Leçon 6: Le structuralisme et le culturalisme Flashcards Preview

Fondements sociopolitiques > Leçon 6: Le structuralisme et le culturalisme > Flashcards

Flashcards in Leçon 6: Le structuralisme et le culturalisme Deck (6)
Loading flashcards...
1

Qu’entend-on par structure sociale et structuralisme ? Par culture et culturalisme ?

Le structuralisme est un « courant de pensée visant à privilégier d’une part la totalité par rapport à l’individu, d’autre part la synchronicité des faits plutôt que leur évolution et enfin les relations qui unissent ces faits plutôt que les faits eux-mêmes dans leur caractère hétérogène et parcellaire » (Le Petit Larousse, 1993). L’ensemble des relations de similitude ou d’opposition qu’un élément entretient avec les autres éléments fonde ce qu’on appelle la structure.
Le culturalisme peut être vu comme le « terme sous lequel on désigne parfois une tendance de l’anthropologie culturelle essentiellement américaine qui, influencée par la psychologie, la psychanalyse et une certaine philosophie de l’histoire, cherche à découvrir les caractéristiques d’une culture par l’étude de ses manifestations à travers les individus et de ses influences sur leur comportement » (Clapier-Valladon, 1976 : 15).
Rocher (1992 : 109), s’inspirant de diverses autres définitions, présente la culture comme étant « un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d’agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d’une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte ».

2

Qu’est-ce qu’une idéologie ? À quoi servent les idéologies ? Comment une idéologie se propage-t-elle ?

Selon Rocher (1992 : 124-125), l’idéologie est un « système d’idées et de jugements, explicite et généralement organisé, qui sert à décrire, à expliquer, à interpréter ou à justifier la situation d’un groupe ou d’une collectivité et qui, s’inspirant largement de valeurs, propose une orientation précise à l’action historique de ce groupe ou de cette collectivité ».
 C’est un cadre de référence permettant aux membres d’une collectivité de se reconnaître, de s’identifier entre eux.
 C’est un appel à une force de cohésion ou à un état psychique fort qui est susceptible de faire ressortir les énergies latentes que les membres d’une collectivité ont en commun.
 C’est un cadre normatif qui orientera ensuite les comportements.
 C’est un instrument d’action lié aux intérêts principaux des individus et du groupe lui-même.
 C’est une vision du monde qui repose sur une certaine lecture du passé, une certaine interprétation du présent et une perspective du futur.
 C’est un catalyseur de l’évolution sociale par lequel on tente de saisir la réalité globale de la société à partir de la vision intérieure qu’en a le groupe dont on se réclame.
Elle se propage par les médias, les partis politiques, les groupes et associations, etc

3

Quelles sont les fonctions de la culture ?

La culture a pour principales fonctions de tracer des lignes directrices pour les conduites humaines, de donner des repères et des normes à suivre aux individus. Elle favorise également l’adaptation, la cohésion, le sentiment d’appartenance, le développement de l’identité ainsi que le contrôle social.

4

Qu’est-ce que la socialisation ? Quels sont les principaux agents de socialisation ?

Selon Rocher (1992 : 131), c’est « le processus par lequel la personne humaine apprend et intériorise tout au cours de sa vie les éléments socioculturels de son milieu, les intègre à la structure de sa personnalité sous l’influence d’expériences et d’agents sociaux significatifs et par là s’adapte à l’environnement social où elle doit vivre ». Les principaux agents de socialisation sont la famille, l’école, les médias, l’Église, les groupes d’amis, etc.

5

Qu’entend-on par sous-culture ? Par acculturation ? Par resocialisation ?

Au sein d’une grande culture générale valorisée, on retrouve plusieurs sous-cultures au sein de groupes particuliers, parfois en opposition à la culture dominante.
Cohen parle de choc entre deux cultures qu’il nomme acculturation, c’est-à-dire la contradiction de vivre dans une société qui fait la promotion de valeurs qui sont inaccessibles à un sous-groupe donné, ce qui crée un handicap social pour les membres de ce groupe.
La notion de resocialisation fait référence aux tentatives réalisées dans le cadre d’une démarche d’intervention pour aider la personne à développer de nouvelles relations sociales ou valorisations qui favoriseront l’intégration des normes socialement acceptées

6

Le cinéma, Internet et la télévision prennent une place très importante dans nos vies. Comment évaluez-vous le rôle de ces agents de socialisation ? Quels impacts peuvent-ils avoir, selon vous, sur le phénomène de la violence ?

Ces modes de socialisation sont autant de moyens de véhiculer une manière de vivre, des valeurs, etc., bref une culture principalement axée sur le mode de vie américain (American Way of Life). Plusieurs auteurs dénoncent la violence qu’on retrouve, à différents égards, dans ces véhicules culturels. Cela ferait en sorte de banaliser ce phénomène social.