med22 Flashcards Preview

Medecine > med22 > Flashcards

Flashcards in med22 Deck (103):
0

etio et FDR de menace d'accouchement prémat (tout en même temps)

maternelles :
ATCD d'accouchemet prémat
ages extrêmes
longs trajets quotidiens
travail difficile
mère célibataire
bas NSE
tabac

générales :
infection ou fièvre
anémie maternelle
diabète gesta (infection, macrosomie, hydramnios)
trauma abdo

locales :
malformations utérines, utérus distilbene
béance cervico-isthmique
fibrome endo-cavitaire volumineux

foetales :
grossesse multiple
hydramnios
chorioamniotite
RPM
anomalie placentaire (PP, décollement)
métrorragies du 2e et 3e T

idiopathique dans 40% des cas

1

PEC d'une menace d'accouchement prématuré

hospit (centre adapté au terme), urgence thérap
repos, AT
tocolyse au minimum 48h en dehors de CI (chorioamniotie, pathologie rendant périlleuse la suite de la grossesse)

molécules utilisables :
1e intention : inhib calcique (nifédipine PO, nicardipine IV)
B2 mimétiques en IV (CI : grossesse gémellaire, atcd cardio, diabète gesta a éviter ES : tremblements, palpitations, sueurs, agitations, flush facial, nausées, vomissements bilan préthérap : ECG, kéliémie, glycémie)
antagonistes de l'ocytocine IV

pas de tocolyse après 34SA
CTC prénatale de maturation (2inj IM à 24h d'intervalle de bétaméthasone)
ttt etio

2

def RPM

rupture des membranes survenant avant début du travail

3

etiologies de RPM

infection
PP
hydramnios
béance cervicale
amniocentèse tardive
trauma abdo
idiopathique

4

complications RPM

infection de l'oeuf par voie vaginale ascendante
chorioamniotite
infections périnatales
premat
décollement placentaire
si oligoamnios sévère avec RPM précoce : hypoplasie pulmonaire, déformation membres et face

5

comment faire diag de RPM (clinique et PC)

ecoulement de liquide retrouvé à l'interro et au spéculum
test à la diamine oxydase positif (amnicator, promtest)
eviter TV pour limiter risque infectieux
recherche chorioamniotite

PC :
NFSP, CRP
bilan preop
PV
ECBU
HC
monitoring
echo avec mesure quantité de liquide, manning, estimation poids foetal
echo du col si MAP

6

PEC d'une RPM

avant 34SA :
hospit, repos, transfert materno-foetal adapté
ATB courte durée par amox 7-14j
CTC maturative
surveillance quotidienne clinique et PC
puis :
si chorioamniotite :
extraction foetale en urgence par césarienne
si pas d'infection :
expectative pour certains
extraction foetale après 48h pour d'autres
plus RPM précoce, plus on fera expectative

après 34SA :
proposer naissance rapide, maturation pour déclenchement du travail après 12 ou 24h de rupture plus précocément si PV positif

7

RCIU : def

biométries foetales inf 10e percentile
sévère si inf 3e percentile

8

causes de RCIU harmonieux

anomalies chromosomiques
causes infectieuses

9

bilan etio d'un RCIU

interro
taille des parents
exam clinique complet
sérologies TORSCH
bilan HTA
bilan immuno selon contexte
doppler des artères utérines

foetale :
echo obs avec doppler ombilical et cérébral
amnocentèse après consult DAN (caryotype foetal, bilan infectieux)
IRM cérébrale à 32 SA pour certains

10

complications d'un RCIU

augmentation morbi-mortalité
hypoglycémie
hypocalcémie
hypothermie
polyglob
thrombopénie
désordre HE
asphyxie périnatale

11

def asthme du nourrisson

au moins 3 épisodes de bronchiolites avant 36 mois

12

Radio d'une fracture en motte de beurre

image linéaire condensée
soufflure de la corticale

13

PEC d'une fracture en motte de beurre

ttt ortho pdt 3S par attelle platrée
ttt sp : antalgiques simples
réassurance parentale
education thérap, surveillance d'un malade sous platre

14

complication secondaire particulière d'une fracture épiphysaire chez l'enfant

epiphysiodèse post-traumatique :
fusion prématurée des cartilages de croissance avec arrêt de la croissance
si partiel : risque de désaxation progresive du segment de membre
si complet : risque d'inégalité de longueur des membres

15

fracture en bois vers : def

fracture diaphysaire d'une seule corticale avec réaction périostée en regard

16

classification des fractures épiphysaires de l'enfant et leur type de ttt respectif

salter et harris :
1 : décollement épiphysaire pur et complet sans fracture, déplacé ou non
2 : décollement épiphysaire partiel et fracture métaphysaire
3 : décollement épiphysaire partiel et fracture trans épiphysaire (=articulaire)
4 : fracture trans épiphyso-métaphysaire sans décollement épiphysaire
5 : écrasement du cartilage de croissance

1 : orthopédique
2 : orthopédique, chir si instable après réduction
3, 4 : chir
5 : ttt des complications seulement

ttt ortho :immobilisation platrée 5S

17

fracture spécifique de l'enfant métaphysaire

en motte de beurre

18

fracture spécifique de l'enfant diaphysaire

incurvation ou déformation plastique ou élastique
fracture en bois vert
fracture en cheveux

19

bilan PC devant suspicion fracture de l'ESF

en urgence
Rx bassin F
Rx hanche atteinte F et P (chir d'Arcelin)
Rx thorax F (bilan preop)

20

PEC aux urgences d'une fracture de l'ESF

hospit, urgence en ortho
MEC : a jeun, VVP, bilan préop, allitement strict
ttt sp : antalgiques
mise en traction en suspension du membre si Garden 3 ou 4

21

ttt spécifiques et indications d'une fracture cervicale vraie

selon Garden

age inf 60 ans :
I et II : ostéosynthèse
III et IV : ostéosynthèse

age sup 75 ans :
I et II : ostéosynthese ou ttt fonctionnel (garden I) selon les équipes
III et IV : arthroplastie (prothèse intermédiaire ou cervico-céphalique)

entre 60 et 75 ans :
I et II : ostéosynthèse
III et IV : prothèse totale, intermédiaire ou ostéosynthèse

kiné précoce, active et prolongée
HBPM recommandée 45j
radio de controle à 48h de la chir

22

FDR de GCAO

HTO
ATCD fam
age sup 40ans
diabète
CTC
ethnie noire
myopie forte

23

physiopath GCAO

nevrite optique chronique et progressive secondaire à la compression de la tête du NO par l'HTO et hypoperfusion de la papille par insuffisance circulatoire au niveau de la tête du NO
l'HTO est secondaire à la dégénerescence du trabéculum

24

bilan PC devant GCAO : que retrouve t on

champ visuel statique :
scotome arciforme de Bjerrum
ressaut nasal
scotome para-central
jusqu'à champ visuel tubulaire
normal n'élimine pas le diag

OCT :
mesure de l'épaisseur des fibres nerveuses optiques au niveau de la papille (permet diag précoce)

pachymétrie : mesure de l'épaisseur cornéenne
permet d'interpréter plus précisement le TO

25

PEC d'un GCAO avec escalade thérapeutique et surveillance

ttt med : hypotonisant
aux 2 yeux à vie
local en monothérapie en 1ere intention (BB ou prostaglandines)

ttt etio : equilibre glycémique et de la TA

surveillance régulière par 3-6 mois à vie:
efficacité : TO, FO, périmétrie(par 6mois-1an)
tolérance et observance

escalade :
local monothérapie
local bithérapie
local trithérapie
ajouter acétazolamide voie générale en attendant la chir

collyres dispo : BB (attention asthme), prostaglandines, agonistes alpha2 adrénergiques, inhib de l'anhydrase carbonique (attention allergie sulfamides), parasympathomimétique (pilocarpine quasiment abandonné)

ttt laser par trabéculoplastie (photocoag de l'angle irido-cornéen

ttt chir :
trabeculectomie et iridectomie périphérique
sclérotomie profonde non perforante

26

clinique d'un GCAO

longtemps asp

altération du champ visuel
stade évolué : champ visuel tubulaire en canon de fusil, BAV, cécité irréversible

oeil blanc et indolore
LAF : normale
gonioscopie : angle ouvert
TO sup 21mmHg (à confronter à la mesure de l'épaisseur cornéenne à la pachymétrie)

FO : excavation papillaire
cup sur disc sup 0,3 (anormal) ou sup 0,6 (franchement pathologique)
encoche d'un bord papillaire
rejet nasal des vaisseaux émergeants de la papille
hémorragies superficielles secondaires à des poussées d'HTO

27

formes spécifiques de glaucome chronique

glaucome à pression normale : cornée fine, BB

glaucome pseudo-exfoliatif : synthèse de matériel exfoliatif par l'iris et l'uvée qui obstrue le trabéculum

glaucome pigmentaire : frottement de l'épithélium pigmentaire de l'iris contre le cristallin qui provoque un sd de dispersion pigmentaire dans le segment antérieur
glaucome cortisonique

28

med possibles du GCAO et leur effet

diminuent sécrétion de l'humeur aqueuse :
BB
inhibiteur de l'anhydrase carbonique
agonistes alpha2-adrénergiques

augmentent l'écoulement de l'humeur aqueuse :
analogues de la prostaglandine
agonistes alpha2-adrénergiques
parasympatomimétiques

29

ES des analogues de la prostaglandine en collyre

hyperpigentation de l'iris et des cils
rougeur oculaire
sensation de CE

30

ES de la pilocarpine

allergie
myosis
tb accomodation
sueurs
bradycardie

31

CI de l'inhibiteur de l'anhydrase carbonique

atcd lithiases urinaires
insuffisance hépatique
insuffisance rénale
GG
allergie aux sulfamides

32

physiopath du goitre

croissance de la thyroide sous dépendance de la TSH et d'autres facteurs de croissance

en cas de carence iodée :
diminution prévisible du taux d'hormones thyroidiennes
augmentation de la sensibilité de la thyroide à la TSH
et donc croissance de la thyroide qui augmente de volume

33

examen clinique devant un goitre

interro :
ATCD perso et fam de pathologie thyroidienne
carence d'apport en iode
recherche de facteurs favorisants : oestrogènes, GG
tabac
sg d'hyper et d'hypothyroidie
sg de goitre compressif : dyspnée, dysphonie, dysphagie, sd cave sup, manoeuvre de Pemberton pour démasque gêne au retour veineux

EP :
mesure du goitre
repérer les nodules eventuels
caractère mobile à la déglutition
schéma daté signé
recherche d'ADP cervicales

34

bilan PC devant un goitre

echo thyroidienne (confirmation si sup 18mL chez la femme, 20mL chez l'homme)

TSH en 1ere intention, T4l
Ac anti TPO, TRAK, anti TG
scinti thyroidienne si TSH basse (recherche de nodules fonctionnels)
calcitonine : seulement dans contexte évocateur de CMT ou avant une intervention sur la thyroidie

exploration d'un goitre plongeant : Rx thorax ou TDM IRM cervicale sans inj

35

PEC d'un goitre non compliqué

ambulatoire
inhibition de la croissance thyroidienne par :
freinateurs de la TSH (LT4)
ou iodure de potassium
ou association des deux

éducation de la patiente : observance du ttt

36

principale complication d'un goitre et comment confirmer (détailler)

goitre plongeant compressif

Rx thorax : elargissement médiastin antérieur, déviation trachéale, réduction du calibre trachéal

TDM cervicothoracique non inj ou IRM : visualisation du goitre et de ses limites, visualisation des organes de voisinage, calibre trachéal

37

PEC d'un goitre compressif

ttt radical par :
thyroidectomie
IRA thérapie à l'iode 131

38

physiopath hémochromatose

surcharge en fer de l'organisme par augmentation des transporteurs du fer (DMT1 et ferroportine), entrainant une augmentation de l'absorption et une diminution de l'excrétion entérocytaire du fer
hepcidine effondrée : augmentation de l'absorption du fer car elle a pour fonction d'inhiber la ferroportine

39

comment confirmer diag d'hémochromatose

dépistage génétique après info éclairée du patient et consentement écrit
recherche de la mutation C282Y ou H63D du gène HFE1 à l'état homozygote

40

principales complications de l'hémochromatose et comment les rechercher

hépato : cirrhose, CCH
transaminases, echo hépatique
éval co-morbidités : VHB, VHC, EAL
cardio : CMD avec risque IC, ACFA
ETT, ECG
endoc :
diabète : GAJ
hypogonadisme : impuissance, amenorrhée, perte libido, ostéoporose, atrophie testiculaire
testostéronémie, LH, FSH
DMO si autres FDR
CCA
mélanodermie

41

PEC d'une hémochromatose avec surveillance

PEC pluridisciplinaire, ambu

stade 0 : surveillance par 3ans
stade 1 : surveillance par an
ttt spé : stades 2, 3, 4
déplétion par saignées à vie
phase d'induction : saignées par S jusqu'à ferritine inf 50
phase d'entretien : saignées par 2-4mois objectif ferritine inf 50

education patient :
RHD
arrêt total et définitif de l'alcool
arrêt tabac et aide au sevrage
hépatoproctection
eviction apports en vit C
vaccin VHB

PEC psychosociale :
PTS
100% ALD

controle mensuel de la ferritine puis par 2 saignées quand inf 300
controle Hb 8j avant chaque saignée
recherche de CI à la saignée : hypoTA, bradycardie, tachycardie, anémie inf 11g, thombocytose majeure
surveillance complications

42

CAT vis-à-vis de famille d'un patient ayant une hémochromatose

info patient :
maladie génétique à transmission autosomique récessive
inciter à informer lui-même son entourage

dépistage chez les apparentés majeurs par test génétique, ferritinémie, CST

pas de dépistage chez les mineurs

43

bilan PC devant hémorragie génitale sans orientation diag

BHCG
NFS, bilan martial
hémostase (et dosage du willebrand si anomalies)
TSH, T3, T4
bilan hormonal si irrégularité menstruelle associée
FCU

imagerie :
echo pelvienne en 1ere intention
exploration endocavitaire par hystéroscopie ou hystérosonographie en 2e intention

44

ttt de 1ere intention de métrorragies idiopathiques

DIU au levonorgestrel
acide tranexamique
progestatifs
AINS
chez femme avec désir de grossesse : OP possibles

45

sg clinique évocateur d'un anévrysme de la terminaison carotidienne

atteinte du III intrinsèque et extrinsèque par compression

46

diag PC d'une hémorragie méningée

scan cérébral sans injection en urgence

si normal : PL
en l'absence de CI
liquide hypertendu, hémorragique uniformément dans 3 tubes successifs, incoagulable, surnageant xanthochromique, présence de pigments biliaires, sidérophages, globules rouges altérés

47

PEC d'une hémorragie méningée

urgence thérap
avis neurochir, hospit
MEC : VVP, scope, KTA, repos, a jeun, SNG

artériographie cérébrale des 4 axes vasculaires dans les 48h

ttt de l'anévrisme :
radical dans les 72h :
par voie endovasculaire (coils excluant l'anévrysme)
ou dissection neurochir et pose de clips au collet, nettoyage des citernes de la base du crane

ttt d'une MAV :
radio-embolisation, neurochir, radio-chir stéréotaxique voire abstention

ttt hydrocéphalie : dérivation ventriculaire externe en urgence
ttt hématome intra-parenchymateux si besoin : évacuation neurochir

lutte ACSOS

prévention du spasme artériel par inhib calcique (nimodipine) IVSE puis relais PO 3S
prevention décubitus (pas d'AC)

antalgiques, anti-émétique, anti-épileptique si crise

surveillance : TA, , neuro, doppler transcranien quotidien

48

complications d'une hémorragie méningée

immédiates :
hématome intra cranien, AVC hémorragique
inondation ventriculaire

précoces :
complications métaboliques
hydrocéphalie aigue
HTIC, décès
crise comitiale
vasospasme artériel, AVC ischémique
resaignement et AVC hémorragique
complications générale : tares, tb rythmes,...

tardives :
resaignement
epilepsie séquellaire
séquelles neuro post-AVC
HPN

49

structure séparant les deux plexus hémorroidaires et intéret des hémorroides

ligne pectinée

continence fine

50

classification du prolapsus hémorroidaire

I : hémorroides non procidentes, congestives
II : hemorroides procidentes à l'effort spontanément réductibles
III : hémorroides procidentes à l'effort réductibles au doigt
IV : hémorroides procidentes en permanence

51

diag de hernie inguinale chez femme

clinique :
tuméfaction au dessus de la ligne de malgaigne (si en dessous crurale)
indolore, impulsive à la toux ou à l'effort
expansive
réductible
palpation des vaisseaux épigastriques en dedans (externe = indirecte) ou en dehors (interne)

52

PEC d'une hernie inguinale étranglée

hospit, urgence en chir dig
MEC : jeun, VVP, RHE, réhydratation, SNG

ttt sp : antalgiques

ttt etio chir : laparo sous AG, 1er temps explo, ATBprophylaxie, pas de matériel prothétique
opération de Shouldice : réparation directe par sututre musculoaponévrotique après dissection du sac herniaire, réintégration des organes dans la cavité abdo, vérifier vitalité du grele (résection si nécrose)

prévention décubitus
ttt des FF
surveillance

53

FDR de hernie

age, obésité, multiparité
inguinale : hyperpression intra-abdo (dysurie, toux chronique, constipation, station debout prolongée)
ombilicale : cirrhose avec ascite, dialyse péritonéal

54

PEC d'une hernie pariétale et indications

controle des FF

ttt chir : laparo ou laparoscopique, dissection du cordon spermatique et du sac herniaire
réintégration du contenu herniaire dans la cavité péritonéale
réfection pariétale avec ou sans tension par mise en place d'un matériel prothétique (Lichtenstein) en conditions d'asepsie stricte et ATBprophylaxie
fermeture

indications : hernie sp, crurale, compliquée, de l'enfant

si hernie ombilicale : pansement compressif lors des ponctions d'ascite, chir seulement si atcd d'étranglement, sans ouverture du sac péritonéal

55

complications chir d'un hernie pariétale

per op :
hémorragie
section du canal déférent
plaie nerveuse (nerfs inguinaux) ou viscérale (vessie, grele)

précoces :
hématome
infection
sérome

tardives :
récidive
dl résiduelle
hydrocèle
atrophie testiculaire
occlusion sur bride

56

complications d'une hernie pariétale

occlusion intestinale par strangulation
engouement herniaire (étranglement herniaire a minima, urgence chir)
tb cutanés avec risque de rupture ombilicale et infection du liquide d'ascite chez cirrhotique

57

PEC d'une hernie inguinale chez l'enfant

chir systématique programmée
résection du canal péritonéo-vaginal
après l'age de 6 mois, consult à 6 mois pour vérifier la viabilité du testicule

58

PEC d'une hernie de l'ovaire

ne jamais tenter de réduire (pas de taxis thérap comme l'inguinale)
ttt chir en urgene car risque important d'étranglement

59

etio a évoquer devant hernie de l'ovaire bilat

testicule féminisant

60

kyste du cordon : PEC

chir après 3 ans si persistance

61

hernie ombilicale de l'enfant : PEC

évolution spontanément résolutive vers 3-4ans
chir après l'age de 4ans si préjudice esthétique

62

complications de la radiothérapie externe dans cancer prostate

précoce :
inflammation ano-rectale
tb mictionnels
tardive :
rectite radique
cystite radique
dysfonction érectile
incontinence urinaire
pollakiurie

63

caractéristiques anapath d'un cancer de prostate

adénocarcinome (90%) ou carcinome neuro-endocrine (10%)
multifocal (plusieurs petits ilots de cancer)
atteinte de la zone périph

64

TNM cancer de prostate

T0 : tumeur primitive non retrouvée
T1 : non palpable (TR normal) ni visible en imagerie
T1a : tumeur occupant moins de 5% du tissu réséqué
T1b : tumeur occupant plus de 5% du tissu réséqué
T1c : tumeur découverte sur une biopsie prostatique réalisée pour PSA anormal
T2 : limitée à la prostate (apex et capsule compris) = TR anormal
T2a : concernant la moitié d'un lobe ou moins
T2b : concernant plus de la moitié d'un lobe
T2c : tumeur concernant les 2 lobes
T3 : extension extra-capsulaire
T3a : extension extra-capsulaire uni ou bilat
T3b : extension aux vésicules séminales
T4 : extension aux organes adjacents (col vésical, sphincter urétral, rectum) ou fixée à la paroi pelvienne

Nx : non évalué
N1 : atteinte gg

M1 : méta
M1a : gg non régionaux
M1b : os
M1c : autres sites avec ou sans atteinte osseuse

65

PSA : interprétation selon valeurs, indications de recontrole

si sup 4 : indications à biopsies rectales
si 2,5-4 : refaire à 1 an
si inf 2,5 : refaire à 2 ans
si sup 60ans et PSA inf 1 : pas de nouveaux dosages de PSA

66

modes de révélation d'un cancer prostatique

élévation PSA
nodule au TR
copeaux de résection d'une HBP

67

CAT devant biopsies prostatiques normales

doser rapport PSA libre sur totale :
si inf 20% : refaire une 2e biopsie
su sup 20% : en faveur d'une HBP, redoser PSA à distance

une augmentation du PSA de plus de 0,75ng par mL par an est en faveur du cancer

68

bilan d'extension d'un cancer de prostate

clinique
PSA totale

imagerie :
si d'Amico faible : rien (même si en pratique souvent IRM prostatique)
si d'Amico intermédiaire ou élevé :
scinti osseuse
scan TAP
PET scan à la choline
echo rénale si stade sup T3 : recherche urétéro-hydronéphrose
IRM prostatique endorectale dynamique et diffusion (cancer en hyposignal T2 et prise de contraste)
curage ilio obturateur avec anapath pour stadification précise avant ttt curatif

69

modalités surveillance active dans cancer de prostate avec indications

cancer localisé, TR normal, PSA inf 10, 1 à 3 BP positives sur 1mm, gleason inf 7

PSA et TR par 4-6mois
BP par an

70

PEC d'un cancer de prostate sup ou égal T3 (sans modalités)

si T3 : curatif
hormonothérapie couplée à la RT
peut se faire en néoadjuvant (hormonothérapie peut se faire en néoadjuvante pour potentialiser effets de la RT)
précédée d'une lymphadénectomie pour vérifier l'absence de gg (palliatif)

si T4, N+ ou M+ :
hormonothérapie
RT si N+

71

modalités d'hormonothérapie dans le cancer de prostate et objectifs

castration chir : pulpectomie bilatérale (peu pratiquée)

castration med :
agonistes de la LHRH et anti-androgènes
pour éviter effet flare up : anti androgène 1 mois ou antagoniste LHRH seul

critère d'efficacité :
PSA inf 1ng par mL
testo inf 1ng par mL

si hormonorésistance :
hormonothérapie de 2e ligne
si encore échec chimioT à base de taxanes

72

hémoptysie : 5 principales etio

par ordre de fq :
CBP
DDB
TB
EP
aspergillose

73

sd de pancoast tobias

sd paranéo d'un CBP primitif

NCB C8-D1
CBH (myosis ptosis enophtalmie homolatéral)
lyse des deux premiers arcs costaux des deux premieres cotes

du à une tumeur de l'apex pulmonaire sup

74

comment affirmer un CBP (détailler les méthodes)

histologique

endoscopie bronchique avec biopsie bronchiques et LBA
ponction biopsie transthoracique sous guidage scannographique
ponction trans-muqueuse echo guidée si lésion périph
médiastinoscopie
thoractomie : avec extempo et discuter chir dans le même temps
ponction-biopsie gg si gg périph perçu

75

sg de gravité d'une toxidermie

sévérité des sg fonctionnels (prurit, brulures cutanées)
lésion muqueuses
angio-oedème du visage
décollement cutané
nikolsky
tolérance HD
asthme

76

clinique et PC d'un DRESS syndrome

rash
ADP
fièvre, AEG

hyperéosinophilie, hyperlymphocytose
cytolyse hépatique

77

CI AINS

allegie
ATCD récent ou UGD évolutif
grossesse à partir du 6e mois
IRénale, IH, IC sévère
asthme à l'aspirine et ou croisée aux autres AINS (Widal)
erysipèle, cellulite infectieuse
virose de l'enfant

78

posologie AINS

ibuprofène 400 mg par 6h
kétoprofène 200mg par 24h

79

CI aspirine

allergie
asthme
IRénale évolutive
maladies hémorragiques
risques hémorragiques (UGD)
grossesse au 3e T
assoc aux AVK
virose de l'enfant

80

ES aspirine

allergiques :
éruption cutanée
bronchospasme
choc anaphylactique
tb dig :
gastralgies
UGD
HD
sd hémorragique
surdosage aigu

81

posologie aspirine anti-inflam

500mg à 1g par 8h (4h entre 2 prises), max 6g par 24h

82

CI CTC

toutes relatives

infection non controlée
UGD évolutif ou compliqué
psoriasis sévère
etats psychotiques graves
diabète déséquilibré
HTA non équilibré

83

éléments de surveillance d'une CTC au long cours

clinique :
poids
TA
surveillance cutanée, dig, infectieuse

bio :
mensuelle : NFS, CRP, GAJ, iono
semestrielle : EAL, bilan PC

84

modalités de réalisation d'une infiltration de CTC

info du patient sur risques et bénéfices
asepsie
adapter volume injecté à taille de l'articulation
mise en décharge de toute articulation portante pendant 24h
maximum 4 infiltrations par an sur un site donné
si réaction post-infiltrative : analyse bactério du liquide synovial

85

CI DCTC

dermatose facial : risque de rosacée ou d'acné cortisonée
lésions infectées : aggravation de poussée d'herpès ou d'impétigo
lésions ulcérées : retard de cicatrisation

86

ES DCTC

aggravation des infections cutanées
tb trophiques (atrophie, vergetures, fragilité cutanée)
visage : rosacée, acné cortisonée
siège du nourrisson ou sous les couches : granulome périnéo-fessier
eczéma de contact aux excipients
effet réservoir (accumulation dans couche cornée, relargage progressif
résistance au ttt : tachyphyllaxie
dépendance
passage systémiques et effets généraux

87

physiopath d'une TVP

triade de Virchow :
stase sanguine
altération de la paroi vasculaire, lésion pariétale
hypercoagulabilité

88

types d'antidépresseur et nom d'une molécule pour chacun

imipraminiques : amytryptiline
ISRS : paroxétine
IRSNa : venlafaxine
IMAO : iproniazide
autres AD : tianeptine

89

surveillance bio de l'efficacité d'un ttt par lithium (modalités)

lithémie

à doser 5j après 1ere prise et 12h après dernière prise, jusqu'à ce que soit dans la fourchette thérap ainsi qu'à chaque changement de poso

(pour les formes à libération prolongée : dosage 24h après dernière prise, lithémie entre 0,5 et 0,8)

sera hebdomadaire le 1er mois puis par 2-5mois

à consigner sur carnet de lithémies

doit être de 0,8 à 1,2 si accès maniaque, 0,6 à 0,9 si prévention des rechutes thymiques

90

conséquence du ttt d'une fracture Cauchoix 3 ou 2 sup 6h

ttt chir systématique par fixateur externe car risque septique trop important pour matériel endomédullaire et nécessité de soins cutanés importants

91

pseudarthrose aseptique : def

absence de consolidation osseuse après un délai sup 2 fois la normale

92

mécanisme lésionnel d'une luxation gléno-humérale antérieure

trauma indirect :
chute sur la paume de la main
membre sup en abduction, RE, rétropulsion

93

clinique d'une luxation gléno-humérale antéro-interne

inspection :
face :
attitude traumatisé du MS
bras en abduction RE
saillie de l'acromion (sg de l'épaulette)
coup de hache externe
comblement du sillon delto-pectoral
profil :
élargissement antéro-post de l'épaule

palpation :
vacuité de la glène
vide sous acromial antérieur
dl au sillon delto-pectoral

mobilisation :
membre en abduction RE irréductibe

recherche de complications

94

complications immédiates d'une luxations gléno-humérale antérieure

info du patient de l'existence de telles lésions avant ttt
os : encoche de Malgaigne (éculement du bord antéro inf de la glène), fracture du trochiter, fracture de l'ESH
neuro : neurapraxie du nerf circonflexe, plexus brachial
musculo-tendineuse : rupture de coiffe, rupture du tendon du sus-épineux, luxation du long biceps dans la glène
vasc : vaisseaux axillaires

95

bilan imagerie de la suspicion d'une luxation gléno-humérale antérieure

Rx épaule F et profil de Lamy
arthroscanner en 2e intention

96

toxidermie érythémateuse : clinique, PC

4 à 14j après

lésions érythémateuses non infiltrées, polymorphisme des lésions
prurit
durée inf à 1S

hypereo

97

toxidermie de type photosensibilité : clinique, med souvent impliqués

dans les heures suivant l'expo solaire

photoallergie : eczéma des zones découvertes déclenché par soleil
phototoxicité : super coup de soleil, bulles des mains et des jambes

cyclines, quinolones, amiodarone, phénothiazines

98

erythème pigmenté fixe : clinique

inf 48h après

pathognomonique d'une toxidermie
plaques érythémateuses de quelques cm, dl et infiltrées, récidivant toujours au meme site si reprise du med

99

toxidermie pustuleuse : autre nom, clinique, PC

pustulose exanthématique aigue généralisée (PEAG)

1 à 4j après

érythème scarlatiniforme précédant eruption pustuleuse
AEG, fièvre, ADP

hyperleuco à PNN

100

DRESS syndrome : clinique, PC

2 à 6S après

erythrodermie étendue, infiltrée, prurit
fièvre, polyADP, AEG, atteinte viscérale

hyperéo, cytolyse hépatique, hyperlymphocytose avec sd mononucléosique

101

toxidermie bulleuse : autre nom, types, clinique, PC

nécrolyse épidermique toxique cutanée

stevens-johnson (inf 10% surface cutanée)
Lyell (sup 10%)

1 à 3S après

éruption érythémateuse
bulles cutanées et érosions muqueuses
nikolsky positif
fièvre, polyADP, AEG

PC : biopsie cutanée : nécrolyse épidermique sur toute la hauteur avec respect du derme, IFD neg

102

complications d'une toxidermie bulleuse

cutanées :
hypothermie
surinfection
THE
complication decub
muqueuses :
dig (HD, malabsorption)
respi (SDRA, DRA, surinfection)
oculaire (kératite, risque de cécité)
génitale (sténose du méat)
20% décès