Introduction et concept de Base (Ex 1) Flashcards Preview

3A_MS 1 > Introduction et concept de Base (Ex 1) > Flashcards

Flashcards in Introduction et concept de Base (Ex 1) Deck (64):
1

Vrai ou Faux ?

Les récidives de cancer sous forme de métastases (néoplasme secondaire) sont plus susceptibles de donner des présentations compatibles avec des lésions osseuses, articulaires ou musculaires que les cancers primaires.

Vrai

Récidives de cancer augment risque de lésion musculosquelettique

!! métastases peuvent se manifester parfois jusqu’à 15-20 ans après que le diagnostic de cancer primaire ait été émis

2

Hormonothérapie : Associe le type d'hormone à ses recommandations et effets secondaires.

a) Agents contraceptifs
b) Hormones de remplacement

1) risque accru de thrombophlébite
2) nausées, maux de tête et un risque accru de thrombophlébites et d’embolies pulmonaires

(a+2) Agents contraceptifs (contrôle des naissances)
Effets secondaires=
1. nausées + maux de tête
2. risque accru de thrombophlébites
3. risque accru d’embolies pulmonaires

(b+1) Hormones de remplacement (ostéoporose et ménopause)
**contrôle des signes vasomoteurs (chaleur)=ostéoporose
**Contrôle de l’insomnie= ménopause
Effet secondaire= risque accru de thrombophlébite

3

Vrai ou Faux ?

Les 2 classes d'hormonothérapie (agents contraceptifs et hormones de remplacement) augmenteraient le risque de développer certains cancers et des maladies cardio-vasculaires

Vrai

Hormonothérapie augmente risque de développer :
- Cancers
- Maladies cardio-vasculaires

4

Associe le type d'agents à ses recommandations et effets secondaires.

a) Antiplaquettaire (Aspirine)
b) Anticoagulant (Coumadin, Héparine)

1) Pour la prévention des AVC et des maladies cardiaques, mais risque de saignement, d’anémie et divers degrés de problèmes gastro-intestinaux
2) Pour prévenir les thrombophlébites et embolies pulmonaires, mais risque de saignement

(a+1) Antiplaquettaire (Aspirine)
*Prévention AVC et maladies cardiaques (empêcher l’agrégation des plaquettes)
Effets secondaires=
- risque de saignement
- anémie
- problèmes gastro-intestinaux (brûlements, saignements, ulcères, vomissements, etc.)

(b+2) Anticoagulant (Héparine, Coumadin)
*Prévenir/retarder la coagulation sanguine
!! Coumadin normalement cessé avant chirurgie
!! Héparine= prévenir les thrombophlébites et embolies pulmonaires après chirurgies
Effet secondaire= risque de saignement

5

Agents antiplaquettaires et anticoagulants : Vrai ou Faux ?

Le physiothérapeute devrait vérifier régulièrement la présence d’ecchymoses, d’oedème articulaire anormal, de sang dans les urines afin de détecter des doses trop élevées. De plus, les mobilisations vigoureuses et les massages transverses sont favorisés avec ces clients.

Faux !

Vérifier régulièrement pour détecter doses trop élevées :
- Ecchymose
- Oedème articulaire anormal
- sang dans les urines

Mobilisation vigoureuses + massage transverse= contre-indiqués

6

Qui suis-je ?

Je suis utilisés principalement pour réduire :
- l’inflammation bronchique et les réponses excessives chez les patients avec asthme persistant
- l’inflammation dans les conditions arthritiques (arthrite rhumatoïde) ou musculosquelettiques (prednisone)

a) AINS
b) Aspirine
c) Stéroïdes
d) Acétaminophène

Stéroïdes

7

Stéroïdes : Vrai ou Faux ?

Bien que l’utilisation par inhalateur (asthme) comporte de nombreux effets secondaires, ceux associés à l’utilisation prolongée par voie orale sont minime.

Faux

1. Inhalateur (asthme)= peu d’effets secondaires

2. voie orale prolongée= nombreux effets secondaires (6)
- ostéoporose
- risque accru de fractures
- ruptures tendineuses
- atrophie musculaire et cutanée
- gain de poids
- susceptibilité accrue aux infections.

8

Associe le type d'agents à ses recommandations et effets secondaires.

a) Aspirine
b) Anti-inflammatoires non stéroïdiens : COX 1 non spécifiques (Ibuprofène, Naproxyn, Motrin, Voltaren)
c) Anti-inflammatoires non stéroïdiens : COX 2 (Celebrex)
d) Acétaminophène (Tylenol)

1) Pour contrôler la douleur et l’inflammation dans diverses conditions, mais peuvent fréquemment causer des problèmes gastro-intestinaux et peuvent être néphrotoxiques.
2) Pour combattre la douleur et l’inflammation (fortes doses)
dans diverses conditions musculosquelettiques, arthritiques ou autres, mais risque de saignement, d’anémie et divers degrés de problèmes gastro-intestinaux
3) Utilisés postchirurgie parce qu’ils n’ont pas d’effets sur la coagulation sanguine et produisent moins de toxicité gastro-intestinale, mais est plus à risque pour les problèmes cardio-vasculaires.
4) Pour combattre la douleur et la fièvre et peu d’effets secondaires à doses normales

(a+2) Aspirine (combattre douleur et inflammation)
Effets secondaires=
- risque de saignement
- anémie
- problèmes gastro-intestinaux (brûlements, saignements, ulcères, vomissements, etc.)

AINS (contrôler la douleur et l’inflammation)
(b+1) COX 1 non spécifiques (Ibuprofène, Naproxyn, Motrin, Voltaren)
Effets secondaires=
- problèmes gastro-intestinaux
- néphrotoxiques

AINS (contrôler la douleur et l’inflammation)
(c+3) COX 2 (Celebrex)
Effet secondaire=
- risque de problèmes cardio-vasculaires
**Postchirurgie, car pas d’effets sur la coagulation sanguine + produisent moins de toxicité gastro-intestinale

(d+4) Acétaminophène (Tylenol) (combattre la douleur et la fièvre)
**peu d’effets secondaires à doses normales (AI très faibles)
DONC,
- utilisations prolongées correct
- solution de rechange si ostéoarthrite et ne tolèrent pas les AINS



9

Vrai ou Faux ?

Les AINS ont une efficacité et toxicité qui varient d’une marque à l’autre. En général, si un client a des effets néfastes avec une marque, ceci n’implique pas automatiquement qu’il réagira de la même manière avec un autre agent de la même classe.

Vrai

10

Vrai ou Faux ?

Les opiacés puissants (morphine ou MS-contin, Dilaudid, Demerol) et les opiacés plus faibles (codéïne, percocet, percodan, Oxycontin) ont des effets secondaires similaires.

Vrai

A) Utilisés= Traitement douleur sévère

B) Type d'opiacés
- Opiacés puissants= morphine ou MS-contin, Dilaudid, Demerol
- Opiacés plus faibles= codéïne, percocet, percodan, Oxycontin

C) Effets secondaires similaires
- effet sédatif (diminution de l’activité mentale et du raisonnement)
- dépression respiratoire + suppression de la toux
- nausées et vomissements
- constipation + rétention urinaire
- bronchospasmes
- diminution de l’immunité

D) Risque de dépendance
- inhabituelle chez personnes âgées et cancéreux
- Plus probable chez gens qui ont déjà des problèmes de dépendance (ex.: alcoolisme)
- Plus probable lorsque la médication est donnée alors que le besoin de soulager la douleur n’existe plus

11

Qui suis-je ?

Un médicaments utilisés pour réduire les signes et symptômes associés à un spasme qui provient d’une blessure musculosquelettique (lombalgie/cervicalgie, rétraction musculaire douloureuse, maux de tête).

+ Nommes principaux effets secondaires (3)

Relaxants musculaires (Flexiril, Fluori-Méthane)

A) Utilités= réduire S&S associé à blessure sMS
Ex : lombalgie/cervicalgie, rétraction musculaire douloureuse, maux de tête

B) Effets secondaires principaux=
- Somnolence
- Étourdissements
- Sensation de muqueuse buccale sèche

12

Vrai ou Faux ?

Les relaxants musculaires peuvent augmenter les effets de l’alcool, des barbituriques et des dépresseurs du système nerveux central.

Vrai

13

Vrai ou Faux ?

C'est uniquement les médecins et les pharmaciens qui sont sollicité pour des conseils sur les médicaments.

Faux, les Physiothérapeute aussi !

CAR médication souvent jugée complémentaire aux traitements en physiothérapie (ex : anti-inflammatoires et relaxants musculaires)

On peut SUGÉRER une thérapie médicamenteuse auprès du pharmacien (avec un formulaire)

14

Vrai ou Faux ?

Il est permis actuellement, pour un physiothérapeute qui exerce au Canada, de prescrire ou d’interpréter les tests d’imagerie dans le but de poser un diagnostic.

Faux, Privilège réservé au médecin !

Par contre, physio peut SUGÉRER test d'imagerie s'il entraine un changement de la conduite clinique si le test est positif.

15

Associe le test d'imagerie à son utilité.

a) Radiographies simples
b) Imagerie par résonnance magnétique (IRM)
c) Tomographie
d) Scintigraphie
e) Ultrasonographie

1) Utilisée entre autres pour détecter des lésions osseuses occultes non apparentes à la radiographie simple
2) Permet de visualiser en temps réel (test dynamique) les lésions des tissus mous généralement avec un niveau de sensibilité élevé
3) Permet la détection de régions d’activité métabolique intense
4) Permettent de visualiser principalement les anomalies osseuses et à un degré moindre, les tissus graisseux et l’accumulation de fluides
5) Permet de visualiser l’os et un large éventail de tissus mous avec une excellente résolution

(a+4) Radiographies simples= anomalies osseuses + tissus graisseux et l’accumulation de fluides (mais moins efficace)
**interprétation en fonction de la probabilité pré-test et choix d’un examen plus sensible peut parfois être indiqué
!! Femme enceinte= possible si aucune autre alternative n’existe + protection méticuleuse

(b+5) IRM= os + large éventail de tissus mous Avantage : excellente résolution

(c+1) Tomographie= lésions osseuses occultes non apparentes à la radiographie simple
Avantages :
- meilleure résolution (excellente définition de l’os cortical et spongieux)
- reconstruction 3D
Inconvénient :
- doses élevées d’ionisation (mais régions restreintes)

(d+3) Scintigraphie= régions d’activité métabolique intense
(fractures de stress, cancer, infections)

(e+2) Ultrasonographie= lésions des tissus mous en temps réel
**test dynamique + niveau de sensibilité élevé
!! Plus performant= tissus plus superficiels et patients plus minces

16

Vrai ou Faux ?

La radiographie simple est considérée peu sensible aux manifestations initiales de certaines pathologies (certaines fractures, tumeurs, infections).

Vrai

Exemples
- Ostéoporotiques :densité osseuse doit être diminuée de 30 % à 50 % avant qu’une anomalie soit visible
- Fractures de stress souvent invisibles dans les stades initiaux (24-48 heures)

17

Vrai ou Faux ?

a) L’examen d'IRM est contre-indiqué pour les patients porteurs d’implants métalliques.

b) L’examen d'IRM est contre-indiqué chez les gens trop obèses ou claustrophobes.

a) Vrai, IRM contre-indiqué si implants métalliques
!! pourraient être délogés par le champ magnétique de l’appareil
(« clips » d’anévrisme cérébral, pacemaker, matériel orthopédique instable)

b) Vrai, IRM contre-indiqué si trop obèses ou claustrophobes
!! Car configuration de l'appareil

18

Associe les données des tests sanguins à sa fonction.

a) Vitesse de sédimentation
b) Hémoglobine
c) Coagulation sanguine (INR/Coumadin et TCA/héparine)

1) marqueur sensible, mais non spécifique de l’activité inflammatoire
2) Mesurent le temps de coagulation
3) Marqueur de la concentration sanguine de globules rouges dans le sang

(a+1) Vitesse de sédimentation= Dépistage activité inflammatoire (sensible, mais non spécifique)

(b+3) Hémoglobine= concentration sanguine de globules rouges dans le sang
**baisse d’hémoglobine (anémie)→diminution de capacité de transporter l’oxygène→ plus grande fatigabilité, de l’essoufflement et des manifestations angineuses
**multiples causes d’anémie (ex. : saignement, déficit en fer, maladie inflammatoire chronique, grossesse)

(c+2) Coagulation sanguine (INR et TCA )= temps de coagulation
i) Contrôle de la prise de Coumadin (INR)
ii) Contrôle de la prise d'héparine (TCA)
!! valeurs trop élevées= risque important de saignement

19

Tests sanguins : Remplit les trous.

La valeur normale pour la vitesse de sédimentation est de __a__ mm/h chez la femme et __b__ mm/h chez l'homme.

Vitesse de sédimentation

(a) 0-25 mm/h chez la femme
(b)0-15 mm/h chez l’homme

20

Tests sanguins : Remplit les trous.

La valeur normale pour le test d'hémoglobine est de __a__ g/L chez la femme et __b__ g/L chez l'homme.

1. Si plus bas que _c_ : drapeau rouge, référer au médecin

2. Si entre _d_ : drapeau jaune, éviter la fatigue

3. Si plus haut que _e_ : faible niveau de vigilance du physiothérapeute

Hémoglobine
(a) 125-160 g/L chez la femme
(b) 135-180g/L chez l’homme

1. drapeau rouge, référer au médecin= (c) Si < 70

2. drapeau jaune, éviter la fatigue= (d) Si entre 70-90

3. faible niveau de vigilance du physio= (e) Si > 90

21

Tests sanguins : Remplit les trous.

La valeur normale pour les test de coagulation sanguine est un INR de __a__ pour le Coumadin et un TCA de __b__ secondes pour héparine.

1. Si plus haut que _c_ pour INR et _d_ pour TCA : drapeau rouge, référer au médecin + arrêt héparine

2. Si entre _e_ pour IRN et _f_ pour TCA : drapeau jaune, éviter les activités trop brusques

3. Si plus bas que _g_ pour INR et _h_ pour TCA : faible niveau de vigilance du physio

Test de coagulation sanguine
(a) INR 1.0 pour Coumadin
(b) TCA 17-22 secondes pour héparine

(c)

1. drapeau rouge, référer au médecin + arrêt héparine= (c) si INR > 5.0 et (d) si TCA > 150

2. drapeau jaune, éviter les activités trop brusques= (e) si INR 3.5-5.0 et (f) si TCA 100-150

3. faible niveau de vigilance du physio= (g) si IRN <3.5 et (h) si TCA <100

22

Associe le type de douleur à la description donnée par le patient.

a) Nerveuse
b) Osseuse
c) Fracture
d) Vasculaire
e) Musculaire, ligamentaire, capsulaire
f) Inflammatoire
g) Mécanique

1) diffuse, « aching », référée à d’autres parties du corps
2) profonde, localisée, « boring »
3) «dull», « aching », déchirure, crampe
4) pression, tiraillement, tension
5) Brûlement, sensation aiguë, lancinante et obsédante
6) sensation aiguë, sévère, intolérable
7) brulure, échauffement

(a+5) Nerveuse : brûlement, sensation aiguë, lancinante et obsédante

(b+2) Osseuse : profonde, localisée, « boring »

(c+6) Fracture : sensation aiguë, sévère, intolérable

(d+1) Vasculaire : diffuse, « aching », référée à d’autres parties du corps

(e+3) Musculaire, ligamentaire, capsulaire : «dull», « aching », déchirure, crampe (muscle)

(f+7) Inflammatoire : brulure, échauffement

(g+4) Mécanique : pression, tiraillement, tension

23

À propos de la localisation de la douleur : Remplit les trous

1. Douleur __a__ peut indiquer un problème sévère (précise ou diffuse)

2. Douleurs __b__ est plus faciles à localiser (superficielles ou distales)

3. Douleur __c__ est ressentie plus en profondeur et plus diffuse

4. Douleur qui change de localisation ou est inconstante peut
indiquer une ____d____

1. Douleur (a)diffuse peut indiquer un problème sévère
** Douleur précise= problème osseux

2. Douleurs (b)distales est plus faciles à localiser

3. Douleur (c)référée est ressentie plus en profondeur et plus diffuse

4. Douleur qui change de localisation ou est inconstante= (d) souris articulaire (structure libre dans l’articulation
** Surtout MI

24

À propos de la fréquence de la douleur : Vrai ou Faux ?

Une douleur constante peut être mécanique, alors que la douleur intermittente est plutôt chimique.

Faux

Douleur constante= chimique (inflammation)
Douleur intermittente= mécanique

**pas toujours de démarcation claire entre une douleur constante et intermittente

25

À propos de l'horaire de la douleur : Vrai ou Faux ?

1. Douleur et raideur matinale indiquent une douleur mécanique ± inflammatoire selon la durée requise pour ressentir une diminution.

2. Douleur qui diminue progressivement durant la journée suggère un problème de congestion (oedème).

3. Douleur nocturne peut être inflammatoire ou un problème non musculosquelettique insignifiant.

1. Vrai
Douleur et raideur matinale
Mécanique= disparaissent lors de premiers Inflammation= plus de 15 minutes
**Inflammation proportionnelle à durée raideur (inflammation se draine lorsque circulation recommence/quand on bouge)

2. Faux
Douleur qui AUGMENTE progressivement durant la journée= congestion (oedème)

3. Faux
Douleur nocturne= inflammatoire ou drapeau rouge (problème non sMS SÉRIEUX)

26

À propos des questions de dépistage : Associe la type à sa cause.

a) Blocage
b) Dérobade/lâche
c) Bruits articulaires

1) Inhibition réflexe momentanée secondaire à une anticipation de la douleur, à une instabilité ou de la faiblesse musculaire
2) Peut indiquer la présence d’une lésion méniscale ou d’une souris articulaire
3) Peuvent indiquer la présence d’une souris articulaire, d’une lésion méniscale, de dégénérescence articulaire, d’instabilité articulaire ou d’une butée d’un tendon sur une proéminence osseuse

(a+2) Blocage
- lésion méniscale (tjrs le même mvmt)
- Souris articulaire (pseudo blocage intermittent, différents mvmt)
!! Valider s’il s’agit d’un blocage vrai (mécanique) ou apparent (douleur ou spasme)

(b+1) Dérobades= Inhibition réflexe momentanée secondaire à :
- anticipation de la douleur
- instabilité
- faiblesse musculaire

(c+3) Bruits articulaires
- souris articulaire
- lésion méniscale
- dégénérescence articulaire (crépitements)
- instabilité articulaire
- butée d’un tendon sur une proéminence osseuse

27

À propos du sommeil : association de la douleur et de l'hypothèse probable.

a) Change de position et se rendort
b) Doit se lever et bouger 15-30 minutes
c) Ne change pas, demeure intense

1) systémique (drapeau rouge)
2) Inflammatoire
3) Mécanique

(a+3) Change de position et se rendort= mécanique

(b+2) Doit se lever et bouger 15-30 minutes= inflammatoire

(c+1) Ne change pas, demeure intense= systémique (drapeau rouge)

28

Vrai ou Faux ?

Durant l'examen physique, lorsque les deux côtés sont comparés, on commence habituellement par le côté atteint.

Faux

Examen physique= commence par côté sain

But=
- Faire une idée de la « normalité » chez votre patient
- diminuer les appréhensions du patient

29

Examen physique : Vrai ou Faux ?

L’oedème à godet est souvent le signe d’un système veineux et lymphatique déficient et n’est habituellement pas associé à un phénomène inflammatoire récent.

Vrai

Oedème è godet= accumulé dans les tissus sous-cutanés depuis longtemps
**Peau peut sembler plus épaisse + pression avec le pouce laisse une marque

30

Examen physique : Vrai ou Faux ?

Prendre les pouls fémoral, poplité, tibial postérieur ou pédieux est un moyen simple de dépister des problèmes de perfusion sanguine.

Vrai
Pouls= Dépistage problèmes de perfusion sanguine
(fémoral, poplité, tibial postérieur ou pédieux)
!! Drapeau jaune : Incapacité de percevoir le pouls d’un côté alors qu’il est présent de l’autre (si pas causée par oedème seulement)
Inconvénients= faible spécificité (difficile chez sujet sain)

31

Examen physique : Vrai ou Faux ?

La prise de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque est une mesure de dépistage importante (hôpital et soins à domicile) surtout lorsque le patient présente des conditions associées cardiovasculaires sérieuses.

Tension artérielle et fréquence cardiaque= Dépistage de l'hypotension et l'hypertension

*Si conditions associées cardiovasculaires sérieuses et si effort pourrait représenter un préjudice pouvant aggraver ces conditions

32

La tension artérielle : Remplit les trous

1. On considère qu’il y a hypotension artérielle lorsque la pression systolique est sous _a_.

2. Les manifestations principales sont de la __b__, des ___c___ et de la douleur dans les jambes.

3. On considère qu'il y a hypertension artérielle (HTA) lorsque la pression systolique est entre __d__mm Hg ou que le pression diastolique est entre __e__mm Hg

1. hypotension : pression systolique est sous (a) 90

2. manifestations principales= (a)fatigue, (b)étourdissements et de la douleur dans les jambes

3. hypertension :
Pression systolique entre (d) 140-159 mm Hg
Pression diastolique entre (e) 90-99 mm Hg

33

Vrai ou Faux ?

La température corporelle élevée est habituellement le signe d’une atteinte systémique comme une infection

Vrai

!! épreuve physique si fiévreux peut être préjudiciable

** référer au médecin pour connaître les précautions ou contre-indications

34

Examen physique : associe le type de déformation à sa définition.

a) Déformations structurelles
b) Déformations fonctionnelles

1) présentes dans certaines positions et disparaissent avec le changement de posture
2) toujours présentes, peu importe la position

(a+2) structurelles= toujours présentes, peu importe la position
(ex : angulation ou rotation non anatomique suite à une consolidation osseuse, pied plat rigide)

(b+1) fonctionnelles= présentes dans certaines positions et disparaissent avec le changement de posture
(ex : un flexum à la hanche, un pied plat souple)

35

Examen physique : Complète la phrase.

Les déformations peuvent être causées par ...
(3 possibilités)

1. anomalie anatomique congénitale/acquise= non modifiable

2. perte d’intégrité structure anatomique/fonction organique= révérsible ou coompensée

3. Accumulation d'oedème et douleur

36

Vrai ou Faux ?

La présence d’une déformation implique nécessairement qu’elle contribue aux problèmes du patient.

Faux

Déformation doit être pertinent au problème du patient pour le considérer

37

Examen physique : Associe les différents termes d'amplitude articulaire à leur définition.

a) Laxité
b) Hypermobilité : instabilité mécanique
c) Hypermobolité : instabilité anatomique
d) Flexibilité

1) mobilité articulaire plus grande que les valeurs normales à l’ensemble des articulations (congénitale) ou à une articulation (acquise). Elle est déterminée par le système capsulo-ligamentaire

2) amplitude articulaire disponible à une ou plusieurs articulations et est fonction à la fois des composantes articulaires et musculaires

3) augmentation des amplitudes de mouvements accessoires ou arthrocinématiques (glissements)

4) augmentation des mouvements anatomiques au point où une subluxation ou luxation est imminente ou s’est produite

(a+1) Laxité= Augmentation mobilité articulaire déterminée par le système capsulo-ligamentaire
i) à l’ensemble des articulations (congénitale)
ii) à une articulation (acquise)
** Non pathologique si bon contrôle dynamique + aucun symptômes

hypermobilité= Laxité pathologique (contrôle dynamique déficient)
(b+3) Instabilité mécanique= augmentation des amplitudes de mouvements accessoires ou arthrocinématiques (glissements)

hypermobilité= Laxité pathologique (contrôle dynamique déficient)
(c+4) Instabilité anatomique= augmentation des mouvements anatomiques au point où une subluxation ou luxation est imminente ou s’est produite

(d+2) Flexibilité= amplitude articulaire disponible à une ou plusieurs articulations
**Composantes articulaires et musculaires

38

Examen physique : Vrai ou Faux ?

Lors de l'inspection de la peau et de sa température: une froideur indique de l'inflammation et/ou une infection, alors qu'une chaleur indique une perfusion et/ou un problème autonomique.

Faux, c'est l'inverse

Froideur= perfusion(vascularisation), problème autonomique
Chaleur= Inflammaion, infection

39

Vrai ou Faux ?

Les drapeaux rouges et jaunes sont en fonction du contexte de la personne en considérant l’âge, le sexe, les ATCD médicaux, les facteurs de risque, la médication et les données de l’examen.

Vrai

!! Minimum d'ensemble cohérent de 3 facteurs pour suspecter un drapeau rouge

40

Voici les principales données dites « génériques » qui amènent à penser à une pathologie sérieuse (12).

À lire quelque fois

1. Histoire personnelle ou familiale de cancer ;
2. Présence de facteurs de risque (usage de tabac ou abus d’alcool/drogues, âge (20-50 ans), le sexe, l’indice de masse corporelle, mode de vie sédentaire);
3. Origine des symptômes insidieuse;
4. Incapacité de modifier les symptômes au cours de l’examen ou par le repos;
5. Symptômes hors proportion p/r au traumatisme;
6. Symptômes non soulagés par intervention en physio;
7. Présentation clinique ne correspond pas à un patron connu;
8. Perte de poids importante et involontaire;
9. Douleurs nocturnes intenses;
10. Douleur mal localisée;
11. État de santé général détérioré;
12. Sudations nocturnes

41

Examen : Vrai ou Faux ?

Les mouvements douloureux sont testés en dernier. Les procédures sont effectuées avec un gradient progressif de stress tissulaire (du moins stressant au plus stressant).

Vrai

42

Vrai ou Faux ?

Les procédures utilisées pour évaluer les activités locomotrices sont généralement des tests chronométrés (mesure) et questionnaires auto-administrés (capacité).

Vrai

Analyse par vidéo aussi

43

Vrai ou Faux ?

Le bilan par mise en tension sélective demeure la norme clinique acceptée unanimement pour mettre en évidence la perte d’intégrité des structures anatomiques périarticulaires.

Vrai

!! Bilan par mise en tension sélective n’est pas, au sens strict, un test ou une mesure
(propriétés métrologiques n’ont pas été démontrées)

44

Nomme en ordre chronologique les quatre catégories de mouvements du bilan par mise en tension sélective.

1. Mouvements actifs
- Douleur (intensité, qualité, quel moment, localisation)
- amplitude des mouvements
- qualité des mouvements (compensations, déviations du plan de mouvement, présence de bruits articulaires)

2. Mouvements passifs/surpression
- amplitude + patrons de restrictions des mouvements
- présence de douleur
- sensation de fin de mouvements (SFM)

3. Mouvements résistés
- douleur (coté par le patient + localisation)
- faiblesse musculaire
** Effectués dans la position de repos articulaire

4. Mouvements accessoires (glissement et roulement)
- amplitude + SFM accessoires
** Effectués dans la position de repos articulaire

45

Bilan par mise en tension sélective : Associe les SFM normales (non pathologique) à leur définition.

a) Os à OS
b) Approximation des tissus mous
c) Étirement des tissus mous

1) SFM molle (apparait progressivement à la fin de l’amplitude)
2) SFM dure (limite abruptement mvmt + non douloureux)
3) SFM élastique à la fin du mouvement qui peut être molle si les tissus étirés sont principalement des muscles ou plus ferme si les tissus étirés sont principalement des structures capsulo-ligamentaires

(a+2) Os à os= : SFM dure
**limite abruptement mvmt + non douloureux

(b+1) Approximation des tissus mous= SFM molle
**progressivement à la fin de l’amplitude

(c+3) Étirement des tissus mous : SFM élastique
i) molle si les tissus étirés= muscles
ii) ferme si les tissus étirés= sructructures capsulo-ligamentaires

46

Bilan par mise en tension sélective : Associe les SFM anormales (pathologique) à leur définition.

a) Spasme musculaire
b) Résistance du patient
c) Os à Os
d) Vide
e) Sensation de ressort
f) Étirement des tissus mous

1) pas de réelle résistance perçue par l’évaluateur, arrêt du mouvement parce que la douleur est trop intense ou que la réaction du patient suggère en problème grave imminent
2) Intensité plus ou moins variable qui peut souvent être diminuée par le contrôle volontaire du patient et si l’on effectue le mouvement passif lentement
3) SFM élastique avant la fin du mouvement physiologique normale
4) SFM de rebond très abrupte ressentie avant la fin du mouvement (peut être inconstante)
5) SFM dure ressentie avant la fin du mouvement et avec un mouvement où généralement elle n’est pas attendue
6) limite abruptement le mouvement et est souvent accompagné de douleur

(a+6) Spasme musculaire (contraction involontaire)= limite abruptement mvmt + douleur
** Survenir très tôt= lésion aiguë
** Près de la fin du mvmt= instabilité anatomique

(b+2) Résistance du patient (contraction+- involontaire progressive)= peut être diminuée par contrôle volontaire du patient si mvmt passif lentement
** survient moins abruptement qu’un spasme + intensité est plus ou moins variable (ou saccadée)
!! Indique appréhension/attitude de protection lorsque patient anticipe douleur ou instabilité

(c+5) Os à os= SFM dure avant fin du mvmt
**Indique changements dégénératifs ou à une consolidation osseuse non anatomique

(d+1) Vide= Pas de réelle résistance + arrêt mvmt pcq douleur trop intense ou réaction du patient suggère un problème grave imminent (luxation, fracture, etc.)
** Réactions non verbales (expressions faciales)= révélatrices du moment où il faut cesser mvmt

(e+4) Sensation de ressort (springy block)= SFM de rebond très abrupte ressentie avant FM (peut être inconstante)
** Associée au pincement d’une structure intra-articulaire (ménisque, souris articulaire)
!! Aléatoire si structure causant la restriction se déplace subitement

(f+3) Étirement des tissus mous= SFM élastique avant FM
** Plus ferme si associée à l’étirement des tissus mous raccourcis que SFM d'étirement des tissus mous normale

47

Examen, bilan par mise en tension sélective : Vrai ou Faux ?

Dans la majorité des situations, il y a plus d’une cause de limitation des mouvements passifs et l’évaluateur peut percevoir plus d’une SFM simultanément ou de façon séquentielle.

Vrai

48

représentation graphique des SFM qui interviennent lors de l’exécution du mouvement passif... Va voir la diapo

T1+T2 diapo 91

49

Examen, bilan par mise en tension sélective : Associe le type de SFM pathologique à la condition du patient

a) SFM élastique (capsulaire)
b) Douleur, spasme ou résistance du patient

1) Conditions chronqiue
2) Conditions plus aiguës

(a+1) SFM élastique (capsulaire)= conditions chroniques
** Patron capsulaire= limitation de plusieurs mvmt à une articulation (synoviale+capsule sont impliquées)

(b+2) Douleur, spasmes ou la résistance du patient= conditions plus aiguës

50

Examen, bilan par mise en tension sélective : Vrai ou Faux ?

La présence d’un patron capsulaire augmente la possibilité d’une limitation des mouvements provenant de la capsule articulaire, mais l’absence de patron capsulaire ne l’élimine pas.

Vrai

possible d’avoir une restriction qui provient de la capsule articulaire et qui ne correspond pas aux patrons capsulaires

51

Examen, interprétation des données du bilan par mise en tension sélective : Qui suis-je ?

- mouvements actifs et passifs sont limités et/ou douloureux dans la même direction (celle qui crée une tension ou compression sur les tissus lésés)
- mouvements résistés sont normaux

- Dans les conditions subaigües ou chroniques, une SFM élastique et une diminution des glissements sont habituellement notées dans la direction des restrictions lorsque la capsule est impliquée

- Dans les lésions intra ou extra-articulaires, il n’y a pas de patrons capsulaires et les glissements sont habituellement normaux

- amplitudes peuvent être limitées, mais non douloureuses, ce qui est plus souvent associé à une SFM os à os anormale dans les problèmes dégénératifs (ostéoarthrose)

- mouvements passifs sont moins limités que les mouvements actifs, la cause pourrait être le pincement d’une structure extra-articulaire (bourse) ou une instabilité articulaire

Lésion des tissus inertes

52

Examen, interprétation des données du bilan par mise en tension sélective : Qui suis-je ?

- mouvements actifs et résistés sont douloureux dans la même direction et les mouvements actif et passif sont douloureux et parfois limités dans la direction opposée
- mouvement résisté fort et non douloureux indique aucune lésion

Lésion des tissus contractiles

53

Examen, interprétation des données du bilan par mise en tension sélective : associe la réponse au mouvement résisté à l'indication sur une lésion des tissus contractiles.

a) mouvement résisté fort et douloureux
b) mouvement résisté faible et douloureux
c) mouvement faible et non douloureux

1) lésion importante du tissu contractile incluant potentiellement une fracture
2) lésion des tissus contractiles légère à modérée
3) lésion nerveuse ou une déchirure complète d’un tendon ou d’un muscle

(a+2) mouvement résisté fort et douloureux= lésion légère à modérée des tissus contractiles

(b+1) mouvement résisté faible et douloureux= lésion importante du tissu contractile incluant potentiellement une fracture

(c+3) mouvement faible et non douloureux= lésion nerveuse ou une déchirure complète d’un tendon ou d’un muscle

54

Examen, palpation : Vrai ou Faux ?

La palpation, si elle vise à confirmer la lésion d’une structure anatomique, n’est effectuée qu’à la fin de l’examen et si nécessaire. Dans la très grande majorité des situations, la sensibilité et spécificité de cette procédure sont excellente.

Faux !!

But :
i) confirmer la lésion d’une structure anatomique= fin de l’examen et si nécessaire
ii) Dépistage= Début de l'examen
**plus discriminante distalement à cause de l’abondance de récepteurs et de la représentation cérébrale des extrémités

!! sensibilité et spécificité= très faibles (beaucoup de faux négatifs et de faux positifs) et il est facile d’arriver à des conclusions erronées

55

Intervention, techniques pour augmenter la mobilité articulaire : association à sa définition+ nomme avantages et contre-indications.

a) Mobilisations actives en mouvements physiologiques
b) Mobilisations actives-assistées en mouvements
physiologiques
c) Mobilisations passives en mouvements physiologiques
d) Mobilisations passives en mouvements accessoires
e) Étirement musculaire
f) PNF (Proprioceptive Neural Facilitation)

1) placer les groupes musculaires rétractés sous tension (balistiques/ oscillatoires ou soutenus) afin d’obtenir une déformation (allongement)
2) mouvements physiologiques dans la direction des limitations à l’aide d’une force externe alors que le patient demeure relâché
3) mouvement physiologiques dans les directions de limitation
4) mouvements accessoires de glissement dans la direction des limitations
5) mouvements physiologiques dans la direction des limitations alors que le thérapeute ou le patient (autoassistées) exerce une pression sur le segment mobilisé dans la même direction
6) étirer un groupe musculaire après avoir effectué une contraction isométrique sous-maximale du muscle agoniste ou antagoniste

(a+3) Mobilisations actives en mouvements physiologiques= directions de limitation
1. Avantages
-Très sécuritaires parce qu’elles sont contrôlées par le patient lui-même
- solliciter groupes musculaires agonistes en plus d’étirer les structures inertes
2. Contre-indiquées
- tissus trop fragilisés et ne peuvent soutenir le stress tissulaire

(b+5) Mobilisations actives-assistées en mouvements physiologiques= Directions de limitation + pression
**Force de la poussée en fonction des causes des limitations et de l’irritabilité
1. Avantages
- généralement sécuritaires si le thérapeute est attentif aux réactions du patient
- Solliciter les groupes musculaires agonistes en plus d’étirer les structures inertes
2. Contre-indiquées
- tissus sont trop fragilisés et ne peuvent soutenir le stress tissulaire

(c+2) Mobilisations passives en mouvements physiologiques= Directions des limitations + force externe et patient relâché
** Force de la poussée exercée est en fonction des causes des limitations et de l'irritabilité
1. Avantages
- généralement sécuritaire si le thérapeute est attentif aux réactions du patient
2. Contre-indiquées
- tissus sont trop fragilisés et ne peuvent soutenir le stress tissulaire

(d+4) Mobilisations passives en mouvements accessoires= glissement dans la direction des limitations + passivement + principes de gradation
2. Contre-indiquées
- tissus sont trop fragilisés et ne peuvent soutenir le stress tissulaire

(e+1) Étirements musculaires= placer les groupes musculaires rétractés sous tension (balistiques/ oscillatoires ou soutenus) afin d’obtenir une déformation (allongement)
** Plus sécuritaire si exécutés par le patient lui même (contrôle degré d’étirement)
2. Contre-indiquées
- tissus sont trop fragilisés et ne peuvent soutenir le stress tissulaire

(f+6) PNF= étirer un groupe musculaire après avoir effectué une contraction isométrique sous-maximale du muscle agoniste ou antagoniste
* But= relâchement des muscles antagonistes au mouvement limité par un mécanisme neurophysiologique
!! Très grande précaution= peuvent très facilement provoquer des dommages musculaires

56

Intervention, mobilisations passives : Associe le grade de mouvement passif à sa description.

1) Grade 1
2) Grade 2
3) Grade 3
4) Grade 4

a) Mouvement de grande amplitude à l'intérieur de l'amplitude libre (avant R1)
b) Mouvement de petite amplitude dans la résistance (entre R1 et R2)
c) Mouvement de petite amplitude près du début de l'amplitude (avant R1)
d) Grande amplitude de mouvement dans la résistance (entre R1 et R2)

Concept de Maitland

(1+c) Grade 1= mvmt de petite amplitude près du début de l'amplitude (avant R1)

(2+a) Grade 2= mvmt de grande amplitude à l'intérieur de l'amplitude libre (avant R1)

(3+d) Grade 3= grande amplitude de mvmt dans la résistance (entre R1 et R2)

(4+b) Grade 4= mvmt de petite amplitude dans la résistance (entre R1 et R2)

** But grade 3 et 4= Étirement (va dans la résistance)

57

Intervention, mobilisations passives : Vrai ou Faux ?

Les grades de mouvement passif, ainsi que les diagrammes de mouvement sont considéré comme une science.

Faux

Conçus comme moyen de communication entre les physio

**Ne devraient pas être utilisé dans un contexte scientifique/strict

58

Intervention, mobilisations passives : Associe le choix de la technique à sa raison.

a) Grade I et II
b) Grade III et IV

1) conditions où la raideur domine et est la source principale de limitation des amplitudes articulaires
2) conditions plus aiguës et irritables et lorsque la douleur domine et est la source principale de limitation des amplitudes articulaires

(a+2) Grade I et II
- Conditions plus aiguës et irritables et douleur domine
- Objectif= diminuer la douleur par des effets neurophysiologiques (donc augmente le mvmt)

(b+1) Grade III et IV
- Conditions où la raideur domine
- Objectif= étirer les tissus raccourcis (effet mécanique) pour gagner du mouvement

59

Intervention, agents physique : Vrai ou Faux ?

Cette catégorie d’intervention comprend les modalités qui utilisent des ondes ou des courants électriques en plus de la glace et la chaleur.

Vrai

60

Intervention, agents physique : associe la modalités à son objectif.

a) Ultrasons
b) Courants interférentiels et TENS
c) Thérapie par ondes de chocs
d) Thérapie par Laser
e) Stimulation électrique neuromusculaire
f) Biofeedback (activité électromyographique)

1) accélérer la guérison des tissus mous profons
2) obtenir une contraction musculaire involontaire
3) créer un effet analgésique temporaire
4) offrir au patient une rétroaction sur le recrutement volontaire
5) accélérer la guérison des tissus mous
6) créer un bris calcaire ou réactiver le mécanisme de guérison dans les tendinoses

(a+1) Ultrasons= accélérer la guérison des tissus mous profonds

(b+3) Courants interférentiels et TENS= créer un effet analgésique temporaire

(c+6) Thérapie par ondes de chocs = créer un bris calcaire ou réactiver le mécanisme de guérison dans les tendinoses

(d+5) Thérapie par Laser= accélérer la guérison des tissus mous

(e+2) Stimulation électrique neuromusculaire= obtenir une contraction musculaire involontaire

(f+4) Biofeedback (activité électromyographique)= offrir au patient une rétroaction sur le recrutement volontaire

61

Sélectionne 3 thérapies altérnatives fréquente au québec.

- Produits naturels
- Profondes respirations
- Méditation
- Chiro et ostéo
- Massages
- Yoga
- Relaxation progressive
- Traitement homéopatique

Chiro et ostéo

Massage

Relaxation progressive



62

Intervention, thérapie alternative : Vrai ou Faux ?

Les thérapies alternatives sont souvent utilisées comme complément aux thérapies biomédicales pour des conditions graves (cancer) ou chroniques (maux de dos).

Vrai

63

Intervention, thérapie alternative : Vrai ou Faux ?

En tant que physiothérapeute, il est important de dire au patient de ne pas faire de thérapie alternative.

Faux, Ne pas s'opposer au croyance du client...

Uniquement si préjudices potentiels :
- nature de la thérapie
- qualifications de la personne qui offre la thérapie

Autres facteurs :
- Solutions biomédicales disponibles
- Disponibilité des soins médicaux
- Objectifs de la thérapie proposée
- Valeurs et croyances du patient

64

Patron de marche anormal : Donne les détails des ses différentes démarche.

a) Antalgic Gait
b) Arthrogenic Gait
c) Contracture Gaits (hanche, genou ou flech plantaire)
d) Gluteus Maximus Gait
e) Gluteus Medius (Trendelenburg's) Gait
f) Plantar Flexor Gait
g) Quadriceps Avoidance Gait
h) Short Leg Gait
i) Drop Foot Gait

p. 1007- 1011 du MAGEE

(a+6) Antalgic Gait= Diminution de l'oscillation du MI contra

(b+2) Arthrogenic Gait= Flex. plantaire contra exagéré et circomduction du MI ipsi

c) Contracture Gaits
Hanche= + lordose et extension tronc, + flex. genou
Genour= + flex. dorsale, levé talon plus rapide
Flech. plantaire= hyperextension genou, + tronc en flexion

d) Gluteus Maximus Gait= mvmt post du tronc caractéristique

e) Gluteus Medius (Trendelenburg's) Gait= + mvmt lat du tronc, abaissement bassin contra

f) Plantar Flexor Gait= diminution/absence poussé
- phase d'appui, - grand foulé contra

g) Quadriceps Avoidance Gait= + Flexion tronc, + Flex. plantaire

h) Short Leg Gait= lateral shift ipsi + supination pied ipsi
!! Très variable

i) Drop Foot Gait/ Pied tombat= + flexion genou
** problème fléch. dorsal