Pornographie Flashcards Preview

Contrôle social > Pornographie > Flashcards

Flashcards in Pornographie Deck (30):
1

La pornographie c'est quoi?

De la même façon qu’il n’existe pas un.e seul.e « prostitution/travail du sexe », la pornographie n’est pas un concept uniforme. Elle est multiple dans ses formes, contenus, conceptualisation, modes de consommation et de production.

2

Définition généralement admise de la pornographie:

« tout matériel écrit, visuel ou oral qui montre ou décrit des actes ou organes génitaux dans le but de stimuler sexuellement l’auditoire » (Magill, 1995, p. 985, notre traduction).
a) un CONTENU spécifique avec b) une INTENTION spécifique de produire c) un EFFET spécifique » (McNair, 1996, p. 45)

3

Différence entre l'Érotisme et la Pornographie?

Se présente sous un continuum: érotisme (plus suggestive, porno (plus explicite). Nudité---> pornographie violente. C'est la notion d'explicite qui marque la distinction entre érotisme et pornographie.

4

Autopornographie et Pornographisation du soi. Porn 2.0 ça fait référence à quoi?

En référence au WEB 2.0
Sites pornographiques de 2e génération permettant aux utilisateurs de partager du contenu et d’être en interaction (commentaires, publications, partages, notation, etc.)

5

Existe-t-il plusieurs plateforme pour la pornographisation du soi?

Oui. Une multiplication des plateforme de partage de contenu... (Youporn,, redtube, pornhub, etc.) De même qu'Instagram, twitter... Implication des consommateurs dans la création et la diffusion du matériel porno. Porno participative.

6

Qu'est-ce qui distingue la porno 2.0 de la porno comme on la connait?

Le contenu à caractère sexuel peut être créé et échangé dans l’immédiat (Arroyo, 2016)
Distinction de plus en plus floue entre les producteurs et les consommateurs et par la place centrale du contenu généré par les utilisateurs (Paasonen, 2010)
Aussi connu sous l’appellation néoporn.

7

Quels sont les deux perspective féministes en lien avec la pornographie sachant qu'avec la prostitution, on parlait de féminisme radicale néo-abolitionniste et de pro-sexe.

Féminisme radicales anti-pornographie. Et féminisme contre la censure / sex-radicals.

8

Qu'est-ce que les féministes radicales anti-porno soutiennent?

Que la pornographie engendre 3 formes de préjudice* :
1) Préjudice immédiat : femmes contraintes à jouer dans des productions pornographiques, femmes contraintes par domination et violences
2) Préjudice indirect pour les femmes : certaines formes de pornographie accentuent les risques de viol, d’agression et de violence
3) Préjudice social : Autant pour les femmes que pour les hommes, la pornographie socialise dans des rôles réducteurs et rigides, elle fait front à l’égalité des sexes. La pornographie est un médium qui sexualise et érotise la dégradation et la soumission des femmes. Érotise la violence entre h/f. Mais n'est-ce pas la représentation de la société?

9

V ou F: la criminalisation n'est pas le meilleur moyen pour enrayer la violence selon les anti-porno?

Faux. Il est le meilleur moyen pour éradiquer le sexisme et la violence faite aux femmes.

10

V ou F La pornographie montre le sexe pour exciter et le fait dans un contexte où le patriarcal domine selon les anti-porno.

VRAI.

11

Quels sont les points nommés par l'argument pour le contrôle de la pornographie car elle influence les comportements sexuels et l'attitude face à la sexualité?

La pornographie est :
Image déformée de la sexualité
Inspiration, connaissances, apprentissage, information dans un contexte de représentations sexistes et stéréotypées
Création d’attentes irréalistes chez les hommes
Réduit la sexualité à la génitalité et à la performance
Impacts négatifs sur les « valeurs familiales » (Zillman, 1989)
Induire insatisfaction face aux partenaires.

12

Quels sont les points amenés par le deuxième argument qui dit que la pornographie est une sorte de dépendance (usage problématique)?

Réponse sexuelle peut diminuer avec exposition prolongée
Besoin de toujours plus, de nouveau et besoin de changement constant
Usage de pornographie peut réduire l’anxiété et être consommée dans un cycle de dépendance au même titre que la drogue ou l’alcool
Le cycle de la dépendance peut mener à l’isolement social
Usage de pornographie peut mener à une certaine fixation et/ou partialisme
Dépendance technologique (internet) : semble plus problématique car satisfaction immédiate en contexte isolé (privé) et anonyme
Passer trop de temps à faire usage de/ou chercher de la pornographie spécifique au détriment d’autres activités

13

Quels sont les points amenés par l'argument selon lequel la porno et le viol/agression sont tout deux similaire pour la violence envers les femmes?

Peut mener certains hommes à être agressifs ou violents envers les femmes
Corrélation entre usage de pornographie violente et acceptation de mythes concernant le viol
Perte de sympathie et d’empathie pour la victime si usage de pornographie violente.

14

Quel est le point de vue des féministes contre la censure/ sex radicals?

La censure du matériel pornographique peut causer plus de tort que de bien.
La pornographie peut dépeindre le sexisme mais on ne peut l’accuser de causer ce sexisme.
La pornographie peut être un support qui assure la visibilité des minorités sexuelles et pratiques sexuelles plus marginales.

15

V ou F (sex radicals): la porno est comme liberté d'expression?

Vrai.

16

V ou F (sex radicals): Les femmes ne consomment pas de la pornographie et ne sont pas capables d'en renverser le sens?

Faux, les femmes en consomme, renverse le sens et jette un regard critique envers la porno. La porno est une forme de plaisir, de subversion à l'ordre patriarcal, comme objet/médium qui montre la différence et la diversité.

17

Contrôle social et sexologie: qu'est-ce que le savoir profane des gens?

Ceux qui ne sont pas « experts » font utilisation d’un langage qui n’est pas spécialisé, pas scientifique, inférieur dans la hiérarchisation des savoirs.
Le savoir expert :
Langage codé, spécialisé, ordonné en fonction des connaissances scientifiques, unitaires
Mais, qui dit vrai, quelle réalité est la vraie, qui parle, avec quelles paroles?

18

Quels sont les deux conceptions de Foucault par rapport à la notion de sujet?

2 conceptions :
1) Le sujet comme objet de connaissance, donc comme pouvant faire l’objet de contrôle, de surveillance, sur qui on applique connaissance et savoirs experts, usage d’un langage codé pour nommer la réalité de l’autre.
2) Le sujet comme sujet connaissant et agissant, qui apporte avec lui sa connaissance de soi, comme expert de lui-même, qui n’est pas porteur du langage du pouvoir.
« Le sujet qui n’est pas est celui dont on parle beaucoup, mais que l’on entend pas » (Ibid, p. 161).

19

Quelle est la fonction dominante de l'éducation sexuelle présentement?

Fonction de contrôle social: en termes de valeurs véhiculées, en termes de ce qui est considéré approprié pour les jeunes, en termes d'incitation à la sexualité.

20

Qu'est-ce que la position/modèle: Information restreinte en éducation sexuelle?

Transmission de valeurs sous un couvert bio-médical, position normative qui promeut la sexualité hétérosexuelle monogame et la reproduction.

21

Qu'est-ce que la position/modèle: Humaniste libéral en éduc sexuelle?

Éducation sexuelle comme un droit, comme une façon d’arriver à une expérience de vie plus enrichissante. Position qui ne se veut pas prescriptive et embrasse la sexualité (et ses variations) dans son ensemble.

22

Qu'est-ce que la position/modèle: Autonomisation (empowerment) en éducation sexuelle?

Discute/inclut les expériences des élèves, encourage les élèves à faire leurs propres choix.

23

Qu'est-ce qu'a comme impact le double standard en éducation sexuelle au Québec?

Cela alimente des représentations dominantes qui renforcent les différences de genre. Cela cibles les jeunes (âge), femme. Donc les jeunes femme font davantage l'objet d'un contrôle social et sont au coeur des discours scientifique en la matière (venant de nos valeurs bonne femme). Le hommes sont moins représentés dans les contenus d'éducation sexuelle, à part les homosexuels (hommes depuis l'arrivée du SIDA (vih). Cela remet peu en cause les structures sociales culturelles qui cause problème (patriarcat). La sexualité des femmes est la cible privilégiée de l'éducation sexuelle, des contrôle sociaux. La plus grande liberté sexuelle ne profite pas également aux hommes qu'aux femmes. (valeurs catho).

24

Quels sont les trois grands courants philosophiques d'intervention en éduc sexu?

1) modèle traditionnel: promotion de l'abstinence, accent sur l'union hétéro (plusieurs états américains)
2) modèle libéral intégratif: promotions du plaisir et de la diversité des sexualités (scandinavie)
3) Modèle préventif: axé sur les dangers, facteurs de risque et moyen de protection (Québec).

25

Quelle est la première limites du discours préventif au Qc (1/4)?

1) Véhicule un certain ESSENTIALISME : la sexualité est intime, privée, personnelle, individuelle.
Critique : occulte les aspects politiques, culturels et sociaux qui influencent la sexualité et sa négociation (genre, patriarcat, sexisme), on ne parle pas des relations de pouvoir afin d’en arriver à des relations plus égalitaires, on maintient le statu quo en ce qui concerne les rôles de genre. Ex: on normalise pas le fait que les femmes peuvent avoir ITSS. Condom féminin, digue sont difficiles à trouver.

26

Quelle est la deuxième limite du discours préventif au Qc (2/4)?

2) Véhicule un certain NATURALISME : le sexe biologique conditionne l’identité sexuelle, les comportements, les rôles de genres. On associe le sexe biologique au sexe social (masculin/féminin)
Critique : dichotomise et met l’accent sur les différences entre les sexes (hommes et femmes) et de ces différences découle une vision de la sexualité. (e.g., les femmes ont une sexualité sensuelle, relationnelle, affective, les garçons sont plus génitalisés, centrés sur la performance, sont plus sexuels.

27

Quelle est la troisième limite du discours préventif au Qc (3/4)?

3) Véhicule d’HÉTÉROSEXISME : l’hétérosexualité est la norme dominante, les « autres » sexualités sont à part, marginalisées
Critique : pose d’emblée une norme, une normalité et créant des catégories à part. Deux femmes ensembles encore une fois, aucune éducation par rapport à ça.

28

Quelle est la quatrième et dernière limite du discours préventif au Qc (4/4)?

4) Véhicule un certain âgisme : considérer les adolescents comme immatures, irrationnels, irresponsables
Critique : paternalisme, les adultes savent ce qui est bon, les plus vieux ont une sexualité responsable, harmonieuse et sécuritaire. Croyance que les adultes sont responsables, sages, mais il y a un regain des ITSS chez 59 ans et plus. Graveeee. Mais on considère qu'ils ont une sexu plus sécuritaire tout de même.

29

Injonction à la santé comme nouvelle moralité: la santé publique devient contrôle social... Pourquoi?

La santé est LA VERTUE postmoderne.
Blâme mis sur ceux qui s’exposent aux risques, qui ne les gèrent pas.
Risque d’ingérence dans la vie privée.
Les nouveaux sujets normalisés sont ceux qui respectent et intègrent les discours dominants (poids santé, l’exercice physique, alimentation…).
Prévention passe de plus en plus par la sphère privée : ce que l’on mange, mode de vie sexuelle. (Grossesse, fumeurs, obésité, etc.)
On occulte les facteurs socio-politiques derrière certaines pratiques.

30

La santé publique et le contrôle social, comment pose-t-elle le contrôle?

Axe ses interventions sur l’individu sous un couvert de bien pour autrui.
Discours qui jettent la honte sur l’individu : pas assez de contrôle de soi, pas de volonté, pas d’auto-discipline.
Mais en contexte postmoderne, c’est le bien-être individuel qui prime.
La maladie, la prise de risque, des mauvaises habitudes sont le fruit d’un individu irrationnel incapable de se gérer et planifier sa santé, la maladie comme une faute et non comme une fatalité.
Poussée d’intolérance envers ceux qui ne se plient pas aux discours dominants.