Leçon 7: La sociologie compréhensive et l'intéractionnisme Flashcards Preview

Fondements sociopolitiques > Leçon 7: La sociologie compréhensive et l'intéractionnisme > Flashcards

Flashcards in Leçon 7: La sociologie compréhensive et l'intéractionnisme Deck (17):
1

Qu’entend-on par acteur social ?

L’acteur social correspond à tout individu, groupe ou organisme qui, inséré dans les réalités sociales, y joue un rôle et y défend des intérêts qui lui sont propres.

2

Qu’est-ce qu’une interaction sociale ?

À partir de ce que nous dit Rocher, on pourrait la définir comme la plus petite unité concrète d’observation du sociologue, soit l’interaction qui résulte des relations entre deux ou plusieurs personnes et qui exprime en quelque sorte les rapports qu’elles tissent entre elles.

3

Pourquoi la sociologie de Max Weber est-elle considérée comme une sociologie subjective ?

Parce qu’elle s’intéresse non pas aux réalités dites objectives, mais à la manière dont ces réalités sont vécues par les acteurs, à comment ceux-ci interprètent ces réalités.

4

À quelle question de base Max Weber cherchait-il à répondre ?

Comment et pourquoi les individus acceptent-ils la domination, le pouvoir, l’autorité et construisent-ils à partir de là des types d’action, de fonction, de légitimation, qui constituent des types de société ?

5

Expliquez la typologie de Weber sur la domination et la justification de chaque type de domination.

La domination légale-rationnelle, fondée sur la croyance en la légalité des ordonnances et des titres de ceux qui exercent la domination, qui confère la légitimité démocratique et bureaucratique.
 La domination charismatique qui repose sur le dévouement des partisans au leader qui fonde la légitimité dite naturelle, donc une motivation affective.
 La domination traditionnelle, fondée sur la croyance au caractère sacré des traditions et qui fonde la légitimité dynastique, donc une motivation basée sur l’habitude.

6

Comparez la division des classes sociales de Weber avec celle de Marx.

Weber distingue trois grandes catégories de classes sociales :
1. les classes de possession ;
2. les classes des services ;
3. les classes ouvrières.
Bref, le système de classes de Weber est beaucoup plus complexe que celui de Marx et ne se limite pas à l’identification des classes à partir des rapports sociaux de production.

7

Qu’est-ce que l’idéal-type ?

La notion d’idéal-type de Weber se définit comme un schéma ou une figure simplifiée qui reproduit les traits essentiels d’un ensemble social et les relations entre ces traits.

8

À quoi correspond l’Autrui généralisé de George Mead ?

Mead le définit comme la communauté organisée ou le groupe social qui donne à l’individu l’unité du Soi. On peut aussi dire que ce sont les personnes significatives et, jusqu’à un certain point, la société intériorisée en soi.

9

Comment la formation de l’identité s’opère-t-elle au sens de l’interactionnisme symbolique ?

Pour Mead, l’individu est socialisé en adoptant des rôles par lesquels il intériorise les attitudes d’un milieu pour faire siennes les valeurs et les conduites d’un groupe. Mead a défini les étapes de la formation du Soi (de la socialisation) chez l’enfant : le jeu libre et le jeu organisé. Le jeu libre correspond à l’étape au cours de laquelle l’enfant entre en conversation avec un autrui fictif et apprend des rôles en disant qui il est. Autrement dit, il apprend des rôles en jouant à la mère, au policier, etc. L’enfant s’identifie lui-même à cet autre, devient l’autre pour lui-même. Il est en conversation avec lui et apprend à dire qui il est en se mettant à sa place. Le moment du jeu organisé ou réglementé est celui de la découverte par l’enfant de l’autrui généralisé. Durant cette phase, l’enfant ne doit pas seulement assumer un rôle, mais aussi prendre le rôle de tous les autres dans le jeu en plus de prendre conscience des
relations entre les différents rôles. Par exemple, au baseball, l’enfant doit connaître les neuf positions pour savoir ce qu’il a à faire dans le jeu. Au moment du jeu organisé, l’individu prend conscience des attitudes et des orientations du groupe pour savoir quel rôle il doit jouer et comment se comporter. Mead a appelé autrui généralisé cette attitude organisée du groupe qui pénètre l’individu et devient un modèle de comportement. En déterminant et en adoptant les attitudes et les orientations du groupe avec lequel il est en relation, puis en faisant l’apprentissage du rôle qu’il doit jouer à l’intérieur de celui-ci.

10

Quels sont les effets de l’étiquetage social ?

L’étiquetage social est régi par des règles d’appropriation et d’exclusion à l’égard d’un espace. L’étiquetage valorise ou dévalorise des personnes, les marginalise ou les glorifie.

11

Qu’est-ce que la stigmatisation ? Comment influence-t-elle les attitudes et les comportements sociaux ? Comment influence-t-elle la réussite sociale des personnes concernées ?

La stigmatisation est en quelque sorte le processus sur le plan des interactions sociales par lequel l’individu est marqué ou étiqueté. Le stigmate est habituellement négatif et porte en lui des formes de rejet social. La personne réagit en fonction ou en réaction au stigmate qui lui est accolé. Le stigmate infère et limite le développement du plein potentiel humain. La marque peut être profonde et blessante.

12

Qu’est-ce que Touraine entend par historicité ?

Touraine la définit comme une action exercée par la société à partir de son activité sur ses pratiques sociales et culturelles par une combinaison de trois composantes :
 le mode de connaissance (qu’on pourrait considérer comme la manière dont la société construit ses connaissances) ;
 le processus d’accumulation (on fait ici référence aux choix d’investissements et à la manière dont ces choix sont exercés) ;
 le modèle culturel (chaque société développe son propre modèle culturel).

13

Qu’est-ce qu’une organisation sociale selon Touraine ?

C’est un ensemble de moyens gouvernés par une autorité en vue d’assurer une fonction reconnue comme légitime dans une société donnée. Le gouvernement, l’Université tout comme les associations étudiantes sont des organisations.

14

Quels sont les trois principes de base d’un mouvement social selon Touraine ?

 Le principe d’identité, c’est-à-dire que le mouvement doit avoir conscience de lui-même, de son identité propre ;
 le principe d’opposition, c’est-à-dire que le mouvement doit déterminer clairement contre qui il se bat ;
 le principe de totalité, c’est-à-dire que le mouvement doit avoir conscience de l’enjeu de son combat : l’historicité.

15

Expliquez brièvement la théorie de l’échange social

Selon les tenants de cette théorie, la relation sociétaire est le fruit d’un calcul rationnel et intéressé plutôt que d’une identification affective à un groupe. Elle prend la forme d’un contrat de service entre un vendeur (de biens de consommation ou de services publics) et un client (un usager de tel service).

16

Qu’est-ce que le jeu social selon Crozier ?

C’est le mécanisme concret grâce auquel les personnes structurent leurs relations de pouvoir et les régularisent toutes en leur laissant – se laissant – leur liberté.

17

Quelles sont les caractéristiques d’un système bureaucratique selon Crozier ?

Les bureaucraties sont caractérisées par :
 le développement de règles impersonnelles ;
 la centralisation des décisions ;
 la constitution de groupes hiérarchiques isolés ;
 le développement de relations de pouvoirs parallèles.