Les paraphilies (cours 12) Flashcards Preview

Toxicomanie et sexualité (TXM-1105) > Les paraphilies (cours 12) > Flashcards

Flashcards in Les paraphilies (cours 12) Deck (48)
Loading flashcards...
1
Q
Qu'est-ce qu'une déviance?
A
C'est ce qui s'écarte de la norme
2
Q
Qui définit les normes sexuelles?
A
La culture
L’Église catholique
La loi
La santé publique
Les médias
3
Q
Les comportements sexuels suivant la norme se déroulent...
A
Entre des adultes (18 ans et +)
Entre des gens consentants (16 ans et +)
4
Q
Quels sont les exceptions de proximité d'âge?
A
→ 12 et 13 ans: Capacité de consentir à une activité sexuelle avec un autre jeune de moins de deux ans leur aîné.
→ 14 et 15 ans: Capacité de consentir à une activité sexuelle avec un partenaire qui n’a pas plus de cinq ans qu’eux.

Donc,
12 ans avec 14 ans et moins = ok
13 ans avec 15 ans et moins = ok
14 ans avec 19 ans et moins = ok
15 ans avec 20 ans et moins = ok
5
Q
Quels sont les autres exceptions des comportements sexuels en lien avec des situations très particulières?
A
→ Personnes en situation d’autorité ou de confiance:
- L’âge légal du consentement pour les relations sexuelles avec des personnes en situation d’autorité ou de confiance (enseignants, conseillers, entraîneurs, membres de la famille, médecins, etc.) est de 18 ans.

→ La prostitution
-L’âge légal du consentement à la prostitution est de 18 ans.
6
Q
La clinique des troubles sexuels a été fondée en...
A
1985
7
Q
L'équipe de la clinique des troubles sexuels est composé de...
A
6 sexologues cliniciens
2 psychologues
1 psychiatre
1 travailleuse sociale
8
Q
Quel est le profil de la clientèle en 2010 de la clinique des troubles sexuels?
A
-95 % d’hommes et 5 % de femmes
-Âge moyen : 41 ans
-67 % sont judiciarisés (dont 27 % n’ont plus de conditions légales)
-33 % sont non judiciarisés
9
Q
Quels sont les sources de références à la clinique?
A
→ Ministère de la Sécurité publique
→ Direction de la protection de la jeunesse
→ CSSS, médecin traitant, autre professionnel ou programmes de l’IUSMQ
→ Ministère de la Défense
10
Q
Quels sont les motif du suivi?
A
1. Délit sur mineurs (49% des motifs) ―> la moitié du 49% c'est souvent pour une attirance pédophile et l'autre moitié c'est pour un crime commis envers une adolescente

2. Délits sur adultes

3. Porno juvénile

4. Exhibitionnisme

5. Voyeurisme

6. Hypersexualité

7. Autre (fétichisme, transvestisme, éducation sexuelle)
11
Q
V ou F. Environ un client sur 5 à la clinique va avoir aussi une autre problématique sexuelle
A
Vrai
12
Q
Quels sont les services offerts à la clinique de troubles sexuels?
A
→ Évaluations spécialisées
→ Multidisciplinaires présentencielles (avant sentence) et postsentencielles (après sentence).
→ Délinquants dangereux ou à contrôler, à la demande des tribunaux (depuis mars 2012) ― des individus dont la couronne se questionne si le délinquant devrait être déclarer délinquant dangereux (sentence indéterminée) ou à contrôler (sentence minimale de 2 ans + un suivi jusqu'à 10 ans)
→ Personnes non judiciarisées référées par le médecin traitant.
→ Intérêts et préférences sexuelles par la pléthysmographie pénienne (phallométrie).
→ Psychosociale (au besoin) ― individu ayant des limites cognivites
13
Q
Que dit la compréhension clinique en ce qui a trait au délit sexuel?
A
→ Un délit sexuel n’est pas la résultante d’un facteur unique, mais d’un ensemble de facteurs touchant plusieurs sphères (cognitive, affective, biologique, sociale).
→ Un délit sexuel est une réponse mal adaptée à un ensemble d’agents stressants (ex. : hospitalisation de la conjointe, perte d’emploi, faillite).
→ Il n’y a pas d’éclair dans un ciel bleu. En général, une chaîne d’événements précède le passage à l’acte.
14
Q
Que permet l'évaluation phallométrique?
A
Évaluer les intérêts et les préférences sexuelles (seulement des scénarios pour évaluer l'attrait à l'égard d'enfants)
15
Q
Quels sont les 3 étapes de l'évaluation phallométrique?
A
1. Entrevue semi-dirigée ― questionnement sur sa vie sexuelle, ses préférences sexuelles

2. Évaluation en laboratoire avec extensomètre.

3.Présentation de stimuli visuels/auditifs pour valider les intérêts sexuels
Présentation des résultats sommaires et analyse de ceux-ci.
16
Q
Quels sont les 5 profils possibles suite à l'évaluation phallométrique?
A
1. Invalide (non interprétable, aucun résultat) ― cependant, l'individu va nous donner des informations sur lui-même verbalement, etc.

2. Valide, non déviant

3. Valide, non déviant, mais problématique

4. Valide, non différencié (ça peut être une personne ayant des préférences un peu à tout)

5. Valide déviant et préférentiel
17
Q
À la suite de l'évaluation phallométrique, quels sont les services offerts?
A
Ce sont des traitements individualisés, comme:
-Suivis individuels sexologiques, psychiatriques, psychologiques ou psychosociaux.
-Traitement pharmacologique ― médication surtout pour diminuer le taux de testostérone (mais la médication ne suffit pas puisque la déviance est très comportementale)
-Groupes de thérapie réguliers (prévention de la récidive (un retour sur leur vie, les facteurs prédisposants, demander à la personne quels seraient les facteurs qui l'auraient amener à commettre ces gestes) et empathie)
-Ateliers (habiletés sociales, gestions des émotions, résolution des conflits, croissance psychosexuelle).
-Groupe d’apprentissage par l’expérience (GAPEX).
-Groupe d’hommes dépendants sexuels.
18
Q
Quels sont les distinctions entre la dysfonction sexuelle, la dysphorie du genre, le trouble hypersexuel et les paraphilies?
A
Dysfonctions sexuelles (difficulté à éjaculer, douleur lors des éjaculations)

Dysphorie de genre (problématique au niveau de l'identité de genre)

Trouble hypersexuel (compulsions sexuelles)

Les troubles paraphiliques (problématique au niveau de l'orientation sexuelle, comme des enfants, adolescents, objets, animaux)
19
Q
Quelle est la définition d'une paraphilie?
A
Attirance ou comportement sexuel qui est différent ou atypique, qui n’est pas conforme aux modèles prévalents sanctionnés par la Loi ou les mœurs d’une société spécifique. (du grec para — : « à côté » et — philia : « amour ») ― un amour un peu en marge de la normalité
20
Q
Quelle est la définition de la délinquance sexuelle?
A
Terme employé d’une manière descriptive pour désigner les individus qui ont commis une infraction sexuelle au sens de la Loi et qui, habituellement, ont vu des accusations judiciaires portées contre eux.
21
Q
Quels sont les caractériques d'un trouble paraphilique selon le DSM-V?
A
→ Des fantaisies imaginatives sexuellement excitantes.
→ Des impulsions sexuelles ou des comportements survenant de façon répétée et intense, pendant une période d’au moins 6 mois.
→ De plus, les comportements, impulsions ou fantaisies doivent être à l’origine d’un désarroi, cliniquement significatif ou d’une altération du fonctionnement social, familial ou tout autre domaine important dans la vie de l’individu
22
Q
Quels sont les autres troubles paraphiliques?
A
Trouble de l’exhibitionnisme
Trouble du voyeurisme
Trouble du fétichisme
Trouble du travestisme
Trouble du frotteurisme
Trouble du sadisme sexuel
Trouble du masochisme sexuel
23
Q
Quels sont les troubles paraphiliques autrement spécifiés?
A
Hébéphilie : Attirance sexuelle envers les adolescents généralement de 11 à 14 ans, qui en sont au premier stade de leur puberté (début de l’apparition des caractères sexuels secondaires).

Éphébophilie : Attirance sexuelle envers les adolescents généralement de 15-16 ans, qui sont vers la fin de leur puberté.

Autres : zoophilie, urophilie, coprophilie
24
Q
Quels sont les critères du trouble pédophilique?
A
A. Présence de fantaisies imaginatives sexuellement excitantes, d’impulsions sexuelles ou de comportements* survenant de façon intense et récurrente, pendant une période d’au moins 6 mois impliquant une activité sexuelle avec un enfant ou des enfants prépubères (généralement âgés de 13 ans ou moins).

B. L’individu a cédé à ces impulsions sexuelles ou les comportements ou les fantaisies sont à l’origine d’une souffrance significative ou des difficultés interpersonnelles.

* Incluant la consommation de pornographie juvénile

Le sujet est âgé d’au moins 16 ans et a au moins 5 ans de plus que l’enfant mentionné au critère A.
25
Q
En lien avec le trouble pédophilique, il faut spécifier à la fin du diagnostic si le trouble est de.......
A
De type exclusif ou non exclusif ― préférence uniquement envers les petits garçons par exemple

De type primaire ou secondaire ― est-ce que la problématique est présente depuis très longtemps? Si oui = primaire.

De type hétérosexuel, homosexuel ou bisexuel

De type intra ou extra familial ― statistiquement les individus qui commettent des délits sexuels extra familial ont tendance à récidiver davantage
26
Q
Qui sont les délinquants sexuels?
A
→ Des hommes (95 %) et des femmes (5 %) en souffrance.
→ De tous âges.
→ De toutes les professions.
→ De toutes les classes sociales.
→ Plus de 80,2 % connaissent leurs victimes (84,8 % chez les mineurs et 72,1 % chez les adultes).
→ Les auteurs d’infractions sexuelles tendent à minimiser et à garder leurs secrets.
27
Q
À quoi ressemble le cycle victime/agresseur?
A
→ Le taux global d’agressions sexuelles avec contact vécues dans l’enfance est de:
- 23 % chez les agresseurs sexuels (surtout chez les agresseurs d'enfants)
- 10% chez les hommes de la population générale

→ Les hommes abusés qui en viennent à agresser à leur tous sont ceux qui présenteraient davantage de difficultés à l’enfance et qui ne perçoivent pas les effets négatifs des agressions sexuelles subies.

→ Donc, la victimisation est un facteur de risque parmi d’autres.

→ La majorité des victimes ne deviendront pas agresseurs.
28
Q
À quoi ressemble le trouble pédophilique dans le cyberespace?
A
→ Consommateurs de pornographie juvénile (PJ)
→ Production, distribution
→ Leurre
→ Différentes appellations: Pédopornographie, Pédonaute, Cyber délinquant, Cyber prédateur
29
Q
Quels sont les trois A qu'Internet fournit aux consommateurs de PJ?
A
1) Anonymat
2) Acceptation (faire partie d'un groupe, de retrouver des gens comme eux, ce qui augmentent les distorsions cognitives)
3) Accès facile

On peut même ajouter Abordale!
30
Q
Quels sont les deux écoles de penser concernant les consommateurs de PJ?
A
Les consommateurs de pornographie juvénile (PJ) sont-ils tous des agresseurs sexuels d’enfants en devenir?

Deux écoles de pensées :
1. Consommer de la pornographie juvénile va augmenter le risque de passage à l’acte en neutralisant la culpabilité des individus à l’égard de leurs sentiments déviants, légitimant ainsi l’agression.

2. Consommer de la pornographie juvénile va agir comme facteur de protection car le visionnement permet d’apaiser les pulsions et de vivre les fantasmes sans passer à l’acte.
31
Q
Quels sont les indicateurs d'un possible passage à l'acte chez un consommateur de PJ?
A
→ Possède des images récentes
→ Catalogue méticuleusement les images par thématiques (âge, garçon, fille, blond, etc.)
→ Participe activement à une communauté de cyber pédophiles.
→ Échange des images pour augmenter sa collection et augmenter son prestige à l’intérieur de cette communauté.
32
Q
V ou F. Le consommateur de PJ peut développer des distorsions cognitives alors qu’il est exposé à du contenu où l’enfant est « heureux », « souriant », « qui s’amuse », etc.
A
VRAI
33
Q
Les infractions relatives à la pornographie juvénile sont passées de 117 en 2004 à ___ en 2013. Comment peut-on l'expliquer?
A
528! Celle-ci peut s’expliquer en partie par l’amélioration des techniques policières pour réprimer la criminalité liée à l’utilisation d’un ordinateur et l’accroissement de la vigilance des citoyens.
34
Q
À quoi ressemble les chiffres de récidives chez les agresseurs sexuels?
A
Selon une Méta-analyse de 79 études (4724 agresseurs sexuels)
- 12,4 % récidive sexuelle
- 17,5 % récidive violente (incluant sexuelle)
- 30,1 % récidive générale
35
Q
À quoi ressemble la probabilité de récidive s'il y a thérapie?
A
Hanson et coll. (2002) Mentionnent que les traitements efficaces sont associés à une baisse du taux de récidive de 17 % à 10 % après une période de suivi de 5 ans

Le taux de récidive augmente avec le temps à la suite d’une thérapie.
- 14 % après 5 ans
- 20 % après 10 ans
- 24 % après 15 ans
36
Q
Quels sont les impacts de la stigmatisation des délinquants sexuels?
A
→ Augmentation des émotions négatives (qui engendrent souvent le passage à l'acte)
→ Augmentation de l’isolement (peu de soutien)
→ Diminution du réseau social.
→ Augmentation du risque de récidive sexuelle.
37
Q
Qu'est-ce que la thérapie apporte chez le délinquant sexuel?
A
Améliore la vie de l'individu
Le risque de récidive sexuelle diminue
Ce qui diminue le nombre de victime
38
Q
Quel est le pourcentage des auteurs d’agressions sexuelles ayant commis leurs délits sexuels alors qu’ils avaient consommé de l’alcool ou d’autres SPA
A
25% à 50%
39
Q
Qu'est-ce que le modèle explicatif de pharmacologie?
A
L’intoxication provoque des réactions psychopharmacologiques qui entraînent la délinquance, modifie des comportements ― donc peut augmenter une déviance, la fantasmatique déviante

La consommation est un mécanisme d’adaptation qui influence les autres facteurs de risque (gestions des émotions).
40
Q
Qu'est-ce que la myopie cognitive?
A
L’alcool amène le consommateur à porter attention à certains éléments et à ne pas percevoir les signaux de refus.

Au niveau de la myopie cognitive, les auteurs d’agressions sexuelles qui avaient consommé de l’alcool considèrent que la substance…
→ augmente leur désir sexuel et leur satisfaction sexuelle (peut être une justification à leur égard)
→ que les femmes qui boivent de l’alcool désirent avoir des relations sexuelles (distorsion cognitive)
41
Q
V ou F. → Par son effet désinhibiteur, la consommation de SPA peut favoriser le passage à l’acte paraphilique.
A
Vrai
42
Q
V ou F. Par leurs effets sur la sérotonine, les stimulants peuvent être utilisés pour actualiser des fantasmes paraphiliques.
A
Faux, c'est la dopamine
43
Q
Quels sont les pistes d'intervention?
A
→ Tenir compte du développement psychosexuel et de la construction de l’érotisme dans votre compréhension de la situation.
→ Rester dans le ici et maintenant pour les interventions.
→ Responsabiliser.
→ Assouplir les distorsions cognitives.
→ Identifier les besoins comblés par les comportements sexuels paraphiliques.
→ Identifier des moyens sains qui permettent de combler les besoins identifiés.
→ Aborder les difficultés à vivre l’intimité et le rapport aux femmes ou aux adultes.
→ Développer les habiletés de communication, d’affirmation et de gestion de conflits.
→ Enseigner des techniques de gestion des émotions et de gestion du stress.
→ Référer
44
Q
Quels sont les limites possibles en tant qu'intervenant?
A
Éviter de creuser ou travailler sur la fantasmatique déviante.

Éviter de travailler sur les traumatismes ou les événements marquants. Rester dans le présent.
45
Q
La consommation, particulièrement _____, est un facteur de risque d’être victime d’agression sexuelle mais aussi de commettre des agressions ou de récidiver (nuit à communiquer clairement et de comprendre les intentions de l'autre).
A
L'alcool
46
Q
Quelle est la catégorie d'âges la plus victimisé, abusé sexuelle?
A
La catégorie d'âge de 1 à 12 ans pour 50% des cas d'agression sexuelle
47
Q
À quoi ressemble la trajectoire non coercitive et la trajectoire coercitive?
A
La trajectoire non coercitive est caractérisée par la consommation de pornographie et de fantaisies sexuelles déviantes avant le délit, la planification du délit, l'abus
de victimes de sexe masculin et l'absence de coït.

La trajectoire coercitive semble marquée par la désinhibition et Impulsivité
alors que la trajectoire non coercitive semble plutôt s’inscrire dans un désir d’actualisation des fantaisies sexuelles déviantes.
48
Q
Est-ce les agresseurs d'enfants ou de femmes qui utilisent le plus le déni et la minimisation de leur geste?
A
Les agresseurs d'enfant