TROUBLES DE L'ATTENTION Flashcards Preview

Neuropsychologie_CLIN8_PSYL2_DLS > TROUBLES DE L'ATTENTION > Flashcards

Flashcards in TROUBLES DE L'ATTENTION Deck (18):
0

L'attention est à la base de toute activité {...} et {...} du cerveau. La validité d'un examen clinique et neuropsychologique requiert une {...} suffisante du sujet examiné.

L'attention est à la base de toute activité {consciente} et {dirigée} du cerveau. La validité d'un examen clinique et neuropsychologique requiert une {vigilance} suffisante du sujet examiné.

1

On distingue l'attention {...}, qui correspond à un état général {d'... de tous les ...}, et l'attention {...}, qui suppose à la fois {l'...}, {la ...} sur une information ciblée et {l'...} d'activités concurrentes.

On distingue l'attention {diffuse}, qui correspond à un état général {d'éveil de tous les sens}, et l'attention {sélective}, qui suppose à la fois {l'orientation}, {la focalisation} sur une information ciblée et {l'inhibition} d'activités concurrentes.

2

L'attention se décline, aujourd'hui, en différentes catégories (Lezak et al., 2004). Lesquelles ?

1) attention diffuse,
2) attention focalisée,
3) attention soutenue,
4) attention alternante,
5) attention divisée.

3

Pourquoi est-ce difficile de séparer les types d'attention en pratique ? Et pourquoi est-ce utile malgré cette difficulté ?

Bien que la théorie différencie des types d'attention, en pratique il est difficile de les séparer parce qu'il est rare qu'une seule catégorie soit atteinte isolément. Cependant, la description de catégories de l'attention nous permet de suivre le schéma théorique sur lequel se fondent les tests.

4

Le ralentissement des processus mentaux a pour conséquence des troubles de l'attention, ainsi que des répercussions sur le fonctionnement cognitif global et sur le comportement. Quelles sont parmi les structures cérébrales impliquées, celles qui jouent un rôle essentiel selon Gil (1996) ?

Parmi les structures cérébrales impliquées, le système réticulaire activateur ascendant, l'amygdale, l'hippocampe et le cortex frontal jouent un rôle essentiel (Gil, 1996).

5

a. Le niveau général de vigilance
____________________
Comment peut-on analyser le niveau général de vigilance ?

Le niveau général de vigilance peut être analysé par l'empan simple d'attention. Il s'agit d'un test inclus dans toutes les batteries d'évaluation de la mémoire.

6

a. Le niveau général de vigilance
____________________
Comment fait-on pour examiner le degré d'attention auditive ?

Pour examiner le degré d'attention auditive, on utilise couramment l'empan numérique en ordre direct. L'examinateur lit des listes de 4 à 7 chiffres par ordre croissant et demande au sujet de les répéter exactement une à une, dans l'ordre présenté (exemple : 2-5-3-8, le sujet répète, puis 4-7-9-2-5... jusqu'à 5-9-2-6-4-7-3).

7

a. Le niveau général de vigilance
____________________
Comment fait-on pour examiner le degré d'attention visuelle ?

Pour analyser l'empan d'attention visuelle, on peut présenter une suite d'images, comme des carrés imprimés sur une page ou bien des cubes de bois sur un plateau, dont on demande la reproduction spatiale identique.

8

a. Le niveau général de vigilance
____________________
Quel est le test le plus couramment utilisé et pourquoi ?

L'empan numérique auditif reste relativement stable, dans le temps, chez la majorité des individus. C'est le test le plus couramment utilisé.

9

a. Le niveau général de vigilance
____________________
Les affections cérébrales sévères, comme une démence ou des déficits verbaux d'origine neurologique (aphasie), entraînent une réduction de l'empan normal d'attention.
Le test de répétition de phrases est une épreuve clinique très utile et pertinente.
Décrivez-la.

L'examinateur lit des phrases de longueurs différentes et demande au sujet de les répéter. Normalement, un adulte peut répéter des phrases de 20 à 26 syllabes. Une restitution plus courte signe la probabilité de limitations dans la communication verbale. Il s'agit de sujets qui ne peuvent pas traiter tout ce qu'ils entendent en conversation. Leurs proches signalent des troubles de mémoire, alors que, dans certains cas, ce n'est pas la mémoire qui est déficiente mais l'empan simple du fait d'un ralentissement des processus mentaux (Howieson et Lezak, 2002). D'autres tests permettront de différencier ce qui revient aux troubles de l'attention ou aux déficits de la mémoire.

10

b. L'attention focalisée
___________________
L'attention focalisée est à la base de la {... ...}. Elle nous permet de cibler des {... ...} de notre environnement et d'éviter les phénomènes de {...}.

L'attention focalisée est à la base de la {concentration mentale}. Elle nous permet de cibler des {stimuli spécifiques} de notre environnement et d'éviter les phénomènes de {distraction}.

11

b. L'attention focalisée
___________________
Un psychologue a créé une technique d'évaluation (le test de S...) très célèbre qui permet de repérer les sujets sensibles à la distraction et donc d'évaluer l'attention focalisée. Quel est ce test ?

Le psychologue Stroop (1935) a créé une technique d'évaluation (le test de Stroop) qui consiste à présenter des listes de noms de couleurs parfois imprimés dans des couleurs d'encre différentes (par exemple, le mot «ROUGE» est écrit en rouge, en vert ou en bleu ; le mot «BLEU» peut être imprimé en bleu, rouge ou vert. L'instruction donnée au sujet est d'ignorer les mots imprimés et de nommer les couleurs aussi vite que possible. L'effort pour éviter la distraction du mot imprimé réduit la vitesse de lecture. Les sujets sensibles à la distraction font plus d'erreurs et sont ralentis. Ils lisent souvent les mots au lieu de nommer les couleurs.

12

c. L'attention soutenue
___________________
L'attention soutenue permet de {...} l'attention sur une durée assez longue pour exécuter une tâche {...}.
Quelles tâches sollicitent particulièrement l'attention soutenue selon Larrabee et Crook (1996) ?

L'attention soutenue permet de {maintenir} l'attention sur une durée assez longue pour exécuter une tâche {spécifique}.
Les tâches sur ordinateur sollicitent particulièrement l'attention soutenue (Larrabee et Crook, 1996).

13

c. L'attention soutenue
___________________
En France, une épreuve auditive est de plus en plus employée. Laquelle ?

Il s'agit du Paced Auditory Serial Addition Test (PASAT) qui est, cependant, critiqué par certains cliniciens nord-américains (Holdwick et Wingenfeld, 1999).

14

d. L'attention alternante
___________________
L'attention alternante repose sur la capacité à déplacer {...} son attention d'un {...} à un autre, souvent {en ...}. Elle fait intervenir {la ... de ...}.
Cette fonction est très {...} à toutes les formes d'atteintes cérébrales.

L'attention alternante repose sur la capacité à déplacer {rapidement} son attention d'un {stimulus} à un autre, souvent {en alternance}. Elle fait intervenir {la mémoire de travail}.
Cette fonction est très {sensible} à toutes les formes d'atteintes cérébrales.

15

d. L'attention alternante
___________________
Citez un exemple classique d'évaluation de l'attention alternante.

La forme B du test «Trail Making» (Reitan, 1958) est un exemple classique d'évaluation de l'attention alternante. Vingt-cinq cercles sont dispersés sur une page. À l'intérieur des cercles sont imprimés, aléatoirement, soit une lettre (B, A, C...), soit un chiffre (1, 2, 3...). Le sujet doit joindre, avec un stylo, de manière croissante et alternée, un chiffre à une lettre : 1 avec A, puis 2 avec B, puis 3 avec C... jusqu'à 13 avec L.

16

e. L'attention divisée
___________________
L'attention divisée est un {...} de la {... de ...}. Elle permet au sujet de traiter plus d'une tâche à la fois ou bien plusieurs {...} dans une tâche {...}. Comme pour l'attention alternante, l'attention divisée est très {...} à toute atteinte cérébrale.

L'attention divisée est un {modèle} de la {mémoire de travail}. Elle permet au sujet de traiter plus d'une tâche à la fois ou bien plusieurs {opérations} dans une tâche {complexe}. Comme pour l'attention alternante, l'attention divisée est très {sensible} à toute atteinte cérébrale.

17

e. L'attention divisée
___________________
Comment peut-on examiner l'attention divisée ?

On peut examiner l'attention divisée à l'aide d'épreuves bien établies (Eustache et al., 1995 ; Petersen et Petersen, 1959). Par exemple, on demande au sujet de retenir une ou plusieurs données : des noms d'animaux, qui lui sont lus à haute voix, pendant qu'il effectue une tâche comme une soustraction de chiffres présentés par trois : 165-162-159. Après un temps prédéterminé (soit rapide : trois secondes, soit long : dix-huit secondes), le sujet doit répéter les informations qui ont été lues à haute voix (noms d'animaux).