recueil de texte Flashcards Preview

EA2 > recueil de texte > Flashcards

Flashcards in recueil de texte Deck (130):
1

La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est une unité militaire de sapeurs-pompiers de l'armée de Terre appartenant à l'arme du génie qui comprend

un état-major central

des unités d'intervention,

des unités de service et de soutien

des unités d'instruction

qu’un service de santé et de secours médical

2

Son commandement est exercé par un

officier général

3

Un cabinet et un assistant militaire gèrent ?

son emploi du temps respectivement sur la forme et le fond.

4

Le bureau communication (BCOM est rattaché à qui

général

5

bureau pilotage audit contrôle (BPAC) et la section relations internationales RI dépendent de qui?

général adjoint

6

colonel adjoint territorial qu'est ce qui lui est rattaché

le bureau secondaire de protection du secret (BSPS

la section discipline,

la sécurité des systèmes d’information (SSI

l’hygiène, la sécurité et l’environnement (HSE

la section contentieux (CTX

7

qui est en charge de la politique de sécurité

CAT

8

de quoi se composent l'EM

‒ du bureau études et prospective (BEP) ;

‒ de 5 divisions : EMPLOI, ADMINISTRATION-FINANCES, LOGISTIQUE, ORGANISATION-RESSOURCES HUMAINES ET SANTÉ

9

qui fait office d’officier supérieur adjoint et de directeur des ressources humaines de l’état-major pour le personnel d’état-major et endivisionné

chef de cabinet

10

le cabinet du général se compose donc, en plus du secrétariat du cabinet, des sections :

‒ Chancellerie (le chef de cabinet assure la fonction de DRH des officiers et sous-officiers endivisionnés) ;

‒ Discipline (AM2 et AM3)

‒ Bureau Secondaire de Protection du Secret (le chef de cabinet assure la fonction officier de sécurité suppléant) ;

‒ Sécurité des Systèmes d’Information ;

‒ Contentieux ;

‒ Hygiène – Sécurité et Environnement ;

‒ Relations Internationales ;

‒ Mémoire, patrimoine et
archives ;

‒ Service Général.

11

qui élabore les documents de synthèse et éléments de langage relatifs à la préparation des rendez-vous, visites ou réunions du général commandant la Brigade, et l’accompagne autant que de besoin. Il est habilité à requérir tout appui nécessaire à l’exécution de sa mission. Il doit communiquer les éléments d’ambiance propres à chaque dossier. Il prépare les discours, rédige les PV des réunions de commandement et propose les réponses aux courriers adressés au général.

assistant militaire

12

qui assure la direction du programme Infocentre

général adjoint

13

quel bureau et service sont subordonnés au général adjoint

Le Bureau Pilotage Audit Contrôle (BPAC), le chargé de mission Infocentre et la section RI lui sont directement subordonnés

14

qui est garant du volet organique interdépartemental du dispositif de secours et de défense contre l’incendie de la Brigade

CAT

15

qui assure notamment la fonction de chargé de mission au sein des instances de la société du Grand Pari

CAT

16

la section discipline agit directement sous les ordres de qui

CAT

17

qui est l’autorité supérieure chargée du service général

CAT

18

quelles sections lui sont directement rattachées. CAT

Les sections respectivement en charge du contentieux, de la sécurité des systèmes d’information (SSI), de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement (HSE) ainsi que du musée

19

qui exerce en outre les fonctions d’autorité de tutelle des foyers et des ordinaires.

CAT

20

Le chef de la section .... est conseiller auprès des AM1 et AM2 et AM3

discipline

21

quelle section prépare les différents travaux soumis à la décision du chef de corps dans le respect de la réglementation en relation avec le BORH

La section Chancellerie

22

quelle section est systématiquement associée aux travaux d’élaboration des documents opérationnels ou organiques qui nécessitent son expertise

La section contentieux

23

par quel bureau est assisté le CEM

le Bureau Études Prospective (BEP), organe de réflexion et de synthèse du CEM.

24

le CEM est tenu informé de tous les problèmes et sujets concernant l’état-major, notamment par le biais de réunions qu’il organise périodiquement avec

les chefs de divisions, les chefs de bureaux, l’assistant militaire et le chef de cabinet

25

CEM En qualité de chef de corps, il est le dernier notateur des

SO

26

Il participe à la notation des

officiers

27

En cas d’absence, la suppléance du chef d’état-major est assurée par

le sous-chef le plus ancien dans le grade le plus élevé, sur le principe de dévolution.

28

Le bureau pilote les politiques élémentaires suivantes

‒ prospective générale dans le cadre du schéma directeur BSPP 2020 ;

‒ schéma directeur de stationnement et organisation future ;

‒ gouvernance et optimisation du fonctionnement de l’EM.

29

Le BEP a en charge une double mission

de synthèse et de prospective

30

D EMP

BOPO
BPO
BPREV
SIOP

31

DLOG

BSI BOSI BMCO BSH

32

DORH

BORH BCP EH BIF BLGT

33

D SAN

BMU BPIB BSP

34

DAF

BAJCP BPFB BAG

35

ATTRIBUTIONS GÉNÉRALES DES SOUS-CHEFS D’ÉTAT-MAJOR

‒ Ils notent en qualité de premier notateur les officiers de leur division ;

‒ Ils tiennent à jour les plannings des études et travaux dont leur division a la charge ;

‒ Ils rendent compte en tant que de besoin au CEM de l’avancement des travaux dont ils ont la charge

36

ATTRIBUTIONS PARTICULIÈRES DU CHEF DE LA DIVISION EMPLOI

‒ le BPREV est en charge des aspects réglementaires et normatifs de la prévention et de la prévision technique ;

‒ le BPO est en charge de la doctrine et du RETEX, de la planification opérationnelles ;

‒ le BOPO est en charge de l’organisation et de la conduite des opérations, de la coordination inter-service et de la préparation opérationnelle ;

‒ la SIOP est en charge de la mise en oeuvre et du développement des SIOC, du SIG et de l’outil statistiques (info-valorisation).

37

Le Bureau Prévention assure des fonctions spécifiques en vue de :

- limiter les risques d’éclosion, d’extension et de propagation d’un incendie ;

- permettre, suivant le cas, une mise à l’abri ou une évacuation rapide et en bon ordre des occupants ;

- faciliter l’intervention des secours.

38

BMCO ‒ valide les documents suivants :

 notes techniques ;

 documents de formation technique (DFT) ;

 notes de mise à l’essai ;

 procès-verbaux de réforme de commandement ;

 procès-verbaux d’inventaire des stocks.

39

le BOSI a la charge de :

le domaine de la prospective

dans le domaine du management et de l’organisation

dans le domaine des systèmes d'information et de communication

dans le domaine administratif

40

BOSI domaine prospective

élaborer un schéma directeur pluriannuel des SIC

 assurer une veille technologique des NTIC pour satisfaire les besoins exprimés

41

BOSI dans le domaine administratif :

participer à la réalisation des indicateurs ;

assurer l’exécution de la politique sectorielle des SIC

 réaliser les marchés et achats de la composante SIC

élaborer des référentiels documentaires pour permettre la gestion des SIC

  planifier des ressources de fonctionnement et d’investissement

42

Bureau soutien de l’homme (BSH) :
En charge de la conception et de la direction fonctionnelle du domaine SH, le BSH définit et conduit trois
politiques :


‒ soutien multifonctionnel ;

‒ couchage, campement et ameublement

‒ habillement ;

43

ATTRIBUTIONS PARTICULIÈRES DU CHEF DE LA DIVISION ORGANISATION RESSOURCES HUMAINES

Prérogatives :

‒ présente à la signature les courriers et travaux spécifiques de ses bureaux ;

‒ initie les objectifs et les études de sa compétence

‒ signe les notes de portée générale concernant la gestion RH de la BSPP ;
‒ initie les objectifs et les études de sa compétence ;

‒ est membre du conseil Brigade.

‒ contrôle les relations des bureaux avec l’extérieur ;

44

BORH ‒ renseigne le commandement sur :

 le taux de sélection,
 le taux d'attrition,
 le taux de non renouvellement de contrat,
 l’évolution des départs (OFF, S/OFF, EV, VDAT) ;

45

Bureau administration générale (BAG) :

‒ détermine la politique d’alimentation de la Brigade et les règles de fonctionnement des ordinaires ;

‒ propose à l’autorité de tutelle, la politique générale, l’organisation et le fonctionnement des foyers ;

‒ organise la surveillance de l’ensemble des ordinaires en liaison avec le médecin-chef pour ce qui relève de l’hygiène ;
‒ valide les comptes-rendus de vérification des ordinaires et des foyers ;

‒ vise les passations de caisse effectuées par le BAG lors du changement de commandant d’unité élémentaire ;

46

Le BOPO contrôle et coordonne la .........de la Brigade en liaison permanente
avec les autres acteurs de la gestion du risque et de la gestion de crise, et s’assure du niveau de ......des unités

conduite opérationnelle

préparation opérationnelle

47

BOPO
Gardien de l’unicité de la .....
de la BSPP et de la mise en oeuvre de procédures
identiques par tous les intervenants, il participe à la définition et contrôle l’application des
conceptions générales d’engagement des moyens opérationnels.

doctrine opérationnelle

48

BOPO
Il dispose du........placé sous sa responsabilité, pour remplir cette mission.

centre opérationnel

49

LE CHEF DU BOPO

Plus généralement, il lui revient de :

‒ anticiper les situations de crise et les événements majeurs en s’assurant de la mise en place
d’une posture opérationnelle adaptée ;

‒ s’assurer du fonctionnement et de l’organisation du CO ;

‒ rendre compte en permanence de l’activité opérationnelle au commandement de la
Brigade;

‒ veiller à l’application de la doctrine opérationnelle et à la préparation opérationnelle des
Unités ;

50

LA CELLULE COORDINATION ACTEURS DU RISQUECette cellule est constituée d’un sous-officier supérieur ayant été chef de centre en groupement
d’incendie et de secours appuyé, le cas échéant, par un réserviste.
Il est chargé de :

‒ piloter le lien avec les AASC et organiser leur déploiement et leur intégration au profit de
la BSPP ;
‒ gérer les créneaux hélicoptères de préparation opérationnelle au profit de la BSPP ;
‒ coordonner le lien entre BOPO et les acteurs du risques ;
‒ suivre les conventions à caractère opérationnel et contribuer à leur mise à jour ;

51

4. LA SECTION OPÉRATIONS (OPE Cette section est constituée de 2 groupes

‒ le groupe centre opérationnel ;
‒ le groupe ordre d’opérations ;

52

Par délégation du chef BOPO, le chef de section CO assure la mise en oeuvre fonctionnelle du
centre opérationnel. À ce titre il est chargé notamment de :

‒ l’élaboration des procédures opérationnelles ;
‒ veiller à l’application des procédures et de la doctrine opérationnelle ;
‒ assurer le bon fonctionnement du centre opérationnel ;
‒ participer à l’évolution des SIOC ;
‒ préparer l’adaptation de la réponse opérationnelle de la Brigade ;
‒ tenir à jour le BSP 115 et l’OBIDSIC ;

53

LE GROUPE ORDRE D’OPÉRATIONS
Outre la fonction opérationnelle de ses membres (officier de garde CO/officier conduite), ce groupe
assure les missions suivantes :

‒ rédiger les ordres opérationnels de niveau Brigade (WINGO, OPO, FRAGO) concernant
les évènements qui auront certainement un impact sur l’activité opérationnelle courante ;

‒ participer aux réunions DPS, EMZDS, DOPC, DSPAP… et organiser les dispositifs
prévisionnels de secours en liaison avec la zone de défense et de sécurité de Paris

54

De garde, les officiers de quart sont physiquement présents au CTA 18/112 de

De garde, les officiers de quart sont physiquement présents au CTA 18/112 de 07h45 à 22h00 et de
6h30 à 07h45 (hors activation des niveaux 2 et 3)

55

par qui est commandé
LA SECTION OPÉRATIONS (OPE)

Cette section est dirigée par un officier supérieur de la spécialité SP ayant commandé une
compagnie d’incendie et titulaire du stage COS.

56

4.1. LE GROUPE CENTRE OPÉRATIONN par qui est il dirigé

Ce groupe est dirigé par l’adjoint du CO, secondé par le sous-officier supérieur le plus ancien parmi
les sous-officiers de garde CO.

57

4.2. LE GROUPE ORDRE D’OPÉRATIONS de qui sont ils composés

Ce groupe est constitué des officiers de quart du CO, capitaine TCT préparant l’EMS2 ayant
commandé une compagnie d’incendie et de secours au sein de la BSPP, à qualifier OPC et SIC 5.

58

LA SECTION DOCUMENTATION OPÉRATIONNELLE par qui commandé

Commandée par un sous-officier supérieur ayant tenu la fonction de chef de centre, cette section

59

LE GROUPE RÈGLEMENTS dde qui est il constitué

Ce groupe, constitué par deux sous-officiers supérieurs ayant tenu la fonction de chef de centre

60

5.2. LE GROUPE RAPPORTS/OPEX/JDMO
Ce groupe, dirigé pa

un sous-officier chef de garde d’incendie,

61

LA SECTION PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE

Commandée par un officier du grade de commandant au moins ayant commandé une compagnie
d’incendie et de secours ou spécialiste du domaine

62

SPO Cette section est constituée de 2 groupes :

‒ le groupe exercices centralisés ;
‒ le groupe contrôle opérationnel ;

63

LE GROUPE EXERCICES CENTRALISÉSCe groupe est constitué d’un

officier du grade de capitaine minimum ayant commandé une
compagnie d’incendie et de secours et d’un sous-officier supérieur ayant été chef de centre en
groupement d’incendie et de secours.

64

LE GROUPE EXERCICES CENTRALISÉS

Il est chargé d’organiser le cadre de la préparation opérationnelle de la Brigade et de le faire
appliquer.
Il assure plus particulièrement

‒ la rédaction et la mise en oeuvre de la directive pluri annuelle de préparation opérationnelle ;

‒ la planification des exercices ;

‒ le pilotage, l’organisation et l’animation des exercices majeurs du niveau Brigade ;

‒ la représentation du BOPO lors des exercices de niveau groupement afin de veiller à
l’application de la doctrine opérationnelle ;

65

6.2. LE GROUPE CONTRÔLE OPÉRATIONNELCe groupe est constitué d’un

officier du grade de capitaine minimum ayant commandé une
compagnie d’incendie et de secours et d’un sous-officier supérieur ayant été chef de centre en
groupement d’incendie et de secours

66

LE GROUPE CONTRÔLE OPÉRATIONNEL mission

Il est chargé de veiller à l’application de la doctrine opérationnelle de la Brigade et à la préparation
opérationnelle dans les groupements et au CO.

Dans ce cadre il doit :

‒ participer à certaines évaluations opérationnelles réalisées par les groupements ;
‒ participer aux inspections sur demande ;
‒ effectuer des contrôles ponctuels sur la préparation opérationnelle et l’application de la
doctrine opérationnelle sur intervention, sur exercice ou sur un site BSPP ;
‒ travailler en liaison avec BPO/RETEX, BOPO/CO et BOPO/DOCOPS pour participer à
l’évolution des règlements ;

67

BPO
MISSION GENERALE

Articulé en 3 sections, le bureau planification opérationnelle a 3 missions principales :

- prévoir et planifier la réponse opérationnelle ;

- piloter le processus de retour d’expérience (RETEX) ;

- concevoir les doctrines d’engagements opérationnels ;

68

secction du BPO

section doctrine retex
section prevision opé
section planification

69

La section doctrine-RETEX analyse les retours d’expérience et actualise les doctrines et procédures opérationnelles en conséquence.
Elle pilote également les fonctions de .....et de

dessin opérationnel

RCCI

70

Les dessinateurs opérationnels sont engagés sur les interventions majeures afin de faciliter la compréhension spatiale de l’événement (vision 3d).
Le dessin opérationnel vise un double objectif :

- opérationnel :
 aider à la décision du COS en réalisant un croquis technique ;
 participer à l’acquisition du renseignement ;
 appuyer graphiquement les points de situation

- post-opérationnel :
 participer à la mission enquête accident ;
 investiguer la volumétrie des sinistres
 synthétiser graphiquement l’intervention (FICHE RETEX) ;


71

La section prévision opérationnelle

Plus concrètement, elle doit

- réviser le SIDACR tous les 5 ans ;

- élaborer et adapter la couverture opérationnelle annuelle pour l’année A+1 ;

- piloter les analyses de risques en coordination avec le BPREV et les GSPP ;

- piloter l’adaptation des plans opérationnels d’intervention aux risques identifiés et aux moyens de la couverture opérationnelle (plans ETARE) ;

72

La section planification opérationnelle
Plus concrètement, elle doit

- piloter la réalisation des plans d’opération (OPLAN) en constituant des groupes de planification opérationnelle (GPO) :

o OPLAN crue ;
o OPLAN violences urbaines ;
o OPLAN ébola.

- adapter les doctrines et tactiques d’intervention aux évolutions présentant un risque majeur :

o doctrine opérationnelle d’intervention sur les chantiers des tunnels du Grand Paris Express (GPE).

73

Trois filières ont été mises en place pour répondre aux besoins spécifiques du métier de sapeur-pompier de Paris :

- la filière sapeur-pompier de Paris (SPP) ;
- la filière secours à victimes (SAV) ;
- la filière spécialiste (SPE) ;

74

Chaque filière prend en compte un processus global articulé autour de :

- la formation liée au cursus professionnel ;
- la formation spécifique à l’emploi ;
- la formation à la reconversion

75

La formation des officiers est dispensée en partie dans l’armée de terre et en partie à la BSPP.
Cette formation s’échelonne sur cinq niveaux de responsabilités :

- Niveau 5 : officier chef de garde – responsable d’un service en unité opérationnelle.
- Niveau 6 : officier de garde compagnie (OGC) – commandant d’unité.
- Niveau 7 : officier poste de commandement (OPC) – officier d’état-major.
- Niveau 8 : officier supérieur de garde groupement (COS) – commandant de groupement.
- Niveau 9 : officier colonel de garde – expert haut niveau.

76

LA FORMATION SPECIFIQUE A L’EMPLOI :
Elle a pour objectif de

former pour stabiliser, perfectionner ou diversifier l’emploi (changement de poste, évolutions technologiques, réponses aux besoins spécifiques, …).

77

FORMATION LIEE AU CURSUS PROFESSIONNEL

Formation élémentaire des MDR ; Formation des sous-officiers ; Formation des officiers.
Ces formations sont réparties sur 9 niveaux

78

Le plan global de formation BSPP comprend 2 plans de formation distincts

- Le plan de formation liée au cursus professionnel.

- Le plan de formation spécifique à l’emploi.

79

Il existe trois modules de formation

- Le module fonctionnel.
- Le module sport.
- Le module opérationnel.

80

MODULE FONCTIONNE unités de valeur spécifiquesL

COM
COMMUNICATION

CST
CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

PED
PEDAGOGIE

FMG
FORMATION MILITAIRE
GENERALE

PRE
PRE-REQUIS

81

MODULE SPORT unités de valeur spécifiques

EPS
EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

82

MODULE OPERATIONNEL

COP
COMMANDEMENT OPERATIONNEL PREVISION

EXT
EXTINCTION

NBC
NUCLEAIRE BIOLOGIQUE
CHIMIQUE

SAV
SECOURS A VICTIMES

SPE
SPECIALITÉ

TSP
TECHNIQUE SAPEUR-POMPIER

SIC
SYSTEMES D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION

83

D’autres unités de valeurs existent dans le plan de formation spécifique à l’emploi. Celui-ci est décrit dans

6.2

84

La formation liée au service de santé et des secours médicaux ainsi que la formation des jeunes sapeurs-pompiers de Paris (JSPP) font l’objet de plans de formation spécifiques développés sous forme de

note circulaires

85

Un plan de formation par filière est développé dans chaque chapitre de

INS 6.1

86

UNITES DE VALEURS BSPP LIEES AU CURSUS PROFESSIONNEL

Chaque unité de valeur est décomposée sous la forme

d’objectifs intermédiaires puis spécifiques.

87

Chaque objectif intermédiaire se décline en plusieurs objectifs spécifiques relatifs à un domaine de :

savoir, savoir-faire ou savoir-être

88

ORGANISATION DE LA FORMATION BSPP
Quatre niveaux hiérarchiques sont définis

niveau 1

Le Bureau Ingénierie de la Formation (BIF

89

ORGANISATION DE LA FORMATION BSPP
Quatre niveaux hiérarchiques sont définis


niveau 2

Niveau 2 : Le Groupement Formation Instruction et de Secours (GFIS

90

ORGANISATION DE LA FORMATION BSPP
Quatre niveaux hiérarchiques sont définis

niveau 3

Niveau 3 : Les sections formation instruction des groupements (SFI/SRH/SOI

91

ORGANISATION DE LA FORMATION BSPP
Quatre niveaux hiérarchiques sont définis

Niveau 4

Niveau 4 : Les cellules formation instruction des unités (CFI)

92

Les trois instructions de références sont :

INS 6.1 : la formation liée au cursus professionnel ;

INS 6.2 : la formation spécifique à l’emploi ;

INS 6.3 : instruction relative aux activités physiques et sportives

93

DESCRIPTION DE LA FORMATION DU PREMIER NIVEAU DES SOUS-OFFICIER NIVEAU 4
La formation du 1er niveau des sous-officiers se décompose en trois phases.
qui sont

1.1. PREMIERE PHASE : « PHASE SELECTIVE »

1.2. DEUXIEME PHASE : « PHASE D’APPRENTISSAGE CERTIFICATIVE »

1.3. TROISIEME PHASE : « PHASE APPLICATIVE

94

1.1. PREMIERE PHASE : « PHASE SELECTIVE »
L’Epreuve d’Accès du 1er niveau (EA1.SPP) est constituée :

- d’une épreuve Formation Générale (EA1/FG) ;

- d’une épreuve Formation de Spécialité (EA1/FS)

95

1.2. DEUXIEME PHASE : « PHASE D’APPRENTISSAGE CERTIFICATIVE »
Elle comporte

- le Certificat Militaire du 1er degré (CM1) ;
- le Certificat Technique du 1er degré filière Sapeur-Pompier de Paris (CT1.SPP) ;

96

à l'issue de quoi est sanctionnée par l’obtention du Brevet de Spécialiste de l’Armée de Terre filière Sapeur-Pompier de Paris (BSAT.SPP).

Elle comporte le Certificat de Vérification d’Aptitude du 1er degré filière Sapeur-Pompier de Paris (CVA1.SPP). Elle est sanctionnée par l’obtention du Brevet de Spécialiste de l’Armée de Terre filière Sapeur-Pompier de Paris (BSAT.SPP

97

EPREUVE D’ACCES DU PREMIER NIVEAU DES SOUS-OFFICIERS (EA1.SPP)
3.1. PUBLIC CONCERNE
Pour être candidat à l'épreuve d'accès il faut :

- être volontaire ;
- détenir le BRECCH et l’UV VSAV ;

- justifier d’une aptitude médicale M1 ou M2 ;

- totaliser un nombre de points supérieur ou égal à 36 pour les épreuves du CCPG (sans note inférieure au seuil de chaque épreuve) et justifier d’une note supérieure ou égale à 10 à l’épreuve de la planche.

- détenir le brevet de conduite militaire ;

- réunir les conditions particulières de notation et de discipline déterminées par note interne sous timbre BORH/MEF ;

98

3.2. TRANSMISSIONS DES ETATS
L'état nominatif des candidats proposés est transmis par les commandants de groupement au BORH/MEF pour le

1er avril de l'année de l'épreuve

99

L’EA1.SPP doit s’inscrire dans une période de

cinq années scolaires consécutives à partir de l’année de première candidature. Au cours de cette période, le nombre de candidatures est limité à trois.

100

Pour être candidat au CM1, il faut :

- être détenteur de l’EA1.SPP ;

- détenir le brevet militaire de conduite VL ;

- avoir satisfait à l’épreuve de la marche commando (3 marches d’entraînement au préalable validées) contrôlée par le centre de formation EPMS du groupement formation instruction et de secours (GFIS/CFEPMS) ;

- ne pas avoir subi de contre-indication médicale depuis sa candidature à l’EA1.SPP ;

101

Lors du stage, toute exemption de plus de...........entraîne systématiquement la relève du stagiaire

48h

102

CT1.SPP)
5.1- PUBLIC CONCERNE
Pour être candidat :

- au P1 : il faut détenir l’EA1.SPP ;
- au P2 : il faut détenir le P1 ;

103

CT1 SP
5.3- RESPONSABLES PEDAGOGIQUES

PC de compagnie : l’officier responsable de la formation.

Etat-major groupement : l’officier chef SRH.

Centre de formation des cadres : le chef du centre de formation des cadres (CFC).

104

Tout candidat ayant obtenu une moyenne supérieure ou égale à 10/20 sans note inférieure à 5/20 au P1 en conserve le bénéfice, uniquement

uniquement l’année suivant l’obtention de l'EA1.SPP et avec le résultat obtenu.

105

Le BSAT.SPP est attribué aux sous-officiers titulaires du CVA1.SPP, le premier jour du mois suivant la fin de la vérification d’aptitude ; ou le jour même, si cette CVA1 s’achève le premier jour du mois.
La note est calculée à partir des moyennes :

- de l'EA1.SPP affectée du coefficient 1 ;
- du CM1 affectée du coefficient 2 ;
- du CT1.SPP affectée du coefficient 2 ;

106

Les critères de jugement pour l’attribution du CVA1.SPP sont au nombre de cinq

- l'aptitude comme exécutant ;

- la valeur morale ;

- la valeur physique ;

- l'aptitude comme instructeur ou moniteur et éducateur ;

- l'aptitude comme chef d'agrès, sous-officier adjoint au fourgon et sergent de jour ;

107

DESCRIPTION DE LA FORMATION
La formation du 2e niveau des sous-officiers se décompose en deux phases.

1.1 PREMIERE PHASE : « PHASE SELECTIVE »
d’une épreuve Formation Générale (EA2/FG) ;
- d’une épreuve Formation de Spécialité (EA2/FS) ;

1.2 DEUXIEME PHASE : « PHASE D’APPRENTISSAGE CERTIFICATIVE

Elle comporte :
- l’unité de valeur N°1 (UV1), formation à la Prévention Appliquée à l’Opération (PAO) ;
- l’unité de valeur N°2 (UV2), Certificat de Chef de Garde Incendie (CCGI), comprenant deux partiels P1 et P2 ;
- l’unité de valeur N°3 (UV3), formation aux responsabilités, comprenant deux partiels P1 et P2 ;

108

niv 5 La deuxième phase est sanctionnée par l’attribution du

Brevet Supérieur de Technicien de l’Armée de Terre (BSTAT.SPP).

109

Pour être candidat à l'épreuve d'accès du deuxième niveau, il faut

- être volontaire ;

- justifier d’une aptitude médicale M1 ou M2 ;

- détenir le BSAT.SPP ;

- détenir le grade de sergent depuis un an au 1er janvier de l’année de candidature à l’EA 2 sans ancienneté de service hormis pour les candidats dits « avancement rapide » pour lesquels aucun délai particulier de détention du BSAT n’est demandé ;

- totaliser un nombre de points supérieur ou égal à 50 pour les épreuves du CCPG (sans note inférieure au seuil de chaque épreuve). Les résultats pris en compte sont ceux de l’année A-1, en cas d’exemption ; ce sont les résultats de l’année A-2 qui sont pris en compte ;

- réunir les conditions particulières de notation et de discipline déterminées par note interne sous timbre BSPP ;

110

EA 2 L'état nominatif des candidats proposés est transmis par les chefs de corps au BORH/MEF pour le

1er décembre de l’année précédent l’épreuve.

111

EA 2 Au travers du dossier de candidature, ces qualités sont évaluées selon les critères prépondérants suivants :

- aptitude au commandement ;
- valeur morale ;

112

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES EA2

L’épreuve d’accès est préliminaire et obligatoire pour tous les militaires désireux d'accéder à la formation du deuxième niveau des sous-officiers. Elle a pour objectif de faire acquérir aux candidats la culture générale, les connaissances militaires et professionnelles exigées pour ce niveau.

113

pour l’EA2 2015 : détenir une NGC ....une QSR ...jusqu'à ...inclus une QSR .... au-delà de ....

 pour l’EA2 2015 : détenir une NGC ≥ 0 et une QSR ≥ C jusqu’à 2 ans inclus, ou une QSR ≥ B au-delà de 2 ans ;

114

Si un candidat est classé non effectué « NE » au classement CCPG, en l’absence d’une exemption pour au moins une épreuve, la note obtenue pour l’année est

0

115

Un candidat classé « exempt » au CCPG au moins 2 ans sur les années A-3, A-2, A-1 se voit attribuer la moyenne de

10

116

L’UNITE DE VALEUR N°1 (UV1) – LA PREVENTION APPPLIQUEE A L’OPERATION (PAO)
4.1- PUBLIC CONCERNE
Pour être réputé candidat, il faut

- Etre volontaire ;
- Etre titulaire de l’EA2 SPP ;

117

La PAO doit permettre au chef de garde :

- D’acquérir les connaissances techniques en prévention et en prévision indispensables à l’acquisition des compétences professionnelles,

- Une meilleure conduite des opérations d’incendie et de secours en améliorant la compréhension des notions fondamentales de prévention et de prévision ;

118

PAO Le stage de cinq jours est conduit par ... et ...

chef BPREV et chef BPO

119

L’UNITE DE VALEUR N°2 (UV2) – LE CERTIFICAT DE CHEF DE GARDE INCENDIE (CCGI)
5.1- PUBLIC CONCERNE
Pour être candidat :

- au P1.UV2 SPP : il faut détenir l'UV1.SPP (PAO) ;
- au P2.UV2 SPP : il faut détenir le P1.UV2 SPP ;

120

UV2 L'état nominatif des candidats ainsi que ceux qui auraient échoué à l'UV2 SPP l'année précédente est transmis au BORH/MEFI pour le

1er juin de l'année de candidature.

121

UV2 Il y a réussite aux partiels lorsque que le candidat obtient une note moyenne supérieure ou égale ...... sans note éliminatoire à l'une des épreuves.

5/20

122

Tout candidat ayant obtenu une moyenne générale aux P1 et P2 supérieure ou égale ... sans note éliminatoire est déclaré tiutlaire de l'UV 2

10/20

123

En cas d'échec au P2, tout candidat ayant réussi le P1 en conserve le bénéfice avec la note attribuée, sous réserve d'avoir obtenu une moyenne supérieure ou égale à

10/20 à ce partiel

124

Le diplôme du CCGI sanctionnant la réussite à l'UV2 SPP est délivré par

le Général commandant la Brigade.

125

L’UNITE DE VALEUR N°3 (UV3) – FORMATION AUX RESPONSABILITES
6.1- PUBLIC CONCERNE

- être volontaire ;
- être détenteur de l'UV2 SPP ou de la FS2 ;

- être sergent-chef ou inscrit au tableau d'avancement de ce grade ;

- avoir effectué le contrôle sportif annuel (sauf exemption médicale) ;

126

L'état nominatif des candidats à l'UV3 est transmis par les commandants de groupement pour le

1er juin de l'année de candidature

127

uv 3 Il y a réussite au P1 et au P2 lorsque le candidat obtient une moyenne supérieure ou égale

5/20

128

Tout candidat ayant obtenu une note moyenne des partiels (P1 + P2) supérieure ou égale

10/20 sans note éliminatoire à l'un des partiels est déclaré titulaire de l'UV3.

129

Le sous-officier titulaire de l'EA2.SPP, de l'UV1, de l'UV2 et de l'UV3 est déclaré titulaire du BSTAT.SPP au

1 juillet de l'année d'obtention de l'UV3.

130

L’obtention du BSTAT.SPP donne les UV suivantes

COM5, CST5, FMG5, PED5, PRE5, EPS5, COP5, EXT5, NBC5, SAV5, TSP5.