Cours 3 : Grands brûlés-Approches thérapeutiques en phase de réadaptation Flashcards Preview

Interventions spécialisées > Cours 3 : Grands brûlés-Approches thérapeutiques en phase de réadaptation > Flashcards

Flashcards in Cours 3 : Grands brûlés-Approches thérapeutiques en phase de réadaptation Deck (91)
Loading flashcards...
1

Faits et statistiques - victimes de brûlures
- 2 causes principales de brûlures: ___ et ________
(__% des brûlures)
- __% des brûlures arrivent à ______
- Taux de______ augmente avec l’___ et le % de ___________
- Le________ représentent __% des complications liées aux brûlures

- Feu
- Liquide brulant ou vapeur
- 80%

- 72%
- domicile

- mortalité
- Âge
- surface corporelle brûlée

- Infections cutanées et pulmonaires
- 31%

2

Historique :
Année _____: création de deux ________________ : l'Est et l'Ouest de la province

- 2004
- centres d’expertise pour les victimes de brûlures graves

3

Qui est-ce que le centre d’expertise de l'Est du Québec implique?

- Usager
- Soins aigus HEJ (C.H.U.)
- Réadaptation IRDPQ (CIUSSS)
- Associations des GB F.L.A.M. : Groupe d’entraide et de soutient à la réinsertion sociale

4

Quels sont les critères d’accès au centre d’expertise:
services surspécialisés volet réadaptation: IRDPQ?

- Brûlures 2e et 3e degrés sur plus de 10% surface corporelle: adulte >50 ans
- Brûlures 2e et 3e degrés sur plus de 20%: adulte 16-50 ans
- Brûlures 3e degré sur plus de 5%
- Brûlures 2e et 3e degrés impliquant, tête, visage, mains, pieds, organes génitaux, périnée ou les articulations majeures
- Toutes brûlures électriques y compris la foudre, brûlures chimiques et les brûlures des voies respiratoires
- Client requérant des interventions intensives (4-5 fois/semaine) et/ou complexes nécessitant présence de plateaux techniques en lien avec les grands brûlés
- Client requérant une équipe interdisciplinaire (physio, ergo, kin, psy, TS, inf, MD)
- Client requérant des aides techniques complexes reliées à la problématique

5

Quel est l'impact de la profondeur d'une brûlure?

Le temps nécessaire à la guérison des plaies et l’évolution de l’intégrité de la peau suite à la brûlure sont différents dépendamment de la profondeur de la brûlure.

6

En combien de temps la brûlure de 2e superficiel degré va-t-elle guérir?

2e degré superficiel
guérira en moins de 2 semaines sans
trop laisser de cicatrices.

7

_______ et la plupart des _______ nécessiteront
une _______ et seront plus à risque de développer _______ et _______.

- 3e
- 2e profond
- Greffe
- Rétractions/cordons
- Hypertrophie

8

Quelle est la durée du processus de cicatrisation en fonction du degré de la brûlure?

- Brûlures 1er degré (3 à 5 jours)
- Brûlures 2e degré superficiel (7 à 21 jours)
- Brûlures 2e degré profond (3 à 9 semaines et souvent nécessite une greffe)
- Brûlures 3e degré (besoin d’une greffe pour guérir)
- Brûlures 4e degré (membres non viables car os-muscles atteints)

9

Pourquoi les brûlures de 3e degré et la plupart des brûlures de 2e degré profond
nécessiteront une greffe et seront plus à risque de développer des
rétractions/cordons et de l’hypertrophie cutanés?

Parce que le processus de
guérison intensive appelé processus inflammatoire, se prolonge dans le temps.

10

Quelles sont les phases du processus de cicatrisation de la peau?

1. Hémostase (5 à 10 min)
2. Inflammatoire ( 1 à 4 jours)
3. Prolifération (4e à 21e jour)
4. Maturation 21e jour jusqu'à 2 ans

Centre de réadapte svt à partir de la 6e semaine.

11

Quelle est la particularité des GB dans le processus de guérison de la peau?

Chez les Grands brûlés il y a installation d’une seconde phase inflammatoire vers la 6e semaine qui peut s’étendre jusqu’à 18-24 mois avec activité maximum de la 6e semaine au 6e mois.

12

Quelle est la problématique avec les GB dans la phase inflammatoire?

On a une trop grande prolifération de cellule et une trop petite nécrose. on termine ce qui fait et la peau s'épaissie.

13

Qu'est-ce que la cicatrisation optimale?

équilibre entre prolifération des cellules et nécrose cellulaire

14

Qu'est-ce qui fait en sorte que la cicatrisation n'est pas optimale?

Avec les brûlures la prolifération des cellules
est plus grande que la nécrose

Résultat: hypertrophie cutanée

15

Qu'est-ce qui explique l'hypertrophie cutanée?

- Suite à une brûlure grave, les cellules appelées fibroblastes continuent à être dans un état hyperactif en raison de la réaction inflammatoire qui se prolonge dans le temps
- Les phénomènes qui désactivent le processus de guérison ne sont pas encore élucidés donc un défi en termes de pronostic de guérison/ séquelles post-brûlures à moyen et long terme

16

Quelle est la durée de la phase inflammatoire?

Début vers la 6e semaine et peut s’étendre jusqu’à
24 mois suite à la brûlure.

17

Quel est le principal enjeux de la phase inflammatoire?

L’hypertrophie et la rétraction cutanées

18

Comment faut-il diriger la cicatrisation pendant la phase inflammatoire?

Le patient se sent toujours
pris dans sa peau, on peut observer une grande variabilité
des mesures de ROM.

19

Comment s'observe la phase inflammatoire?

S’observe par la coloration
de la peau qui est rouge
foncée, violacée.

20

Le tissu cicatriciel
- La cicatrisation se fait vers la ______ et l’_______.
- Le risque _____ et ______ maximal se situe de la __ semaine
au __ mois.
- Le derme s’enrichit d’une ________. On peut apercevoir des réseaux veineux visibles à la surface de la peau chez certains.
- Les glandes ______, _____ et ______ tentent de se régénérer

- Rétraction
- hypertrophie

- rétractile
- hypertrophique
- 6e
- 6e

- abondante vascularisation
- réseaux veineux

- sudoripares
- sébacées
- poils

21

Qu'est-ce que l'hypertrophie?

Disposition anarchique des fibres de collagène qui s’organisent en nodules ou en spirales au lieu de s’organiser en fibres épaisses, traissées et orientées parallèlement à la surface du derme normal.

22

L’hypertrophie: un désordre cicatriciel
- Apparait au stade ou l’_______ est au maximum
- S’observe surtout au niveau des ___________: bras, tronc, bas du visage

- Désordre
- Inflammation cutanée
- zones moins mobiles

23

Pourquoi l'hypertrophie est une évolution imprévisible?

La phase inflammatoire se prolonge et, sous l’action de facteurs stimulants, les fibroblastes continuent à être dans un état hyperactif. La prolifération des cellules n’est pas balancée par leur nécrose (quantité de collagène ↑ jusqu’à 4X la normale)

24

Quels sont les facteurs contribuant à l'évolution hypertrophique?

- Infection des plaies,
génétique
- Facteurs immunitaires, prélèvement répété de zones donneuses
- Âge,
- Processus inflammatoire chronique
- Localisation des plaies

25

Qu'est-ce que la rétraction?

L’organisme tente de diminuer la superficie d’une plaie par des mouvements centripètes de la peau (contraction).
- Il s’exerce une force contractile qui est produite par les myofibroblastes
(fibroblastes différenciés qui expriment l’alpha-actine, composante clé des cellules musculaires).
- Les myofibroblastes
qui se contractent
autour de la plaie.

26

Quel est le résultat de la rétraction?

Résultat: diminution de 10 à 20 % de la superficie.

27

La rétraction:
- Utile car diminue le risque d’_____ et _____ mais devient _____ quand elle se prolonge dans le _____ et se situe près des _____.
- La formation des cordons est favorisée par la _____ et par des _____ (postures antalgiques).
- S’observe par le _____ de la peau lors de sa mise en tension.
- Ces forces de _____ peuvent être contrebalancées par des _____.

- Infection
- Perte de liquide (suintage)
- Indésirable
- Temps
- Articulations

- Douleur
- attitudes vicieuses

- Blanchiment

- Contraction
- Étirements


28

Comment s'observe les rétraction?

S’observe par des cordons, placards ou palmes interdigitales localisés au niveau des zones mobiles du corps: creux du coude, creux des genoux, creux axillaires, coin des yeux, cou antérieur …..

29

Vrai ou faux :
La rétraction est prévisible et stéréotypée car elle suit la direction des lignes de force

Vrai

30

Qu'est-ce qui différencie un cordon dynamique ou statique?

Cordon dynamique ou statique: selon qu’il est visible seulement lors de la mise en tension de la peau cicatricielle ou qu’il est permanent et donne lieu à une déformation plus ou moins réductible.