med7 Flashcards Preview

Medecine > med7 > Flashcards

Flashcards in med7 Deck (100)
Loading flashcards...
0
Q

CI IRM

A
PM
CE métallique oculaire
neurostimulateur
valve mécanique ancienne
(grossesse)
claustrophobie dans moindre mesure
1
Q

bilan PC devant suspicion de spondylodiscite

A

NFSP VS CRP
HC aero-anaérobies répétées
si HC neg : ponction biopsie disco-vertébrale
HC post-biopsie
IDR,quantiféron
sérologies brucellose,coxiella burneti, bartonellose

RX standard rachis dorsolombaire F+P souvent normales au début
IRM rachis dorsolombaire (scinti osseuse ou TDM rachis si IRM indisponible)

iono,urée,creat
BHC

recherche pte d'entrée :
ECBU
panoramique dentaire,consultation dentaire
ETT,ETO
Rx thorax
2
Q

sg de spondylodiscite à l’IRM

A

pincement discal
érosions,géodes en miroir
signal inflam du disque et des 2 plateaux vertébraux adjacents : hypoT1 hyperT2
épidurite, abcès para vertébral

3
Q

PEC spondylodiscite

A

hospit,urgence
ttt étio : double,synergique,active sur germe suspecté,bonne diffusion osseuse,initialement IV puis relais oral selon ATBgramme,durée prolongée (6S à 3mois)

surveillance
ttt pte d’entrée
immobilisation par corset en résine

ttt sp:
antalgiques
prévention complicatins décub

4
Q

FDR d’infection urinaire compliquée de l’enfant

A

age inf 3 mois
uropathie sous-jacente
ID

5
Q

facteurs de sévérité de l’infection urinaire de l’enfant

A

sd septique marqué: fièvre mal tolérée, tb HD
sg déshydratation : perte poids, sécheresse cutanéo-muqueuse, cernes orbitaires, hypotonie globes oculaires
AEG
convulsions

6
Q

ATB de la pyelonéphrite de l’enfant

A

durée totale 10-14j
ttt d’attaque :
2-4 j de C3G IM ou IV,et aminosides si pyélonéphrite sévère

ttt de relais :
cotrimoxazole PO,adapté à l’ATBgramme

7
Q

éléments classant le grade du RVU

A

dilatation urétérale, tortuosité, déformation des calices

8
Q

ttt possibles des infections urinaires récidivantes sur RVU

A

ttt méd : ATBprophylaxie par cotrimoxazole ou nitrofurantoine d’une durée de quelques mois

ttt endoscopique : injection d’une substance entre l’uretère et la paroi vésicale(billes de silicone ou dextranomère)

ttt chir : réimplantation urétéro-vésicale

9
Q

caractéristiques purpura vasculaire

A
déclive,prédominant aux MI
infiltré,en relief, palpable, papuleux
polymorphe
evoluant par poussées,aggravé par othostatisme
sg de vascularite extra cutanée
pas d'atteinte muqueuse
10
Q

bilan PC du diag de cryoglob

A

recherche cryoglob : prélèvement sanguin acheminé à 37° jusqu’au laboratoire et centrifugé à 37°
dosage du complément : baisse de C4 et CH50, C3 normal
EMG,bilan rénal

11
Q

orientation devant cytolyse selon prédominance sur ASAT ou ALAT

A

ALAT : origine hépatique

ASAT : musculaire,hépatopathies alcooliques, cirrhose évoluée

12
Q

valeur normale des gammaglob

A

entre 7 et 12 g par L

13
Q

types de cryoglob et leurs principales étio

A

I : monoclonale le plus souvent IgM (waldenstrom, myélome)
II : mixte avec IgM monoclonal et IgG polyclonale (VHC , rarement VHB et EBV)
III : mixte avec IgM polyclonale et IgG monoclonale (MAI, proliférations malignes lymphocytaires)

14
Q

etiologies de cryoglob

A

hémopathies(myélome,LLC,lymphome)
hépatites virales
MAI
infections(endocardite)

15
Q

bilan bio standard avant tout chimio

A
NFSP
albumine
CRP
fonction rénale
BHC
calcémie
16
Q

complications d’une chimio par FOLFOX

A

complications générales de toute chimio:
asthénie, alopécie
tb dig : nausées, vomissements, diarrhées
tb hémato avec pancytopénie

complications spécifiques :
5FU : anti métabolite
spasme coronarien
IC
mucite
diarrhée
sd main-pied

oxaliplatine : sel de platine,agent alkylant
neuo : neuropathie périph à froid
nephrotox par NTA souvent
ototoxicité

17
Q

vomissements et chimio,ttt avec poso

A

anticipés : BZP 24h avant cure

précoces :
CTC type dexaméthasone 20mg PO pdt 3j
anti 5HT3 1cp de 8mg matin et soir si besoin pdt 4j sur ordonnance spécifique
anti NK1 : aprépitant(Emend) à J1 un cp de 120mg puis à J2 et J3 un cp de 80mg sur ordonnance spécifique

tardifs : même chose mais sans le sétron(antiHT3)

mesures associées :
RHD : repas léger avant cure,lutte contre constip,aide diététique

18
Q

type et ES de cetuximab

A

anti EGF

acné
cytolyse hépatique

19
Q

type et ES irinotécan

A

inhibiteur topoisomérase I

diarrhée
sd cholinergique ou tb du bilan hépatique par augmentation bilirubine

20
Q

type et ES bevacizumab

A

(Avastin) anti VEGF

HTA
tb cicatrisation

21
Q

détresse respi aigue sous chimio : étio à évoquer

A

anaphylaxie immédiate
sepsis
PNP d’hypersensibilité

22
Q

info à donner lors d’une réaction d’herxheimer

A

réaction ne correspondant pas à une allergie,non pathologique,ne constitue pas une CI à la penicilline

23
Q

clinique de la syphilis secondaire

A

roséole syphilitique : érythème roséoliforme
syphilides papuleuses : papules cuivrées sur visage, tronc et membres
syphilides palmoplantaires siégeant sur les plis palmaires
syphilides génitales

sg généraux : AEG, polyarthralgies, HSMG, manifestations ophtalmo
sg cutanés : lésions séborrhéiques des sillons nasogéniens, papules acneiformes du menton
sg muqueux: fausse perlèche, plaques fauchées muqueuses
sg phanériens : dépilation des sourcils, alopecie en fourrure mitée

24
Q

étiologies de ME

A

viral : HSV, VIH, VZV, entérovirus, EBV

bactérienne : BK, Listeria, neurosyphilis, Lyme, MNG, PNC

parasitaire : cryptococcus neoformans, neuropalu, toxo

25
Q

contre indications PL

A

anomalies connue de l’hémostase, ttt AC efficace, suspicion clinque d’un tb majeur de l’hémostase
risque élevé d’engagement cérébral(mydriase unilatérale, hoquet, irrégularité respi, tb du rythme…)
sg à l’imagerie
instabilité HD

26
Q

séquence FLAIR

A

T2 dont on supprime le signal du LCR

27
Q

ttt récurrence HSV génitale

A
ambu
antalgique
soins locaux,savon adapté
ttt antiviral PO : aciclovir 5j
eviction contact à risque(GG,ID, atopique)
abstinence,rapports protégés jusqu'à guérison
dépistage, ttt partenaires
bilan IST
SATVAT
vaccination VHB
education patient
28
Q

pronostic ME HSV

A

20% décès
60% séquelles
20% guérison sans séquelles

29
Q

germes fq de l’OMA

A

PNC
HI
moraxella

30
Q

sg orientant vers PNC dans OMA

A

age inf 18mois
fièvre sup 38,5
otalgie marquée

31
Q

otoscopie d’une OMA purulente

A

tympan rouge, hypervascularisé bombé par épanchement rétro-tympanique
disparition du trinagle lumineux atéro-inférieur
disparition des reliefs ossiculaires

32
Q

sg de mastoidite aigue

A

tuméfaction rétro-auriculaire,fluctuante,refoulant le pavillon
voussure du CAE postéro sup à l’otoscopie

33
Q

PC devant mastoidite aigue

A

paracentèse
HC
TDM du rocher
bilan préop

34
Q

pourquoi vaccins PNC et HI protègent mal des OMA

A

protègent bien bactériémie et méningites
prevenar : seulement 13 valences
HI : ne vise que le b

35
Q

douleur thoracique d’une péricardite

A
pseudo-angineuse
augmentée par décubitus et inspi profonde
rétrosternale ou précordiale gauche
calmée par antéflexion
non irradiante
ne survient pas à l'effort
trinitro-résistante
36
Q

grandes étiologies de douleur thoracique

A

PIED

péricardite,pleurésie,PNT,PNP
infarctus du myocarde
EP
dissection aortique
Myocardite
37
Q

confirmation bio d’un SAPL

A

présence d’un ACC de type lupique ou prothrombinase : TCA augmenté,non corrigé par adjonction de plasma témoin mais corrigé par adjonction de phospholipides
recherche d’anticardiolipines et B2GP1

refaire examens à 12S

38
Q

sg cliniques et PC à rechercher pour orietation vers SAPL mal connus

A
livedo reticulaire
souffle d'IM
hémorragies sous-unguéales en flammèche
ATCD de FCS précoces
notion thrombose

ETT(épaississement valve mitrale)
IRM cérébrale(recherche d’AVC ischémiques infra-cliniques)

39
Q

etio de SAPL

A

primaire

secondaire:
MAI
infections(TB,VIH)
néoplasies,hémopathies
méd
cirrhose et IHC
40
Q

PEC d’un SAPL (y compris pdt grossesse)

A

prévention primaire : aspirine
prévention secondaire : AVK à vie (objectifs 2,5-3 si veineux, 3-4 si artériels)
pdt grossesse : HBPM ou HNF (surveillance de l’héparinémie car TCA modifié), aspirine avant la 12e SA jusqu’à la 36e SA
contraception efficace par progestatifs, CI aux OP
controle des FDRCV
bas de contention

41
Q

aspect coloscopie et anapath de crohn

A

a faire jusqu’à la valvule de Bauhin(iléoscopie)
peut atteindre tous les segments du tube dig, segmentaires, asymétriques, séparé par des zones de muqueuse saine

atteinte transmurale avec ulcération muqueuses aphtoides ou linéaires, pseudo-polypes, fistules ou sténoses

infiltration lymphoplasmocytaire
présence de granulomes à cellules épithélioides et giganto-cellulaire

42
Q

éléments du score de Best

A
nb de selles par j
nécessité prise d'antidiarrhéique
intensité des douleurs abdo
AEG, bien être général
présence de signes extra dig
perception d'une masse abdo
chute de l'hématocrite
perte de poids
43
Q

atteinte ophtalmo du horton

A

NOIAA
OACR
NORB

44
Q

complications de la BAT

A

hématome au point d’injection
paralysie faciale partielle
infections

45
Q

longueur minimale permettant d’avoir une fiabilité dans la BAT

A

3cm

46
Q

BAT neg , attitude pour faire diag de Horton

A

faire redécouper et relire la première biopsie de l’artère temporale
biopsie controlatérale à effectuer
ttt d’épreuve avec la CTC qui constitue un test diag

47
Q

fièvre chez patient sous CTC : CAT

A

rechercher phénomène infectieux cliniquement, HC et autres selon clinique
pas d’arrêt des CTC, il faut meme les augmenter
pas d’ATB systématique

48
Q

PC devant PNPID

A
systématique : 
NFSP CRP
iono urée créat
bilan PC
EPS
CPK, LDH
BHC
GDS, lactates
Rx thorax et TDM thorax coupes fines
endoscopie bronchique

orientée :
séro VIH, IDR
Immuno : précipitines sériques, ECA, ANCA, AAN…

49
Q

endoscopie dans la PNPID que rechercher

A

etude macro
biopsies bronchiques
biopsies transbronchiques
LBA : etude cytologique, phénotypage lympochytaire, bactério, mycobactério, permet le diagnostic d’alvéolite

50
Q

etio à evoquer devant PNPID sup 50 ans et inf 40ans

A

inf 40 ans : sarcoidose

sup 50 ans : FPI

51
Q

sg respi d’une PNPID

A

dyspnée d’effort puis repos, toux sèche

crépitants velcro bibasaux, squeaks ou bruit de pigeonnier

52
Q

caractéristiques de LBA normal

A

inf 150000 cellules par mL (500000 pour fumeur)
macrophages sup 85%
lymphocytes inf 15%
neutrophiles inf 5%

53
Q

LBA à neutrophiles

A
FPI
PNP infectieuse
connectivites
Wegener
asbestose
54
Q

LBA à éosinophiles

A

PNP à éosinophiles
Churg et Strauss
PNP med
PNP parasitaires

55
Q

LBA à macrophages

A

Histiocytose langerhansienne
PNP interstitielle desquamante
pneumoconioses

56
Q

LBA lymphocytaire à CD4

A

TB

sarcoidose

57
Q

LBA lymphocytaire à CD8

A

PHS
PNP med
connectivites
lymphome pulmonaire

58
Q

LBA d’une HIA

A

sidérophages (macrophages phagocytant le fer), score de Golde élevé

59
Q

Causes de PNPID aigues

A
OAP
SDRA
PNP infectieuses
Lymphangite carcinomateuse
PHS
PNP med
HIA
60
Q

med fq impliqués dans PNPID

A

amiodarone
méthotrexate
bléomycine
cyclophosphamide

61
Q

etio fq de HIA

A
goodpasture
wegener
PAM
tb coag, AC
leptospirose
62
Q

Causes de PNPID chroniques

A
FPI
sarcoidose
histiocytose langerhansienne
PNP organisée cryptogénique
lymphangioleiomyomatose
proteinose alvéolaire
PNPID desquamante
pneumoconioses
PNP med
infections
néoplasies : lymphangite carcinomateuse, lymphome pulmonaire, carcinome bronchiolo alvéolaire
connectivites : sclérodermie, PR, GS, LED
vascularites : Wegener, Churg et strauss
63
Q

imagerie et LBA d’une FPI

A

opacités réticulaires intra-lobulaires avec rayon de miel prédominant aux bases et en périphérie sans verre dépoli, nette réduction du volume pulmonaire, bronchectasies

alvéolite à neutrophiles et éosinophiles

64
Q

ttt FPI

A

CTC, IS
O2 , arrêt tabac
transplantation pulmonaire

65
Q

Asbestose imagerie et LBA

A

opacités interstitielles curvilignes sous pleurales bilatérales prédominant aux bases, aspect de verre dépoli et épaississeents pleuraux calcifiés en os de seiche

Corps asbestosique sup 1mL biréfringents en lumière polarisé, alvéolite à neutrophiles

66
Q

silicose imagerie biopsie et LBA

A

opacités réticulo-nodulaires bilatérales prédominant aux apex
nodules pulmonaires volumineux
ADP hilaires bilat calcifiées en coquille d’oeuf
hyperclarté pulmonaire prédominante aux bases

nodule fibro-hyalin avec dépots de cristaux de silice

formule normale,particules de silice

67
Q

histiocytose langerhansienne : imagerie, LBA, biopsie pulmonaire et ttt, principale complication

A

opacités kystiques à paroi épaisse et micronodules troués prédominant aux apex

alvéolite à formule panachée (macrophages et eo) avec cellules de langerhans sup 5% immunomarquées CD1a

granulomes sans nécrose caséeuse

arrêt tabac, CTC

PNT récidivants

68
Q

4 temps de l’annonce diag du cancer

A

médical
accompagnement soignant
organisation des soins de support
liaison avec la médecine de ville

69
Q

med des râles bronchiques en fin de vie

A

scopolamine

70
Q

raisons pour lesquelles la famille peut consulter dossier med d’un défunt

A

connaitre causes de la mort
faire valoir ce que de droit
respect de la dignité du défunt

71
Q

etio à évoquer devant hypoK chez anorexique

A

laxatifs
diurétiques
vomissements répétés
carence d’apports

72
Q

PT à proposer aux anorexiques

A
PTS
familiale
relaxation et thérapies à médiation corporelle
TCC
analytique
73
Q

boulimie critère de fq pour diag

A

sup ou égal à 2 crises par semaines pdt 3 mois

74
Q

avantages d’une substitution dans sevrage aux opiacés

A

soulager état de manque
éviter risques liés à l’utilisation de drogues en IV
retirer le sujet du milieu
mettre en place un suivi med régulier
contrôler les doses
assurer une gestion personnelle de la dépendance aux opiacés

75
Q

complications méthadone

A

surdosage
dépression respi
sd de sevrage si arrêt brutal

76
Q

quand arrêter ttt substitutif par méthadone

A

après demande du patient lui-même
pas de durée optimale pour ttt substitutif
lente diminution des doses de ttt substitutifs,gérée à la demande du patient

77
Q

différence buprénorphine et méthadone

A

buprénorphine plutot utilisé en ville et à l’hopital alor que méthadone prescrit initialement en hospitalier
risque moindre de surdosage,moins d’IM et de variations interindividuelles pour la buprénorphine.
buprenorphine peut être déviée et satisfaction est moindre

78
Q

questionnaire permettant de détecter dépendance à l’alcool

A

DETA

79
Q

complications alcool

A

dig : stéato-hépatite chronique, cirrhose, CHC, PA et PC, tb nutritionnels
ORL : carcinomes épidermoides
Neuro : épilepsie, sd korsakoff, démence, atrophie cérebelleuse, PNP périph
Psy :dépression, insomnie, suicide, délires chroniques
CV : HTA, augmentation du risque CV global, SAOS aggravé
Obs : FCS, premat, SAF
Sociales et judiciaires

80
Q

sg sevrage alcoolique et ttt

A

sd hyperesthésique-hyperémotif : tremblements, sueurs, vomissements, dysarthrie, insomnie, cauchemars…

hydratation IV puis orale, vitaminothérapie B1(attention car IM, bilan coag avant) B6 PP , BZP

81
Q

clinique delirium tremens et ttt

A

hyperthermie, sueurs profuses, déshydratation, tachycardie, HTA, tremblements, confusion, délire onirique

hospit en urgence
hydratation,vit B1 B6 PP BZP IV
antipsychotique si besoin
surveillance

82
Q

etio de crises comitiales chez l’alcoolique

A
hypoG
HSD, HED
HM
encéphalopathie hépatique
sevrage
83
Q

encéphalopathie de Gayet Wernicke clinique, evolution , PC et ttt

A

confusion, hypertonie extrapyramidale, tb oculomoteurs, ataxie cérebelleuse

démence alcoolique ou sd Korsakoff

IRM montrant une anomalie des corps mamillaires en hyperT2

Vit B1 parentérale en urgence

84
Q

ttt med pour sevrage alcoolique

A

hydratation, vitaminothérapie, BZP

chimio : acamprosate ou naltrexone diminuent modérément l’appétence pour l’alcool ; parfois baclofène sur avis spé

85
Q

sg surdosage en nicotine

A

nausées, céphalées, lipothymies, palpitations, insomnie, diarrhée, xérostomie

86
Q

tests permettant d’évaluer dépendance au tabac

A

mesure du CO expiré

Fagerstrom

87
Q

CI bupropion et durée ttt

A
épilepsie
tb bipolaire
TCA
risque suicidaire
GG
IH sévère

limitée à 9S (car psychostimulant)

88
Q

substance active du cannabis

A

delta 9 tetrahydrocannabinol

89
Q

clinique ivresse cannabique = intox aigue

A

euphorie, détente, modifications sensorielles, perturbations cognitives, dissociation idéique, hallucinations, hyperhémie conjonctivale
attaque de panique, dépersonnalisation
risque de BDA

90
Q

complications consommation cannabis chronique

A

tb attentionnels et mnésiques, baisse performances, accidents auto
tb anxieux et dépressifs
sd amotivationnel : indifférence affective, baisse des capacités intellectuelles, désinvestissement global, anxiété, irritabilité
schizophrénie
bronchite chronique, CBP, cancer VADS, artériopathie

91
Q

complications opiacés

A

infections, convulsions, HTA, tb obs
tb anxieux dépressifs, agitation psychomotrice, sd déficitaire, autres addictions et notamment alcool
précarité, chomage, actes illégaux

92
Q

antidote opiacés

A

naloxone en titration

attention sg de sevrage majeurs

93
Q

CI substitution nicotinique

A

SCA ou récent inf 10j, tb sévère du rythme ventriculaire

94
Q

élément à ne pas oublier chez patiente présentant polyarthrite rhumatoide

A

FDRCV

95
Q

indication anti TNF alpha dans PR critères

A

PR avérée
PR active : DAS 28 et radiographies
echec méthotrexate, au moins 3 mois et à dose optimale
pas de CI a priori
ou PR sévère et active d’emblée (HAQ sup 0,5, lésions structurales à l’imagerie, manifestations systémiques)
toujours en association avec le méthotrexate

96
Q

chirurgie chez patient prenant des anti TNF alpha CAT

A

arrêt provisoire

reprendre les injections après délai prévu de cicatrisation

97
Q

index de Link

A

permet de savoir si synthèse d’IgG intra-thécale :

IgG LCR sur IgG sérum) sur (albumine LCR sur albumine sérum

98
Q

PL normale

A

eau de roche
glycrorachie sur glycémie sup 60%
proteinoR inf 0,4g par L
cytologie inf 5 éléments

99
Q

sd post PL : clinique et ttt

A
céphalées occipitales
cervicalgies
acouphènes
flou visuel
manifestations apparaissant au lever

antalgiques
décubitus dorsal
blood-patch