TROUBLES LIÉS AUX SYNDROMES FRONTAUX Flashcards Preview

Neuropsychologie_CLIN8_PSYL2_DLS > TROUBLES LIÉS AUX SYNDROMES FRONTAUX > Flashcards

Flashcards in TROUBLES LIÉS AUX SYNDROMES FRONTAUX Deck (12):
1

GÉNÉRALITÉS
~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les lobes frontaux droit et gauche constituent chez l'être humain {... %} de la masse cérébrale. Cette proportion est {...} à ce que l'on observe chez les autres animaux et s'accroît au fur et à mesure de l'apparition {...} des espèces, culminant avec les grands singes et plus encore chez l'homme.

Les lobes frontaux droit et gauche constituent chez l'être humain {40 %} de la masse cérébrale. Cette proportion est {supérieure} à ce que l'on observe chez les autres animaux et s'accroît au fur et à mesure de l'apparition {chronologique} des espèces, culminant avec les grands singes et plus encore chez l'homme.

2

Luria (1978) a joué un rôle essentiel dans la description des fonctions des {... ...}, considérés avant lui, en dehors des circonvolutions frontales ascendantes, comme des zones « muettes » du cerveau !

des {lobes frontaux}

3

Bien que dans la littérature nous rencontrions le terme « syndrome frontal » au singulier, il serait plus juste de parler de syndromes frontaux. Expliquez pourquoi.

Il serait en effet plus juste de parler de SYNDROMES FRONTAUX au pluriel car les tableaux cliniques valent en fonction de LA SÉVÉRITÉ et de LA LOCALISATION des lésions frontales.
Différentes pathologies neurologiques peuvent produire un syndrome frontal dont les caractéristiques ne sont pas strictement identiques :
-> un accident traumatique (traumatisme crânien grave),
-> un accident vasculaire cérébral (AVC),
-> une tumeur cérébrale, une maladie dégénérative (démence fronto-temporale),
-> une maladie infectieuse à l’origine d’une encéphalite (inflammation du cerveau).
Il s'agit donc d'un syndrome fréquemment rencontré et invalidant.

4

Quelles sont les conséquences du syndrome frontal ?
(voir aussi Pegna, dans Botez-Marquard et Boller, 2005)

 DES TROUBLES MOTEURS :
-> en particulier, une réduction globale de l'activité motrice (inertie) ;
 DES TROUBLES COGNITIFS :
-> troubles praxiques et gnosiques,
-> troubles du langage,
-> troubles des activités intellectuelles et mnésiques ;
 DES TROUBLES PSYCHOCOMPORTEMENTAUX :
-> modification de la personnalité,
-> troubles de l'humeur,
-> perte du contrôle des comportements instinctifs.
Certains syndromes frontaux graves composent un tableau démentiel, tel qu'il est défini selon les critères du DSM IV ou de la CIM-10.

5

LES TROUBLES DE LA RÉGULATION DE L'ACTIVITÉ MOTRICE
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les perturbations de l'activité motrice consistent en un tableau composé d'un ou plus souvent de plusieurs signes. Lesquels ?

1) un défaut d'initiative et de spontanéité gestuelle ;
2) une impossibilité de reproduire des séries de gestes, de rythmes, ou des dessins très simples ;
3) des persévérations et des stéréotypies gestuelles, par exemple, un geste est répété ou maintenu inutilement et perturbe l'ensemble de l’activité motrice ;
4) des troubles de l'équilibre et de la marche avec rétropulsion (tendance à tomber en arrière) en station debout, une difficulté d'utilisation des membres inférieurs lors de la marche (apraxie de la marche), ou bien une impossibilité de se tenir debout et de marcher;
5) une réaction de préhension pathologique appelée « grasping reflexe ». Ce comportement de préhension peut être manuel ou oral. Il s’agit d’une réaction d'agrippement déclenchée par la stimulation tactile au niveau de la paume de la main ou de la bouche. La prise de l'objet ne peut pas toujours être relâchée volontairement. Cela correspond aux réflexes archaïques présents chez le jeune enfant et qui disparaissent au cours du développement normal.

6

LES TROUBLES COGNITIFS
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le cortex frontal exerce un contrôle sur la {... en ...} et la {...} des actions. Un tel processus est décrit en neuropsychologie sous le concept de {«... ...»}.

Le cortex frontal exerce un contrôle sur la {mise en œuvre} et la {réalisation} des actions. Un tel processus est décrit en neuropsychologie sous le concept de {«fonctions exécutives»}.

7

Définition de Lezak et al., 2004
__________________
Les fonctions exécutives recouvrent l'ensemble des {...} nécessaires à la réussite des {... ...}.
Il s'agit d'un ensemble de {...} qui permettent à un individu d'avoir des comportements {...} et {...}.

Les fonctions exécutives recouvrent l'ensemble des {processus} nécessaires à la réussite des {tâches complexes}. Il s'agit d'un ensemble de {capacités} qui permettent à un individu d'avoir des comportements {intentionnels} et {appropriés} (Lezak et al., 2004).

8

Les fonctions exécutives correspondent aux {... ...} nécessaires aux {...} dirigés vers un {...} et à l'{...} liée aux demandes de l'{...}.

Les fonctions exécutives correspondent aux {capacités cognitives} nécessaires aux {comportements} dirigés vers un {but} et à l'{adaptation} liée aux demandes de l'{environnement}.

9

Dans quoi les fonctions exécutives sont-elles impliquées ?

Les fonctions exécutives sont impliquées dans l'initiation, la planification, l’anticipation, l’agencement de séquences d'actions, le contrôle et l’interruption de comportements, dans un but d'adaptation aux besoins de l'environnement.

10

Donnez la conception/description en 4 étapes des fonctions exécutives de Luria (1978).

1) analyse et synthèse des informations venues du milieu intérieur et du milieu extérieur ;
2) détermination du programme d'action, c'est-à-dire organisation séquentielle des différentes tâches à accomplir ;
3) exécution du programme avec la possibilité, à tout moment, d'arrêter ou de modifier son déroulement ;
4) évaluation finale des résultats obtenus par rapport au but initialement poursuivi.

11

Quand, selon Lezak et al., 2004, les troubles du raisonnement, de la planification et du jugement apparaissent-ils généralement ?

Les troubles du raisonnement, de la planification et du jugement apparaissent, souvent, lors des activités abstraites et complexes nécessitant plusieurs opérations pour aboutir à une synthèse finale.
-> problèmes d'arithmétique,
-> explication de proverbes,
-> le dessin d'une bicyclette,
-> le test de la Tour de Londres,
-> le test d'arrangement d'images de la WAIS
(Lezak et al., 2004).

12

Expliquez le rôle essentiel du cortex frontal.

Les nombreuses connexions des lobes frontaux expliquent leur rôle essentiel dans l'intégration des données sensorielles, dans la coordination de différentes activités instrumentales spécifiques - motricité, langage, mémoire, compétences visuo-spatiales et dans ce qu'on appelle les « fonctions exécutives »), du terme anglais « executive cognitive control » dont la traduction française devrait plutôt être « fonctions stratégiques ». Il s'agit des capacités de planification, d'anticipation et de contrôle. Le cortex frontal occupe, ainsi, une place prépondérante dans la programmation des comportements.