9 Flashcards Preview

Troubles mentaux prise 2 > 9 > Flashcards

Flashcards in 9 Deck (26)
Loading flashcards...
1

Le critère B de l’ÉSPT est la présence d’intrusions. Donnez trois exemples d’intrusions qui sont décrites dans le DSM.

cauchemards, flashbacks, réactions dissociatives

2

Vous suivez une étudiante qui vous dit: « J’ai vu ma meilleure amie se faire harceler par son ex-copain. Il la suivait au travail et il lui écrivait tout le temps. Elle avait peur qu’il lui cause du trouble ». Selon vous, est-ce que cette situation atteint le critère d’exposition pour l’ÉSPT?

non, car il n'y a pas de menaces de mort, d'exposition à la mort ou blessures et grave et pas témoin non plus.

3

Grâce à vos connaissances sur les facteurs de risque pour l’ÉSPT et l’état de stress aigu, décrivez un cas clinique d’un individu qui serait spécialement à risque de développer un trouble.

déjà un trouble mental, traumas dans l'enfance, sévérité...

4

Votre superviseur de stage vous dit: « l’évitement dans l’ÉSPT peut prendre plusieurs formes. Certaines sont évidentes et caractéristiques, mais d’autres peuvent être difficiles à reconnaitre et plus ou moins directement liées au trauma. Dans certains cas, il est même possible de confondre l’évitement avec un TDAH! » Que pensez-vous de cet énoncé? Expliquez votre réponse.

L'évitement interne va mener à une distraction, puisqu'il essaie d'éviter ses pensées, donc il a l'air distrait et ça peut ressembler au TDAH.

5

Il y a trois semaines, Martine a été attaquée par un chien. Elle a toujours été nerveuse avec les animaux, mais cette fois-ci, elle a eu vraiment peur: « C’était gros chien et il avait l’air enragé. Il m’a couru après et il m’a mordu une jambe. Son maitre a fini par le maitriser, mais il est rapidement parti, sans me dire un mot. » Elle présente des blessures superficielles qui ont bien évolué. Depuis ces évènements, elle indique ne plus vouloir sortir, de peur de revoir un chien. Elle semble malheureuse, surtout que cela l’empêche de profiter du printemps, elle qui adore les activités extérieures. Quand vous la questionnez un peu plus, elle vous confie faire des cauchemars où elle se sent pourchassée. Elle accepte de sortir avec son copain, mais celui-ci doit rester avec elle, spécialement s’ils vont dans un parc ou dans le quartier où elle s’est fait attaquer. • Dans cette situation, quels arguments vont en faveur… : • D’un ÉSPT? • D’un état de stress aigu? • D’un trouble de l’adaptation, humeur anxieuse?

ESPT: ça fait pas 1 mois, intégrité physique touché
stress aigu: intrusion, évitement externe
trouble de l'Adaptation : dernier choix, il faut qu'il y ait aucun autre trouble possible avant celui-là

6

Quel est le diagnostique le plus fréquent en psychiatrie?

trouble de l'Adaptation

7

Quels sont les avantages du trouble de l'Adaptation?

- accès à des soins/services
- plus facilement acceptable par le patient

8

Vrai ou faux? Les critères du trouble de l'adaptation laissent une grande latitude.

vrai

9

Quel est le traitement à favoriser pour le trouble de l'adaptation?

intervention psychosociale

10

Est-ce que la médication est utile pour les troubles de l'adaptation?

- Souvent ça amène plus de dépendance qu'autre chose…
- dans certains cas, la médication donne un répit et permet de mobiliser l’individu. Dans d’autres cas, la médication est une entrave à l’adaptation à long terme. L’idéal est que les intervenants soient coordonnés.

11

Qu'est-ce que l'insomnie?

- Insatisfaction marquée en lien avec la quantité ou la qualité du sommeil.
- Au moins trois nuits par semaine, pendant au moins trois mois
- Attention: pas mieux expliqué par autre trouble vs surajouté à un autre trouble… souvent compliqué à établir

12

Quels sont les 3 types d'insomnie?

1. Initiation (plus fréquent chez les patients plus jeunes, y compris enfants et adolescents) : anxiété
2. Maintien: éveil nocturne
3. Éveils hâtifs: réveil plus tôt et non-désiré (3-4hrs am)

13

Quels sont les impacts psychosociaux de l'insomnie à court et à long terme?

court: problèmes interpersonnels, sociaux et occupationnels (irritabilité, baisse de la concentration, fatigue).
long: augmentation du risque d’ÉDM, conséquences sur la santé (p. ex. hypertension et infarctus du myocarde), absentéisme et baisse de productivité au travail, diminution de la qualité de vie et problèmes financiers.

14

Pourquoi on dit de faire attention aux somnifères?

efficaces à court terme et attrayants par leur simplicité; souvent un facteur de maintien du trouble, multiples effets secondaires et accoutumance possible.

15

Qu'est-ce que l'hypersomnie?

Quantité excessive de sommeil, sans impression de repos; • Détérioration de la qualité de l’éveil diurne; • Inertie du sommeil (diminution de la performance/vigilance après l’éveil).

16

Quels sont les impacts psychosociaux de l'hypersomnie?

• Baisse de la performance, notamment académique et/ou professionnelle: baisse de l’efficacité, de la concentration et de la mémoire.
• Difficultés relationnelles et professionnelles.
• Parfois incapacité à répondre aux obligations matinales (retards et absences chroniques).
• Endormissements diurnes: gênants, mais aussi potentiellement dangereux.

17

Qu'Est-ce que la narcolepsie?

Épisodes récurrents caractérisés par un besoin incontrôlable de dormir ou par des endormissements spontanés.
-Les épisodes d’endormissement sont soudains, intenses et souvent accompagnés d’une perte du tonus musculaire. Dangers quotidiens significatifs, par exemple pour la conduite automobile, certains types d’emplois qui nécessitent une vigilance maintenue.

18

Vrai ou faux? La narcolepsie est un trouble fréquent.

faux, rare.

19

Sur quoi repose le diagnostique de la narcolepsie?

observations biomédicales et la polysomnographie

20

Qu'est-ce que l'apnée?

Problèmes respiratoires durant le sommeil pouvant être causé par une obstruction partielle (apnée obstructive) ou par une cause neurologique centrale (apnée centrale). La présentation essentielle est un ensemble de pauses, parfois prolongées, dans la respiration durant le sommeil. Cause détresse diurne parfois importante, incluant risque plus élevé d’accidents.
• Sentiment persistant de fatigue diurne, même après une nuit de durée normale
• Ronflements (surtout pour obstructive), gasping et ou éveils

21

Quels sont les traitements pour l'apnée?

• Obstructive: réduction des facteurs de risque (surpoids) et support mécanique à la respiration: attention, très dérangeants
• Centrale: réduction de facteurs de risque (opiacés, notamment méthadone AVC, TCC) et support mécanique.

22

Nommer un facteur de risque de l'apnée?

surpoids, cou large...

23

Qu'est-ce que le syndrome des jambes sans repos&

des gens qui doivent bouger sans cesse leurs jambes. Plus fréquent chez la femme

24

Qu'est-ce que l'anorexie?

A. Restriction de l'apport énergétique par rapport aux besoins, ce qui conduit à un poids corporel significativement faible selon l'âge, le sexe, la trajectoire développementale et la santé physique. Un très faible poids est défini comme un poids qui est inférieur au minimum normal ou, pour les enfants et les adolescents, moins que le minimum attendu.
B. Peur intense de prendre du poids, ou de devenir gros, ou comportements persistants interférant avec la prise de poids, alors que le poids est inférieur à la normale.
C. Altération de la perception du poids ou de la forme de son propre corps, influence excessive du poids ou de la forme corporelle sur l'estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur actuelle.

25

Quels sont les signes comportementaux de l'anorexie?

• Évitement des aliments riches, diètes, calcul de calories…
• Refus de manger en public
• Excuses répétées (avoir déjà mangé, avoir un « petit appétit »…)
• Vêtements amples dissimulant la maigreur
• Comportements de compensation rigides ou exagérés

26

Quels sont les signes physiques de dénutrition dans l'anorexie?

• Épuisement / léthargie;
• Constipation, douleur abdominale;
• Intolérance au froid, fatigue et faiblesse;
• Aménorrhée (absence des règles) / retard de la ménarche (retard des règles);
• Lanugo (pilosité fine);
• Symptômes de purgation (p. ex. face dorsale de la main; œdème lors de la reprise de poids).