Cours#9-Plans corrélationnels Flashcards Preview

Méthodologie-Finaux > Cours#9-Plans corrélationnels > Flashcards

Flashcards in Cours#9-Plans corrélationnels Deck (28)
Loading flashcards...
1
Q

PLans corrélationnels

A

-études corrélationnels visent à examiner les relations entre 2 + variables
>les chercheurs mesurent un certain nombre de variables chez tous le sparticipants pour etudier ;es associations entre ces variables
> pas de manipulations du chercheur, il y a seulement une prise de mesure

-ce qui signifie le plan corrélationnel des plans expériementaux, quasi-exp. et pré-exp. est qu’il n’y a pas de manipulation d’une variable par le chercheur

-le coefficient de corrélation (r) représente la fprce et la direction de la relation entre 2 variables
>r se situe entre -1 et 1
-la valeurabsolue (chiffre) = force de la relation (taille d’effet) plus proche de 1= association/relation plus forte
-0.10=faible , 0.30=moyen, 0.50 =fort, 0= aucune relation
-signe = direction de la relation , += plus ue variable augmente plus l’autre variable augmente , - = plus la variable augmente, plus l,autre variable diminue

2
Q

Aspect temporel du plan corrélationnel

A

étude transversale
étude prospective
étude longitudinale

3
Q

étude transversale

A

étude avec un seul temps de mesure

4
Q

étude prospective

A

étude avec plusieurs temps de mesure, mais sans mesure répétée
>à ch. temps de mesure, une variable différente est mesurée

5
Q

étude longitudinale

A

étude avec plusieurs temps de mesure, avec mesures répétées
>plusierus variables mesurées à plusieurs temps permet de voir la direction des associations
>VD seulement mesurée à plusieurs temps permet de voir son évolution en fonction de VI
>VI seulement mesurée à plusieurs temps permet de voir si son évolution prédit VD
*plusieurs fois et au moins 1 variable est mesurée a plus d’un temps de mesure

6
Q

Causalité (plan corrélationnel)

A

causes sont probabilistes et non déterministes
-cause déterministe: causalité certaine: la présence de la cause mène TOUJOURS à l’effet

  • cause probabiliste: augmentation du risque: la présence de la cause augmente les probabilités que l’effet soit présent
    ex: fumer ne mène pas toujours au cancer, mias augmente les prob.
7
Q

Conditions nécessaires à la causalité

A

covariation: les 2 variables doivent systématiquement se présenter ensemble : plus la corrélation entre les 2 variables est forte, plus l’inférence causale ets probable ( plus de chance que ce soit la cause)

précédence: la variabilité causale hypothétique (VI) doit précéder la seconde vriable VD-> cause de survenir avant son effet

exclusion des explications alternatives: les uatres explications pour la covariation observée doivent etre exclues (exclusion variable étrangère)

-certains auteurs recommandent également la présence d’un Mécanisme logique
>il doit y avoir une explication plausible pour la relationcausale hypothétique

8
Q

corrélation et causalité

A

règle de recherche = la corrélation n’est pa ségale au lien de causalité

> la corrélation peut suggérer fortement un lien de causalité, mais ne peut pas établir fermement un lien de causalité (on peut se rapprocher mais jamais certain)

9
Q

Plans à cas unique

A
  • les plans expérimentaux, quasi-exp., pré-exp. et corrélationnels examinent les moyenne sdes groupes pour porter des conclusios sur l’ensemble des participants, sans se préoccuper de ch. cas individuel
  • plans à cas unique consistent à tenter d’emettre des inférences valides à partir d’un examen détaillé de 1 individu
  • offrent la possibilité d’observer et de mesurer les comportements d’une personne dans un contexte spécifique, à l’intérieur d’une période de temps précise
10
Q

Étude de cas

A

-étude intensive d’un individu
>pourrait etre une personne, famille, groupe, institution, provinces, pays (entité)–> habituellement une personne

-info très détaillée, habituellement sous forme narrative
>pas de socres sur des variable sdep., aucune manipulation

-efforts sont faits pour transmettre la complexité et les nuances du cas ou caract. uniques qui s’appliquent à le cas

  • info. est hab. retrospective, les influences du passé sont utilisées pour expliquer les situations covirantes (analyse passé pour expliquer présent)
    ex: le petit Hans et Phineas Gage
11
Q

Avantages des études de cas

A
  • peut générer des idées et des hypothèses et influencer le développement de théories
  • peut être une source pour développer des techniques en thérapie
  • permet l’étude de phénomènes inhabituels et rares
  • peut donner des contre-exemples pour des notions qui sont considérées comme universellement applicables
  • permet d’illustrer de façon concrète des phénomènes abstraits
12
Q

Limites des études de cas

A
  • se base surtout sur des anecdotes, où le jugement clinique et le sinterprétations ont un rôle imp.
  • absence de contrôles méthodologiques et vulnérabilités aux sources d’invalidité- présence de contr-hypothèse
  • généralisation limitée, sauf si plusieurs cas convergent vers une même conclusion augmnete chance de generaliser si même conclusion)
  • parfois, seuls les cas extrêmêes sont sélectionnés
13
Q

Plans à cas uniques quasi-exp. caractéristiques

A

1-Mesure continue du phénomène cible
2-Utilisation d’un niveau de base
3-Stabilité de la peformance

14
Q

1-Mesure continue du phénomène cible

A

la performance ou le comportement du participant doit être observé à plusieurs occassions avants l’intervention, pendant la mise en place de l’intervention et après l’intervention
>unités temporelles: minutes, heures, jours, semaines, mois
> la mesure du phénomène cible doit être effectuée dans les mêmes conditions à ch. période d’évaluation, en respectant des intervalles égaux dans le temps

15
Q

2-Utilisation d’un niveau de base

A

période d’observation du phénomène cicble pendant plusieurs occassions, avant que l’intervention soit appliquée
>informe sur la fréquence, l’intensité ou la durée du phénomène cible avant l’intoduction de toute intervention ou manipulation

16
Q

3-Stabilité de la performance

A

les données au niveau de base doivent etre stables, avec absence de tendance ou tendance dans la direction opposée aux hypothèses

voir graphiques
*absence de tendance, tendance dans le sens (plateau + \ )hypothèse( \ ), tendance dans sens opposé (/), absence de stabilité (/\/\/\/)

17
Q

Protocoles ABAB

A

-protocoles qui examinent l’effet d’une intervention en alternant la condition sans intervention et la condition avec intervention
A=phase sans intervention
B=phase avec intervention

18
Q

(ABAB) les effets de l’intervention sont clairs si la performance:

A
  • s’améliore lors de la première phase d’intervention
  • retourne au niveau de base à la 2e phase sans intervention
  • s’améliore à nouveau lors de la 2e phase d’intervention
  • les comportements doivent être reversibles
19
Q

But de la phase A initiale

A
  1. Décrire le niveau courant de la performance

2. Prédire ce dont la performance aurait l,air dans le futur si les condition étaients inchangées

20
Q

But de la phase B initiale

A
  1. Décrire le niveau courant de la performance
  2. Prédire ce dont la performance aurait l,air dans le futur si les condition étaients inchangées
  3. Tester si la peformance durant la phase B est différente de la performance projetée à partir de la phase A
21
Q

But de la seconde phase A

A
  1. Décrire le niveau courant de la performance
  2. Prédire ce dont la performance aurait l,air dans le futur si les condition étaients inchangées
  3. Tester si la performance ets différente de la phase B initiale
  4. Tester la prédiction de la phase A initiale
22
Q

But de la seconde phase B

A
  1. Décrire le niveau courant de la performance
  2. Prédire ce dont la performance aurait l,air dans le futur si les condition étaients inchangées
  3. Tester si la performance est différente de la 2e phase A
  4. Tester si la performance est telle que prédite par la phase B initiale
23
Q

(ABAB) Odres des phases

A

-le protocole peut commencer avec la phase B
- 2 raisons pour son utilisation:
>doit implanter l’intervention imm. étant donné la sévérité du cas
>les niveauxinitiaux sont évidents puisque le comportement n’a jamais eu lieu ou ets extremement rare
* on peut mettre phase B en premier si on doit l’implanter tout de suite ou is le comportement initial est évident
ex: homme aucun capacité /comportement social
B= augmente
A= retour à 0
B= augmente

24
Q

(ABAB) Nombre de phases

A

-3phases: protocole ABA, minimum recommandé, mais moins valide que ABAB, car ne permet pas de repliquer les effets de l’intervention

  • 2phases: protocole AB: non recommandé, n’est pas considéré comme une vraie expérimentation, car ne permet pas d’éliminer les menaces à la validité interne
    ex: maturation ou facteurs historiques pourraient expliquer le changement de performances

-aussi possible d’avoir plus de phases:ABABAB.. la confiance en le fait que l’intervention d’un impact et est responsable des effets observés augmente avec chaque phase de AB effectuée

25
Q

(ABAB) Nombre d’interventions

A
  • le protocole consiste habituellement en une intervention, mais il est possible d’avoir plusieurs interventions (phase B et C)

phase c par ex., utile lorsque:

  • la première intervention n’a pas d’influence sur le comportement ou ne mène pas à un changement assez imp.
  • on veut comparer l’efficacité relative des 2 interventions en les comparant
26
Q

(ABAB) Problèmes et limites

A

1-Absence du “renversement” du comportement

2-Indésirabilité du “renversement” du comportement

27
Q

1-Absence du “renversement” du comportement

A

-possible que la performance ne retourne pas au niveau de base lors du retour à la phase A
>pas clair que l’intervention a mené à un changement
>fact. historique et maturation sont des explications alternatives
*intervention peut être responsable mais pas sure

28
Q

2-Indésirabilité du “renversement” du comportement

A

-dans un contexte clinique, le but est d’améliorer la situation du patient. le retour du coportement initial est-il désirable et éthique ? risques et bénéfices
>le renversement n’est pas seulement un exercice académique, il y a une valeur clinique
>permet de savoir qui ets responsable du changement–> peut aider lorsqu’il a besoin interventions et pour d’autres patients