La révolution sexuelle et sexologique au Québec (1960-1975) Flashcards Preview

HISTOIRE > La révolution sexuelle et sexologique au Québec (1960-1975) > Flashcards

Flashcards in La révolution sexuelle et sexologique au Québec (1960-1975) Deck (12):
1

1. Comment la libéralisation des mœurs s’est-elle manifestée lors de la révolution tranquille au Québec ?

1.1 On assiste à la diffusion de la contraception et une diminution du nombre d’enfant.

1.2 Des signes de plus en plus évidents témoignent d’un accroissement des relations sexuelles prémaritales.

2

2. Quelles sont les découvertes et les avancées qui ont accompagné la révolution sexuelle au Québec ?

2.1 La mise sur le marché américain de la pilule contraceptive en 1960.

2.2 La publication en 1966 de l’ouvrage de Masters et Johnson intitulé Human Sexual Response, traduit en français sous le titre Les Réactions sexuelles.

3

3. Quelle fut la contribution des sexologues belges à l’émergence de la sexologie québécoise ?

3.1 L’idée d’une science sexologique autonome proposée au début des années 1900 se concrétise en Belgique par la création en 1961 de l’Institut des sciences familiales et sexologiques de l’Université catholique de Louvain. Des Québécois iront se former à Louvain.

4

4. Dans quelles circonstances la sexologie a-t-elle fait son entrée dans une université québécoise ?

4.1 Le projet d’une sexologie universitaire devrait prendre forme à l’Université de Montréal dans le sillon du Département de criminologie.

4.2 L’implantation de la sexologie universitaire à l’Université de Montréal fut court-circuitée par la création du réseau de l’Université du Québec en septembre 1969.

5

6. Quels furent les deux principaux combats menés par les professeurs et les étudiants pour assurer la viabilité de la sexologie à l’UQAM ?

Faute d’un Département autonome, le directeur du module de sexologie, Jean-Yves Desjardins, doit s’adresser aux départements de psychologie, de biologie et de sociologie pour l’embauche des professeurs qui dispenseraient les cours en sexologie. Devant le refus de ces départements, le module de sexologie exige en octobre 1970 la création d’un département de sexologie.

6

7. Qu’est-ce que nous fait découvrir l’histoire de la sexologie ?

7.1 L’histoire de la sexologie relate la diversité de la sexologie qui se caractérise par un amalgame de faits, de théories, d’hypothèses et d’objectifs.

7.2 La sexologie utilise différentes conceptions (ex. : rationalisme, positivisme, romantisme), écoles de pensée (ex. : psychanalyse, fonctionnalisme, behaviorisme) et méthodes (ex. : introspection, observation, quantification).

7

8. La sexologie sera-t-elle une discipline unifiée ?

8.1 Des sexologues souhaitent une théorie générale et unifiée de la sexualité fondatrice d’une nouvelle sexologie.

8.2 L’histoire de la sexologie doit montrer cette quête d’unité à partir d’un concept (ex. : l’inconscient sexuel de la sexoanalyse) ou d’une méthodologie

8

9. En quoi les différents courants de la modernité ont-ils pu influencer le développement de la sexologie ?

9.1 La prémodernité, prévalant au Moyen-Âge, aborde la sexualité en fonction des dogmes religieux (vérité divine).

9.2 La modernité, émergeant à la renaissance et prenant son essor au Siècle des Lumières, étudie la sexualité en utilisant la raison (vérité absolue).

9.3 La postmodernité, depuis le milieu des années 1960. Considère que les connaissances sont construites et situées dans le temps (vérité relative).

9

10. Comment le courant postmoderne conçoit-il l’histoire de la sexologie ?

Les produits sexologiques sont dépendants des objectifs du sexologue à un instant donné et dans une situation particulière, de ses expériences passées, ses valeurs, ses attitudes, ses connaissances, etc.


10.2 Ce qui est considéré comme la vérité en sexologie (ce qui est vrai) est relatif à une époque, à une communauté et à des individus.

10

11. En quoi la sexologie doit-elle devenir modeste et les sexologues doivent-ils développer l’humilité ?

La sexologie ne prétend plus dire la vérité sur la sexualité, mais est capable de produire des connaissances scientifiques et dispenser des services professionnels.


11.2 La sexologie ne rend pas nécessairement heureux, mais au moins évite ou fait reculer la souffrance

11

12. Quel sera le statut éventuel de la sexologie dans la société hypermoderne ?

Dans la société hypermoderne, l’individualisation et la rationalisation seront plus grandes. L’individu hypermoderne sera invité à s’inventer une vie sexuelle. Il rencontrera des difficultés et vivra des échecs
Les sexologues devront aider l’individu hypermoderne à développer des dispositions et des compétences pour trouver un équilibre (ex. : la santé, la sécurité, la responsabilité) à l’aide de la maîtrise de soi et de la réflexivité

12

13. Est-ce que la sexologie procure le bonheur sexuel ?

13.1 Les grands idéaux de la sexologie naissante ne se sont pas complètement réalisés.
La sexologie n’arrive pas encore à procurer le bonheur à tout le monde, toutefois cela peut être un vrai bonheur de la pratiquer