med3 Flashcards Preview

Medecine > med3 > Flashcards

Flashcards in med3 Deck (107)
Loading flashcards...
0
Q

critères d’endocardite : nom et items

A

Duke

majeurs : HC + de facon persistance(sup 12h d’intervalle) à des germes typiques
Echo montrant des lésions caractéristiques : végétations,abcès ou désinsertion prothétique ou nouveau souffle de régurgitation

mineurs :
cardiopathie à risque, toxico IV
fièvre sup 38
phénomènes vasculaires
phénomènes immuno
arguments microbio ne rentrant pas dans la def du majeur
1
Q

sg cliniques en faveur d’endocardite infectieuse

A

souffle + fièvre !
cutané : pupura pétéchial,faux panari d’Osler,placard érythémateux de Janeway
ophtalmo : purpura conjonctival,nodules de Roth au FO
SM

2
Q

bilan PC devant endocardite infectieuse

A

HC répétées
ETT et ETO
bilan complications : TDM cérébral scan TAP sans et avec injection,urée,creat,BU
bilan pte d’entrée : consult ORL et stomato(panoramique,TDM sinus),coloscopie
bilan usuel, tropo
Rx thorax
scan TAP
bilan immuno : EPS, FR, cryoglob, complément
séro VIH VHB VHC si toxico
coloscopie si strepto D

3
Q

TTT AVK et endocardite

A

Poursuite anticoagulation,relais AVK par HNF IVSE(car intervention prévisible à court terme)

4
Q

souffle diastolique sur valve prothétique mécanique : diag a évoquer

A

désinsertion de prothèse a l’origine d’un souffle de régurgitation

5
Q

bilan PC devant neutropénie fébrile

A
en urgence
NFSP
HC periph et VVC
ECBU 
prélèvements locaux selon examen clinique(gorge surtout)
Rx thorax
coproculture
6
Q

3 types d’ID

A

Neutropénie
ID cellulaire
ID humorale

7
Q

germes devant neutropénie fébrile

A

BGN : E coli,P. aeruginosa
CG+ : staphylocoque doré,strepto
fongique : candida,aspergillus

8
Q

PEC neutropénie fébrile avec ATB

A

Urgence, hospit
isolement
MEC
ttt adapté au germe

en l’absence d’orientation :
s’aider du score MASCC :
si sup à 20 : ATB par augmentin et ciprofloxacine, possible ttt ambulatoire, hospit si absence d’amélioration
si inf à 20 : hospit avec ATB par Blact active sur pyocyanique(piperacilline-tazobactam ou imipénème)
ajout aminoside si sepsis sévère, choc septique ou forte suspicion de BGN résistant
si KT ajout vanco
adaptation secondaire

si persistance de la fièvre après 48h si arguments en faveur ajout vanco

si échec du 2e ttt de ligne ajout amphotericine B

9
Q

mesures associées du splénectomisé

A

avant : info et éducation
vaccin PNC,HI,MNG

après : port de carte de splénectomisé
ATBprophylaxie par peni V 5ans chez l’enfant et 2ans chez l’adulte
consulter en urgence si fièvre
C3G en urgence si fièvre

10
Q

PC devant métrorragies 1er T

A
en urgence
echo pelvienne : par voie abdo et endo vaginale,recherche d'un utérus gravidique,recherche du sac embryonnaire(localisation intra ou extra utérine,vitalité,épanchement intra abdo)
BHCG
NFS
iono,urée,creat
bilan hémostase
Gp Rh RAI
11
Q

sg echo de fausse couche

A

sac embryonnaire intra utérin aplati hypotonique en voie d’expulsion

12
Q

PEC devant fausse couche

A

Urgence thérap
PEC etio:
instrumentale(si terme sup 8SA ou hémorragique)aspiration endo-utérine,curetage doux avec envoi en anapath
abstention si terme inf 8SA (ou ocytocyne ou prostaglandines : pas d’AMM)

Sp : VVP, hydratation, repos, antalgiques, antispasmodiques
mesures associées : soutien psycho, AT

echo à 1S de controle

13
Q

etio de fausse couche a répétition

A
génétique
malformation utérine, synechies utérines
infectieux
endoc : dysthyroidies, diabète, insuffisance gonadotrope
AI :lupus, SAPL
tox : alcool, drogues, tabac
idiopathique
14
Q

bilan étio devant fausses couches a répétition

A
anapath des restes embryonnaires
arbre généalogique,caryotype parental
echo pelvienne,hystérographie
recherche chlamydia,GNC,mycoplasme
TSH,GAJ,FSH/LH
bilan AI : SAPL,FAN,AAN
15
Q

bilan PC devant VHC

A

sero VIH,VHB,VHC,VHA
glycémie,bilan lipidique,ferritinémie,coef de sat de la transferrine (comorbidités)
PCR ARN VHC et génotypage virus
bilan pré-thérap : BHCG,proU,AAN,anti-muscle lisse,anti LKM1,TSH,Ac AntiTPO,ECG
Echo abdo
+/-examen non invasifs,PBH

16
Q

complications PBH

A
hématome sous-capsulaire,hémopéritoine
fuite biliaire intra-péritonéale
malaise vagal
douleurs
PNT droit
17
Q

lésion élémentaire de l’herpès

A

vesicule fragile laissant place à des érosions

18
Q

Indications de PC devant suspicion d’herpès

A

oro-facial : lésions non typiques ou complications, pas de sérologie

génital : systématique culture ou recherche Ag, pas de sérologie

19
Q

examens permettant la mise en évidence d’HSV

A
culture : référence,résultats en 2-3j
recherche d'Ag : IF ou ELISA,en 1-3h
PCR pour génome
Cytodiag de Tzanck
sérologie
20
Q

PEC gingivostomatite herpétique non compliquée

A

Ambu
info parents,réassurance parentale,récurrences possibles
ttt etio : aciclovir pdt 10j PO
ttt sp : antalgique,antipyrétique,hydratation,BdB
surveillance

21
Q

erythème polymorphe : description et etio

A

enfant ou adulte jeune
lésions éruptives en cocardes,distribution acrale(coudes,genoux,pieds,mains) lésions érosives muqueuses

etio : récurrence herpétique,infection à M. pneumoniae

22
Q

facteurs favorisants récurrences herpétiques

A
infection fébrile
expo solaire
règles
stress
trauma
rapports sexuels
23
Q

sg en faveur PI VIH

A
diarrhée
arthralgie
céphalée
dysphagie
myalgies

polyADP
ulcérations buccales/génitales
exanthème
examen neuro : PF,sd méningé

24
Q

bilan PC PI VIH

A
bilan vih : 
CV
génotypage
typage lymphocytaire CD4/8
NFS P

recherche maladies associées :
séro VHA, VHB, VHC, TPHA-VDRL, EBV, CMV, toxo, IDR

bilan préthérap : 
GAJ
EAL
BHC
fonction rénale
CPK
bilan PC
ECG
Rx Thorax
BU (HIVAN)
typage HLAB57*01 : sensibilité à l'abacavir
DMO si FDR ostéoporose
FO
FCU
25
Q

PEC VIH

A

multidisciplinaire
dans réseau ville-hopital en coordination avec med ttt
PEC 100%
DO
educ/info : modalités de prise,ES,observance
mesures générales de prévention IST : rapports protégés,info et dépistage partenaires
trithérapie antirétrovirae : 2 INTI et 1IP en général ou INNTI
PEC nutrtionnelle
lutte contre FDRCV
PTS
Prophylaxie des infections opportunistes selon CD4
Surveillance

26
Q

Mesures devant accompagner accouchement d’une femme séropositive

A

eviter gestes invasifs
antirétroviral en début de travail
PEC NN : antirétroviral,désinfection oculaire,…
interdire allaitement maternel

27
Q

Vaccinations possibles chez NN de mère séropositive VIH?

A

oui en dehors vaccins vivants attenués.

28
Q

légionelle physiopath

A

légionella pneumophila,germe atypique,BGN
multiplication intracellulaire présent dans l’eau tiède
contamination par inhalation de particules infectieuses
rôle favorisant des circuits d’eau chaude et de clim mal entretenues
pas de contamination inter-humaine

29
Q

modalités réalisation ECBC

A

au réveil,avant tout ATB
après rinçage BD à l’eau
après un effort de toux
recueil dans des pots stériles en éliminant les crachats souillés par la salive
transport et ttt immédiat pour ED et culture

30
Q

critères validité ECBC

A

sup 25 PNN par champ
inf 5 cellules épithéliales par champ
flore largement prédominante

31
Q

ATB devant légionelle

A

gravité légère à modérée : macrolides 8j

gravité élevée : monoATB par FQAP ou biATB par macrolide,FQ ou rifampicine 14 à 21j

32
Q

modalités DO déclaration obligatoire

A

signalement dès la suspicion diag par téléphone au MISP de l’ARS
notification écrite sur fiche spécifique

33
Q

déf sycosis,folliculite,furoncle,ostio foliculite

A

sycosis : papulo-pustule centrée par un poil(foliculite) de la barbe du a staph ou dermatophyte
foliculite : inflammation follicule
furoncle : infection profonde du follicule pilo-sébacé du au staph doré,évolution vers la nécrose.
ostio-foliculite : inflammation très superficielle du follicule limitée à l’ostium

34
Q

FF de furoncle

A
diabète
ID
Atopie
portage manuel à partir des gîtes
facteurs génétiques
carence martiale
35
Q

complications de staphylococcie maligne de la face

A
extension vers le tissu cellulaire rétro-orbitaire(protrusion du globe,chémosis)
cordons veineux thrombophlébitiques
TP du sinus caverneux
ME
décès
36
Q

bénéfices d’un accident de travail

A

pdt période de soins :
prestations en nature : PEC 100%,exonération ticket modérateur,tiers payant
prestations en espèce : indemnités journalières(versées dès J1 si arrêt,60% jusqu’au 28e j puis 80%)

Après consolidation ou guérison :
arrêt des prestations en nature et indemnités journalières
si séquelles :
inf 10% : capital
sup10% : rente

vis à vis de l’emploi :
interdiction licenciement
obligation de reclassement accrue si inaptitude
priorité de reclassement et de formation
indemnités de licenciement doublées si inaptitude sans possibilité de reclassement
reconnaissance en travailleur handicapé si IPP >10%

37
Q

def consolidation

A

existence de séquelle qu’aucune thérap n’est susceptible d’améliorer
évaluée quand les soins sont terminés

38
Q

rédaction certif med final

A
cocher case final
identi med,patient,employeur
date de l'accident
siège et nature des lésions
retentissement fonctionnel
appréciation des conséquences définitives de l'AT
conclusions : guérison,consolidation
date estimée comme moment de la guérison ou consolidation
date de reprise travail
date,lieu,signature
39
Q

durée d’AT nécessitant un exam du médecin travail

A

30j que ce soit arrêt ou accident

40
Q

conclusions possibles de visite de reprise

A

aptitude au poste
aptitude avec restrictions
inaptitude au poste de travail
inaptitude à tous les postes/impossibilité de reclassement
possibilité d’aides supplémentaires si IPP sup 10%(reconnaissance en travailleur handicapé)

41
Q

conséquences de l’amiante

A

CBP
mésothéliome pleural

asbestose
plaques pleurales
fibrose interstitielle diffuse
pleurésies

42
Q

cas ou il n’y a pas de présomption d’imputabilité dans accident de travail

A

accidents de trajet
apparition tardive des lésions
décès survenu à distance de l’AT
déclaration au-delà du délai habituel

43
Q

modalités de déclaration d’accident du travail

A

victime :
prévient l’employeur dans les 24h(sauf cas de force majeure)
fait établir le CMI descriptif

employeur :
envoie le formulaire de déclaration d’AT à la CPAM dans les 48h
remet à la victime la feuille d’AT
établit et envoie à la CPAM une attestation de salaire

praticien :
établit le CMI avec ITT dont les 2 premiers feuillets sont adressés à la CPAM dans les 24h
remplit la feuille d’AT,2e volet adressé à la CPAM pour règlement direct des honoraires

CPAM a 30j pour instruire le dossier

44
Q

CMI dans le cas d’un accident de travail,a qui sont adressés les feuillets

A

2 premiers à la CPAM dans les 24h

2 autres remis à la victime qui garde le 3e volet et remet le 4e à l’employeur

45
Q

accident de travail et décès : bénéfices de la famille et démarches

A

bénéfices :
capital-décès
remboursement des frais funéraires
rente sous réserve de condition (viagère pour le conjoint,jusqu’à leur 20ans pour les enfants)

démarches :
adresser les certificats de décès à la CPAM
la caisse peut demander au tribunal d’instance de faire procéder à l’autopsie

46
Q

AINS,grossesse et allaitement

A

A éviter jusqu’au début du 6e mois car risque de toxicité foetale cardiaque et/ou rénale plus importante si prise longue
CI de l’aspirine et AINS sup 500mg/j a partir du 6e mois car risque de constriction partielle ou totale du canal artériel
aucun risque pour l’allaitement

47
Q

epilepsie et désir de grossesse

A

Risques :
déséquilibre du ttt et augmentation des crises
risque accru de malformations foetales (tube neural, spina bifida, cardiaques)

supplémentation acide folique 5mg par j 3 mois avant et pdt toute la GG
surveillance rapprochée echo, neuro et obs

grossesse possible :
entretien pré-conceptionnel
GG programmée
en période de stabilité

ttt :
ttt de fond non tératogène (lamotrigine)
réévaluer, optimiser le ttt
voire arrêt ttt

allaitement déconseillé avec la plupart des anti-épileptiques

vit K dans dernier mois de GG
vit D dans 2 derniers mois

48
Q

carbamazépine pendant la grossesse

A

augmentation de la fréquence de certaines malformations :
fermeture du tube neural(spina bifida)
fentes labiales ou palatine
effet inducteur enzymatique pouvant être responsable de tb de la coag chez nouveau né par diminution des F K-dépendants

surveillance échographique orientée sur le tube neural et la face
si carbamazépine continuée jusqu’a l’accouchement : vit K1 à la mère dans les 15 dernier jours de GG et au nouveau né en salle de travail

49
Q

référence pour med tératogènes

A

centre de référence des agents tératogène (CRAT)

50
Q

ttt bactériurie asp chez GG

A

2 cultures + a la même bactérie
ttt systématique pour limiter évolution vers PNA
durée de ttt de 5j,adapté à l’ATBgreamme
ECBU de surveillance 8-10j après et ensuite mensuel

51
Q

CI à l’IVG méd

A
ATCD CV
diabète insulino-dépendant
IRénale
IHC
asthme instable
GG non confirmée
GEU
52
Q

déroulement IVG chir

A

formalités administratives
sous AG ou ALR
prémédication par misoprostol 3-4h avant
dilatation cervicale progresssive à l’aide de bougies
aspiration endo-utérine de débris d’allure trophoblastique sous contrôle écho
curetage doux à la curette mousse
ocytocique pour favoriser rétraction utérine
gamma glob anti D
Atbprophylaxie par doxy ou métronidazole
contraception dès le jour d’IVG
contrôle écho à 15j(inutile si réalisé sous contrôle écho)

53
Q

complication IVG

A

hémorragie
per-op : AG,perforation utérine,incarcération d’anse intestinale,perforation intestinale,faux trajet pendant dilatation cervicale

echec,rétention de débris
infection : endométrite

retentissement sur fertiilité ultérieure (synéchie,béance cervico-isthmique)
séquelles psycho-affectives
allo-immunisation Rh

54
Q

différence ITG IMG

A

ITG :met en danger santé de la mère

IMG : affection incurable et grave du foetus

55
Q

déroulement IMG ou ITG

A

demande à faire au DAN,décision pluridisciplinaire
avant 14SA : comme IVG
si foetus viable : foeticide puis déclenchement de l’accouchement
proposer examen foetopathologique
DO anonyme
PTS

56
Q

FDR de vulvo vaginite à C. Albicans

A
diabète,ID
GG,ménopause
causes locales : vêtements trop serrés,port de sous-vêtements synthétiques,hygiène locale excessive
ATB récent ,CTC
OP
57
Q

PC devant vulvo vaginite à C. Albicans

A

Aucun ce n’est pas une IST

indication à culture sur sabouraud : doute diag,2e épisode

58
Q

ttt vulvovaginite à C. Albicans

A

ttt ambu
ttt etio : antifongique local par ovule (1 ovule en intra-vaginal) et pommade antifongique 1 appli 2 fois par j pendant 10j

éducation : toilette intime avec savon alcalin ou neutre
lutte contre FDR : pas de vêtements serrés,sous-vêtements coton

59
Q

PC devant trichomonas vaginalis

A

PV avec extempo sur lame

bilan IST

60
Q

ttt trichomonas vaginalis

A

Ambu
ttt etio :
métronidazole PO 2g en prise unique
hygiène locale par savon acide

ttt du partenaire systématique par fasigyne en prise unique

education : rapports sexuels protégés,exclusion du don du sang jusqu’a contrôle séro,contrôle séro

61
Q

mécanismes et germes de l’orchy-épididymite

A

IST : GNC,chlamydia,plus rarement mycoplasma hominis,C.albicans,T.vaginalis

obstacle du bas appareil urinaire favorisant le reflux : E. coli,proteus,E. faecalis,P. aeruginosa

iatrogène
hématogène

germes rares : virus ourlien,TB,bilharziose

62
Q

PC devant orchi-épididymite

A
NFS,VS,CRP
HC si tableau sévère
ECBU
prélèvement uréthral ou endouréthral à l'écouvillon
si évolution trainante : recherche BK

bilan IST

echo testiculaire si examen compliqué,recherche complication ou tumeur sous-jacente

63
Q

TTT orchi-épididymite

A

Ambu si cool sinon hospit
ATB : proba,secondairement adaptée,2S si forme simple,4-6S si forme compliquée
anti-chlamydia 10-14j : cyclines ou FQ ou macrolides
anti GNC si urétrite clinique : C3G IM 1inj ou spectinomycine IM 1inj si allergie
FQ ou cotrimoxazole si germes urinaires pdt 2-4S
aminosides en plus si grave

ttt antalgique : paracétamol,AINS après 24-48h d’atb
suspensoir
repos
mesures associées IST
ttt d’une éventuelle pathologie urologique sous-jacente

64
Q

complications orchi-épididymite

A

abcédation, nécrose purulente, fistulisation cutanée, gangrène IIaire, septicémie, choc septique

récidive, orchite xanthogranulomateuse, épididymite chronique (sclérose épididymaire, stérilité, nodules résiduels cicatriciels)

65
Q

4 germes les plus fq d’ethmoidite

A

PNC
HI
staph aureus
anaerobies

66
Q

PC devant suspicion ethmoidite

A
NFS,VS,CRP
prélevement rhinorrhée pour bactério
HC
TDM sinus non injecté
consult ophtalmo
67
Q

ttt ethmoidite

A

Hospit en urgence(si aucune gravité possible ttt ambu avec augmentin et rééval à 48h)
accord parental
réassurance parentale
antalgique IV
ATB IV en urgence actif sur PNC,HI,anaérobies et staph type C3G et fosfomycine et aminoside si gravité
relais PO par augmentin après 48h d’apyrexie pour 15j
CTC après 48 d’ATB en cure courte 5j
DRP
soins oculaires locaux
surveillance

68
Q

signes de cellulite orbitaire

A

chémosis,exophtalmie
atteinte NO : BAV,mydriase aréflectique
atteinte muscles oculomoteurs : paralysie oculomotrice,diplopie
branche du V1:anesthésie cornéenne

69
Q

ttt cellulite orbitaire

A
ttt chir en urgence sous AG au bloc
a jeun,bilan préop,consult anesth
après accord parental
orbitotomie droite,drainage chir,prélèvements bactério
surveillance
70
Q

causes de sinusites maxillaires à répétition et pan sinusite

A
kyste dentaire et pate dentaire
tumeur sinusienne
polypose nasosinusienne
déviation cloison nasale
malformation du méat moyen ou d'un cornet
CE

pansinusite ; polypose nasosinusienne,allergie,muco,dyskinésie ciliaire

71
Q

germes en cause dans les sinusite à point de départ dentaire

A

anaérobies

72
Q
PEC spécifique des etio de sinusite chronique : pate dentaire
malformation méat ou cornet
deviation cloison nasale
tumeur sinusienne
CE,greffe aspergillaire
polypose naso-sinusienne
A

dent : avulsion dentaire,extraction par voie endo nasale de la pate et de la truffe aspergillaire
méat : méatotomie
cornet : turbinectomie
cloison nasale:septoplatie
tumeur : exérèse
CE : extraction
polypose : CTC locale au long cours,si échec polypectomie

73
Q

def maladie nosocomiale

A

infection contractée dans un établissement de santé
au moins 48h après admission
ou dans les 30j suivant intervention pour infections du site op
ou dans l’année suivant la mise en place de matériel
et non présente ni en incubation au début de la PEC

74
Q

seuils de positivité des examens bactério broncho-pulmonaires

A

ECBC 10^7
aspiration bronchique 10^5
LBA 10^4
PDP 10^3

75
Q

stratégie atb devant pnp nosocomiale

A

précoce (inf 5j) :
pas d’atb préalable : monothérapie par C3G ou augmentin
atb préalable : bithérapie par bêta lact anti pseudomonas et aminoside ou FQ

tardive (sup 5j)
non sévère :
suspicion bgn : bêta lact anti pseudomonas et aminoside ou FQ
suspicion CG+ : glycopeptide ou linézolide
sévère : bêta lact anti-pseudomonas et glycopeptide ou linezolide et aminoside ou FQ

76
Q

signalement lors de décès lié à IN

A

interne :
praticien hygiène établissement
CLIN
equipe opérationnelle d’hygiène hospitalière

externe :
ARS
CCLIN

77
Q

bilan PC devant suspicion d’ostéomyélite

A
en urgence
NFS VS CRP
HC X 3
Rx standard F et P avant bras droit
Rx thorax pour rechercher pte d'entrée
IRM et scintigraphie à discuter
78
Q

radio d’ostéomyélite

A

en général normales au stade précoce

l’IRM permet de voir des lésions plus précocément

79
Q

ttt ostéomyélite avec surveillance détaillée

A

hospit,urgence
autorisation parentale,carnet de santé rempli
ttt sp :antalgique,immobilisation
ttt étio : ATB selon germe prolongée(6S en général)

surveilllance :dl par EVA,apyrexie,constantes
PC:CRP,dosage ATB si besoin
bilan complet à J10 : recherche d’un abcès périosté

80
Q

complications a long terme de l’ostéomyélite

A

ostéomyélite chronique
séquelles fonctionnelles
épiphysiodèse
fractures pathologiques

81
Q

facteurs physiopath favorisants les IU

A

obstacle et stase urinaire
présence d’un CE
altération des capacités de défense de l’organisme

82
Q

cystite compliquée : critères

A

terrain : post-chir uro, GG, geste chir ou endoscopique récent, age sup 65 ou inf 15, diabète, ID, homme
dl lombaires
fièvre
uropathie sous-jacente : lithiase, sténose, tumeur, résidu post-mictionnel

83
Q

cystites récidivantes def

A

au moins 4 épisodes par an ou 2 dans une semaine,et aucun critère pour cystite compliquée

84
Q

PC devant cystite aigue non compliquée

A

aucun (si ce n’est BU)

85
Q

PEC cystite aigue simple

A
ambu
atb : proba,PO par fosfomycine-trométamol en monodose
en 2e intention : nitrofurantoïne 5j ou FQ dose unique ou 3j
mesures associées : 
cure de diurèse
mictions non contrariées
essuyage antéro-post
lutte contre constipation
ttt mycose associée
éviter sous-vêtements synthétiques
conseiller mictions post-coïtales
86
Q

bilan PC devant PNA

A
ECBU
NFS CRP
HC
créat
BHCG
ASP(lithiase urinaire?)
echo rénale
87
Q

ttt PNA non compliquée

A

ambu possible
ATB : proba en l’absence de CI en monothérapie par C3G inj ou FQ PO ou IV ttt de relais par voie orale en fction de l’atbgramme pdt une durée de 10-14j(7j si FQ)
mesures associées : antalgiques,antipyrétiques
cure de diurèse
pas de controle ECBU systématique (si évolution défavorable : ECBU et uro-TDM)

88
Q

sg d’alerte chez l’adulte faisant évoquer DI

A
4 inf par an justifiant ATB
2 inf bact sévères
germe ou site inf inhabituel
infections peu sensibles aux ATB ou récidivantes
sup 2pnp documentées radiologiquement sur 3ans
atcd de DI primaire
fièvre récidivante
réaction aux vaccins vivants
89
Q

EC devant possible ID

A
rx throax face et sinus
IDR
NFS P
EPP
dosage pondéral des Ig sériques 
étude du complément : C3,C4,CH50
séro VIH,VHC,VHB
90
Q

PEC d’un DICV

A

prévention infections :
substitution par Ig IV
ATB en prévention primaire ou secondaire à discuter

vaccination,éviction foyers inf

91
Q

exam à ne pas faire chez enfant lors de recherche de DI

A

EPS car non fiable : immaturité du système immunitaire,albumine différente de l’adulte,taux d’Ig entre adulte et enfant différent

92
Q

wiskott-aldrich

A

eczéma
TBP
DI

93
Q

DI les plus fq chez l’adulte génétiques

A

DICV
déficit en IgA
granulomatose septique familiale

94
Q

germes selon ID

A

cellulaire : opportunistes intracellulaires(virale,parasitaire,fongique,bact)

humoral : pyogène à développement extracellulaire,entérovirus

fonctions phagocytaire (neutropénie) : pyogènes,fongique

complément : MNG

95
Q

sg d’appel de DI chez l’enfant

A
8 otites par an chez inf 4ans
4 PNP par an chez sup 4ans
2 sinusites par an
2 PNP par an
infection à pyogène récurrente
1 inf a germe opportuniste
diarrhée inf récurrente
infections fongiques récidivantes
fièvre r écidivante
réactions aux vaccins vivants
96
Q

algorythme PC devant suspicion DI

A

1e intention
NFSP
Dosage pondéral des Ig
Sérologies post-vaccinales

2e intention si anomalies du bilan initial :
phénotypage des lymphocytes sanguins
test de prolifération lymphocytaire

2e intention si pas d'anomalie du bilan initial :
exploration complément : C3,C4,CH50
dosage sous-classe d'Ig
frottis sanguin (corps de Jolly)
97
Q

sg de la rhinite allergique

A
Prurit nasal
Anosmie
Rhinorrhée aqueuse
Eternuements
Obstruction nasale
98
Q

différence rhinite intermittente ou persistante

A

persistante c’est sup 4j par semaine et sup 4S consécutives

99
Q

physiopath Raynaud

A

multifactorielle :
anomalie des récepteurs alpha vasoconstricteurs et des médiateurs vasoactifs
oblitération de la micro et macrocirculation des doigts
composante AI avec sg de vascularite

100
Q

3 phases du raynaud

A

acrosyndrome paroxystique vasculaire :

syncopale : doigts blancs, morts, insensibles (nécessaire au diag)

ischémique ou asphyxique avec doigts bleus, cyanosés, paresthésies

récupération : erythroméralgiques avec doigts rouges,réchauffés et dl

101
Q

cause de raynaud

A

idiopathique(primaire)

med et tox :
  BB
  sympathico-mimétiques
  drogues (cocaine)
pro :
  marteau hypothénar (batiment)
  vibrations (marteau piqueur)
vasc :
  maladie athéromateuse
  vascularite de Buerger (liée au tabac)
neuro :
  canal carpien
  compression ulnaire au coude
  sd du défilé cervico-thoracique
AI :
  sclérodermie : CREST
  lupus
endoc :
  hypothyroidie
hémato(cryo)
paranéo
102
Q

bilan devant sd de Raynaud

A
NFS P
CRP, VS, fibrinogène
TSH
EPS et IEPS
bilan AI: AAN, Ac anti centromères et Scl70, cryoglob
Radio thorax
radio mains bilatérales (calcinoses)
capillaroscopie périunguéale
103
Q

taux d’AAN et d’ANCA significatifs

A

titre sup 1 sur 160 dilutions

104
Q

éléments cliniques orientant vers raynaud idiopathique

A
caractère familial
apparition a l'adolescence
prédisposition au spasme vasc
absence de métier à risque
pas de prise de med ou tox
bilatéral, symétrique
atteinte de tous les doigts épargnant les pouces
caractère isolé
examen clinique normal
présence des pouls périph
évolution sup à 2ans
absence d'aggravation récente
role privilégié du froid, amélioration lors de l'été ou expo à la chaleur
absence de phase cyanique initiale
absence de tb trophiques

manoeuvre du chandelier neg
absence de sg du sd du canal carpien
test d’Allen normal

105
Q

sg de gravité d’un Raynaud

A
atteinte 10 doigts
ulcération,nécrose digitale,sclérose ou oedème des mains
sg systémiques présent,AEG
absence de rémission estivale
début sup 40ans
atteinte nez orteil ou langue
106
Q

CREST sd

A
calcif sous cutanées
raynaud
oesophagus avec RGO et diminution du péristaltisme et du tonus sphincter inférieur
sclérodactylie
télangiectasies

Ac anti centromères