E2 - C12 - Relations intergroupes Flashcards Preview

PSY-4120 > E2 - C12 - Relations intergroupes > Flashcards

Flashcards in E2 - C12 - Relations intergroupes Deck (43):
1

Relations intergroupes =

Tout aspect de l’interaction humaine qui implique des individus se ______, ou étant ______ par les autres,
comme membre d’une ______ ______.

Relations intergroupes =

Tout aspect de l’interaction humaine qui implique des individus se percevant, ou étant perçus par les autres,
comme membre d’une catégorie sociale.

2

Vrai ou faux

Notre appartenance à certains groupe est préderteminé alors qu'à d'autre, elle est volontaire.

Vrai

Notre appartenance à certains groupe est préderteminé alors qu'à d'autre, elle est volontaire !

3

Concepts importants / de base pour parler de question intergroupes :
-
---
---

-
-
-

- Catégorisation
--- Endogroupe
--- Exogroupe

- Stéréotypes

- Préjugé

- Discrimination

4

Catégorisation
- ___groupe:
Groupe composé d’individus que nous catégorisons comme membre de ___ groupe d’appartenance et auquel on ___; ''___''

- ___groupe:
Groupe composé d’individus que nous catégorisons comme faisant partie d’un groupe ___ que ___ groupe d’appartenance et auquel on ne s’identifie ___; "___''

Catégorisation
- Endogroupe:
Groupe composé d’individus que nous catégorisons comme membre de notre groupe d’appartenance et auquel on s’identifie; ''Nous''

- Exogroupe:
Groupe composé d’individus que nous catégorisons comme faisant partie d’un groupe autre que notre groupe d’appartenance et auquel on ne s’identifie pas; "Eux''

5

Stéréotype :

Perception qu’un groupe de personnes entretient au sujet des ______ des membres d’un ______; les attributs qu’on croit être ______ des membres du groupe donné.

Exemple : Les italiens cuisines bien. Les noirs tous des voleurs. Tlm = mm vision. Pas de nuances / distinctions

Stéréotype :

Perception qu’un groupe de personnes entretient au sujet des caractéristiques des membres d’un exogroupe; les attributs qu’on croit être caractéristique des membres du groupe donné.

6

Préjugé:

Attitude ______ généralisée envers les membres d’un ______ et fondée uniquement sur leur appartenance à ce groupe; ______ à adopter un comportement négatif envers le groupe.

Ex : Attitudes négatives envers les minorités , envers les personnesprovenant milieu socioécono faible, envers affiliation religieuse.

Préjugé:

Attitude négative généralisée envers les membres d’un exogroupe et fondée uniquement sur leur appartenance à ce groupe; prédisposition à adopter un comportement négatif envers le groupe.

7

Favoritisme (biais) pro-endogroupe :

Attitudes plus _______ envers les membres de _______.

Ex : Étude du locuteur masqué (Lambert et al, 1960: évaluation des locuteurs)

Favoritisme (biais) pro-endogroupe :

Attitudes plus positives envers les membres de notre endogroupe.

Ex : Étude du locuteur masqué (Lambert et al, 1960: évaluation des locuteurs)

8

Discrimination :

Comportement ______ dirigé contre une personne et reflétant une attitude ______ uniquement fondée sur l’appartenance à un ______ donné.

Exemple : comportement racistes ou sexistes.

Discrimination :

Comportement négatif dirigé contre une personne et reflétant une attitude défavorable uniquement fondée sur l’appartenance à un exogroupe donné.

Exemple : comportement racistes ou sexistes.

9

La discrimination s'explique sous deux plans :
-
-

La discrimination s'explique sous deux plans :
- Plan intrapersonnel
- Plan interpersonnel

10

La discimination s'explique aussi sur le plan intrapersonnel :

- Il y a-t-il des caractéristiques qui font en sorte que certaines personnes sont plus susceptibles à la discrimination que d’autres ? Les études semblent suggérer que OUI! :

- Personnalité __________ :
Besoin de se conformer aux conventions sociales, surveillance des autres

- __________ :
Croyance que l’endogroupe est supérieur à l’exogroupe

- La théorie du ____ _____ :
Hostilité envers les autres en raison de nos propres frustrations.

La discimination s'explique aussi sur le plan intrapersonnel :

- Il y a-t-il des caractéristiques qui font en sorte que certaines personnes sont plus susceptibles à la discrimination que d’autres ? Les études semblent suggérer que OUI!

- Personnalité autoritaire:
Besoin de se conformer aux conventions sociales, surveillance des autres

- Ethnocentrisme:
Croyance que l’endogroupe est supérieur à l’exogroupe

- La théorie du bouc émissaire:
Hostilité envers les autres en raison de nos propres frustrations.

11

Vrai ou faux

Il y a des caractéristiques qui font en sorte que certaines personnes sont plus susceptibles à la discrimination que d’autres.

Les études semblent suggérer que OUI!

VRAI

12

La discimination s'explique aussi sur le plan interpersonnel:

L ’apprentissage des enfants à l’école, dans les médias et dans la _______ peut expliquer le développement des stéréotypes, des préjugés et de la discrimination. Rôle important des _______ = les enfants intègrent les attitudes et reproduisent compo des _______.

- À l’adolescence, les stéréotypes et les préjugés appris ont plus de chance de s’actualiser en comportements discriminatoires, surtout si le groupe d’amis partage ces mêmes attitudes.

L ’apprentissage des enfants à l’école, dans les médias et dans la famille peut expliquer le développement des stéréotypes, des préjugés et de la discrimination. Rôle important des parents = les enfants intègrent les attitudes et reproduisent compo des parents.

13

La théorie des conflits réels (TCR) :
La ___________entre les groupes pour l’obtention de ___________ limitées est une cause fondamentale des préjugés et de la discrimination (Sherif, 1966).

- ___________ intergroupe = Conflit

- ___________ intergroupe = Harmonie
---Les préjugés ne sont pas une cause suffisante pour la discrimination.

La théorie des conflits réels (TCR):
La concurrence entre les groupes pour l’obtention de ressources limitées est une cause fondamentale des préjugés et de la discrimination (Sherif, 1966).

- Compétition intergroupe = Conflit

- Coopération intergroupe = Harmonie
---Les préjugés ne sont pas une cause suffisante pour la discrimination. C'est lorsque j'ai préjugé ET que je suis en confrontation avec autre groupe que je vais être hostile envers eux

14

Vrai ou faux
Les préjugés ne sont pas une cause suffisante pour la discrimination.

VRAI

C'est lorsque j'ai préjugé ET que je suis en confrontation avec autre groupe que je vais être hostile envers eux

15

Qu'est-ce qui, une fois jumelé aux préjugés, cause de l'hostilité envers un autre groupe ?

C'est lorsque j'ai préjugé ET que je suis en confrontation avec autre groupe que je vais être hostile envers eux

16

Études de Sherif (1966); Sherif & Sherif (1953) travaillent sur la théorie des conflits réels :

Participants :
Jeunes garçons américains (10-12 ans) de classe moyenne dans une colonie de vacances.

Tâches :
- Première phase:
Formation des groupes: garçons séparés aléatoirement en deux groupes; la comparaison s’installe vite!

- Deuxième phase:
Compétition intergroupe: une équipe gagnante et une équipe perdante, la récompense étant la ________ limitée. Engendre le biais pro-_________, surtout par l’équipe gagnante; conflits entre les équipes (hostilité). = ici on constate plus d'hostilité envers les autres équipes.

- Troisième phase:
Coopération intergroupe: attitudes et comportements plus harmonieux.

----------------MAIS------------------
L'Étude de Worchel (1986):
la coopération pour atteindre un but commun n’aboutit pas nécessairement à une atténuation des préjugés et de l’hostilité intergroupe.

- Wrochel propose que c’est vraiment le fait d’atteindre le but commun et non pas nécessairement la coopération qui semble favoriser les relations intergroupes harmonieuses. Un échec pourrait accentuer le biais pro-endogroupe, et la faute de l’exogroupe.

Études de Sherif (1966); Sherif & Sherif (1953) travaillent sur la théorie des conflits réels :

Participants :
Jeunes garçons américains (10-12 ans) de classe moyenne dans une colonie de vacances.

Tâches :
- Première phase:
Formation des groupes: garçons séparés aléatoirement en deux groupes; la comparaison s’installe vite!

- Deuxième phase:
Compétition intergroupe: une équipe gagnante et une équipe perdante, la récompense étant la ressource limitée. Engendre le biais pro-endogroupe, surtout par l’équipe gagnante; conflits entre les équipes (hostilité). = ici on constate plus d'hostilité envers les autres équipes.

- Troisième phase:
Coopération intergroupe: attitudes et comportements plus harmonieux.

----------------MAIS------------------
L'Étude de Worchel (1986):
la coopération pour atteindre un but commun n’aboutit pas nécessairement à une atténuation des préjugés et de l’hostilité intergroupe.

- Wrochel propose que c’est vraiment le fait d’atteindre le but commun et non pas nécessairement la coopération qui semble favoriser les relations intergroupes harmonieuses. Un échec pourrait accentuer le biais pro-endogroupe, et la faute de l’exogroupe.

17

Vrai ou faux :

Wrochel propose que c’est vraiment le fait d’atteindre le but commun et non pas nécessairement la coopération qui semble favoriser les relations intergroupes harmonieuses.

Vrai

18

Wrochel propose qu'un échec pourrait accentuer le biais pro-endogroupe, et la faute de l’exogroupe.

Vrai

19

Étude de Sherif montre que le simple fait de diviser les garçons en _____ groupes _______ a fait en sorte que ceux-ci se sont trouvés ______ que les membres de l’exogroupe, même avant la phase de _______ !

Étude de Sherif montre que le simple fait de diviser les garçons en deux groupes arbitraires a fait en sorte que ceux-ci se sont trouvés meilleurs que les membres de l’exogroupe, même avant la phase de compétition !

20

vrai ou faux

En se basant sur l'étude de Sherrif, est-ce que le simple fait de répartir les individus en deux groupes sur une base arbitraire est suffisant pour susciter les préjugés et la discrimination ?

Les études suggèrent que OUI!

21

Nommez les 3 phases des études de Sherif (1966); Sherif & Sherif (1953) :

1: Formation des groupes:
garçons séparés aléatoirement en deux groupes; la comparaison s’installe vite!

2: Compétition intergroupe:
Une équipe gagnante et une équipe perdante, la récompense étant la ressource limitée. Engendre le biais pro-endogroupe, surtout par l’équipe gagnante; conflits entre les équipes (hostilité). = ici on constate plus d'hostilité envers les autres équipes.

3 : Coopération intergroupe:
attitudes et comportements plus harmonieux.

22

Tajfel et al., 1971 s'intéressent au paradigme des groupes minimaux (PGM) et aux conditions demandé pour qu,il y ait de la discrimination entre deux groupe.

Tâche :
1. Deux groupes sont créés sur la base d’une répartition
arbitraire (e.g., pile ou face).

2. Il n’y a pas d’histoire de conflits d’intérêt ou de
compétitions intergroupes qui existent entre ces groupes.

3. L’anonymat des participants est complet, ce qui élimine l’effet des affinités interpersonnelles.

4. Aucune interaction sociale n’a lieu entre les participants, ni entre les membres de l’exogroupe.

5. Il y a absence de lien instrumental entre les réponses des participants et leurs intérêts propres, les participants ne s’allouent jamais de ressources personnellement.

Conclusion :
Malgré le caractère minimal du paradigme, les catégories _______ et _______ suffisent pour engendrer des comportements discriminatoires envers l’endogroupe (i.e., distribution de conséquences positives / favoritisme pro-endogroupe)

DONC

Raisons cognitives et motivationnelles du biais pro-endogroupe en lien avec la théorie de l’identité sociale

ça prend quoi, au minimum pour discrimination entre 2 grps ?

Malgré le caractère minimal du paradigme, les catégories "eux" et "nous" suffisent pour engendrer des comportements discriminatoires envers l’endogroupe (i.e., distribution de conséquences positives / favoritisme pro-endogroupe)

DONC

Raisons cognitives et motivationnelles du biais pro-endogroupe en lien avec la théorie de l’identité sociale

23

La ___________ sociale permet de se définir en tant que membre d’un groupe particulier.

L’individu en vient à _________ en tant que membre d’un groupe (âge, ethnie, classe sociale, etc.).

La CATÉGORISATION sociale permet de se définir en tant que membre d’un groupe particulier.

L’individu en vient à s’IDENTIFIER en tant que membre d’un groupe (âge, ethnie, classe sociale, etc.).

24

L’identité sociale =
Partie du concept de soi qui relève de ________ à un/des groupe(s) social(aux). Puisqu’on peut l’évaluer, l’identité sociale a une _____ (positive/négative).

L’identité sociale =
Partie du concept de soi qui relève de l’appartenance à un/des groupe(s) social(aux). Puisqu’on peut l’évaluer, l’identité sociale a une valeur (positive/négative).

25

Qu'est-ce que la motivation ultime dans la théorie de l’identité sociale ?

Maintenir ou ________ une ________ sociale distincte et positive en tant que membre du groupe.

La motivation ultime :
Maintenir ou atteindre une identité sociale distincte et positive en tant que membre du groupe.

Exemple :

ëtre étudiant uqam peut être dans identité sociale. Peut être positif ou négatif vis à vis notre groupe d,ppartenance. On veut s'identifier à un groupe qu'on identifie positivement.

On ne veut pas s'associer à un groupe qu'on aime pas (identité sociale négative) cmt s'associer à du + ? = Discrimination ! On veut ide socialie positive

26

La théorie de l’identité sociale stipule que :

- C’est par des comparaisons _______ favorables envers _______ que l’identité sociale positive peut être assurée. Le choix des dimensions de comparaison permet d’assurer cet avantage (dimensions jugées positives et importantes par les membres du groupe).

- C’est par la _______ que les membres d’un groupe maintiennent ou acquièrent une identité sociale distincte et positive.

- La _______ permet de favoriser _______ et de renforcer la perception que _______ est positivement distinct.


- C’est par des comparaisons intergroupes favorables envers l’endogroupe que l’identité sociale positive peut être assurée. Le choix des dimensions de comparaison permet d’assurer cet avantage (dimensions jugées positives et importantes par les membres du groupe).

- C’est par la discrimination que les membres d’un groupe maintiennent ou acquièrent une identité sociale distincte et positive.

- La discrimination permet de favoriser l’endogroupe et de renforcer la perception que l’endogroupe est positivement distinct.

27

Théorie de l’identité sociale, en bref :

Processus d’autocatégorisation
--->
Degré identification à l’endogroupe (identité sociale)
--->
Motivation pour une identité sociale positive ET distincte
--->
Comparaison intergroupe sur dimensions valorisées (pertinentes pour le groupe)
--->
Stratégies visant à acquérir ou maintenir une identité sociale positive = __________________

Stratégies visant à acquérir ou maintenir une identité sociale positive = LA DISCRIMINATION

28

Ce n'est pas seulement par la discrimination qu'on peut avoir identité sociale positive. 2 autres façon / stratégies individuelles d'y parvenir :
-
-

Mobilité sociale

Comparaison intergroupe

29

Mobilité sociale, c'est :
Tenter de se joindre à un groupe _______ en adoptant ses _______ culturelles et ses _______ fondamentales.

Mobilité sociale, c'est :
Tenter de se joindre à un groupe avantagé en adoptant ses caractéristiques culturelles et ses valeurs fondamentales.

30

Comparaison intragroupe, c'est :
Se comparer à d’autres membres de _______ qui sont _______ avantagés.

Comparaison intragroupe, c'est :
Se comparer à d’autres membres de l’endogroupe qui sont moins avantagés.

31

La comparaison intragroupe augmente _________

l'estime de soi

32

Amiot & Bourhis (2005): Mise en scène

Tâche :
- Étude sur la prise de décision avec peu d’info.
- Décision sur la distribution des salaires (augmentations et coupures salariales) lors d’une fusion d’entreprises.
- On dit au participant qu’il est membre soit de la compagnie A, soit de la compagnie B.
- Le participant ne s’alloue jamais des ressources: les ressources sont allouées soient aux membres de son groupe (endogroupe), soient aux membres de l’exogroupe.

Méthodologie :
- Participants: 279 étudiants d’un CÉGEP à Montréal (194 femmes, 84 hommes) Âge moyen = 18.2 ans

Procédure:
- PHASE 1: Mesure des croyances idéologiques (i.e., autoritarisme; orientation de dominance sociale)
- PHASE 2: Étude PGM supposément non-reliée à la Phase 1 (2 groupes et on doit distribuer des augmentations salariales et des coupures salariales)

À quel point êtes-vous d'accord avec les énoncés suivants ?
------------------------Exemples d’items:
Autoritarisme
- L’obéissance et le respect de l’autorité sont les vertus
les plus importantes à enseigner aux enfants.
- Dans des temps incertains, les lois doivent être appliquées sans merci, particulièrement lorsqu’il faut faire face à des agitateurs et à des révolutionnaires qui créent des problèmes.

Orientation de dominance sociale
- Les groupes supérieurs devraient dominer le groupes
inférieurs.
- Si certains groupes demeuraient à leur place, nous aurions moins de problèmes.
- Certains groupes d’individus méritent plus d’estime que d’autres.
- Il est parfois nécessaire de dominer les autres groupes pour arriver à ses fins.

Résultats :

1- Ceux qui cote élever (group sup DOIVENT dominer) = donne augmentation salaire à leur groupe et puni autre groupe

2- Pas de lien avec l'échelle d'autoritatirisme. + dominance sociale.

Discrimnation sociale = quand on ......... *****

Discrimnation sociale = quand on donne avantage à notre groupe

33

Lorsqu’un endogroupe se sent ________, les membres de ce groupe ont plus tendance à discriminer contre les membres de l’exogroupe

Lorsqu’un endogroupe se sent menacé, les membres
de ce groupe ont plus tendance à discriminer contre les membres de l’exogroupe

34

Vrai ou faux

Lorsqu’un endogroupe se sent menacé, les membres
de ce groupe ont plus tendance à discriminer contre les membres de l’exogroupe

Vrai

35

Est-ce que certaines formes d’identités sociales
vont davantage mener à la discrimination, surtout en
contexte de menace?

OUI

36

Vrai ou faux

Quand notre Estime de soi depend d'un contexte donné, notre ES est contingente à notre groupe

Exemple ;

Vrai

Estime de soi collective contingente !

Exemple :
Éloise = valeur contingente à endogroupe. Groupe va pas bien, elle non plus. Son ES dépend de la performance de son groupe.

37

Amiot & Hornsey (2010) tâche sur l'estime de soi collective contingente :

Participants: 132 étudiants australiens de l’Université de
Queensland

Évalué l’estime de soi contingente au niveau collectif

Utilisé le paradigme de « critique des groupes » (group criticism paradigm) pour induire la menace.

VD: Mesure des évaluations négatives envers l’exogroupe

PHASE 1: Évaluation de l’identité comme Australien;
Mesure de l’ESCC

PHASE 2 (1 semaine plus tard): Paradigme de "critique
des groupes"
En premier, on demande le pays d’origine de la personne qui « donne » la critique

2 conditions: Endogroupe (australien) vs. Exogroupe (canadien, américain)

Ensuite, on demande " Que pensez-vous des Australiens? "

" Je pense qu’ils sont assez racistes, et qu’ils sont
intolérants envers les Asiatiques. Aussi, les Australiens ne sont pas aussi cultivés comparativement aux gens des autres pays. "

Conclusions :
Dans 1 grp, la critique vient de l'endogroupe, 2e cdt, critique vient d'un l'exogroupe.

Quand critique vient de qq1 d'autres & personne coté élevé ES contigente = évaluation bcp plus ______

Conclusions :
Dans 1 grp, la critique vient de l'endogroupe, 2e cdt, critique vient d'un l'exogroupe.

Quand critique vient de qq1 d'autres & personne coté élevé ES contigente = évaluation bcp plus négative

38

Hypothèse du contact intergroupe :

L’idée que le contact entre les membres de différents groupes _______ les relations qu’ils entretiennent entre eux.

Ça devrait combattre l’ignorance que nous avons de
l’autre, ce qui est considéré comme étant responsable
des préjugées et de la discrimination.

L’idée que le contact entre les membres de différents groupes améliore les relations qu’ils entretiennent entre eux.

39

Allport (1954) propose trois conditions nécessaires à la
réduction des préjugés et de l’hostilité (de la discrimination) par le contact
intergroupe :

1. Les participants doivent avoir un _____ _____ dans la situation de contact.

2. Le contact doit comporter un élément de _____ en vue d’attendre un ______.

3. Le contact intergroupe doit être ______ par un appui _____ des autorités. P.ex. : responsable de quartier.

Condition rajoutée par Pettigrew (1998) :
4- la situation de contact doit offrir la possibilité de développer des ______ _______ à long-terme entre les membres de l’endogroupe et l’exogroupe.

Facilite la généralisation: contacts _______, dans le
temps, pour une multitude de situations sociales

1. Les participants doivent avoir un statut égal dans la situation de contact.

2. Le contact doit comporter un élément de coopération en vue d’attendre un but.

3. Le contact intergroupe doit être sanctionné par un appui officiel des autorités.

Condition rajoutée par Pettigrew (1998) :
4- la situation de contact doit offrir la possibilité de développer des relations d’amitiés à long-terme entre les membres de l’endogroupe et l’exogroupe.

Facilite la généralisation: contacts répétés, dans le
temps, pour une multitude de situations sociales

40

________ _________ permet la création d’une identité _________ commune aux deux groupes. I.e. : élimination des catégories ''simplistes" nous vs eux.

On maintien et on valorise à la fois la distinction entre
l’endogroupe et l’exogroupe, mais en même temps, on
établie une identité globale commune (Hornsey & Hogg, 2000).

Favorise le développement d’attitudes et de comportements intergroupes plus positifs et harmonieux.

L’identification double permet la création d’une identité
supraordinale commune aux deux groupes. I.e. : élimination des catégories ''simplistes" nous vs eux

41

Vrai ou faux

L’identification double permet la création d’une identité
supraordinale commune aux deux groupes.

Vrai

L’identification double permet la création d’une identité supraordinale commune aux deux groupes.

42

4 stades de l’identification double qui permet la création d’une identité supraordinale :

1. ___________ ___________
- Planification du groupe à joindre
- Processus d’ancrage du soi (self-anchoring): implique de projeter nos propres caractéristiques personnelles sur le groupe auquel on se prépare à joindre.

2. ___________
- Émergence des processus intergroupes et de distinctivité
- Reconnaissance des oppositions dans les identités
- Prédominance d’une identité sociale sur une autre

3. ___________
- La nouvelle identité commence à faire partie du soi
- Les identités sont contextualisées:
--- Sentiment d’être "différent" selon le contexte
--- Caméléon social

4. ___________
- L’objectif: Faire en sorte que les différentes identités contribuent au soi de manière distincte et positive.
- Identification à un groupe plus large et inclusif.

4 stades de l’identification double qui permet la création d’une identité supraordinale :

1. Catégorisation anticipatoire
- Planification du groupe à joindre
- Processus d’ancrage du soi (self-anchoring): implique de projeter nos propres caractéristiques personnelles sur le groupe auquel on se prépare à joindre.

2. Catégorisation
- Émergence des processus intergroupes et de distinctivité
- Reconnaissance des oppositions dans les identités
- Prédominance d’une identité sociale sur une autre

3. Compartimentalisation
- La nouvelle identité commence à faire partie du soi
- Les identités sont contextualisées:
--- Sentiment d’être "différent" selon le contexte
--- Caméléon social

4. Intégration
- L’objectif: Faire en sorte que les différentes identités contribuent au soi de manière distincte et positive.
- Identification à un groupe plus large et inclusif.

43

La supracatégorisation- Hornsey & Hogg (2000) propose 2 facon de recatégoriser groupes.

- Recatégorisation en termes de groupe supraordinal ______ identité de sous-groupe.

- Groupe supraordinal ________ identité de sousgroupes (i.e., double catégorisation)


Catégorie supraordinal : animaux humains non humains = large et inclusif.

Conséquence de cette identité ? : On élimine discrimantion avec ette identité.

Alors on aurait p-e comportements plus éthique envers animaux.

Cmt mesure cela (identité supraordinale) ? Tâche implicite (TAI)

- Recatégorisation en termes de groupe supraordinal SANS identité de sous-groupe.

- Groupe supraordinal AVEC identité de sousgroupes (i.e., double catégorisation)



Catégorie supraordinal : animaux humains non humains = large et inclusif.

Conséquence de cette identité ? : On élimine discrimantion avec ette identité.

Alors on aurait p-e comportements plus éthique envers animaux.

Cmt mesure cela (identité supraordinale) ? Tâche implicite (TAI)