med12 Flashcards Preview

Medecine > med12 > Flashcards

Flashcards in med12 Deck (101)
Loading flashcards...
0
Q

droit de remplacement par générique et justifiée par quoi

A

droit de substitution
politique de régulation des dépenses de santé, diminuer cout de la SS
le pharmacien doit prévenir le patient et est responsable des éventuels ES des excipients du med

1
Q

med générique def

A

spécialité thérapeutique ayant la même composition qualitative et quantitative en principe actif que la spécialité de référence
la même forme pharmaceutique
et dont la bioéquivalence est démontrée par des études de biodisponibilités appropriées
les excipients et propriétés de fabrication peuvent différer

exclusivité commerciale d’un labo pendant 10ans, générique ne peut être développé qu’après

2
Q

intox au paracétamol : clinique et bio

A

tox hépatique avec nécrose cntrolobulaire et risque d’hépatite fulminante ou subfulminante

tb dig : nausées, diarrhées, dl hypochondre droit, ictère, sueurs

bio : tb coag, IRA

3
Q

antidote du paracétamol et modalités d’administration

A

N-acetyl cysteine

si dose ingérée sup 125mg par kg ou inconnue, dans les 8h après ingestion.La paracétamolémie permet de décider de la suite du ttt

4
Q

meilleur indicateur de gravité d’une intox au paracétamol, comment interpréter

A

paracétamolémie

réalisée au moins 4h après ingestion sinon ininterprétable
nomogramme de Rumack et Matthews ou diagramme de Prescott

si impossible à dater mesure 2 fois à 4h d’intervalle et on calcule la demi-vie d’élimination : hépatite si demi-vie sup 4h

5
Q

def hépatite fulminante et subfulminante

A

TP inf à 50% et délai entre apparition de l’ictère et de l’encéphalopathie hépatique de :
inf 14j pour fulminante
entre 14j et 3mois pour subfulminante

6
Q

types d’ordonnances

A

simple
sécurisée
bi-zone
de med d’exception

7
Q

types de med listés et leurs caractéristiques

A

I : produits vénéneux à risque élevé
cadre rouge, ordonnance simple, durée max de prescription 12 mois, délivrés pour 1 mois max, pas de renouvellement sauf indiqué.

II : vénéneux à risque
cadre vert, ordonnance simple, durée max de prescription 12mois, produits délivrés pour 1 mois max (sauf contraceptifs 3mois), renouvellement sauf indication contraire

stupéfiants :
cadre rouge, ordonnance sécurisée, durée inf ou égale à 7 14 ou 28 j, poso en toutes lettres, adresse patient obligatoire

8
Q

placebo def

A

substance inerte, pharmacologiquement inactive administrée à un malade pour susciter les effets psycho accompagnant la médication, effet non spécifique

9
Q

ttt accès palustre simple

A

urgence
1e intention :
atovaquone + proguanil
artéméther + lufantrine (attention aux tb de conduction)
2e intention : quinine, méfloquine
si vomissements : quinine IV avec relais par un antipaludéen PO

si grossesse : quinine PO 7j
CI halofantrine et artéméther-lufantrine

10
Q

ttt accès palustre grave

A

urgence, hospit en réa
artésunate en 1e intention
arrêt chimioprophylaxie antérieure
ttt sp

11
Q

chimioprophylaxie antipalu

A

gp 1 :
chloroquine (4S après)

gp 2 :
chloroquine + proguanil(4S après)
atovaquone + proguanil(7j après)

gp 3 :
atovaquone + proguanil(7j après)
méfloquine(10j avant, 1 cp par S, 3S après)
doxycycline(4S après)

grossesse : utilisables sont chloroquine, proguanil, atovaquone + proguanil, méfloquine

12
Q

complications d’un diabète pré-existant à la grossesse

A
maternels :
aggravation de la MAT
HTA gravidique
MAP
risque infectieux
foetaux :
FCS
malformations
macrosomie foetale
hydramnios
MFIU
prémat
néonat :
hypoG
détresse respi
cardiomyopathie hypertrophique
hypocalcémie
ictère néonat
13
Q

bilan PC devant suspicion d’hyperthyroidie

A
TSH
T4 (2e intention) voire T3
echothyroidienne avec doppler
TRAK, anti-TPO et TG
scinti thyroidienne (CI si grossesse)

bilan ophtalmo (Hertel, TDM ou IRM orbitaire, Lancaster)
ECG, ETT, Rx thorax
glycémie, EAL

BHCG
NFS
BHC

14
Q

PEC hyperT pdt grossesse

A

Multidisciplinaire
etio : ATS de type PTU (CI de néomercazole) à dose minimale efficace

ttt orbitopathie

ttt sp : AT, repos, labétolol

remettre ordonnance pour NFS à effectuer en urgence si fièvre

surveillance mensuelles

15
Q

causes d’insuffisance rénale aigue en contexte d’endocardite infectieuse

A
obstructive
hypovolémie liée au sepsis ou IC
NTA (vanco, genta)
GNPStrepto
infarct rénal sur embole septique
abcès rénaux
16
Q

physiopath des lésions hépatiques lors d’infection par virus hépatique

A

effet cytopathogène direct

réaction immunitaire anti-virale

17
Q

caractéristique sévère pour infection hépatite : critère

A

TP inf 50%

18
Q

virus de l’hépatite : mode de contamination et ARN ou ADN

A

VHA : oro-fécale, ARN
VHB : parentérale, sexuelle, périnatale, ADN
VHC : parentérale, materno-foetale, sexuelle(exceptionnelle), ARN
VHD : parentérale, sexuelle, périnatale, ARN
VHE : oro-fécale, ARN

19
Q

sérologie VHB

A

AgHbs : infection non guérie
Ac anti Hbs : infection guérie ou vaccination
ADN VHB : réplication virale si sup 100000 copies
Ac anti Hbc : contact avec VHB
IgM anti Hbc : contact récent avec VHB ou réactivation
IgG anti Hbc : contact relativement ancien, maladie active ou guérie
Ag Hbe : réplication virale de souches sauvages
Ac Hbe : séroconversion dans le système Hbe pour souche sauvages, mais réplication virale pour mutants pré C

20
Q

prévention transmission VHB et VHC

A

dépistage donneurs de sang, aiguilles et seringues à usage unique, autres IST
rapports sexuels protégés et mesures IST
matériel de toilette personnel
immunoprophylaxie passive pour NN de mère positive, AES avec patient source en l’absence de vaccination, transplant hépatique pour cirrhose virale B
vaccination
DO si sp

21
Q

quel virus hépatite peut donner CHC sans cirrhose préalable

A

B

22
Q

virus de l’hépatite possibles

A
A B C D E
EBV
CMV
HSV
VZV
23
Q

manifestations extra-hépatiques d’hépatite virales

A

péricardite, pleurésie
neuro : guillain barré, neuropathie périph, réaction méningée
AI : PAN(VHB), glomérulopathie, cryoglob (VHC), PTAI

24
Q

critères pour hépatite aigue

A

cytolyse sup 10N
cholestase modérée
echo abdo normale

25
Q

objectifs ttt VHB

A

réponses :
bioch : normalisation transaminases
viro : diminution de la réplication virale (CV, AgHbe)
histologique

26
Q

surveillance hépatite chonique à VHB

A

transaminases par 3 mois la 1ere année puis par 6mois
TP par 6mois
CV par an
alpha foeto et echo hépatique et séro VHD par an
interféron : NFS à J15 puis par mois, TSH par 3 mois
qualité de vie

27
Q

facteurs prédictifs de mauvaise réponse au ttt VHC

A
sexe masculin
age élevé
CV élevée
génotypes 1 et 4
co-inf VHB, VIH
alcool
cannabis
28
Q

indications de transplantation hépatique dans IHC aigue

A

age inf 30 ans et TP inf 20%

age sup 30ans et TP inf 30%

29
Q

étiologies de cytolyse aigue

A
hépatites virales
med
lithiase VBP
alcool
hépatite AI
wilson
toxiques
foie de choc ou cardiaque
sd Budd chiari aigu
30
Q

ttt d’une hépatite alcoolique aigue

A

ttt sp :
CTC 40mg par j si HAA grave (encéphalopathie ou maddrey sup 32)
maddrey : 4,6 X (TP malade-témoin) + bili sur 17
prévention DT
sevrage OH

31
Q

sd budd chiari : physiopath et ttt

A

obstruction 3 veines sus-hépatiques au doppler

AC efficace

32
Q

cytolyse chronique : def et etio

A

élévation transaminases sup 6mois

musculaire dégénérative : prédominant sur ASAT

hépatique : prédominant sur ALAT (sauf alcoolique et cirrhose évoluée)
virales
alcool
stéatoses
hepatite AI
med, tox
wilson
hémochromatose
budd-chiari
foie congestif chronique
déficit en alpha1 anti-trypsine
dysthyroidie
maladie coeliaque
maladie de système(lupus)
33
Q

étiologies de stéatose hépatique

A

macrovésiculaire : alcool, sd métabo, MICI, med, dénutrition

microvésiculaire : alcool, reye, grossesse, med

34
Q

etio devant augmentation GGT

A
alcool
med, tox
sd métabo, diabète, dénutrition
hyperT
cholestase
tumeur : hépatique, rénale, méta
hépatopathie chronique
35
Q

causes élévation phosphatases alcalines

A
grossesse
croissance
âge élevé
fracture récente
ostéomalacie
paget
néoplasies
36
Q

gingivostomatite herpétique : clinique

A

fièvre
dysphagie douloureuse
ulcérations polycycliques, érosions de la muqueuse jugale, gingivale, palatine pouvant déborder sur lèvres ou menton
ADP sous-maxillaires et prétragiennes

37
Q

clinique recurrence herpétique

A

bouquets vésiculaires à la jonction cutanéo-muqueuse des lèvres laissant place à des érosions polycycliques

38
Q

complications vulvo-vaginite herpétique

A

dysurie, RAU
méningite
radiculomyélite
paresthésies en selle

39
Q

ttt spécifiques des formes oro-faciales et génitale d’HSV

A

gingivostomatite herpétique : aciclovir 200mg X5 par j pdt 5 à 10j

récurrences oro-faciales : pas de ttt curatif, ttt préventif des recurrences si sup 6 par an ou retentissement socioprofessionnel valaciclovir 6 à 12mois avec réévaluation

PI génitales : valaciclovir PO 500mg X2 par j pdt 10j, ttt local par crème

récurrences génitales : ttt curatif par aciclovir ou valaciclovir 5j si gêne
ttt préventif si sup 6 récurrences par an par valaciclovir 6 à 12 mois avec rééval

40
Q

complications zona

A
algies post-zoostériennes
récidives
surinfection
cicatrices achromiques hypoesthésiques
méningite, encéphalite, angéite carotidienne
zona généralisé chez ID
41
Q

ttt kératite herpétique

A
ambu
urgence thérap
CI CTC locale
arrêt port lentilles
occlusion palpébrale si nécessaire
antalgiques
ativiral topique en pommade et oral
42
Q

lésion du zona

A

dl à types de cuisson et brulures, prurit systématisé à un territoire métamérique
puis éruption vésiculeuse sur fond érythémateux, vésicules confluentes en placards polycycliques, érosion à J5, croutes à J7 et enfin cicatrice dépigmentée unilatérale systématisée en territoire métamérique

43
Q

CAT en cas d’AES avec bilan bio initial

A

arrêter geste en cours
ne pas faire saigner
nettoyer plaie abondamment à l’eau courante et savon puis rincer
antisepsie par dakin ou javel diluée au moins 5min
déclaration en accident travail obligatoire dans 48h avec réalisation CMI
contacter médecine référent AES
programmer suivi clinico-biologique vis-à-vis du risque d’expo VIH VHB VHC
éducation sur les moyens de prévention des AES : gants, pas recapuchonner aiguille, vaccin VHB
contraception mécanique jusqu’à séro neg
exclusion don du sang 3mois
test de dépistage rapide du VIH chez patient source et si positif trithérapie dans les 4h avec consentement du patient

bilan bio :
séro VIH 1 et 2
VHB VHC
BHC
BHCG
44
Q

diag séro VIH

A
après info et accord patient
VIH 1 et 2
2 prélèvements : 
1er : ELISA et Ag p24, si positif WB
2e : confirmation par ELISA (pas tromper de patient)
45
Q

fenêtre sérologique du VIH

A

ELISA et WB : 3S
Ag p24 : 15j
CV : 1S

46
Q

prophylaxie toxo dans VIH

A

cotrimoxazole tant que CD4 inf 200 , arrêt si CD4 sup 200 sur 2 bilans à 3 mois

47
Q

atteintes du CMV pdt VIH

A

rétinite
dig : colite, oesophagite, gastrite…
neuro : M, ME, névrite

48
Q

diag PC du CMV chez VIH et ttt

A

isolement viral
Ag PP65
PCR sur sang ou LCR

FO : nécrose hémorragique avec hémorragies en flammèche
endoscopie
PL, imagerie cérébrale

ttt : ganciclovir ou foscarnet IV 3S
prophylaxie secondaire par valganciclovir PO

49
Q

différence ttt TB chez VIH

A

risque de sd de restauration immunitaire

ttt du VIH 2 mois après ttt TB

50
Q

prophylaxie mycobactéries atypiques chez VIH

A

azithromycine si CD4 inf 50

51
Q

diag PC et ttt cryptococcose

A

ED encre de chine
mise en culture sur sabouraud
Ag crypto sur LCR

amphotéricine B et Flucytosine IV dans G5%
relais fluconazole PO

52
Q

radio légionelle

A

opacités alvéolaires bilatérales non systématisées prédominant aux LI, floues, confluentes, mal limitées

53
Q

PEC récidive de vulvo-vaginite à C. albicans

A
vérifier observance
PV
lutte contre FF
ttt partenaire
ttt par voie générale : fluconazole, amphotéricine B
54
Q

PC devant impétigo

A

aucun

sauf suspicion de SARM ou doute diag : ponction écouvilllonage d’une bulle non rompue et envoi en bactério

55
Q

indications ATB PO dans impétigo

A
lésions étendues (sup 2% surface corporelle)
sup 5 lésions actives
caractère extensif
sg généraux majeurs
ID
56
Q

furoncle : clinique et topographie typique

A

nodule inflam centré par un poil
surmonté d’une pustule
sur derme inflam et induré
évolution vers cratère rouge cicatriciel ou ou cicatrice atrophique

cou, nuque, dos, épaule, périnée, cuisses, fesses

57
Q

PC devant furoncle

A

aucun

58
Q

ttt furoncle

A

ambu

ttt préventif :
hygiène locale, tamponnement antiseptique
CI manipulations locales, pas d’incision
pansement occlusif si zone à forte contagiosité
hygiène des mains et du linge
arrêt de travail si localisation ou profession à risque
SAT VAT

ttt sp : antalgique si besoin

ttt etio :
pas d’ATB sauf pour : multiples, anthrax, sg généraux, centro-faciale, péri-orificiel, diabète, ID
par peni M 10j PO
correction FDR
désinfection des lieux de portage chronique

59
Q

ttt furonculose

A

récidive chronique de furoncles
correction de FDR
recherche sites de portage chronique de staph
même ttt que furoncle + acide fusidique sur gites

60
Q

complications furoncle

A
furonculose
anthrax
staphylococcie maligne de la face
erysipèle de la face
septicémie, choc septique
61
Q

ttt anthrax

A

ATB par voie générale et drainage chir

62
Q

genres de dermatophytose

A

epidermophyton
microsporum
trichophyton

63
Q

PC devant suspicion de dermatophytose

A

ED
culture sur sabouraud
examen à la lampe de Wood
histologie sur biopsie cutanée (rare)

64
Q

perlèche : def

A

intertrigo des commissures labiales

65
Q

ttt candidose buccale

A

correction FDR

curatif local : BdB bicar de soude et antifongique pluriquotidien 1 à 3S

66
Q

ttt de candidoses à C. albicans profondes

A

correction FDR

antifongique par voie générale

67
Q

ES kétoconazole

A

hépatite med
IM
CI chez GG

68
Q

FDR intertrigo

A

obésité
macération
diabète
défaut d’hygiène

69
Q

intertrigo candidosique clinique

A

enduit blanchatre, crémeux, malodorant sur fond érythémateux limité par collerette desquamative
fissure du fond du pli possible

70
Q

PC devant intertrigo à C. albicans

A

aucun diag clinique

71
Q

ttt intertrigo à C. albicans

A
ambu
correction FDR
hygiène locale, lutte contre macération
ttt sp : antiprurigineux
ttt curatif local : antifongique en lotion ou crème pour 2 à 4S
72
Q

PC devant mycose unguéale

A

prélèvement indiqué

73
Q

ttt mycose unguéale

A

ambu
correction FDR
onycholyse mécanique
bains de doigts

ttt curatif : antifongique local 6 mois si main, 12 mois si pieds

antifongique PO seulement après identification, indiqué si atteinte de plusieurs doigts ou échec ttt local pour 6 mois au moins

74
Q

différence mycoses unguéale à C albicans et à dermtophytes

A
candida : 
expo pro aux détergents
onyxis et périonyxis
localisation proximale
doigts plutot qu'orteil

dermatophyte :
1e et 5e orteil
localisation distale
pas de périonyxis

75
Q

clinique dermatophytose peau glabre, PC et ttt

A

herpes circiné

contage avec chat
placards arrondis ou polycycliques unique ou multiple avec bordure érythémato-squameuse, évolution centrifuge avec guérison centrale
prurit

lampe de wood : fluorescence positive à microsporum
ED : filaments

ambu
antifongique pour chat
curatif :
faiblement étendu : local par antifongiques pour 2 à 3S
etendue ou localisations multiples : ttt systémique (griséofulvine) pour 2S à plusieurs ois

76
Q

dermotophytes responsables de dermatophytose des plis

A

trichophyton rubrum et interdigitale

epidermophyton floccosum

77
Q

PC devant dermatophytose des plis

A

lampe de wood

ED et culture

78
Q

ttt dermatophytose des plis

A
ambu
éviction collectivité, ttt sujet contact
ttt curatif :
faible étendue: ttt local pour 2-3S
forme étendu ou localisations multiples : systémique
79
Q

dermatophytose du cuir chevelu : lésion typique et formes cliniques

A
alopécie en plaque, cuir chevelu squameux et cassure haute des cheveux
grande plaque : microsporum
nb petites plaques : trichophyton
favus : alopécie définitive
kérion : teigne inflam
80
Q

PC devant dermatophytose cuir chevelu

A

lampe de wood

prélèvement avec ED et culture

81
Q

ttt dermatophytose du cuir chevelu

A

ambu
ttt de la source
eviction collectivité
désinfection draps et vêtements par antifongique en poudre

ttt curatif :
local et systémique (1e intention griséofulvine)
couper cheveux atteints pour 6S
pas d’excision des kérions

82
Q

ES fluconazole

A

IM

83
Q

ES griséofulvine

A

photosensibilisant

IM

84
Q

indications d’IPP avec AINS

A

age sup 65 ans
atcd UGD
assoc avec AAP, CTC, AC
prescription à demi-dose sauf oméprazole

85
Q

niveau de preuve et grade de recommandation selon HAS, avec type d’étude correspondante

A

A = 1 : preuve scientifique établie
essais comparatifs randomisés de forte puissance
méta analyse
analyse de décision basée sur des études bien menées

B = 2 : présomption scientifique
essais comparatifs randomisés de faible puissance
études comparatives non randomisés bien menées
etudes de cohorte

C : faible niveau de preuve
3 : etude cas témoin
4 : etudes comparatives avec biais importants, etudes épidemio descriptives, etudes rétrospectives, série de cas

86
Q

conséquences possibles de non-observance

A
résistance
récidives
echec thérap
chronicisation
ES
87
Q

diurétique utilisable dans l’insuffisance rénale sévère

A

diurétiques de l’anse

88
Q

atteinte rénale possible des AINS

A
IRAF
NTA
néphropathie interstitielle
atteinte immuno-allergique
LGM
nécrose papillaire
89
Q

CI à la PBR

A
tb hémostase, ttt AC
HTA sévère non controlée
reins de petite taille ou unique
infection urinaire
PAN
90
Q

complications de PBR

A
dl lombaires
hematU macro
hématome sous-capsulaire
empattement de la fosse lombaire, déglobulisation
fistule artério-veineuse
colique néphrétique sur caillotage
91
Q

risques liés à l’automédication

A
retard diag
allergie
ES
IM
composition du med méconnue par le patient
CI
erreur de poso (sur ou sous dosage)
prescription occultée par le patient à l'interro
développement de pharmacodépendance
92
Q

ES fluoroquinolones

A

risque d’émergence de variants mutants
colite pseudomembraneuse à C difficile

phototox
nausées, dyspepsie, diarrhée
insomnie, convulsions, céphalées, vertiges
tendinopathie, rupture talon d’achille, arthralgies
allongement QT, TdP, hypoTA
tératogénicité

93
Q

surveillance ttt par aminosides

A

tox rénale : créat
ototox : fonction auditive si ttt prolongé

dosage sérique 30 min après 1ere inj et adaptation des doses
valeur résiduelle 24h après dose juste avant dose suivante : capacité d’épuration rénale

94
Q

bilan pré thérap par CTC

A
clinique :
atcd CTC
FDRCV
ATCD voyages, TB, anguillulose
poids, taille, IMC
TA, FC, IC
température, sg infection
BU
PC:
GAJ
ECG
NFSP, iono, creat, DFG
VS, CRP
DMO
Rx thorax, IDR
95
Q

mesures associées à la CTC

A

éducation info CLA :
limite automed surtout AINS
pas d’arrêt intempestif du ttt
importance de l’observance

RHD :
hypocalorique si surpoids sinon normocalorique
equilibré
hyposodé
riche en potassium
pauvre en sucre d'absorption rapide, en graisse
riche en proteine
arrêt alcool avec aide au sevrage
activité physique régulière
lutte contre FDRCV : tabac, dyslipidémie

supplémentation vit D et calcium
biphosphonates selon clinique
supplémentation potassique
IPP si atcd UGD

96
Q

complications particulières des CTC chez sujet agé et moyens de les prévenir

A
myopathie cortisonique : kiné
diabète
dénutrition : régime non strict
ostéoporose : vit D calcium
tb trophiques, peau sèche : crème hydratante, ttt précoce des plaies
97
Q

hyperPNN sous CTC qu’évoque t on

A

démargination des PNN circulantes donc hyperleuco à PNN

pas le reflet d’une infection

98
Q

chez enfant sous CTC au long cours que rechercher comme complication

A

retard de croissance staturo-pondérale

cardiomyopathie hypertensive

99
Q

age formation des sinus

A

ethmoide : premiers mois de vie
maxillaire: 3 à 5 ans
frontale : 7 à 8 ans
sphénoidale : sup 15ans

100
Q

complications de sinusite maxillaire

A

sinusite bloquée
ostéite
oculaire : abcès, phlegmon, paralysie oculomotrice mydriase paralytique
neuro : abcès cérébral, empyème sous-dural, thrombophlébite du sinus caverneux ou longitudinal sup, méningite
sepsis sévère, choc septique