Cours 7. Approches constructivistes Flashcards Preview

Psychologie clinique du couple et de la famille > Cours 7. Approches constructivistes > Flashcards

Flashcards in Cours 7. Approches constructivistes Deck (14)
Loading flashcards...
1
Q

De quoi sont inspiré les approches systémiques de second ordre ?

A

Les approches systémique de second ordre sont inspirées de la cybernétique de second
ordre. Leur principal apport est de changer la position du thérapeute

2
Q

Comment est la thérapeute dans les approches de second ordre ?

A

Dans les approches de second ordre, le thérapeute et la famille forment un
système commun. Le thérapeute ne peut pas connaître la famille en dehors de
ce système

3
Q

Quelles sont les critiques des approches de premier ordre ?

A

Pour les approches du second ordre, les thérapies systémiques de premier ordre
souffrent de plusieurs défauts
◦ Centrées sur le problème et non sur la solution
◦ Centrées sur la stabilité et non sur le changement
◦ Le thérapeute est “hors” du processus

4
Q

A partir de quoi se fonde la cybernétique de 2ème ordre ?

A

Part d’une critique de la théorie des systèmes 1 er ordre : conception mécanique et fonctionnelle de la famille

Cocréation de sens

5
Q

Que fait la cybernétique de 2ème ordre ?

A

On explore pas que les patterns de comportements mais aussi les croyances, sens donné aux comportements, explications et histoires des membres de la famille

Le thérapeute n’est pas «expert»

Le thérapeute est un explorateur, il collabore avec la famille pour créer de nouvelles façon pour la famille de voir les difficultés.

Accent mis sur la relation thérapeutique

Position réflexive du thérapeute –> être conscient de ses propres réactions, croyances,

6
Q

Comment est le constructivisme en thérapie de famille ?

A

Les techniques thérapeutiques vont se centrer sur les solutions
Le but est de mettre en marche un processus de créativité dans la famille, pas de résoudre un problème

Le thérapeute accepte le modèle familial (l’épistémologie familiale) telle qu’elle est
pas de normal vs pathologique
de Shazer (1984): la résistance est morte (the death of resistance , Family

Le thérapeute utilise ses propres sentiments, émotions. Il montre de l’empathie, peut faire de l’ouverture de Soi

7
Q

Exemple de thérapie visant les solutions

La thérapie « centrée sur les solutions »

A

 Les familles sont « bloquées » par certains problèmes en essayant de façon répétitive des solutions qui ne fonctionnent pas

 Le focus est mis sur les nouvelles solutions, en se centrant sur les exceptions ou sur les moments où la famille a pu fonctionner de façon non problématique

8
Q

Quelles sont les idées principales ?

A

Le changement et constant et inévitable

Co construction des solutions avec le patient ou la famille

If it ain’t broken dont fix it!

Si cela ne marche pas ne le faites pas à nouveau, fait quelque chose de différent!

Quand on trouve quelque chose qui marche on l’amplifie

Le plus simple le mieux

9
Q

Quelles idées sont liées à cette affirmation “ Ce focaliser sur ce qui est possible et qu’on peut changer est plus utile que de se fixer sur ce qui nous bloque et nous paralyse.” ?

A

De petits changements vont mener à des grands changements

On se focalise sur ce que la famille veut changer

On garde un cadre interactionnel
on pose des questions relationnelles

On est spécifique et non global

Le questionnement est toujours orienté vers ce que les membres de la famille on dit

Parler du problème mène à renforcer le problème ou en créer des nouveaux

10
Q

Quelles sont les autres idées principales ?

A

On va dans le détail
On valide les progrès de la famille (félicitations)

Cadre conditionnel
Orienté vers le futur ( preferred outcomes )
 Qu’est ce qui serait différent?
 Comment vous serez que c’est différent?
 Comment les autres verront la différence? Quelle différence cela fera pour eux
 Quelle différence cela fera pour vous?

11
Q

Autre exemple d’une thérapie centré sur les solutions

A

La famille et le thérapeute se mettent d’accord sur le problème à résoudre

Lors du premier entretien, le thérapeute demande quelle solution hypothétique satisferait la famille –> question « miracle »

Il demande à la famille les « exceptions » au problème

Le focus est sur « ce qui marche », sur d’autres manières d’être qui seraient « bonnes », et n’est pas sur « ce qui ne va pas»

Le client est expert, le thérapeute ne « sait pas ». La perspective temporelle est l’ici et maintenant et surtout le futur

12
Q

Un ensemble d’autres techniques vise à promouvoir la réflexion sur les
alternatives. lesquelles ?

A

La question clef: demander, entre deux séances, à la famille de réfléchir à ce qui se passe dans la famille que les membres de la famille veulent voir continuer

Les questions sur les exceptions: décrire les moments où le problème aurait pu se poser mais ne s’est pas posé

Les questions sur l’efficacité: comment avez
vous réussi à faire ça?

Les questions sur le coping: comment avez
vous fait pour que ça ne dégénère pas plus?

Le scaling : faire parler les chiffres. Sur une échelle de 1 à 10, comment évalueriez vous les progrès fait? Si 6, alors qu’est ce que serait la situation pour avoir un 7…

Réflexions sur la séance

13
Q

Qu’est ce que le constructionnisme sociale en thérapie ?

A

Pour comprendre la famille il faut élargir le contexte et comprendre les structures sociales et idéologiques qui influencent les individus.

Exemple: relations hommes
femmes

◦ Nécessité sociale et politique : les femmes s’occupent des enfants et restent à la maison : choix ou impératifs sociaux économiques et politiques?

Idée de systèmes de pensée dominants
–> les migrants ont plus de problèmes de santé mentale
> trauma de la migration etc…

Précarité, perte de pouvoir et d’autonomie, désavantage économique, etc.

14
Q

Le système est déterminé par quoi dans le constructivisme social ?

A

Système déterminé par le problème : ce ne sont pas les dynamiques interpersonnelles qui sont la cause du problème mais un discours saturé de problèmes qui produisent le problème.

Parler de problèmes créent les problèmes

L’importance du langage
L’intégration du self du thérapeute : interface entre l’intrapsychique et l’interpersonnel

On essaye d’intégrer notre expérience à des narratifs existants (socio culturels)

Notre expérience et notre personnalité (qui nous sommes) sont «écrites» par les autres
Notre expérience de nous même peut contredire le discours dominant