med32 Flashcards Preview

Medecine > med32 > Flashcards

Flashcards in med32 Deck (118):
0

Rx thorax d'un PNT

en urgence
inspi profonde (jamais en expiration)

hyperclarté avasculaire
ligne bordante pleurale
poumon hyperdense rétracté au hile
souvent images localisées au sommet

1

quantification d'un PNT

petit : décollement inf 3cm à l'apex
moyen : décollement sup 3cm à l'apex
complet : décollement total, collapsus pulmoanire au hile

2

gravité radiologique d'un PNT

PNT compressif : refoulement médiastinal controlat
hémo-PNT
PNT bilat ou sur poumon unique
bride pleurale (raccord entre parenchyme et plèvre pariétale)
parenchyme pulmonaire sous-jacent pathologiqe

3

etio de PNT

spontané :
primitif
secondaire :
BPCO, asthme
PNPID
PNP infectieuses
CBP pariétal
marfan, Ehler Danlos

traumatique :
iatrogène
accidentel

4

complication de PNT

décompensation de tares
fistule broncho pleurale
atéléctasie du poumon rétracté

iatrogène :
OAP à vaccuo
hémothorax
pénétration d'organe lors de la pose
malaise vagal

5

PEC d'un PNT grave suffocant

exsufflation à l'aiguille en urgence sans radio préalable si clinique evocatrice
drainage pleural en relais après Rx ne retardant pas le ttt

ttt sp : O2, antalgiques

transport med et hospit en réa
surveillance

6

PEC d'un PNT non grave

hospit en medecine, repos
ttt etio
ttt sp : O2, antalgique

puis selon volume ,tolérance, récidive, etat pulmonaire sous-jacent :
repos et surveillance ou drainage pleural

7

PEC d'un hémo-PNT

drainage de gros calibre voire double drain sup et inf
thoracotomie d'hémostase si echec

8

indications à enlever un drain pleural pour PNT

arrêt du bullage
épreuve de clampage 24h : Rx thorax montrant un recollement du poumon à la paroi

9

indication d'absentention thérap et surveillance devant PNT

PNT primitif bien toléré, petit, sans sg de gravité
après exsufflation ou non
surveillance radio à 6h puis à 24h puis quotidienne
en hospit ou ambu

10

indications et modalités de la chir du PNT

PNT récidivant :
1ere récidive controlat
2e récidive homolat
PNT bilat ou sur poumon unique
echec de drainage (bullage sup 7j faisant suspecter fistule broncho-pleurale)
premier épisode chez pro à risque

vidéo-thoracoscopie ou thoracotomie
symphyse pleurle (abrasion chimique par talcage ou mécanique)
biopsie pleurale pdt geste si suspicion de pathologie pleurale

11

mesures associées à un PNT

sevrage tabac
CI des efforts à glotte fermée
CI situations à risque (alpinisme, plongée)
CI des voyages en avion 1mois

info : risque de récidive homolat

12

types de PKRD

PKRD 1 : polycystine 1, chromosome 16, plus fq, age moyen de l'IRCT 54ans

PKRD 2 : polycystine 2, chromosome 4, age moyen de l'IRCT 69ans

13

risque de transmission d'une PKRD à ses enfants

1 sur 2
mais pénétrance variable selon familles et individus

14

comment faire diag de PKRD

pas d'indication à rechercher la mutation (seules indications : pas d'histoire familiale, et vérifier absence de PKRD chez donneur potentiel avec ATCD fam mais ayant imagerie normale)

histoire familiale compatible avec transmission autosomique dominante :
transmission père-fils
chaque génération atteinte

imagerie rénale : echo 1ere intention
atteinte toujours bilat
augmentation taille des reins
nb kystes déformant leurs contours
parfois polykystose hépatique

diag certain si :
3 kystes rénaux jusqu'à 40ans
2 kystes rénaux sur chaque rein si 40-60ans
4kystes rénaux sur chaque rein si sup 60ans

15

complications rénales de la PKRD

HTA
IRénaleC
migration lithiasique
hémorragie intra-kystiqe
PNA
infection de kyste (ATB 4-6S)
hématU macroscopique

16

complications extra-rénales de la PKRD

anévrysmes cérébraux

cardio :
CM hypertensive
prolapsus valvulaire mitral (voire IM)
IAo
anévrysme de l'aorte

polykystose hépatique (compression, hémorragie, infection)

dig :
diverticulose colique
HI, ombilicale
kystes pancréatiques

17

PEC d'une PKRD

controle TA
dépistage et PEC FDRCV
hydratation abondante
PEC IRénale
info et educ patient sur transmission
100% ALD, PTS
dépistage familial proposé : echo à partir de 18ans pour fratrie et enfants
surveillance régulière

18

clinique d'une schizophrénie (grands traits)

sd dissociatif :
intellectuel :
tb du cours de la pensée
tb du contenu de la pensée
tb du langage
affectif
moteur

sd délirant :
mécanismes multiples
thèmes polymorphes
pas de systématisation : délire paranoide (flou et incohérent)
adhésion totale, parfois critique après résolution
participation affective : parfois massive, souvent anxieuse, parfois discordante

repli autistique

évolution sur au moins 6 mois et retentissement socio-pro pour porter diag

19

types de schizophrénie

paranoide (délire)
hébéphrénique (déficit intellectuel et affectif)
dyshtymique (tb humeur)
pseudo-psychopathique (héboidophrénique) : tb comportements majeurs
catatonique

20

bilan PC devant suspicion de schizophrénie

recherche tox et tb métabo systématiques
imagerie cérébrale au moindre doute
EEG

21

PEC d'une schizophrénie

hospit en psy initiale

antipsychotique le plus tôt possible avec efficacité en 4-6S, monothérapie autant que possible
ajout ponctuel de neuroleptique sédatifs si agitation ou anxiété importante

durée : au moins 2 ans après un épisode et 5ans après plusieurs

formes retard IM si inobservance

clozapine si schizophrénie résistante

ECT pour formes catatonique, rarement en cas de résistance ou intolérance aux antipsychotiques

autres ttt med selon forme de schizophrénie

PTS, TCC, familiale
education sur maladie
assoc patients et familles
remédiation cognitive : limiter déclin cognitif

sociothérapie :
100%
AAH, majoration pour vie autonome, garantie de ressource si pas d'emploi
mesure de protection des biens
aides au logement
favoriser insertion socio-pro :
reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé
travail protégé parfois
hopital de jour

PEC comorbidités
surveillance, pluridisciplinaire
soins somatiques

22

def d'une shcizophrénie résistante

2 ttt antipsychotiques successifs bien conduits avec observance satisfaisante (attendre 4-6S avant de juger de l'efficacité sur délire et 2-3M pour l'émoussement affectif)

23

PHC : clinique

femme agée vivant seule
début progressif ou brutal, parfois FD

délire :
mecanisme : hallu psychosensorielles, intrapsychiques, interprétations et intuitions parfois
thèmes persécutif, sexuel, d'influence, mystique
adhésion totale et forte participation émotionnelle

24

PEC d'une PHC

hospit lors des poussées
PEC ambu au long cours
antipsychotiques incisifs :
dose minimale efficace
respecter un délire résiduel si sans conséquence
PTS, psychoéducation
protection des biens
ALD, AAH

25

def délires paranoiaques

délires chroniques interprétatifs systématisés (cohérents)
parfois éléments intuitifs, voire imaginatifs
adhésion totale et forte participation émotionnelle

26

types de délires paranoiaques

délires passionnels
délire d'interprétation (sérieux et capgras)
délire de relation des sensitifs (Kretschmer)

27

types de délire passionnels

de jalousie
erotomanie
de revendication :
inventeur méconnus
quérulents processifs
idealistes passionés

28

phases de l'érotomanie

espoir
dépit
rancune

29

PEC d'une délire paranoiaque

hospit si dangerosité ou anxiété importante
PEC ambu sinon

antipsychotiques incisif : ttt de fond
poso minimale efficace
neuroleptique sédatif si besoin
AD, BZP si besoin

PTS
ALD, AAH

30

arguments pour lombosciatique commune

mono-radiculaire
rythme mécanique
lombalgies associées
effort déclenchant
intensité rapidement maximale, régressant progressivement
ATCD lombaires
origine discale : impulsivité de la dl

31

urgences chir d'une lombosciatique

lombosciatique paralysante : déficit moteur inf ou égal à 3 et ou aggravation d'un déficit moteur
sd queue de cheval ou cone terminal
sciatiques hyperalgiques résistants aux antalgiques majeurs

32

bilan PC devant lombosciatique d'origine discale probable

aucun chez l'adulte jeune

33

indications radio devant lombo-radiculalgie

ado ou age sup 65ans
atcd infection, tumeur
fièvre
sg neuro déficitaire
tableau atypique
dl persistante ou s'aggravant sup 15j

34

indication TDM ou IRM devant lombo radiculalgie

echec ttt med 6-8S en vue d'un ttt chir
lombosciatique paralysante ou sd queue de cheval en urgence

35

PEC d'une lombosciatique discale

repos relatif
antalgiques, AINS
si echec : infiltration péridurales et ou péri-radiculaires de CTC après imagerie
si echec 6-8S : TDM ou IRM pour ttt chir
orthèse lombaire rigide 4-6S
rééduc lombaire à distance

36

deux hypothèses devant lombo-radiculalgie discale récidivante après chir

recidive herniaire
fibrose post-op

37

etio de NCB

communes :
arthrose cervicale du sujet sup 40ans
HD du sujet jeune, post-traumatique
sp :
inflam
infectieuse
tumorale (pancoast tobias)

38

bilan PC devant NCB

systématiques : Rx rachis cervical F P et trois quarts

TDM et IRM si :
suspicion de NCB sp
bilan avant infiltration de CTC
chir des NCB rebelles au ttt med

si C8-T1 : Rx thorax (Pancoast-tobias)

39

PEC de la NCB commune

repos relatif
collier d'immobilisation
AINS voire CTC générale 2 à 3S si besoin
infiltrations péri radiculaires de CTC : discutées
ttt chir si echec ttt med ou déficit moteur important

40

sensibilité du nerf médian

face palmaire 3 premiers doigts et moitié radiale de l'annulaire
face dorsale des 2e et 3e phalanges de l'index, majeur et moitié radiale de l'annulaire

41

motricité du nerf médian

thénar :
court abducteur du pouce
faisceau superficiel du court fléchisseur
opposant du pouce
lombricaux externes

42

bilan PC devant sd canal carpien

Rx poignet F P et incidence défilé carpien à la recherche d'une anomalie osseuse

EMG : si formes frustes et atypiques ou en préop systématique (médico-légal)

43

etio du sd du canal carpien

idiopathique
trauma :
cal vicieux
séquelles fracture du radius
activités pro ou sportives répétitives
endoc :
GG
hypoT
diabète
acromégalie
rhumatismale :
ténosynovite inflame (PR)
infectieuse : TB
arthrose
kyste synovial
goutte, CCA, apatite
amylose

44

PEC d'un sd du canal carpien

etio
med :
immobilisation du poignet par attelle de repos nocturne
infiltration de CTC (CI si matériel d'ostéosynthèse)

chir : neurolyse du nerf médian après section du ligament annulaire antérieur du carpe si :
forme sévère d'emblée : amyotrophie, déficitaire
echec ttt med

ttt prophylactique (attelle de fonction, adaptation de poste)
déclaration en MP

45

physiopath RGO (et donc FDR)

perméabilité de la barrière oeso-gastrique :
hernie hiatale par glissement
hypotonie du SIO

augmentation de la pression intra-abdo :
GG
obésité
constipation
toux chronique

défaut de compensation du RGO physiologique :
hyposialorrhée
tb moteurs oesophagiens

46

facteurs aggravants RGO

alimentation trop riche, alcool, chocolat, thé, café

med : aspirine, AINS, DN, inhib calcique, BZP, morphinique, OP, anti-cholinergiques, B2 mimétiques

SNG

GG

47

triade clinique du RGO

pyrosis
régurgitations
sd postural : sp majoré par
décubitus
antéflexion

48

indication à EOGD devant RGO

sup 50ans
sp atypiques :
ORL
respi
cardio
dentaires
sg d'alarme :
odynophagie, dysphagie
hémorragie dig ou anémie ferriprive
AEG, gg de Troisier
echec ttt ou récidive précoce

49

indication pH métrie 24h oesophagienne et résultats attendus

EOGD normale ne permettant pas d'établir le diag, préop ou echec ttt

diag posé so pH inf 4 pdt plus de 5% du temps ou sup 3 épisodes par 24H de plus de 5min pH inf 4

50

complications du RGO

récidive après ttt
oesophagite peptique
sténose peptique
hémorragie dig
EBO

51

classification de l'oesophagite peptique

classif de Savary-Miller en grades

1 : erosions ou ulcérations non confluentes
2 : erosions multiples confluentes non circonférentielles
3 : érosions confluentes circonférentielles non sténosantes
4 : oesophagite peptique compliquée : ulcère, sténose ou EBO

biopsie seulement si aspect d'EBO, ID ou sténose associée

52

RHD d'un RGO

perte de poids
sevrage alcoolo-tabagique
arrêt des FF : transit, ttt toux chronique, med
surélévation de la tête du lit de 20cm

53

med disponibles pour le RGO

antiacides
alginates
anti-H2
IPP

54

indications de ttt med selon sp pour RGO

pour tous : antiacide ou alginate à la demande

RGO typique non compliqué avant 50ans :
sp espacés (inf 1 par S) : anti-H2 ou IPP faible dose
sp rapprochés : IPP mi-dose 4S

après endoscopie :
pas d'oesophagite : IPP mi-dose 4S
oesophagite grade 1-2 : IPP pleine dose 4S
oesphagite grade 3-4 : IPP pleine dose 8S (et EOGD a la fin du ttt)

oesophagite compliquée : IPP double dose 8S

sp atypiques : IPP pleine dose 8S

55

ttt chir du RGO avec bilan préop et complications

fundoplicature par voie coelio
a discuter si altération qualité de vie

préop :
EOGD, si pas possible TOGD
pH-métrie 24h
manométrie oesophagienne : eliminer tb moteurs de l'oesophage CI la chir
préop standard

complications :
dysphagie post-op
gas bloat sd

56

hernie hiatale favorisant le RGO

par glissement

57

complications de hernie hiatale

par glissement : RGO
par roulement : etranglement herniaire
ulcère du collet herniaire
HD à bas bruit

58

examen de référence et indications pour RGO de l'enfant

pH métrie 24h

formes extra-dig
RGO non evident cliniquement
malaises du nourrisson

59

PEC d'un RGO chez enfant

rassurance parents

RHD :
reconstitution des biberons
epaississement des biberons
lutte contre tabac passif
ne pas allonger nourrisson après prise biberon

RGO simple : RHD seules, et si echec IPP

RGO compliqué : RHD et IPP

ttt chir si :
malaises
oesophagites sévères
encéphalopathies
echec ttt med et persistance reflux plusieurs années
anomalie malformative

60

etio de rétrecissement aortique

dégénératif = rétrecissement aortique calcifié = maladie de Monckeberg
RAA
congénital = bicuspidie

61

souffle de rétrecissement aortique

souffle ejectionnel
mésosytolique
max au foyer aortique
irradiant le long du bord gauche du sternum et aux carotides
dur et rapeux

62

sg auscultatoire de rétrecissement aortique serré

diminution ou abolition B2
galop pré-systolique B4 lié à l'HVG et aux tb de relaxation
crépitants pulmoanires
eclat du B2 au foyer pulmonaire (HTAP)

63

bilan PC devant suspicion de rétrecissement aortique

ECG
Rx thorax
ETT
epreuve d'effort (CI si RAC sp)

préop :
eradication foyers infectieux : ECBU, panoramique dentaire, TDM sinus, consult stomato et ORL
coro si sup 40 ans ou FDRCV
echo des TSA
préop standard
FDRCV

64

complications de retrecissement aortique

ICG puis globale
mort subite
tb conductifs (BAV par calcif septales)
tb du rythme ventriculaire
EI (peu fq)

65

PEC d'un rétrecissement aortique asp

surveillance par 6 mois, echo annuelle
eviter efforts violents et vasodilat artériels
prévention EI

discuter chir si : FEVG inf 50% ou progression rapide des calcifications valvulaires

66

PEC rétrecissement aortique serré symptomatique

ttt sp des complications (diurétiques, regime hyposodé)
ttt chir :
en semi-urgence, a froid
sous CEC
remplacement valvulaire par valve mécanique ou bioprothèse
remplacement par voie percutanée peut etre discutée si risque opératoire trop élevé

prévention de l'EI
carte de porteur de prothèse
education patient
AC selon valve
surveillance régulière

67

clinique d'une spondylarthropathie

atteinte articulaire axiale sup 3 mois :
dorsolombalgies inlam
sacro-ilite
atteinte articulaire périph (doigt ou orteil en saucisse)
enthésopathies (talalgies)
atteintes extra-articulaires :
UAA
entérocolopathie inflam
psoriasis
atteintes cardiaques
efficacité des AINS

68

critères diag de spondylarthrite ankylosante

clinique :
lombalgies avec raideur sup 3 mois améliorées par l'effort ne cédant pas au repos
limitation de la mobilité du rachis lombaire dans les plans saggital et frontal
limitation de l'ampliation thoracique par rapport aux valeurs normales corrigées pour l'age et le sexe

critère radio :
sacro-ilite bilat de grade sup ou égal à 2 ou unilat de grade au moins 3

diag si au moins un critère clinique et critère radio

diag probable si 3 critères clinique ou critère radio

69

bilan PC devant suspicion de spondylarthrite ankylosante

sd inflam faible
HLA B27 si cas douteux

Rx rachis cervical, thoracique et lombaire F P et bassin face (cliché de De Sèze
pieds de profil
Rx thorax

IRM pour diag précoce
scinti osseuse pour diag d'enthésite
echographie articulaire

EFR
ECG

70

PEC d'une spondylarthrite ankylosante

education et info :
arrêt tabac
dormir sur plan ferme en décubitus ventral
repos lors des poussées
activité physique et rééduc entre poussées avec auto-éduc
PTS
100% ALD

ttt med :
AINS : dose optimale, prise le soir d'une forme à action prolongée, si inefficacité pdt 1S : changement de famille d'AINS
echec des AINS si 3 AINS inefficaces succesivement
antalgiques
ttt locaux : infiltration de CTC si résistance aux AINS
ttt de fond :
indication : réponse insuffisante aux AINS et aux soins locaux ou atteinte extra-articulaire sévère
si périph : sulfasalazine, méthotrexate ou leflunomide
si echec de 4mois : anti-TNF alpha
si axiale : BASDAI sup 40 sur 100 a deux reprises malgré AINS (3 types essayés, echec 3mois) : anti TNF alpha

ttt non med :
kiné : travail en extension rachidienne avec travail de l'amplitude respi
physiotherap, ergotherap

ttt chir : prothèse de hanche, intervention sur le rachis

71

surveillance d'une spondylarthrite ankylosante

clinique : par 3-6mois
atteinte axiale (métrologies, ampliation thoracique, EVA, RN, DM,...)
atteinte articulaire periph : NAD et NAG
entésopathie
atteinte extra-articulaire
BASDAI
BASFI

bio : sd infla

radio par 2-3ans :
Rx rachis cervical P
Rx dorso-lombaire F et P
bassin de F

72

complications de spondylarthrite ankylosante

amylose AA
néphropathie à IgA
fibrose pulmonaire, sd restrictif, dysplasies bulleuses kystiques des apex
cardio : IAo, tb condution
ostéoporose, risque fracturaire

73

description radio de rhumatisme psoriasique

lésions destructrices : érosion marginale (en pointe de crayon de la dernière phalange), ostéolyse
lésions reconstructrices : hyperostose, appositions périostées, enthésiophytes exubérants, ankylose

sacro-ilite asymétrique
syndesmophytes grossiers et asymétriques

74

ttt de fond du rhumatisme psoriasique

méthotrexate essentiellement

75

PEC arthrite réactionnelle

AINS
ATB si persistance d'une infection tardive
bilan et education IST

76

sd SAPHO

synovite
acné sévère
pustulose
hyperostose
ostéite (atteinte sterno-claviculaire évocatrice)

77

complications sous platre

cutanées :
escarres, macération
infection
musculaires :
sd des loges
amyotrophie
vasculaires :
compression artérielle ou veineuse
TVP, EP
neuro :
nerf fibulaire commun pour botte platrée
nerf ulnaire ou médian pour BABP
articulaires :
raideur
algodystrophie
osseuse :
déplacement secondaire
pseudarthrose
cal vicieux

78

surveillance d'un malade sous platre

interro :
pas de dl
pas de tb sensitivo-moteur
bonne coloration et chaleur extrémités
absence d'oedème des extrémités

a rechercher également à l'examen physique

PC :
radio de controle après immobilisation puis régulièrement

79

education d'un malade sous platre

consulter en urgence si :
dl intense
tb sensitivo-moteur

surélévation du membre
AC préventive si platre du MI
kiné sous platre :
débuter contraction musculaire
poursuite à l'ablation du platre

80

clinique sd des loges

dl extremement intense résistant à la morphine
tension dl des masses musculaires : muscles durs à la palpation
sg neuro : sensitif puis moteurs
pouls conservés

81

bilan PC devant sd des loges

aucun examen ne retarde la PEC
dans cas difficiles : capteur intra-musculaire de pression musculaire (normale = 10-12mmHg)

82

PEC d'un sd de loges

antalgiques
fendre platre

si persistance discuter aponevrotomie de décharge
fermeture cutanée secondaire
info patient sur risque de séquelles neuro

83

classifications des blocs sino-auriculaires

1 : allongement de la conduction sans tb ECG
2 : blocage complet et intermittent de la conduction sino-auriculaire, pas d'onde P de manière intermittente à l'ECG
3 : blocage complet et total de la conduction sino-auriculaire, pas d'onde P à l'ECG (en général échappement jonctionnel : QRS fins et FC inf 45 bpm)

84

classification des BAV

BAV I : allongement fixe du PR, bloc nodal et bénin

BAV II :
Mobitz 1 : allongement progressif du PR puis blocage de l'onde P et absence de QRS, bloc nodal et bénin
Mobitz 2 : onde P non suivie d'un QRS de facon intermittente, bloc hissien ou infra-hissien grave

BAV III : dissociation auriculo-ventriculaire complète avec echappement, atteinte hissienne ou infra-hissienne de mauvais pronostic :
echappement jonctionnel : QRS fins et FC inf 45bpm
echappement ventriculaire : QRS large, FC inf 30bpm

85

ECG d'un BBG

QRS sup 0,12ms (0,08 si incomplet)
aspect QS en V1 V2 V3, tb repolarisation (onde T neg en V4 V5 V6)
déviation axiale G possible
aspect R exclusif ou en M (RR') en V6 et DI

86

ECG d'un BBD

QRS sup 0,12ms (0,08 si incomplet)
aspect rSr' en V1 V2
onde S trainante en DI et V6
déviation axiale droite rare

87

ECG d'un hémibloc de branche gauche

QRS fin, déviation axiale

antérieur :
déviation G
aspect QISIII
postérieur :
déviation D
aspect SIQIII

88

etio de tb de conduction cardiaque

aigue :
cardiopathie ischémique post IDM
med : digitaliques, BB (meme collyre), inhib calciques
metabo : hyperK
neuro : M, HM, guillain barré
post-chir
infectieux : EI avec abcès septal, diphtérie, Lyme

chronique :
dégénératif
valvulopathies (RAC avec calcif septales)

89

PEC d'un tb de conduction intra-cardiaque

hospit en urgence en USIC
MEC : repos, VVP, scope
arrêt de tout ttt bradycardisant
RHE, correction HD et respi
coup de poing sternal, MCE et ventilation au masque si ACR

accélération de la FC par :
atropine IV
isoprénaline : 5 ampoules dans 250mL de G5%

mise en place d'une SEES
ttt etio
ttt des complications traumatiques dues a la chute

a distance si tb conductif de haut degré persiste : PM

90

grandes caractéristiques du sd dépressif

tristesse de l'humeur, anhédonie

modification du contenu des pensées : autodévalorisation, pessimisme

idées suicidaires

RPM : bradypsychie, aboulie, bradyphémie, hypo ou amimie, incurie, clinophilie, asthénie

manifestations somatiques : anorexie, baisse de libido

anxiété très fq

91

EDM : def

sd dépressif quotidien depuis au moins 2S
entravant le fonctionnement (rupture avec état antérieur)
non attribuable à cause organique ou tox, deuil récent ou épisode mixte

92

dépression recurrente : def

au moins 2 EDM (intervalle libre de 2 mois), peut etre saisonnier

93

depression chronique : def

EDM sup 2 ans

94

mélancholie clinique

dl morale intense
anhédonie et anesthésie affective
culpabilité importante
ralentissement majeur
prépondérance matinale
perte de poids
haut risque suicidaire

95

types de mélancholies

stuporeuse (ralentissement majeur)
anxieuse
délirante (dont Cotard)

96

PEC d'un EDM

hospit si risque suicidaire élevé, tb somatique
prévention risque suicidaire

ttt etio si retrouvé

ttt AD si EDM d'intensité modérée à sévère :
ISRS 1ere intention
IRSNa ou tricyclique si résistance
début faible poso, augmentation progressive
4 à 9 mois apr!s rémission des sp pour prévention de rechute
info et educ :
effet du ttt, nécessité d'observance, sevrage progressif

ttt sp :
anxiolytique, hypnotique
antipsychotique incisif si délire
ttt sédatif si besoin

PT : soutien, TCC, analytique...

AT

surveillance

97

def dépression résistante et ttt à proposer

deux ttt AD bien conduits dont un tricyclique

assoc de 2 AD
ttt adjuvant (thymorégulateur, antipsychotique atypique, hormones thyroidiennes...)
ECT
PT structurée

98

evolution et complications EDM

guérison (rémission sup 4mois)
résistance au ttt
chronicisation
rechute (réapparition moins de 4mois après réponse au ttt)
récidive
virage maniaque (définit tb bipolaire de type 3)

99

grands traits du sd maniaque

exaltation de l'humeur : euphorie, hypersyntonie, désinhibition, ludisme, labilté émotionnelle

accélération PM : tachypsychie, coq à l'ane, logorrhée, tachyphémie, multiplication des initiatives et des projets

modif du contenu de la pensée : anosognosie, au max délire (mégalomanie, congruence à l'humeur)

perturbations instinctuelles : insomnie quasi-totale avec hypersthénie, hyperphagie, libido exacerbée

100

épisode maniaque : def

sd maniaque durant au moins 7j avec rupture avec état antérieur

101

PEC d'un épisode maniaque

hospit
sauvegarde de justice
imagerie cérébrale si 1er épisode
bilan IST

ttt etio si retrouvé

ttt curatif : thymorégulateur type lithium
antipsychotique plus rapide si agitation
ECT si fureur maniaque ou résistance au ttt

ttt sp :
hypnotique
sédatif si agitation
réhydratation, prévention sevrage

surveillance

102

indications de l'ECT dans sd dépressif

mélancholie stuporeuse, très agitée, délirante
dépression résistante

103

classification des tb bipolaires

type I : accès maniaque
type II : hypomaniaque
type III : virage sous AD

104

examens de réfraction objective

skiascopie sous cycloplégique
réfractomètre automatique
kératométrie

105

examens pour mesurer acuité visuelle subjective

loin : monoyer (en 10e)
près : parinaud (de P20 à P2)

106

myopie clinique et types

myopie axile : oeil trop long
myopie réfractive par atteinte cornéenne ou cristalinienne

BAV de loin
vision améliorée sur fond rouge

107

def myopie forte

sup -6Dioptries

108

complications de la myopie

DR
GCAO
cataracte précoce
maculopathie (néovaisseaux)

109

PEC d'une myopie

lunette ou lentilles divergentes, sphériques

chir réfractive par laser après stabilisation de la myopie

110

hypermétropie : clinique et types

hypermétropie axile : longueur du globe trop petite
hypermétropie réfractive : atteinte cornéenne ou cristalinienne

soit BAV de loin et de près dès l'enfance si hypermétropie forte, soit BAV vers 30-40ans si hypermétropie faible
céphalées sus-obitaires majorées en fin de journée, fatigue visuelle
hyperhémie conjonctivale, larmoiement
vision améliorée sur fond vert

111

complications hypermétropie

céphalées
strabisme convergent accomodatif (enfant)
presbytie précoce
FDR GAFA après 50ans

112

PEC hypermétropie

lunettes ou lentilles convergentes, sphériques

chir réfractive au laser après hypermétropie stable

113

astigmatisme : def comment le caractériser et clinique

sphère cornéenne irrégulière

pouvoir réfractif et son axe

flouvisuel
fatigue visuelle, céphalées
hyperhémie conjonctivale
confusion des lettres
difficultés à apprendre à lire et à écrire
au max : diplopie monoculaire

114

bilan PC devant astigmatisme

ophtalmomètre de Javal
autoréfractomètre
skiascopie chez l'enfant

115

causes secondaires d'astigmatisme

plaie cornéenne
kératocone
cataracte
trauma oculaire

116

PEC astigmatisme

lunettes ou lentilles cylindriques définies par leur axe et leur puissance, convergents ou divergents

chir réfractive

117

presbytie : def, clinique et PEC

perte progressive et physio du pouvoir accomodatif du cristallin

BAV de près débutant après 40ans
fatigue visuelle
révélée plus précocément chez hypermétrope que myope

verres progressifs ou à double foyer