L'identité de genre (cours 04) Flashcards Preview

Toxicomanie et sexualité (TXM-1105) > L'identité de genre (cours 04) > Flashcards

Flashcards in L'identité de genre (cours 04) Deck (29)
Loading flashcards...
1

Quels sont les deux concepts permettant le développement de l'identité de genre?

(1) Facteurs biologiques

(2) L'apprentissage social

2

Dans le développement de l'identité de genre, on retrouve l'apprentissage social. De quels manières l'enfant intègre les rôles sociaux sexuels?

Par conditionnement opérant et par l'imitation de la famille et de ses pairs

3

Que permet la théorie de la Sexo-analyse de Stoller (1968)?

Cette théorie permet de faire des liens entre le développement d'une toxicomanie, les anxiétés ou les malaise liés à la masculinité et la féminité

4

Comment se fait le développement de l'identité personnelle?

1. Symbiose (dans les premiers mois de la vie, l'enfant est incapable de déterminer qu'il est une personne distincte, il est plutôt en symbiose avec sa mère)
2. Prise de conscience qu’il est séparé de sa mère (vers 6 mois)
3. Activation de la pulsion d’individuation
4. Anxiété d’abandon (si je suis distinct, je peux me retrouver seul...)
5. Désir de refusion - symbiose
6. Anxiété de réengloutissement (la peur de perdre son identité, la construction de l'identité personnelle est donc progressive, il s'agit d'un va et vient)
7. Résolution par l’introjection de la bonne mère (avoir suffisamment confiance que si je m'éloigne, je pourrai revenir et elle sera là)

5

Dans le développement de l'identité personnelle, qu'est-ce qui favorise l'individuation de l'enfant?

La refusion symbolique, par un objet transitionnel ou dédoublement, comme un ami imaginaire

6

Définition de l'identité

Elle inclut non seulement la représentation cognitive du soi, mais aussi la capacité de se poser soi-même comme à la fois semblable et différent des autres personnes significatives, et de faire des choix au regard des domaines les plus importants de sa vie.

7

V ou F. L'identité est multi-dimensionnelle

Vrai

8

Quels sont les étapes du développement de l'identité du genre en sexo-analyse?

1. Conscience de l'existence des deux sexes (18-24 mois).

2. Identification de son genre (2-3 ans) « Je suis une fille, je suis un garçon ».

3. Stabilité de genre (3-5 ans) : L’enfant intègre les attentes, normes et valeurs sociales associées à son sexe.

4. Consolidation de genre (5-6 ans) comportements plus stéréotypes.
―> La construction de l’identité de genre débute avant la naissance, se poursuit durant l’enfance, se structure à l’adolescence et peut évoluer tout au long des expériences de vie.

9

Selon la sexo-analyse, le développement du genre, chez le garçon se fait en deux étapes... lesquelles?

1. Désidentification à la mère. Pour développer leur identité personnelle, il doit se séparer d’elle et chasser tout aspect de sa mère en lui (tout le féminin en lui). Nécessite une coupure ce qui fragilise l’identité sexuelle chez le garçon, de devenir un garçon.

2. L’identification au père. Après s'être désidentifier de sa mère, le garçon, afin de développer son identité masculine, doit s'identifier au père. C'est une période d’attachement importante vers l'âge de 2 ans.
―> « La fonction du père est de s’interposer entre la mère et l’enfant et de faire prendre conscience à ce dernier qu’il est différent de sa mère. » (Brillon , 2008)

10

Selon la sexo-analyse, le développement du genre, chez la fille se fait par un processus continu, lequel?

C'est important qu'elle vive le même processus afin qu'elle développe son autonomie.

Il n'y a pas de rupture identificatoire, ce qui implique souvent le maintien du lien fusionnel parfois au détriment de l’identité personnelle.
―> « Abandonner ses identifications globales à la mère sans perdre l’identification à la féminité de celle-ci est sans doute le plus grand défi qu’elle a à relever. » (Brillon 2008)

L’identification partielle au père favorise aussi l’individuation. Ainsi le père qui s'interpose dans la relation mère-fille va favoriser l'autonomie de la fille.

11

Qu'est-ce le complexe d’œdipe (important pour le développement du genre)?

Entre 3 -5 ans le parent de sexe opposé devient un objet d’amour.

Rivalité avec le parent de son sexe.

Importance de la reconnaissance par le parent du désir de l’enfant pour confirmer l’identité de genre mais il doit maintenir la limite et manifester sa préférence pour le conjoint ou la conjointe.

12

À quel moment voit-on la consolidation de l'identité de genre?

À l'adolescence

13

Qu'est-ce que la consolidation de l'identité de genre?

C'est l'augmentation des comportements stéréotypés

De garçon à homme
- L’agressivité, la compétition, investissement du pénis, les conquêtes sexuelles permettront au garçon de consolider son statut d'homme

De fille à femme
- Les soins corporels, la séduction, inhibition de l’agressivité, le romantisme, prendre soin des autres (enfants, amies) sont des façons de développer leur féminité

14

Qu'est-ce que l'intégration genrale?

« Une personne a atteint une maturité de genre si elle parvient à investir suffisamment et sans exagération sa spécificité sexuelle, et si, en plus, elle est capable d’exprimer certaines particularités de l’autre sexe afin de s’enrichir en tant qu’humain. » - Crépault (1997)

« Les stéréotypes de genre sont en quelques sorte des camisoles de force limitant les possibilités humaines. » (Pollack, 1998 cité par Tremblay et L’heureux 2010)

15

Qu'est-ce qui peut amener l'ambivalence d'identité de genre?

- Un parent désire un enfant d’un autre sexe
- L’absence du père (un absence de modèle masculin)
- Une mère qui empêche l’individuation
- Le parent du même sexe est un modèle inadéquat
- Le frère, la sœur possède déjà les attributs idéaux de genre (quand l'aîné est perçu comme l'enfant parfait)
- L’enfant est victime d’intimidation car il ne correspond pas aux critères sociaux de son sexe
- L’inceste ou l’abus sexuel

16

Pourquoi y a-t-il une complexité de la construction de l'identité masculine (4)?

Absence de modèles masculins (les modèles sociaux qui complexifient spécifiquement la construction de l'identité masculine)

Survalorisation de l’autonomie des garçons (pratiques éducatives différenciées)

Pressions de conformité de genre

Modèles sociaux limités (stupide ou macho)


―> Depuis plusieurs années, on parle d'une crise la masculinité. Depuis que les rôles traditionnels ont éclatés, il est plus difficile de développer son identité masculine. On aperçoit un manque de représentation masculine dans les CPE, aux services de gardes, maternelle, primaire, etc. Les parents ont davantage des pratiques éducatives différenciés selon le sexe, c'est-à-dire que les parents vont tolérer une plus grande dépendance chez la petite fille (si elle pleure, les parents vont la consoler) tandis que les petits garçons sont invités à réprimer davantage leurs émotions et à développer une autonomie beaucoup plus rapidement

17

Quels sont les conséquences de la complexité de la construction de l'identité masculine ?

Conflits intérieurs, anxiétés, besoin de prouver sa masculinité
―> «Chaque garçon ou homme est appelé à élaborer ses stratégies pour se définir en conformité, en réaction ou en opposition aux modèles sociaux véhiculés »
―> « Certains cherchent à prouver leur masculinité en se « défonçant » au travail. Dans les sports, incluant les sports extrêmes, dans l’abus d’alcool ou de drogues, par la force physique par excès d’entrainement ou encore par la violence. On peut y voir la source des conduites à risques »

18

Qu'est-ce qui peut mener des hommes stéréotypés, voulant prouver leur masculinité, a consommer des SPA et développer une la toxicomanie?

- L'utilisation d'alcool et de substances peuvent être une manière de prouver leur masculinité
- Défense dans la compulsion sexuelle, la séduction
- Homophobie: la peur de l’autre en soi (la peur du féminin qui est une conséquence de la fragilité de la masculinité)
- Tendance à établir un rapport de domination avec les femmes: agressivité, colère, violence, etc.
- Difficulté à vivre l’intimité (par manque de sentiment d’identité personnelle)
- Pression de réussite, avoir du pouvoir, pour entrer en compétition
- Expriment peu leurs émotions, difficulté à demander de l’aide
- Haut niveau de détresse psychologique, anxiété, dépression, plus à risque de suicide
- La honte comme émotion sous-jacente

19

Qu'est-ce que peut mener les femmes stéréotypés, ayant une vulnérabilité au niveau de leur identité de genre, a développer une toxicomanie?

- Moyen de défense dans la séduction et l’hypersexualisation
- Dépendance aux regards des hommes: elles attentent d’être remarquées, d’être choisies, d’être aimées, d’être approuvées, d’être encouragées, etc.
- « Le besoin de recevoir une confirmation de sa valeur en tant que personne ou en tant que femme, par un homme, dissimule une soif de père qui n’a pas été assouvie au moment opportun (…). » (Brillon 2008)

20

Qu'est-ce qu'un homme hypomasculin?

ce ne sont pas des hommes féminisés, mais plutôt des hommes qui manquent de masculin, qui ne se sont pas identifiés au masculin, faible énergie d’affirmation, faible estime, sentiment d’infériorité en tant qu’homme, sentiment de ne pas pouvoir assumer les exigences de la masculinité, généralement soumis, idéalisation de la femme, perception négative du masculin, troubles sexuels, etc.

21

Qu'est-ce qu'une femme hypoféminine?

refoulent leur féminité, refusent de grandir et de devenir femme, elles sont un sentiment d’infériorité en tant que femme, sentiment de ne pas pouvoir assumer les exigences de la féminité, dépendance à la mère, abus sexuel, troubles alimentaires, peur des hommes et de la sexualité, troubles sexuels (surtout le vaginisme et la dyspareunie), etc.

22

Quels sont les pistes d'intervention?

Évaluer la construction de l’identité masculine et féminine (l’attachement, l’individuation, modèles père/mère, perception des frères/sœurs, les messages reçus face à la masculinité/la féminité, le reflet des pairs, les personnes significatives, la puberté, les premières expériences sexuelles, l’estime de soi en tant qu’homme ou femme, la perception de l’autre sexe, etc.)


Aider la personne à voir qu’il y a plusieurs façons d’être homme ou femme.

Aider à assouplir les stéréotypes qui nuisent à l’épanouissement.

Recadrer le rôle de la substance en lien avec l’identité masculine et féminine s’il y a lieu.

Identifier des moyens sains qui permettre de se sentir homme ou femme (constitue un défi pour l'avenir)

23

Les garçons et les hommes sont plus susceptibles d’adopter des comportements à risque, incluant ...

L’expérimentation des drogues, pour susciter l’euphorie, décupler l’énergie ou stimuler la concentration ; certains d’entre eux vont développer une dépendance.

24

Les filles et les femmes tendent plutôt à consommer des drogues pour ...

réduire le stress ou la douleur (physique et/ou psychologique) ; elles portent donc déjà un fardeau qui risque de provoquer une dépendance plus rapidement

25

V ou F. La dépendance aux drogues a été définie dans les dernières décennies comme un « désordre du cerveau chronique et récurrent » caractérisé par le désir de consommer, la perte de contrôle et une utilisation sans égard aux conséquences négatives

Vrai

26

À quoi peut ressembler le renforcement positif de la consommation de drogues?

La consommation de drogue a pour but de susciter l’euphorie, décupler l’énergie ou stimuler la concentration

27

À quoi peut ressembler le renforcement négatif de la consommation de drogue?

Certaines personnes tentent de s’auto-médicamenter pour une autre condition, comme la dépression, l’anxiété, la douleur chronique ou un syndrome de stress post-traumatique

28

Le mot sexe renvoie au sexe biologique, qui comporte deux aspects principaux, lesquels?

1. le sexe chromosomique (aussi appelé sexe génétique), qui est déterminé par nos chromosomes sexuels

2. le sexe anatomique, qui concerne les différences physiques apparentes entre les mâles et les femelles d’une espèce (comme lorsqu’on parle du sexe d’un bébé).

29

Par quel groupe ou appartenance, l'apprentissage social des rôles sexuels peut se faire?

Par :
1. les parents/famille
2. l'influence des pairs
3. l'école et les manuels scolaires
4. les médias et les stéréotypes à la télévision
5. la religion