Tuto 5 - Leucémies Flashcards Preview

Hématologie > Tuto 5 - Leucémies > Flashcards

Flashcards in Tuto 5 - Leucémies Deck (52):
1

Quels sont les signes qui indiquent fortement une néoplasie hématologique maligne?

- Asthénie
- Symptôme de type B (fièvre, diaphorèse nocturne, perte de poids) VS. Atteinte de l’état générale (anorexie: diminution ou perte de l'appétit, perte poids, asthénie)
- Symptômes secondaires à une anémie
- Symptômes secondaires à une thrombocytopénie
- Diathèse (prédisposition de l’organisme) infectieuse

Examen physique:
• Adénomégalies (examens des aires ganglionnaires)
• Splénomégalie (examen de la rate)
• Douleur osseuse (sternale) résultant d’une infiltration médullaire
• Anémie (pâleur cutano-muqueuse)
• Syndrome hémorragique cutanée ou muqueux

2

Quelle est la définition de la leucémie aigue?

Présence de 20% ou plus de blastes dans le sang ou la MO (mais peut être diagnostiqué avec moins de 20% si des anoalies cytogénitiques ou génétiques spécifiquement associés au leucémie sont présents (classification).
- Prolifération clonale maligne des cellules hématopoïétiques immatures (blastes) bloquées dans leur processus de différenciation qui viennent à envahir la moelle et le sang périphérique et éventuellement les organes. L’expansion clonale cause une insuffisance de la moelle. L’origine est une cellule unique qui subit une modification génétique.

3

Quelles sont les caractéristiques de la leucémie aigue?

• Maladies très agressives via une transformation maligne des cellules souches hématopoïétiques ou des progéniteurs (se traite mieux que chronique)
• Les dommages génétiques impliquent des étapes clé résultant en :
↑ Taux de prolifération
↓ Apoptose
Blocage de la différentiation

4

Quelles sont les causes secondaires de leucémie myéloide aigue?

1. LMA avec anormalités génétiques: Translocation t(8;21) ou inv(16) (meilleur pronostic)
2. LMA avec changement relié à la myélodysplasie ou dysplasie/infidélité multi-lignées: Évolution d’une myélodysplasie; Dysplasie dans au moins 2 lignées et touchant au moins 50% des cellules
3. LMA secondaire à une thérapie reliée à un syndrome myléodysplasique: Chimiothérapie/Radiothérapie
4. LMA non catégorisée : classé en fonction du niveau de maturité des cellules se multipliant (FAB): Non-différenciée, Myéloblastique, Promyélocytique, Myélomonocytique, Monocytique
4. Sarcome myéloïde
5. Prolifération myéloïde reliée au syndrome de Down
etc.

5

Quelles sont les deux classifications morphologiques des leucémies?

Apparence des granules cytoplasmiques des granulocytes qui maturent.
• On peut voir des CORPS AUER: granules anormales en forme de tige), qui sont le meilleur critère d’identification de cellules myéloïdes leucémiques
• Aucun noyau (myéloblaste), Granule primaire (promyélocyte), granule secondaire, etc.

Morphologie du noyau
• Les cellules leucémiques ont souvent un pattern de chromatine nucléaire qui est plus fin et plus immature que son équivalent normal

6

Quelles sont les classifications immunologiques des leucémies?

• CD34 : marqueur le plus primitif
• CD33 : marqueur le plus consistent de LMA
• CD13 et 15: distinction entre LMA et LLA
• CD117 : exprimer sur les cellules leucémiques mais pas sur les cellules normales
Les cellules souches leucémiques ont étés identifiés comme ayant : CD34 +, CD38 -, CD71-, HLADR-, CD90- et CD117-

7

Quelle est la principale différence entre une leucémie et un syndrome myéloprolifératif?

Le fait est que les cellules qui prolifèrent dans les leucémies tassent les autres et empêchent leur production, causant une insuffisance médullaire, pouvant inclure variablement anémie – neutropénie – thrombopénie.
Ce concept est important lorsqu’on compare aux syndromes myéloprolifératifs, où la différenciation est conservée et où il n’y a aucune insuffisance médullaire, seulement des ↑ des lignées cellulaires.

8

Quels sont les symptômes d'une leucémie aigue?

Symptômes généraux d'une néoplasie
Symptômes associés à la pancytopénie
➢ Infections (neutropénie)
➢ Fatigue, souffle court, pâleur (anémie)
➢ Saignements (thrombopénie)
Symptômes d'infiltration d'organes: Splénomégalie importante (ex : foie, nœud lymphatique, méninges, cerveau, peau, testicules)

9

Comment sont les cellules dans la leucémie chronique (se traite mal, mais moins grave)?

Dans la leucémie chronique, il y a prolifération cellulaire mais avec maturation des lignées inférieures (les cellules leucémiques fonctionnent presque normalement).

10

Comment est la formule sanguine d'une leucémie aigue?

Anémie, thrombopénie
Leucopénie OU leucocytose
BLASTOSE PÉRIPHÉRIQUE (mais pas toujours, mais cellules blastiques > 20% a/n MO +++)

11

Comment est la formule sanguine d'une leucémie chronique...
- myéloide?
- lymphoide?

MYÉLOIDE
• Leucocytose (> 50 000)
• Déviation G de la différentielle
• Éosinophilie et/ou basophilie

LYMPHOIDE
• Leucocytose
• Anémie variable (possiblement hémolytique auto-immune)
• Neutropénie
• Thrombopénie immune ou non

12

Quelles sont les caractéristiques de la leucémie myéloide aigue? (LMA)
Classification?

• Plus fréquente chez l’adulte et en ↑ en vieillissant (âge moyen = 65 ans).
• D’origine primaire ou secondaire (myélodysplasie, myéloprolifération ou chimiothérapie) ont un mauvais pronostic.
• La classification est faite p/r au type de cellule duquel la leucémie se développe et de son niveau de maturité. Ceci est effectué grâce au microscope et à la cytogénétique.
M0: Indifférencié
M2: Myéloblastique avec maturation granulocytique t(8;21) Bon Px
M3: Promyélocytique (donne CIVD typiquement) t(15;17) Bon Px
M4: Maturation granulocytique et monocytique Inv(16) Bon Px
→ Les tests cytogénétiques et l’analyse moléculaire est critique pour déterminer le Px et le plan de Tx.

13

Quels sont les signes et symptômes d'une LMA?

Manifestation : + symptômes d’insuffisance médullaire
➢ Symptômes 2e aux cytopénies (saignements, infections, asthénies…); infiltration du système nerveux central, os (douleur, arthrite, arthralgies), gencives, peau. Splénomégalie rare, mais peut être légère.
➢ Leucostase ou hémorragie cérébrale si leucocytes + de 50-100 x 109/L, CIVD avec leucémie aigue promyélocytaire (LAP, un sous-type distinct de LAM)

14

Quelles sont les caractéristiques leucémie promyélocytaire (APL)? Sous type de LMA (M3)

- Pancytopénie, BAS TAUX FIBRINOGÈNE, D-dim ÉLEVÉS
• URGENCE en raison d’un risque élevé de complications hémorragiques mais elle est hautement curable grâce à un traitement spécifique
> 95% des cas sont caractérisés par une translocation équilibrée entre les chromosomes 17q21 et 15q22 (cytogénétique)
• ASSOCIÉ à une coagulation intravasculaire disséminée (CID) et à une hyperfibrinolyse.
• Tendance au saignement causée par la thrombocytopénie et la coagulation intravasculaire disséminé est caractéristique de la variante promyélocytaire (syndrome hémorragique).
➢ TX : transfusion multiple de plaquette et remplacement des facteurs de croissance avec du plasma frais congelé. ATRA DIRECT!!!! (vitamine A) et arsenic

15

Quelles sont les caractéristiques de la LLA?
Classifications?

Plus fréquente chez l’enfant (diminue à 10 ans, puis remonte à 40 ans (Philadelphie + chez 25% des LLA adulte)
Sous-type B-cell (CD10 retrouvé ++ en LLA) représente 85% des cas, T-cell touchant plus souvent les hommes et représente 15% des cas.

Classé selon le défaut génétique sous-jacent
L1: Petites et monomorphique;ratio noyau/cytoplasme élevé
L2: Grosses et hétérogènes; ratio noyau/cytoplasme faible
L3: Cellule Burkitt-like : Larges, vacuoles et cytoplasme basophilique
Immunophénotype : Les marqueurs immunologiques permettent de diviser les LLA en pro-B, pré-B, B-cell ou T-cell (Tdt = pré/pro)

16

Quels sont les résultats des tests paracliniques d'une leucémie lymphoblastique aigue?

- Manifestation : + de syndrome infiltratif
Symptômes 2e aux cytopénies (saignements, infections, asthénies…), arthralgies, douleurs osseuses, adénopathies viscéromégalie, masse médiastinales (LAL-T), infiltration de la peau, méninges ou testicules. Leucostase rare sauf si blastes très élevés (+ 200 x 109/L). Cause céphalée, confusion, dyspnée.
- Labo : Pancytopénie avec blastes (blastes absents chez 10% = leucémie aleucémique), hyperuricémie, LDH ↑
- Moelle osseuse : hypercellulaire avec plus de 20% de blastes. Analyses cytogénétiques pronostiques
- Traitement : chimiothérapie +/- inhibiteur tyrosine kinase (ex : imatinib) si t(9,22) (25% des LAL-B chez l’adulte) : allogreffe de cellules souches périphériques à considérer en 1er rémission (qu’importe les facteurs pronostiques) ou si rechute. Prévention de la lyse tumorale avec allopurinol et hydratation.
- Pronostic : survie à 30-40% à long terme

17

Quelles sont les conséquences de la leucostase?

Leucostase : ischémie de plusieurs organes et troubles pulmonaires et neurologiques (composante monocytaire) par obstruction des vaisseaux par les gros blastes(++ grande concentration de blaste). *urgence hématologique qui doit être traité rapidement. Impossible dans la leucémie chronique où il y a moins de blastes.

18

Qu'est-ce que l'infiltration des sanctuaires?

o Infiltration des sanctuaires (lieux sanctuaires : cellules restent là et peut faire rechute si pas tratié correctement)
• Méningite blastique : dans l’espace sous-arachnoïdien (+LLA : ++ fréquent, 25% ont des atteintes méningés)
• Donne céphalées, nausées, raideur de nuque, diplopie, papilloedème
• Œdème et érythème testiculaire

19

Quels sont les problèmes métaboliques assoicés à la leucémie?

o Hypoglycémie : blastes le mange
o Hyperkaliémie : syndrome de lyse des cellules tumorales
o Hyperphosphorémie : syndrome de lyse des cellules tumorales
o Élévation de l’acide urique : syndrome de lyse des cellules tumorales (peut donner de la goutte)
o Élévation LDH
o Hypercalcémie : hyper-PTH ostéoporose!!!
o Hypocalcémie : syndrome de lyse tumorale (pcq précipite)
o Lysozyme élevé : composante monocytaire
o ↓ de la fonction rénale par syndrome paranéoplasique
Les problèmes associés à la lyse des cellules tumorales sont amplifiées par la chimiothérapie.

20

De façon caractéristique, LMA 4-5, LMA 3 et LLA-T sont associés à quels types de symptômes?

• LMA 4-5 : syndrome tumoral et infiltratif
• LMA 3 : CIV avec hyperfibrinolyse (augmentation du temps de protrombine (PT))
• LLA-T : polyadénopathies et gros médiastin (thymus et adénopathies)

21

Quels sont les facteurs de risque de la LLA?

• Exposition à des irradiations (habituellement 6 à 8 ans après l’exposition)
o La radiothérapie augmente aussi les risques
• Exposition à des produits chimiques
o Chimiothérapie
o Benzène
• Certaines infections virales
o HTLV-1
o EBV
• Syndromes génétiques qui augmentent les chances
o Syndrome de Down
o Syndrome de Klinefelter
o Anémie de Fanconi
• Race caucasienne
• Sexe masculin
**1/3 des syndromes myélodysplasiques évoluent vers une leucémie aiguë**

22

Quels sont les facteurs de risque de la LMA?

• Cigarette
• Exposition à des produits chimiques
o Benzène
o Chimiothérapie
• Les agents alkylants entraînent un risque de LMA 8 ans après le traitement, souvent précédée par un syndrome myélodysplasique
• Les inhibiteurs de la topoisomérase II entraînent un risque de LMA 4 à 7 ans après le traitement, sans développement d’un syndrome myélodysplasique.
• Exposition aux irradiations
o Habituellement 6 à 8 ans après l’exposition
• Certaines pathologies sanguines
o Syndromes myéloprolifératifs chroniques
o Syndrome myélodysplasique
• Syndromes génétiques
o Anémie de Fanconi
o Syndrome de Kostmann
o Syndrome de Down
• Historique familiale de LMA
• Sexe masculin
**1/3 des syndromes myélodysplasiques évoluent vers une leucémie aiguë**

23

Quelles sont les caractéristiques de la cytométrie de flux?

• Principe général : mesurer les propriétés d’une cellule en suspension qui passe entre une source lumineuse et un système de détecteurs.
• Avant : on ajoute à nos cellules des anticorps couplés au fluorochrome.
• Source lumineuse : Laser
• But : faire circuler les cellules une à une dans la cellule de mesure devant la source lumineuse. Le rôle du fluorochrome est d’absorber la lumière et de la réémettre à une longueur d’onde plus longue et avec moins d’énergie. Ainsi, l’appareil est capable de voir quelles cellules sont couplées avec l’anticorps, et donc porteurs de l’Ag.
• Applications :
Phénotypage des leucémies et lymphomes
On peut détecter dans la LLC par exemple, l’expression d’une seule chaîne légère sur les Ig (κ ou λ) signifiant une grande quantité de clones. On peut détecter les marqueurs immunologiques (CD..) pour différencier une LMA et une LLA

24

Quelles sont les causes d'adénomégalie et leurs caractéstiques?

Réactive/inflammatoire (cahoutchouteux, mobile, dlr, 2cm)
DDX en 3 catégories générales : Infections, néoplasies et maladies immunologiques

25

Quelles sont les causes d'adénopathies localisées vx généralisées?

Adénopathie localisée: infection locale (Tuberculose, Pyogène : pharyngite, abcès dentaire, otite moyenne, Virale), Lymphome (Hodgkin et non-Hodgkin), Carcinome métastatique

Adénopathies généralisées
• Infection/réactif
o Bactérienne : syphillis, brucellose, tuberculose, salmonella, endocardite ou Virale : mononucléose, oreillon, rubéole, hépatite, VIH, CMV ou Fungique : histoplasmose ou Protozoaire : toxoplasmose
• Maladie inflammatoire: Sarcoïdose, PAR, Lupus, Crohn et maladie coeliaque
• Cancer: Néoplasie hématologique : Leucémies (spécialement les leucémies lymphoïdes (LLA, LLC)), Lymphomes : Hodgkin et non-Hodgkin, myélome multiple, macroglobulinémie de Waldenstrom), Carcinome métastatique : rarement
On retrouve des nodules durs qui sont attachés ensemble et fixés aux tissus environnants
• Médicamenteuse
• Endométabolique : Hyperthyroïdie

26

Quelles sont les causes de splénomégalie?

• Infection : mononucléose, septicémie, endocardite, tuberculose, malaria
• Hypertension portale : cirrhose, thrombose, IC
• Maladie inflammatoire : PAR, lupus
• Maladie métabolique : maladie de Gaucher, amyloïdose
• Hémato
o Toutes les leucémies et lymphomes
o Tous les syndromes myéloprolifératifs
o Anémie mégaloblastique
o Anémie hémolytique autoimmune
Anémie falciforme
o Thalassémie

27

Quelles sont les méthodes diagnostiques ?

- Morphologie: Nécessite une aspiration de moelle
Permet de différencier les différents types de leucémies aiguës
- Caryotype
- FISH: permet de détecter et localiser la présence ou l’absence de séquences d’ADN spécifiques sur les chromosomes (translocations, délétions, etc
- PCR (réaction en chaîne par polymérase): Permet d’amplifier de l’ADN afin de détecter des anomalies, comme des translocations ou des délétions de quelques paires de bases
- Cytométrie de flux : Perme de déterminer l’immunophénotype et ainsi de dire si le blaste vient de la ligné lymphoïde ou myéloïde et localiser leur niveau de différenciation. Seuil de positivité d’un marqueur : 20%
Cellules souches : CD34

28

Que veulent dire les marqueurs de la cytométrie de flux?

Lignée myéloïde
o CD13 +, CD33 +, CD117 + et TdT-
Lignée lymphoïde B et T
• Lymphoïde B
o CD10, CD19, CD20, CD22, CD79 (CD5)
• Lymphoïde T
o CD2, CD3, CD7 et évidemment le CD4/CD8

29

Quels sont les grands principes de traitement de la leucémie aigue?

But #1 : Obtenir la rémission complète (RC) par disparition des signes cliniques et biologiques avec blastes médullaires

30

Quel est le traitement du syndrome hémorragique associé à la variante M3 (promyélocytaire)?

• Problèmes cliniques (peut présenter au début ou plus tard) qui résultent de la neutrophilie qui suit la différentiation des promyélocytes de la MO : fièvre, hypoxie, infiltrats pulmonaires et overload fluidique
Tx: Demamethasone 10mg IV 2x par jour + transfusions de plaquettes et remplacement des facteurs de coagulation avec du plasma frais
De plus, all-trans retinoic acid (ATRA) est administré en conjonction avec la chimiothérapie pour les M3
•ATRA discontinuée slmt dans des cas très sévères…
**On fait un profil de coagulation complet (compte des plaquettes, PT, PTT, temps de thrombine, taux de fibrinogène, d-dimère, facteurs de coagulation) avant d’initier la chimiothérapie (reconnaitre coagulopathie secondaire).

31

Quel est le statut de la greffe de cellules souches allogéniques?

• Réduit le taux de rechue de la LMA mais à un plus grand risque de morbidité et mortalité
• Fait partie du traitement de consolidation.
• LLA de l’enfant : seulement si très mauvais pronostic (cytogénétique + mauvaise réponse au traitement)
• LMA de l’adulte : si moins de 50 ans avec donneur familial + si récidive du cancer
• Les dons allogéniques de donneurs non-apparentés sont réservés aux cas avec très mauvais pronostic.

32

Quels sont les principaux cancer chez l'homme?

Homme
En termes d’incidence
#1 : Peau
#2 : Prostate
#3 : Poumon
#4 : Colo-rectal
#6 : Lymphome non-hodgkinien
#8 : Leucémie
En termes de mortalité…
#1 : Poumon
#2 : Colo-rectal
#3 : Prostate
#5 : Lymphome non-hodgkinien
#6 : Leucémie

33

Quels sont les principaux cancer chez la femme?

Femme
En termes d’incidence…
o #1 : Peau
o #2 : Sein
o #3 : Poumon
o #4 : Colo-rectal
o #7 : Lymphome non-hodgkinien
o #11 : Leucémie
En termes de mortalité…
o #1 : Poumon
o #2 : Sein
o #3 : Colo-rectal
o #6 : Lymphome non-hodgkinien
o #7 : Leucémie

34

Quelles sont les caractéristiques de la neutrophilie?

• Niveau de neutrophile circulant supérieur à 7,5 x 109/L
• S’accompagne parfois de fièvre à cause de la libération de pyrogènes par les leucocytes. On retrouve parfois plus de neutrophiles juvéniles et de cellules précurseurs dans le sang périphérique.
• Se méfier de la réaction leucémoïde. Celle-ci est caractérisée par une leucocytose avec cellules précurseurs (ex : myéloblaste, promyélocyte et myélocyte) dans le sang périphérique. Elle est causée par les infections sévères, l’hémolyse sévère ou le cancer métastatique.
VS L’autre cause de cellules précurseurs dans le sang périphérique pour les GB est une leucémie myéloïde.

35

Quelles sont les causes de neutrophilie?

- Stress, Tabagisme, Grossesse
- Libération augmentée par la moelle
o Infection bactérienne aigue
o Inflammation et nécrose tissulaire (myosite, vasculite, infarctus, trauma)
o Trouble métabolique (ex : urémie, éclampsie, acidose, goutte, etc.)
o Hémorragie ou hémolyse
o Traitement avec des facteurs de croissance myéloïde : G-CSF, GM-CSF
- Diminution des stocks en margination dans les capillaires
o Exercice
o Épinéphrine
- Diminution de l’extravasation vasculaire: Corticostéroïdes
- Augmentation des précurseurs de la moelle
o Infection chronique
o Tumeur (LMA)
o Syndrome myéloprolifératif
o Myélofibrose
- Diminution du pool splénique
o Splénectomie

36

En présence d'une neutrophilie, quels sont les tests pertinents à effectuer?

En présence de précurseurs dans le sang périphérique :
o Rechercher granulations toxiques
o Rechercher corps de Dohle
o Estimer neutrophile alkaline phosphatase (NAP) :
Ces trouvailles avec un NAP élevé sont suggestives d’une réaction leucémoïde, le contraire suggère une leucémie myéloïde

37

Quelles sont les causes de monocytose?

• Infections bactériennes chroniques : tuberculose, brucellose, endocardite bactérienne, typhoïde, malaria
• Collagénose/ trouble des tissus conjonctif : lupus, PAR
• Maladie inflammatoire de l’intestin
• Infections protozoaires
• Neutropénie chronique
• Lymphome Hodgkin
• Leucémie myéloïde aiguë
• Leucémie myélomonocytique chronique et myélodysplasie
• GM-CSF et M-CSF

38

Quelles sont les causes d'éosinophilie?

Favorisé par IL-5. Plus fréquemment causé par allergie, parasite, maladie de peau et médicament.
Aussi:
• Auto-immun : polyartérite noueuse, vasculite, lupus
• Lymphome de Hodgkin
• Cancer métastatique
• Syndrome myéloprolifératif
• Maladie athéroembolique
• Prise de GM-CSF
• Leucémie chronique éosinophilique : LMC!!!!

39

Quelles sont les causes de basophilie?

- Le plus souvent vu chez les patients avec un syndrome myéloprolifératif tel qu’une polycythémie vera et une leucémie myéloïde chronique (avec eosino)
- Peuvent aussi augmenter avec : myxoedème (infiltration cutanée due à l'insuffisance ou à la suppression de la sécrétion thyroïdienne), la variole, la varicelle ou la colite ulcéreuse

40

Quelles sont les caractéristiques du syndrome de lyse tumorale?

Le syndrome de lyse tumorale est causé par la destruction rapide d’une grande population de blastes lors d’une chimiothérapie ou lyse spontanée (surtout Leucémie aigue)
Entraîne une hyperphosphatémie, une hyperkaliémie, une hypocalcémie et une hyperuricémie
Ce syndrome est ++ vu avec les tumeurs se divisant rapidement comme les lymphomes lymphoblastiques et les leucémies aigues et peut mener à l’IR (hyperuricémie).
- TX : remplacement des électrolytes, allopurinol, fluide IV, alcalinisation des urines et rasburicase (enzyme oxidant l’acide urique = contrôle l’hyperuricémie)
*L’hyperphosphatémie peut entraîner la précipitation de calcium, ce qui explique l’hypocalcémie. Hydrater le patient avec de grandes quantités de fluides IV.

41

Quels sont les caractéristiques du syndrome myéloprolifératif?

- Anomalies acquises par les cellules souches de la moelle qui font proliférer une ou plusieurs lignées cellulaires(néoplasie), avec capacité de différenciation intacte. Il n’y a jamais d’insuffisance médullaire, sauf quand la fibrose se développe
• 4 types de syndromes myéloprolifératifs : 1 pour les GR, 1 pour les GB, 1 pour les plaquettes et pour le stroma.
- Étiologie commune des conditions : une mutation acquise unique de la tyrosine kinase cytoplasmique Janus-associated kinase 2 (JAK2) qui joue un rôle avec les facteurs de croissance IL-3, EPO, GM-CSF, G-CSF
thrombopoïétine
(tous les patients avec PRV et dans environ 50% des patients ayant TE et myélofibrose)

42

Quels sont les 4 pathologies qui font partie du syndrome myéloprolifératif?

1. Thrombocytose essentielle (TE)
2. Polycythémie vraie (PV) (maladie de Vaquez)
3. Myélofibrose (MF)
4. Leucémie myéloïde chronique (LMC)

43

Quelles sont les caractéristiques de la thrombocytose essentielle?

Thromboses, Hémorragies (plaquettes moins fonctionnelles, Érythromélalgie (pathognomonique), splénomégalie ou atrophie splénique par infarctus
o Frottis sanguin : Grosses plaquettes et mégakaryocytes
*La protéine C réactive devrait être diminuée
avec une thrombocytémie essentielle
Autres causes de thrombocythémie à exclure (ddx) :
- Réactive
• Déficience en fer
• Maladie inflammatoire (PAR)
• Saignement aigu ou chronique
• Hémolyse
• Néoplasie disséminées
• Post-splénectomie ou hyposplénisme/asplénie
• Grossesse
• Adrénaline
- Endogène
• Polycythémie vraie/myélofibrose/LMC
Évolution :Transition à la myélofibrose : 30%
Progression à la leucémie myéloïde aigue : RARE (5%)
Traitement : aphérèse, sinon, aspirine +/- hydroxyurée

44

Quelles sont les caractéristiques de la polycythémie vraie (maladie de vaquez)?

IProlifération des globules rouges, causée par des mutations somatiques d’une seule cellule souche hématopoïétique qui donne à ses descendants des avantages prolifératifs. Presque 100% ont des mutations du JAK-2. Maladie des personnes âgées (âge médian 60 ans)
Manifestations :
o Maux de tête, étourdissement, perte de poids
o Cyanose, asthénie
o Érythromélalgie : brulement dans les mains et pieds soulagé par l’aspirine (pathognomonique **)
o Prurit, surtout après bain chaud ou douche (aquagénique)
o Splénomégalie
o Hémorragie (fonction plaquette anormale) OU Thrombose veineuse ou artérielle* (fonction plaquettes anormale et hyperviscosité) *symptôme de présentation dans 20-30%)
o Ulcère peptique, claudication, angor
o Syndrome d’hyperviscosité, Hypertension (hyperviscosité)
o Goutte (production accrue d’acide urique)

45

Quelles sont les ddx de polycythémie vraie?
Quelles sont les complications? Traitement?

Autres causes de polycythémie à exclure (ddx) :
o Sécrétion appropriée d’EPO : altitude, MPOC, maladie cardiaque, tabagisme
o Sécrétion inappropriée d’EPO : maladie rénale, tumeurs
o Perte de volume plasmatique : déshydratation, vomissements, brûlures, entéropathie

- Complications:
Complications surtout hémorragiques et thrombotiques
Transition à la myélofibrose : 30%
Progression à la leucémie myéloïde aigue : 5%
- Traitement : saignées (cytoréduction) +/- aspirine
chimiothérapie

46

Quels sont les critères dx d'une polycythémie vraie?

Nécessite les critères suivants : 2 majeurs + 1 mineurs OU 1er majeur et 2 mineurs:
- Critères majeurs :
Hb >185 g/L H ou >165 g/L F
Présence de mutation JAK-2
- Critères mineurs :
Hypercellularité sur la biopsie de moelle
↓ EPO
Croissance spontanée cellule souche érythroïde (BFU-E)

47

Quelles sont les caractéristiques de la myélofibrose?
Manifestations cliniques?

Hyperplasie des mégakaryocytes de la moelle qui produisent du PDGF qui activent les fibroblastes de la moelle à produire du collagène. Il y a une fibrose généralisée de la moelle osseuse avec hématopoïèse extra-médullaire (foie et rate- métaplasie myéloïde)
• 50% ont la mutation JAK2
• 1/3 des patient ont un ATCD de PV et TE

Manifestations :
o Anémie insidieuse
o Hépatosplénomégalie massive (hématopoïèse extra-médullaire) (inconfort abdominale, douleur, indigestion)
o Ostéosclérose : douleurs osseuses
o Symptômes hypermétaboliques : fatigue, inappétence, perte de poids, sudation nocturne
o Saignements
o Goutte : élévation de l’acide urique

48

Examens paracliniques de la myélofibrose? Complications? Traitements?

o Frottis : poïkylocytes en larmes (dacryocyte) ** (caractéristique) et érythroblastes
o Moelle : Aspiration ne tire rien (dry tap)
• Biopsie montre fibrose avec hypercellularité avec nombreux mégakaryocytes
o NAP élevé
o JAK2 dans 50%
o Élévation de l’acide urique et des LDH

Évolution :
o Mauvaise (survie moyenne de 5-8 ans, mort d’IC, infection et LMC)
o Progression à la leucémie myéloïde aigue : 10-20%

Traitement : transfusions, acide folique, allopurinol, chimio, splénectomie, cellules souches

49

Quelles sont les caractéristiques de la leucémie myéloide chronique?

- Très souvent BCR-ABL positif (Ph1) = chromosome de Philadelphie (prof : il faut que tu l’aie). Pic d’incidence surtout vers 50 ans
- Évolution plus lente sur des années, mais plus difficile à traiter que les leucémies aiguës. Les patients peuvent parfois être complètement asymptomatiques, ou présenter les mêmes symptômes que la leucémie aiguë.

1. Phase chronique asymptomatique ou avec malaises, dyspnée, anorexie, fièvre, hypersudation nocturne, perte de poids, ballonnement, saignements, goutte, splénomégalie 85%.
2. Phase accélérée ou blastique avec céphalée, fièvre, douleurs osseuses, hémorragie, splénomégalie, lymphadénopathies

Dx : BRC-ABL dans le sang ou la MO habituelle +, Leucocyte et B12 ↑, Basophile, éosinophile et phosphatase alkaline ↓, Thrombocytose, MO hyperplasique, avec myélofibrose 10-40%

Tx: inhibiteurs de la tyrosines kinases (ex : imatib), allopurinol (acide urique) et une chimiothérapie.
Seul traitement curatif : allogreffe de cellules souches périphériques si – de 60 ans.

50

La LMC peut-elle évoluer en LMA?

La leucémie chronique peut aussi évoluer en leucémie aiguë quand les blastes > 20% dans la moelle. Le patient décompense en anémie, thrombocytopénie. La maladie est plus difficile encore à contrôler. C’est la première cause de mortalité.

51

Quelles sont les caractéristiques du chromosome de Philadelphie?

• La translocation (9;22) ou chromosome de Philadelphie est responsable de 95% des leucémies myéloïdes chroniques. On la retrouve aussi dans 25% des leucémies lymphoblastiques aiguës.
• Activité de tyrosine kinase ↑, qui sont les récepteurs à facteur de croissance. Il en résulte une transformation maligne.
• Cette anomalie touche la cellule souche hématopoïétique et toutes les cellules du sang sont porteuses de la mutation.

TX: L’imatinib (inhibiteur de tyrosine kinase)

52

Aspiration vs biopsie moelle osseuse?

Aspiration :
• Morphologie
• Évaluation réserves en Fe
Biopsie osseuse :
• Architecture générale
• Cellularité
• Envahissement néoplasique
• Aspiration blanche (myélofibrose)