Module 11 Flashcards Preview

Histoire du jazz II > Module 11 > Flashcards

Flashcards in Module 11 Deck (26)
Loading flashcards...
1

Parmi les éléments suivants, lesquels peuvent être considérés comme des influences marquantes de la musique de Bill Evans?

A. La bossa-nova
B. Le style pianistique de Bud Powell
C. Le style pianistique de Lennie Tristano
D. L’utilisation des silences à la manière de Ahmad Jamal
E. La musique impressionniste européenne

B, C et E.

2

Parmi les éléments suivants qui concernent la pièce Nefertiti, parue sur l'album du même nom, lesquels sont vrais?

A. Dans les trois premières mesures, la mélodie est énoncée dans dix des douze tons de la gamme. chromatique, donnant ainsi une allure dodécaphonique à la pièce.
B. L’accompagnement du pianiste subit un grand nombre de variations tout au long de la pièce.
C. Cette pièce pourrait être décrite comme un concerto pour section rythmique où la batterie joue le rôle principal.
D. Cette pièce fait partie du premier album studio enregistré par cette formation.

B et C.

3

Parmi les éléments suivants qui concernent la vie et la musique de Cecil Taylor, lesquels sont vrais?

A. Son jeu est caractérisé par une énergie frénétique, regroupant souvent des clusters en alternance rapide entre les deux mains.
B. Ses microsillons « Night Dreamer » et « Ju-Ju », parus en 1960, peuvent être considérés comme des disques phares du mouvement free jazz.
C. Ses premiers enregistrements datent de la fin des années 1950.
D. Ses improvisations ressemblent souvent davantage à de la musique classique contemporaine qu’à des solos de jazz.

A, C et D.

4

À l’automne 1964, Davis convaincra Wayne Shorter de quitter les Jazz Messengers, ce qui permettra au deuxième quintette de Davis de prendre définitivement forme. Le premier microsillon du nouveau quintette fut enregistré en janvier 1965. Quel est le nom de ce disque? (n'oubliez pas les majuscules et les points)

E. S. P.

5

De qui s’agit-il?

En 1946 et 1947, à Chicago, il fut responsable des arrangements et des accompagnements au piano pour un ensemble dirigé par Fletcher Henderson
Il fut le chef d’orchestre de différentes formations, dont le Myth-Science Solar Arkestra
En public, sur des morceaux vocaux tels que Space Is the Place, il appelait son public à développer sa conscience et à faire preuve de plus de compassion.
Il publia ses propres disques sur son étiquette de disque nommé Saturn et devint la principale influence de l’avant-garde post-coltranienne qui rassemblait Anthony Braxton et l’Art ensemble of Chicago.

Sun Ra

6

Lors du départ de John Coltrane du groupe de Miles Davis en 1960, le trompettiste engagea différents saxophonistes ténors jusqu’à ce que Wayne Shorter soit engagé en 1964. Parmi les noms suivants, lesquels ont joué avec Davis entre 1961 et 1964?

A. Sam Rivers
B. Benny Golson
C. Hank Mobley
D. Dexter Gordon
E. George Coleman

A, C et E.

7

Quel est le nom donné par les musicologues à la nouvelle variante du jazz modal préconisé par le deuxième « Great Quintet » de Miles Davis ?

A. Soft bop
B. Fourth stream
C. Post bop
D. Contemporary jazz
E. Post modern jazz

C. Post bop

8

Quel est le nom des accompagnateurs de Bill Evans sur ses célèbres enregistrements au Village Vangard de 1961. (2)

A. Roy Haynes
B. Paul Motian
C. Sam Jones
D. Philly Joe Jones
E. Jack DeJohnette
F. Scott LaFaro
G. Charlie Haden

B et F.

9

En décembre 1958, Evans enregistrera un microsillon en compagnie de Sam Jones et Philly Jo Jones. Ce disque lui permettra d’établir sa réputation de pianiste passé maître dans l’interprétation de standards, en plus de démontrer ses habiletés à diriger un trio du même niveau que celui de Bud Powell. Quel est le nom de ce disque? (lettre majuscule à chacun des mots)

Everybody Digs Bill Evans

10

Davis entrera en studio au début de 1964 pour l’enregistrement d’un disque avec sa nouvelle section rythmique. Cette dernière fit preuve d’une cohésion remarquable et la piste éponyme du disque est une mélodie en « stop-time » qui laisse tout l’espace à Williams pour démontrer ses habiletés polyrythmiques. Quel est le nom de ce disque?

A. Miles Smiles
B. Someday My Prince Will Come
C. Quiet Nights
D. Seven Steps To Heaven
E. Nefertiti

D. Seven Steps To Heaven

11

Quel est le titre de cette pièce de Wayne Shorter?

La version originale de Shorter parue sur le disque « Adam’s Apple » nous permet d’entendre des traces du style hard bop, tandis que la version de Davis paru sur l’album « Miles Smiles » contient des exemples marquants de modulations métriques exécutées par Williams et Carter.
Cette pièce pourrait être qualifiée de blues modal.
Cette pièce demeure l’œuvre de Shorter la plus célèbre.

Footprints

12

Parmi les éléments suivants qui concernent la vie et la musique de Scott LaFaro, lesquels sont vrais?

A. Il avait su développer une technique phénoménale en plus d’une sonorité imposante.
B. LaFaro sera très impliqué sur la scène de l’avant-garde.
C. Il apparaîtra notamment sur l’album « The Shape of Jazz to Come », disque déterminant de Ornette Coleman datant de 1960.
D. Il est le compositeur de « Turn out the Stars » et « Waltz for Debby ».
E. Il se contentait habituellement de jouer dans le registre grave de l’instrument, lassant ainsi le registre aigu aux pianistes et aux solistes.

A et B.

13

Parmi les éléments suivants qui concernent la vie et la musique de Bill Evans, lesquels sont vrais?

A. Il a joué dans le quintette et le sextette de Miles Davis de 1955 à 1961.
B. Le succès du disque « Kind of Blue » repose en grande partie sur ses avancés harmoniques dans le domaine de la musique modale.
C. Tout comme Clifford Brown, il était un peu enclin aux excès liés à la toxicomanie.
D. Il n’a pratiquement jamais jouer au sein de groupes comportant de nombreux musiciens (quintette et sextette), puisque son style pianistique ne se prêtait pas bien au rôle d’accompagnateur.
E. On peut entendre la touche personnelle du pianiste sur des pièces tels que Blue in Green et Flamenco Sketches parues sur l’album « Kind of Blue ».

B et E.

14

Quel est le nom du pianiste sur la pièce Calls parue sur l'album "Turning Point"?

Paul Bley

15

De qui s’agit-t-il?

Natif de Montréal, il se retrouva en Californie en 1958, où il participera au groupe d’Ornette Coleman.
Au début des années 1960, il forma un trio composé de Gary Peacock à la basse et de Paul Motian à la batterie.
Il participa au Jimmy Giuffre 3, connu aujourd’hui comme l’un des groupes ayant fait avancer le domaine des musiques improvisées.

Paul Bley

16

Parmi les disques suivants, lesquels peuvent être associés à Cecil Taylor?

A. Ghosts
B. Unit Structures
C. Workout
D. Conquistador
E. Spiritual Unity

B et D.

17

Parmi les éléments suivants qui concernent la pièce Circle parue sur l'album "Miles Smiles", lesquels sont vrais?

A. Excepté sur cette pièce, la texture musicale du disque ressemble parfois à celui du quatuor d’Ornette Coleman.
B. L’interaction se passe largement entre la batterie, la contrebasse et les solistes : on entend très peu d’accompagnement traditionnel.
C. Dans cette pièce, des sections harmoniques nouvelles, que l’on ne retrouve pas dans la structure harmonique du thème, ont été insérées.
D. Cette pièce fait partie de l’album Seven Steps To Heaven.

A et C.

18

En quelle année a été enregistrée la pièce Filles de Kilimanjaro, parue sur l'album du même nom?

A. 1962
B. 1965
C. 1968
D. 1970

C. 1968

19

La pièce Excursions on a Wobbly Rail de Cecil Taylor a été composée sur la grille harmonique de quel standard connu? (majuscule à chaque mots)

Take the A Train

20

On lui doit l’élaboration du style coloriste et dépourvu de métrique du jeu de batterie free où les percussionnistes, plutôt que de marquer le tempo, participent à l’improvisation collective en accentuant librement et en explorant les timbres et les sonorités de la batterie. De qui s’agit-il?

A. Sunny Murray
B. Jack DeJohnette
C. Tony Williams
D. Elvin Jones

A. Sunny Murray

21

Quel est le nom du compositeur ayant été très impressionné par Bill Evans au point de composer pour lui le Concerto for Billy the Kid?

A. George Russell
B. Gil Evans
C. Quincy Jones
D. Oliver Nelson

A. George Russell

22

Durant quelle période de temps Evans mettra-t-il sur pied l’ensemble avec lequel il révolutionnera les règles qui régissent le jeu d’ensemble et le rôle de la section rythmique?

A. 1955-1962
B. 1959-1961
C. 1961-1965
D. 1957-1959

B. 1959-1961

23

Parmi les éléments suivants qui concernent le deuxième « Great Quintet » de Miles Davis, lesquels sont vrais?

A. Cette formation fut de tous les groupes de Davis celui qui aura la plus longue vie, c’est à dire de la fin 1964 jusqu’à la fin de 1968.
B. Davis, bien que très influencé par le rock, n’utilisera pas de guitariste dans son groupe avant 1975.
C. On rencontre fréquemment dans les groupes de Davis de la fin des années 1960 une superposition du langage harmonique hérité du jazz et d’une trame rythmique en croches égales.
D. Malgré les nouveautés apportées par Davis à la musique jazz, il restera jusqu’en 1970 très attaché aux formes « AABA » ainsi qu’au principe « exposition-solo-réexposition ».

A et C.

24

Parmi les éléments suivant qui concernant la vie et la musique de Cecil Taylor, lesquels sont vrais?

A. Dave Brubeck et Duke Ellington font partie de ses principales influences.
B. Son jeu est aisément reconnaissable puisque complètement dénué d’artifice et orienté vers une recherche harmonique calculée.
C. Bien que sa musique soit très influencée par la musique classique, l’instrumentation sur ses disques demeure tout au long de sa vie bien ancrée dans la musique jazz.
D. Il n’hésite pas à présenter des concerts qui font intervenir à la fois la danse, la poésie et la musique.

A et D.

25

Comparez le style de jeu des pianistes Cecil Taylor et Paul Bley et dites en quoi ils représentent deux facettes à la fois semblables et distinctes de l’avant-garde en jazz. (200 mots)

Paul Bley et Cecil Taylor, bien qu’ayant des bagages musicaux semblables, développeront dès la fin des années 1950, des conceptions pianistiques différentes. Paul Bley demeurera, durant les premières années de sa vie, bien ancré dans la tradition bebop. Dès la fin des années 1950, il fera partie de la communauté de musiciens free jazz établis sur la côte ouest des États-Unis. C’est là qu’il prendra part à quelques jam-sessions en compagnie de Ornette Coleman. Durant les années 1960 et 1970, il se produira en solo ou au sein de petite formation dont l’instrumentation demeure bien ancrée dans la tradition jazz. L’esthétique qu’il préconisera dans le free jazz sera, tout comme celle de Cecil Taylor, le plus souvent axé vers les possibilités offertes par l’extension de l’harmonie, de la mélodie et du rythme. Son approche demeurera par contre moins agressive et moins chargée que celles de Albert Ayler ou Cecil Taylor. De ce côté, Taylor favorisera un jeu chargé et des pièces qui varient extrêmement au niveau de l’énergie et des climats. Les concerts de Taylor, habituellement de longue durée, lui permettront d’ajouter d’autres éléments à sa musique et de proposer ainsi des concerts multidisciplinaires alliant, par exemple, musique, danse et poésie.

26

Nommez deux musiciens aillant fait partie du « Second Great Quintet » de Miles Davis en disant, en quelques mots, quel fut leur apport au quintette ainsi qu’au jazz des années 1960.(200 mots)

Wayne Shorter fut le dernier à intégrer les rangs du « Second Great Quintet » de Miles Davis en 1964. Il fut aussi sans doute l’un des musiciens les plus importants de l’ensemble des groupes de Davis. Ses talents de compositeurs et d’instrumentistes, développés au sein des « Jazz Messengers » de Art Blakey où il tenait le poste de directeur musical, lui permettront d’élever le répertoire de Davis à de nouveaux sommets. En utilisant des accords et des suites harmoniques complexes, modernes et largement influencés par le jazz modal, Shorter repensera complètement le jazz de l’époque. La forme des pièces du quintette sera elle aussi retravaillée : des sections seront ajoutées par endroits lors des solos, la section rythmique sera mise de l’avant par différents procédés, etc. Finalement, on peut dire qu’il sera l’un des musiciens importants à suivre John Coltrane dans l’utilisation du saxophone soprano. Il permettra ainsi à cet instrument de s’intégrer davantage dans les sonorités de l’époque telle que le jazz rock ou jazz fusion. Bien que peu d’enregistrements du « Second Great Quintet » de Davis nous permettent d’entendre le contrebassiste Ron Carter en solo, ce dernier aura lui aussi joué un rôle déterminant par la précision rythmique et mélodique de ses lignes d’accompagnements.