

Un animal est privé (d'eau ou de nourriture). Une récompense est placée dans la pièce but (Eau/nourriture). L'animal en état de privation est mis dans la pièce départ. Pour obtenir la récompense, l'animal doit tolérer un douloureux choc électrique en traversant une grille entre les deux pièces. Manipulation du drive (durée de la résistance) et de la force de résistance (intensité du choc). Résultats : plus la privation est longue, plus la probabilité de traverser la grille et l'intensité du choc toléré sont élevées.

7

Selon GLADSTONE comment se forment les habitudes ?

La force de l'habitude est décrite par une fonction logarithmique des renforcement. Ce que vous avez appris détermine ce que vous allez faire. Il a combiné les deux drive + habitude. L'habitude est le produit de la « loi d'effet » et explique la direction du comportement. La force d'une habitude augmente donc avec le nombre des renforcements d'un comportement.

8

Qu'est ce que le potentiel de réaction ?

Le potentiel d'action, c'est à dire le comportement, est le produit de l'intensité du drive et de la force de l'habitude. Les deux sont nécessaire pour le comportement.

9

Quelle est la théorie de HULL aux niveaux conceptionnels et opérationnels ?

Drive x Habitude = Comportement

10

Expliquez l'étude de NEWMAN (1955) ?

a) Formation de l'habitude : Après 23.5h de privation, des rats apprennent à courir vers un cercle pour obtenir de la nourriture.
b) Force du drive : Après 12 vs. 48H de privation, les rats peuvent courir encore une fois vers un cercle.
c)Force de l'habitude : le diamètre du cercle est similaire vs. Non similaire par comparaison à celui utilisé pendant l'apprentissage.
i) Hypothèse : la différence par rapport à la vitesse de l'arrivée des rats sur le cercle pour chaque niveau de l'habitude est E(comportement)= (Dh x H) – (Dl x H) = H(Dh-Dl)
ii) Dh : drive high Dl : drive low
iii) e) Résultat: plus l'habitude et le drive sont forts, plus la vitesse de l'arrivée sur le cercle est élevée.

11

Expliquez l'étude de PERIN sur « l'habitude, le drive et l'extinction » (1942) ?

Après une privation de 23h, des rats apprennent à appuyer sur un levier pour obtenir de la nourriture.
Force de l'habitude : Il y a eu 5 à 90 renforcements
La force du drive : Il y a des essais sans renforcement après 3 vs 22h de privation
Mesure : Nb de réaction jusqu'à l'extinction.
Hypothèse : Plus l'habitude et le drive sont forts, plus le nombre de réactions jusqu'à l'extinction est élevé.
Résultat: Comme prédit, plus l'habitude et le drive sont forts plus le nombre des réactions jusqu'à l'extinction est élevé.

12

Quelles sont les conséquences du drive pour le comportement selon HULL (1943) ?

a) Etant donné que le drive fournit seulement de l'énergie non-spécifique, il active la réaction la plus dominante dans une situation – l'habitude la plus probable.
b) Etant donné qu'un drive intense active la réaction dominante, il est difficile d'apprendre une nouvelle réaction si le drive est fort.
i) Le drive n'initie pas forcément un comportement manifeste – si la réaction la plus dominante dans une situation de peur est le raidissement, l'intensité du drive va intensifier cette réaction passive.

13

Quelles sont les conséquences du drive pour la performance ?

Si le drive est fort, on déduit de la formule E= DxH que :
⁃ la performance dans des tâches faciles augmente ( une réaction dominante est correcte, ex. Une habitude bien apprise).
⁃ la performance dans des tâches difficiles diminue (la réaction dominante est mauvaise, ex. Une habitude pas bien apprise serait adaptée).