Cours 6. Thérapie systémique stratégique Flashcards Preview

Psychologie clinique du couple et de la famille > Cours 6. Thérapie systémique stratégique > Flashcards

Flashcards in Cours 6. Thérapie systémique stratégique Deck (30)
Loading flashcards...
1
Q

Quels sont les principes fondamentaux ?

A

Les familles sont ambivalentes face au changement car les problèmes ont souvent une fonction protectrice pour certains des membres de la famille

La thérapie doit permettre d’ébranler cette ambivalence ou résistance et ainsi aider la famille à résoudre son problème

La thérapie doit aussi aider à résoudre les difficultés interpersonnels qui créent le problème

«Stratégie » est à prendre à deux niveaux: les stratégies des membres de la famille pour avoir le contrôle (vis à vis de la famille et du thérapeute), et les stratégies du thérapeute pour résoudre le problème du client

2
Q

Exemple
Un père déprimé a un fils qui a des problèmes de comportement à l’école
La fonction du comportement du fils: le père se focalise plus sur ses symptômes dépressifs
Cela permet au père de ne pas sombrer dans une dépression plus profonde

Quelle intervention faut il utiliser ?

A

Demander aux parents de passer du temps ensemble à parler de comment ils vont gérer leur fils

Double intervention: le père va se sentir plus soutenu par son épouse le couple parental pourra mieux remplir son rôle de protection et de structure

3
Q

Donner un exemple de circularité

A

Jean Pierre, quatre ans, se sent menacé par
l’arrivée prochaine d’un petit frère -> Il devient oppositionnel et s’infantilise -> Le père le punit et exige qu’il agisse selon son âge -> La punition du père confirme à Jean Pierre que ses parents de l’aiment plus -> Il devient oppositionnel et s’infantilise

=> on rentre dans un cercle vicieux

C’est une version du « plus de la même chose » avec un « gain » stratégique: l’enfant obtient l’attention de son père, ce qui renforce son
comportement

4
Q

Exemple de blocage

A

Les troubles oppositionnels (Keim, 1998). Dans un échange

  1. L’enfant veut gagner l’échange, c’est à dire avoir le dernier mot.
    L’important pour lui est le processus
  2. Le parent veut obtenir un comportement de l’enfant (p.ex. qu’il se lave les dents avant d’aller se coucher). L’important pour lui est le contenu
  3. Les buts stratégiques du parent et de l’enfant ne sont pas les mêmes. Le cercle vicieux peut être désamorcé si le parent donne un semblant de victoire à l’enfant tout en obtenant le comportement visé (p.ex. avec
    l’illusion des alternatives
5
Q

Quel est le risque des cycles de vie de la famille ?

A

Chaque étape du cycle de vie est une période à risque: il y a renégociation du rôle de
chacun, réaménagement de la hiérarchie et du pouvoir dans la famille

6
Q

Quelles sont les cycles de la vie de famille ?

A

Deux personnes sortent ensemble

Mariage et premier temps du mariage

Naissance et éducation des enfants

Maturité du couple

Départ des enfants

Retraite et grand âge

7
Q

Comment est organisé une famille “saine” ?

A

Hiérarchies intergénérationnelles bien définies

Flexibilité de la famille de passer d’un stade à un autre et adapter ses règles

Exemple: adolescence besoin d’autonomie, de sphère privée
Capacité de gérer les changements de manière flexible, résoudre des problèmes, négocier de nouvelles règles.

Les transactions entre membre de la famille sont symétriques et complémentaires

Amour vs Violence

8
Q

Comment est organisé une famille “pathologique” ?

A

Structure hiérarchique peu ou pas claire

Manque de flexibilité pour passer d’un stage à l’autre du cycle de la famille

Transactions soit symétriques, soit complémentaires

Structures hiérarchiques visibles et cachées

Exemple: la règle explicite = les parents décident des règles pour les enfants / cachée: la mère ne fait rien quand son fils ne respecte pas la règle et ne dit rien au père –> la mère et le fils va développer des problèmes de comportement et crise conjugale

«Triangulation pathologique» ne permet pas à la famille de passer d’un stade à un autre
Les symptômes sont des messages métaphoriques pour indiquer qu’il y a un problème dans d’autres domaines.

9
Q

D’où naissent les pbl familiaux ?

A

Les problèmes naissent des tentatives de:

Dominer ou contrôler (ex: agression, délinquance)

Être aimer (ex: dépression, anxiété, troubles alimentaires)

Aimer et protéger (intrusion)

10
Q

Qu’est ce que le système PUSH ?

A

Le nombre de variables en jeu dans un problème relationnel dépasse de loin ce que le
thérapeute peut appréhender. Il faut présélectionner des variables en fonction de leur utilité thérapeutique qui permettent au thérapeute de disséquer le problème qui lui est présenté

Protection
Unité
Séquence
Hiérarchie

11
Q

La protection ?

A

La Protection
◦ Proche de l homéostasie
◦ La résistance en thérapie vient du désir, conscient ou inconscient, de protéger sa famille. Le comportement symptomatique sert à masquer l émergence de quelque chose de pire

◦ La résistance des patients n est pas une force négative empêchant le changement; la notion de protection permet de voir le comportement du patient comme résultant d une motivation affectueuse envers sa famille

◦L approche stratégique insiste sur l une des idées de base des premières
approches systémiques: le symptôme a une fonction pour le système

12
Q

Unité de base ?

A

LU nité de base
◦ Le triangle (configuration de trois personnes)
◦ Il faut une unité de base suffisamment étendue pour pouvoir évaluer les dynamiques de coalition entre les membres de la famille et en même temps suffisamment restreinte pour ne pas déborder le thérapeute

13
Q

La séquence ?

A

La S équence : on s intéresse à l ordre des interactions dans le problème présenté. Cette
notion recouvre celle de ponctuation

P. ex.: des parents menacent de se séparer
-> l’enfant fait de la délinquance -> les parents
resserrent les rangs -> l’enfant va mieux -> les parents menacent de se séparer -> etc.

◦ Le but de la thérapie est de rendre indépendant l’amélioration de l’état de l’enfant de la relation conjugale

14
Q

La hiérarchie ?

A

La H iérarchie : c est la succession des générations et des protections accordées des parents aux enfants. La hiérarchie adéquate résulte de l établissement de règles, ou limites (au sens de Minuchin ), et d une protection exercée dans le sens descendant (quand les enfants sont jeunes en tout cas)

15
Q

A quoi servent les 4 variables du système PUSH ?

A

Ces quatre variables servent à diagnostiquer le fonctionnement familial et guident les interventions. Buts: rétablissement de la hiérarchie, démêlement des séquences pathologiques. C est une approche normative de la famille

16
Q

Quelles ont été les 3 phases de l’école de Milan ?

A

3 phases :
Stratégique (fin 60)
Développement de l’approche de Milan (70)
Séparation du groupe (80)

17
Q

Quelle est l’idée principale de l’école de Milan ?

A

La famille est considérée principalement comme homéostatique

Les familles peuvent adopter un fonctionnement homéostatique « pathologique » qui est répétitif, redondant ou/et paradoxal.
Impossible pour un élément du système de changer sans qu’un autre élément change aussi

La thérapie a pour but de déceler les patterns pathologiques, de les modifier pour libérer la
famille et permettre le changement.

18
Q

Qu’est ce que l’épistémologie circulaire ?

A

Les problèmes psychologiques sont des problèmes d’interaction sociale.

On se focalise sur les interactions récursives des différentes parties du système (incluant le
système thérapeute famille)

Tentative de comprendre et lier des petites séquences comportementales au pattern global du fonctionnement du système.

19
Q

Qu’est ce que l’approche de second ordre ?

A

Nouvelles recherches en biologie/cybernétique: l’observateur et l’observé font partie d’un système qui ne peut être séparé.

Approche moins pathologisante ou moraliste

Le psychologue s’intéresse plus sur l’effet du comportement et des effets de l’effet.
Introduction de l’idée « d’habitudes linguistiques »

Il est agressif (linéaire)
Il se comporte de manière agressive (contextuelle)

20
Q

Qu’est ce que le travail d’hypothèse ?

A

Suppositions basées sur l’information à disposition

L’hypothèse est plus ou moins utile, mais ni vrai ou faux.

Aide le thérapeute à obtenir de nouvelles informations

Aide à suivre les problèmes relationnels (
tracking

Doit inclure tous les membres de la famille (et si possible sur 2 générations)

21
Q

Comment fonctionne la circularité ?

A

La capacité du thérapeute d’investiguer le système familial en se basant sur le
feedback que la famille donne en relation aux questions.

Le thérapeute invite chaque personne à commenter les relations des membres
de la famille.

Introduire la notion de différence.

22
Q

Qu’est ce que la position de Neutralité ?

A

Etre conscient de l’effet du thérapeute durant la séance.

Le thérapeute de s’allier à la famille et non à un membre particulier.

Le thérapeute ne forme pas une coallition avec un membre ou un sous
groupe.

La neutralité permet la curiosité

23
Q

Quelles sont les techniques d’intervention ?

A

Connotation positive. Le problème est racadré en fonction positive. Ne pas changer à une signification.

Rituels: une série d’actions, détaillée, minute par minute, qui est préscrite à la famille.

24
Q

Quels sont les 5 stades classiques de l’approche de Milan ?

A

Pré séance : travail d’hypothèse

Entretien avec la famille

Consultation avec l’équipe de thérapeute

Discussions des idées avec la famille /connotation positive

Option: rituels

Discussion post séance

25
Q

A quoi sert le questionnement circulaire ?

A

Permet la méta communication –> chaque membre de la famille parle sur les relations

Décentre la personne de son point de vue et lui permet de se voir dans un contexte relationnel

Chacun peut voir le contexte relationnel de la famille tel qu’il est perçu par les autres

Inscrit le(s) symptôme(s) dans la dynamique relationnelle

26
Q

Exemple de questionnement circulaire

A

slide 33 - 35

27
Q

Que permettent les questions linéaires?

A

Définir explorer, obtenir des informations

Elles permettent d’investiguer le problème
Elles sont basiques (qui a fait ça? Pourquoi? Où? Quand?)
Le psychologue est comme un détective
Approche réductionniste du problème

28
Q

Que permettent les questions stratégiques ?

A

Questions directes, confrontations

Basées sur une assomption linéaire
Tentent d’influencer la personne
Peuvent avoir un effet correctif
Sont très directes
Le psychologue est comme un coach, un professeur.

Pourquoi vous en parlez pas à votre mari?
Avez vous déjà essayé?
Comme ça se fait que vous ne voulez pas lui parler?

29
Q

Que permettent les question circulaires ?

A

Questions sur les différences, les interactions circulaires, les comportements

(questions ouvertes vs fermées)

Qui vous a parlé de ce séminaire? (j’ai reçu le programmedes cours)
Comment êtes vous venu ce matin? (en tram)
Vous avez pris un café avant de venir? (oui)
Depuis combien de temps étudiez
vous à Genève? (3 ans)

30
Q

Que permettent les questions réflexives ?

A

Questions hypothétiques, orientées vers le future

Destinées à influencer la personne de manière indirecte

Basées sur une assomption circulaire
Permettent de faciliter le changement
Sont plutôt neutres

Créent un espace pour que la famille découvre de nouvelles significations et possibilités.
Encouragent la réflexivité