inégalité de développement Flashcards Preview

economie (moi) > inégalité de développement > Flashcards

Flashcards in inégalité de développement Deck (15):
1

définition du développement de Perroux dans "l'économie du 20° siècle" en 1961

C'est "la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte a faire croitre cumulativement et durablement son produit réel et global.
C'est un facteur de long terme qui ne se limite pas à la croissance économique ("augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues d'un indicateur de dimension pour une nation, le produit global net en termes réels" Perroux dans "L'économie du 20° siècle" de 1961) car prend en compte un ensemble de facteurs quantitatifs. Un pays en "sous-développement" est un pays où les besoins fondamentaux ne sont pas respecter (santé, alimentation, sécurité, éducation), où il règne la pauvreté, l'inégalité, l'insécurité par sa marginalisation dans le commerce internationale du fait de blocage institutionnels qui empêche le processus d'industrialisation et d'amélioration des niveaux de vie.

2

Les inégalités de développement après la seconde guerre mondiale

Le terme "pays sous-développé" à été utilisé pour la premier fois par le président Truman lors de son discours sur l'état nation de 1949 et le terme "tiers-monde" par Sauvy en 1952 pour qualifier les pays nouvellement libéré du colonialisme en marge des deux blocs de la guerre froide et qui se regroupent lors de la conférence de Bandung en 1955 pour former les "non-alignés" et qui débouchera sur la création de la CNUCED en 1964.
Derrière la volonté d'aide aux pays en situation de sous-développement on avait l'intention surtout d'endiguer le communisme en les faisant entrer dans l'économie de marché. Dans les années 80 on parle alors de "pays en développement" traduisant le processus de métamorphose économique et sociale des pays pauvres mais avec des trajectoires bien différente amenant petit à petit une polarisation entre BRICS, pays émergent et PMA. (souvent ancienne colonies désorganisées comme le Congo qui n'ont donc pas connus d'industrialisation car spécialisé dans les matière première avec marchés intérieur faible et forte croissance démographique).

3

Théorie libérale du retard de développement

Selon certains théoriciens libéraux ce sous-développement ne serait qu'un retard dans le processus de développement. Rostow dans "Les étapes de la croissants économique" de 1960 établis 5 étapes de développement "Les étapes du développement de toute société sont les suivent: la société traditionnelle, la préparation au décollage, le décollage, la marche vers la maturité et la société de consommation de masse". Sous font de domination de la pensé HOS avec la nécessité de se spécialiser dans mes avantages comparatifs qui n'est pas passé grande dans les PED.

4

Les mauvaise structure cause de sous-développement

- Pour Lewis dans "La théorie de la croissance économique" de 1955 accuse la mauvaise utilisation de la main d'œuvre en raison d'un dualisme qui sépare secteur traditionnel rural peu enclin aux GP et le secteur moderne ou règne les GP. Le premier monopoliserai la corsante et tirerai les salaires vers le bas et empêcherai le développement économique mais aussi financier car en permettant pas d'épargner, ce qui est nécéssaire au développement pourtant.
- Pour Presbich et Singer en 1950, le sous-développement est la conséquence du la division internationale du travail entre centre et périphérie. L'avancée technologique du centre lui donne une position dominante et pousse la périphérie à se cantonner à son approvisionnement en produit primaire ou peux développé qui se traduit pas une dégradation des échanges, alors que le prix des produits manufacturé augmente les produits artisanaux ou les matière première des périphéries lui diminue dégradant les termes de l'échange. Perroux montre que le monde s'organise avec des relation inégale de pouvoir entre les pays sous des "effets de domination".
- Pour Weber, il existe aussi un aspect culturel qu'il explique dans "l'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme" en 1905 montrant que pour se développer, il fallait qu'un "esprit capitaliste" se dégage au sein des société pour entretenir de vraie relation marchandes avec une idées de progrès, d'enrichissement et d'accumulation.

5

L'impérialisme cause de sous-développement

- Les auteur emblématique de cette hypothèse sont bien évidement les néo-marxistes, qui vont pousser l'analyse de centre-périphérie de Presbich et Singer jusqu'à la notion de dépendance. Amin dans "L'échange inégal et la loi de la valeur" en 1973 montrait que la nature du capitalisme était inégale car s'organisé autour du "pillage impérialiste du tiers-monde" du fait du différentiel salariale, les capitaux voyage du nord au sud pour extorquer un surprofit ensuite rapatrier dans les Nords. Ils prône donc une rupture totale des Suds avec les Nords afin de mettre en place un "développement autocentré".

6

Remise en cause de la stratégie ISI

Le développement "dragon" puis des "tigres" asiatique remet en cause l'analyse marxiste. Lipietz dans "Mirages et miracles" de 1986 critiquera l'école de la dépendance pour montrer que les PMA ne sont spécialement spécialisé dans les matière première car le modèle fordiste a résolus le problème des débouchés mais le problème vient plutôt de la stratégie d'industrialisation.

7

Les divergence de sous-développement et nouveaux indicateurs.

L'homogénéité supposé par le terme "tiers-monde" dans les années 60, ne traduit pas les évolution des NPI dans les années 70 qui converge vers les PDEM alors que les PMA s'enfonce vers la grande pauvreté. C'est pourquoi Amartya Sen met en oeuvre en 1990 l'IDH et le définis comme "ce qui fait progresser la richesse de la vie humaine", le tout accentué par l'approche environnementale du "développement durable".
Mais le concept de sous-développement ne serait-il pas tout simplement occidentalo-centré vers une libéralisation capitaliste comme le défend Sahlin qui défend le modèle peu consumériste des pays sous-développé. Pierre Drouin dit "le sous-développement n'est pas un retard de développement mais un produit du développement".

8

Les différent politiques d'industrialisation

Influencé par Lewis, les pays du tiers-monde vont privilégier une industrialisation forcé en délaissant l'agriculture pour bénéficier des effets d'entrainement par GP et meilleur qualification de la main d'œuvre. Mais alors quelle stratégie choisir pour s'industrialiser? Certains comme Nurske et Rodan plaideront pour une "croissance équilibré" pour égaliser offre et demande, alors que d'autres comme Perroux ou Hirschman préconise une "croissance déséquilibré" basé sur l'industrie lourde entrainant le reste de l'économie.

9

Le développement autocentré

- Les PED vont fonder leur développement sur la constitution d'un marché intérieur et vont suivre la stratégie de Presbich qui est celle du "protectionnisme éducateur" de List, à savoir "l'industrialisation par substitution aux importations" pour se libérer de la dépendance envers les centres par uns stratégie de "remontée de filière" grâce aux progrès technique accumulés.
- Autre stratégie est celle des "industries industrialisantes" par une politique volontariste de planification selon les thèse de la "croissance déséquilibrée" via des "pole leaders".

Mais ce sont des échecs toutes deux par manque de compétitivité internationale par manque de concurrence et d'innovation et faiblesse du marché intérieur. De plus le couts d'importation des technologies et des biens d'équipement de la stratégie ISI plonge les économies dans la dette qui aboutira en 1982 à la "crise de la dette".

10

Le développement extravertis

- Une industrialisation par commerce internationale en suivant la loi ricardienne des avantages comparatifs avec une "industrialisation par exportation de produits primaires" qui permettra par les bénéfices réalisé d'industrialiser l'économie par importation de bien d'équipement mais qui se heurte à la dégradation des termes de l'échange, une forme de protectionnisme venant des Nords, la loi d'Engel de 1857 et enfin la baisse des consommation de matière première avec le progrès technique, mais aussi la "malédiction des ressources naturelles" comme le dit Auty en 1990 avec l'oligarchie corrompus qui capte les richesse (Mobutu).
- Est aussi proposé une stratégie "'industrialisation par substitution aux exportations" dès les années 60-70 par les NPIA, puis dans les années 80 par les tigres et quelques autres pays d'Amérique latine. Il s'agit d'exporter des biens de plus en plus complexe c'est à dire de faire une "remonté de filière" (selon le modèle de développement en "vol d'oies sauvages" de Akamatsu), en ouvrant le pays aux IDE des FMN pour capter la technologie de pointe de ces derniers protégé par un protectionnisme éducateur dans ces première années

11

Tournant libéral des années 80

Entre 1968 et 1980, la dette des PED est multiplié par 1é par besoin de financement et attractivité des taux d'intérêt faible proposé par la FED qui alors ne posait pas de problème particulier de remboursement. Mais la politique de rehaussement des taux d'intérêt par Volcker en 1979 à 19% pour lutter contre l'inflation mets la Mexique, le Brésil et l'Argentine en situation de cessation de paiement, c'est la "crise de la dette" aussi appelé "décennie perdue du développement" par Singer.
Les grandes institutions financières vont décider de venir en aide à ces pays en contrepartie de l'application des "plans d'ajustements structurels" du" consensus de Washington" (Wiliamson) afin de libéraliser et d'introduire encore plus ces pays dans un économie de marchés ou la privatisation est ordonnés.
Mais l'inefficacité de ces plans du fait de la réduction des dépenses publiques cassant "les conditions préalable au take-off" de Rostow comme l'éducation ou la santé pousse leurs remise en question dans les 90 et mène à une nouvelle "crise des dettes" qui se généralise. Stiglitz critiquera cette vision des institution mondiale qui ont mis en place une politique du "fanatisme de marché" dans "La grande désillusion" en 2002.

12

Le nouveau paradigme du développement dans les années 90

L'inefficacité des PAS inconsciente des structures internes des PED est révélé par Stiglitz qui montre la concurrence imparfaite de ces pays empêche les mécanisme marchands d'être optimal et préconise l'ouverture du développement à des dimension non économique comme la culture, la démocratie, l'éducation, la santé et les inégalités avec la nécéssaire présence de l'Etat qui prend en compte les spécificités locale.

13

Le courant institutionnaliste du développement.

Il nait à la fin du XIX et montre l'importance d'avoir les "bonnes instituions". North définis l'institution comme étant "les contraintes conçus par les hommes qui façonnent les interactions entres eux" qu'elles soient formelles ou informelles, elles permettent de donner un cadre au sein duquel le développement doit se faire en fixant des règles et des normes. North insiste tout particulièrement sur le droit de propriété qui est primordiale pour le développement du capital humain, économique et les investissements.
On se trouve confronté au dilemme de Weingast, un Etat doit garantir les droit de propriété pour assurer le développement économique, donc ses recettes fiscales mais il ne doit pas en profiter à son compte personnel (Zaïre). Pour cela il faut assurer la séparation des pouvoirs législatifs et judiciaire même si cela est encore bien compliqué dans bon nombre de pays où l'Etat à la main mise sur la pouvoir Judiciaire comme au Venezuela.
Acemoglu et Robinson dans "Why nations fail" en 2012 distingue institutions inclusives (Etat de droit et démocratie) et institutions extractives (anarchisme). L'exemple du Botswana du roi Khama qui décide de rendre les institutions plus inclusive transforme le pays qui connait alors les taux de croissance les plus important d'Afrique sub-saharienne.

14

Un développement durable

Il faut attendre le "rapport Brundtland" de 1987 pour la question environnementale soit sérieusement abordés,en montrant que l'exploitation à outrance des matière premières représente un fort risque pour les générations future dans un perspective de développement et de croissance en popularisant la notion de "développement durable" définis comme étant "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacités des générations à répondre aux leurs" avec la notion d'équité intergénérationelle et intragénérationnelle.
Montrant le dimension écologique mais aussi humaine de ce concept mais les PED refusent d'entendre parler d'écologie car eux ni sont pour rien et réclament leurs droits aux progrès économique comme les Nords lors de la 1° RI, c'est pourquoi des protocoles environnementaux comme le protocole de Kyoto n'engage principalement que les PDEM même si la COP21 a radicalement changé la donne avec la signature de 168 pays.
Amartya Sen reprend cette dimension humaine lorsque il évoque la notion de "capabilité", c'est à dire s'assurer que cette personne à les capacité de mener une vie saine et de pouvoir jouir librement de ces ressources et qui passera par la démocratisation.

15

L'aide au développement

l'AAD est un transfert (monétaire, humain, technologique) pour aider les pays à sortir de situations précaire. On distingue l'aide public au développement (Etat, UE, Agence et programme de l'ONU, institutions internationales pour un total de 0,3% du RNB). et l'aide privé au développement (banques régionales, ONG...). Le micro-crédit est inventé par Muhammad Yunus en 1983 et qui propose petits crédits à des petits entrepreneurs pauvres mais remboursé à plus de 90%.
L'AAD est efficace uniquement si les pays dépositaire à la capacité de la mettre en œuvre. Pour Easterly, elle est peu efficace car ce ne sont pas des solutions adaptés aux pays et qui sont souvent détourné et dit que la solution doit être celle des pays eux-même si celle-ci semble être équitable.
L'ONU a publier en 2000 la "Déclaration du millénaire" fixant des objectifs à réaliser avant 2015 comme la fin de la grande pauvreté, assurer l'éducation primaire, assurer égalité homme-femme, améliorer la santé, l'écologie.