Plan rouge alpha Flashcards Preview

BSP 396 > Plan rouge alpha > Flashcards

Flashcards in Plan rouge alpha Deck (13):
1

Présentation

Le Plan Rouge Alpha est composé d’un volume initial de moyens ajusté et adapté à la prise en charge
d’un ou plusieurs évènements à caractère terroriste. Cette adaptation offre au Directeur des Opérations
de Secours (DOS), qui est obligatoirement le Préfet de police, et au Commandant des Opérations de
Secours (COS), le général commandant la Brigade (COB) ou son représentant, une relative liberté
d’action et leur permet de concentrer leurs efforts en toute connaissance de cause.
Ce volume initial peut être complété par l’Etat-Major Opérationnel (EMO) à son initiative ou sur
demande du COS en fonction des circonstances ou des spécificités des sites.
Dans son organisation générale, le Plan Rouge Alpha est identique au plan rouge (DOS, COS,
Directeur des Secours Médicaux, Directeur des Secours Incendie Sauvetage).
Dans son organisation particulière, les fonctions « Ramassage » et « Evacuation » sont inchangées.
La catégorisation des blessés Urgences Absolues (UA), Urgences Relatives (UR), reste identique à
celle décrite dans le Plan Rouge.
La stratégie de prise en charge des victimes s’adapte au nombre de blessés, à la nature des lésions et au
contexte de menaces.

2

L’objectif du PRA est double :

− extraire et regrouper les victimes pour effectuer un triage médical permettant la réalisation
des seuls gestes nécessaires à la survie du patient ;
− débuter le plus rapidement possible les évacuations par un vecteur approprié vers un
hôpital adapté.

3

Généralité sur le déclenchement

DOCUMENT PROVISOIRE

En cas d’évènement justifiant sa mise en œuvre, le général commandant la BSPP ou son représentant
déclenche le plan rouge alpha et rend compte au Préfet de police qui prend la direction des opérations
de secours.
Cette décision, qui affecte la disponibilité des moyens des groupements d’emploi, est immédiatement
portée à la connaissance des préfets des départements de la zone de compétence de la brigade par le Préfet de police. Les préfets de cette zone savent ainsi ne pouvoir disposer, pour exercer leur
compétence déléguée de directeur des opérations de secours, que des moyens qui leur seront alloués,
sous l’autorité du Préfet de police, par le général commandant la BSPP au regard de la situation
d’ensemble dans la zone de compétence de son unité.
Le déclenchement du PRA induit la mise en œuvre des mesures spécifiques propres à chaque service
public et opérateurs concernés.

4

Le PRA est déclenché par l’EMO :

 à la prise d’appel en fonction des éléments recueillis ;
 à la demande de tout chef d’agrès, médecin du SAMU, chef de bord de véhicule police ;
 sous la forme synthétique suivante :
« Je demande Plan Rouge Alpha, telle adresse, accès des secours par tel itinéraire,nature de l’évènement, bilan approximatif…. »

5

Organisation

L’organisation générale du Plan Rouge Alpha est semblable à celle du Plan Rouge.
Le commandant opérationnel Brigade prend systématiquement le commandement des opérations de secours dès le déclenchement du premier Plan Rouge Alpha.
Sur le terrain chaque plan rouge alpha est
commandé par un COS de site.
Le médecin-chef Brigade prend la fonction de Directeur des Secours Médicaux de l’ensemble du
dispositif.

6

Fonction « Ramassage »

La mission est inchangée par rapport à celle du Plan rouge.
La fonction « officier Ramassage » est assurée par le chef de garde du détachement engagé au départ
des secours ou à défaut par le premier chef d’agrès du module ramassage.

7

Fonction triage


Les efforts portent sur une catégorisation rapide et la réalisation de gestes secouristes puis médicaux
adaptés en vue d’une évacuation rapide vers les structures adaptées.
La classification en deux catégories entre UA (Urgences Absolues) et UR (Urgences Relatives) est à
mettre en place d’emblée par les premiers intervenants.
Elle doit être rapidement affinée sous la responsabilité du médecin chef du triage (médecin BSPP ou
SAMU), désigné par le Directeur des Secours Médicaux (DSM).

8

Les victimes sont alors réparties en quatre groupes.

Les urgences absolues regroupent les victimes dont le pronostic vital est engagé. Elles se subdivisent
en extrêmes urgences (EU) et en premières urgences (U1).
 Les Extrêmes Urgences (EU) :
Il s’agit de victimes à l’état critique, dont le pronostic vital est immédiatement engagé. Elles doivent
être médicalement prises en charge sur site par les équipes de réanimation pré-hospitalières (BSPP
et/ou SAMU) et bénéficier d’une évacuation médicalisée rapide vers des structures hospitalières
pouvant accueillir, après régulation, ce type de patient (trauma-center).
 Les premières urgences (U1) :
Il s’agit de victimes à l’état grave, dont le pronostic vital est potentiellement engagé. Elles doivent
bénéficier des gestes médicaux nécessaires puis d’une évacuation rapide, médicalisée ou non, vers des
structures hospitalières pouvant accueillir, après régulation, ce type de patient
Les urgences relatives regroupent les victimes dont le pronostic vital n’est pas engagé mais qui
doivent être rapidement évacuées, de manière non médicalisée
, après régulation vers les structures hospitalières, le plus souvent à distance de l’évènement. Ces urgences se subdivisent en deuxièmes
urgences (U2) et troisièmes urgences (U3).
 Les deuxièmes urgences (U2) :
Ces victimes ne sont pas valides et nécessitent un transport couché, si possible, par moyen de transport
non médicalisé ;
 Les troisièmes urgences (U3) :
Ces victimes sont valides et peuvent être évacuées au moyen de transports collectifs (RATP,
BSPP,…).
Il est donc essentiel à la fois de garantir une bonne orientation des patients et une juste répartition entre
hôpitaux sans jamais retarder les évacuations.
Pour ce faire, la répartition précoce des destinations hospitalières pour chaque site (volume de places
attribué d’emblée) est donné au COS/DSM de chaque site par la régulation SAMU.
Il convient de privilégier, autant que possible, le choix de destinations groupées pour chaque site, ce
qui permet si besoin la réalisation d’éventuelles colonnes d’évacuation.

9

Fonction évacuation

La mission est inchangée par rapport aux dispositions du plan rouge.
La fonction « officier Evacuation » est assurée par le VLCdG du module « évacuation ».
Sur un site à l’air libre et considéré comme sécurisé, l’évacuation de toutes les UA en moins de 30 min
et de l’ensemble des victimes en moins d’une heure constitue un objectif majeur.
Les évacuations se font par les moyens les plus adaptés (médicalisés, non médicalisés, transports
collectifs), sur décision du binôme COS/DSM, en fonction de la gravité des victimes, des vecteurs
disponibles et de la prise en compte du rapport bénéfice/risque pour chaque patient.

10

Bilan

L’exploitation des bilans transmis sans délai est l’une des conditions du succès du Plan Rouge Alpha.
Afin de permettre un engagement judicieux des moyens disponibles, le COS de site transmet
immédiatement à l’EMO le nombre approximatif de victimes puis au plus tôt leur catégorisation :
DCD, UA et UR.

11

SINUS

SINUS, enjeu majeur contribuant à l’impératif gouvernemental de communication, ne doit jamais
ralentir la prise en charge et l’évacuation des victimes.
Lors d’un Plan Rouge Alpha, la BSPP n’a pas la mission d’établir la liste nominative des victimes. La
démarche de suivi des victimes est de la responsabilité de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ), en
liaison avec le COS.
En revanche, la comptabilisation des victimes (nombre et catégorisation) y compris les DCD et leur
traçabilité (connaissance de leur destination) restent du ressort du COS, via l’application SINUS.
Un VLCdG est dédié à cette mission.
Sa mise en œuvre comprend :
 la pose systématique de bracelets et FMA SINUS à chaque victime par les premiers intervenants ;
 l’utilisation immédiate d’une liste papier unique par site avec étiquettes SINUS en remplissant au
minimum :
- catégorisation ;
- destination ;
- vecteur d’évacuation.
 la saisie informatique des informations de la liste papier.

12

La capacité des AASC à fournir des MTNM étant directement liée au contexte des événements
(horaire, jour ouvrable..), l’emploi et l’affectation de ces moyens seront définis par l’EMO en fonction
des priorités du COB :
.

 renforcer les sites à évacuer en priorité ;
 compléter la couverture opérationnelle de la BSPP

13

Le contexte PRA impose à la BSPP de mobiliser dans l’heure le maximum de ressources.
Elle dispose pour ce faire des leviers suivants :

 activer au plus tôt les plans de rappel pour armer dès que possible la totalité des engins
disponibles (effort VSAV, PS et équipes médicalisées) ;
 s’assurer de la disponibilité immédiate des groupes dédiés aux manœuvres d’extraction de
victimes situées en zones non sécurisées (prises d’otages, assaillant retranché) ;
 restreindre et ajuster la réponse courante au stricte minimum (détresse vitale, feux de
contenants) ;
 constituer une réserve afin d’anticiper une seconde vague et /ou une évolution défavorable de la
situation sur un ou plusieurs sites ;
 engager la totalité des vecteurs d’évacuation BSPP disponibles sur les sites afin d’être en
mesure d’évacuer les victimes traitées dans les PMA au plus tôt (effort sur les deux premières
heures) ;
 répartir au mieux les VRB et les malles damage control ;
 lancer au plus tôt la manœuvre logistique d’armement de véhicules de transports en commun
(BSPP, RATP, voire DOSTL).