med20 Flashcards Preview

Medecine > med20 > Flashcards

Flashcards in med20 Deck (104)
Loading flashcards...
0
Q

EFR d’un BPCO

A

spirométrie :
TVO : VEMS sur CV inf 70%
courbe débit-volume concave vers le haut en expiration

test de réversibilité : réversibilité incomplète

mesure des volumes statiques :
CPT sup 120% : distension thoracique
CPT inf 80% : TVR

DLCO réduite si emphysème

1
Q

distension thoracique radiologique : signes

A

sd de distension thoracique :
horizontalisation des cotes
elargissement des espaces intercostaux
aplatissement des coupoles diaphragmatiques

profil :
augmentation du diamètre antéropostérieur
augmentation des espaces clairs rétro-sternal et rétro-cardiaque

2
Q

bilan PC devant suspicion de BPCO

A
Rx thorax
EFR
GDS
TM6
ECG
ETT
NFS (polyglob)
TDM thorax
polysomnographie
bilan nutritionnel, dosage vit D
panoramique dentaire
bronchoscopie
ECBC
3
Q

complications de la BPCO

A
aigues :
exhacerbations
surinfections bronchiques bactériennes
PT
EP
chroniques :
emphysème centro-lobulaire
IRespiC obstructive
CPC post-BPCO
CBP
4
Q

PEC d’un BPCO (sans détail des stades)

A

ambu
globale et pluridisciplinaire, avec MT, en réseau de santé

education patient :
pas d’alcool
importance de l’observance
CAT en cas d’exhacerbation, plan d’action
CI des dépresseurs respi(antitussifs, morphiniques, BZP)
BB à utiliser avec prudence

RHD :
arrêt tabac
PEC nutritionnelle
eviction F de décompensation : foyers dentaires, ORL, polluants, tox

réhabilitation respiratoire :
réentrainement à l’effort
kiné respi

ttt de fond et de crise

vaccinations grippe et PNC
100%, ALD
PTS
discuter MP si besoin

5
Q

2 seules mesures ayant prouvé une augmentation de la survie dans la BPCO

A

arrêt tabac

OLD

6
Q

def bronchite chronique

A

toux productive quotidienne durant au moins 3 mois par an au cours d’au moins 2 ans consécutifs

7
Q

germes à l’origine de décompensation de BPCO

A

PNC
HI
moraxella catarrhalis

8
Q

PEC d’une exhacerbation de BPCO

A

O2 suffisant pour maintenir SaO2 sup 90%
VNI si echec

bronchodilatateurs par nébulisation (B2 mimétiques de courte durée d’action eventuellement associé à des anticholinergiques de courte durée d’action

CTC par voie générale

ttt du facteur déclenchant
kiné respi avec drainage bronchique
CI aux antitussifs
vaccination antigrippale et anti-PNC
arrêt tabac
surveillance
9
Q

causes d’hépatomégalie

A

atteinte du parenchyme :
hépatite aigue et chronique
cirrhose
parasitose hépatique

vasc :
foie cardiaque
sd de budd chiari
foie de choc

abcès

maladie de surcharge (stéatose, hémochromatose, wilson, amylose, gaucher)

tumeurs :
primitives
secondaires
bénignes
hémato

biliaires : cholestase prolongée

10
Q

bilan PC devant tableau de cirrhose

A
NFSP
iono, urée, creat
EPS
BHC
GAJ
hémostase
EAL
ferritinémie
sérologies virales
recherche de complications :
ponction de liquide d'ascite exploratrice
alphafoeto
FOGD
echo hépatique

bilan terrain :
ORL
stomato
Rx thorax

diag : PBH non obligatoire

11
Q

PEC d’une poussée d’ascite non compliquée (sans ttt de fond)

A

hospit
régime pauvre en sel (inf 5g par j)
diurétique type spironolactone (diurétique de l’anse si insuffisant)

ponction évacuatrice (en l’absence d’instabilité HD) si ascite réfractaire ou CI ou ascite volumineuse ou gêne fonctionnelle (dyspnée), expansion volémique avec albumine humaine si volume sup ou égal 3L

rechercher et ttt autre complication de la cirrhose
rechercher et ttt cause
PEC thérap de la cirrhose
prévention DT
arrêt alcool
surveillance
12
Q

PEC d’une cirrhose

A

multidisciplinaire, long cours, a vie, 100%

ttt etio :
arrêt alcool définitif
perte de poids
PEC hépatite virale
PEC nutritionnelle
arrêt cannabis
hépatoprotection : 
vaccination VHB VHA, grippe, PNC
eviction des hépatotox
adapter poso med
pas d'automedication

CI sédatifs
ttt des complications

info et education
CAT en cas d’urgence

prévention HD : BB si VO grade 2 ou 3
prévention infections : HBD et cutanée
dépistage du CHC : echo abdo et alphafoeto par 6 mois
transplantation hépatique si nécessaire
PTS
association patients
surveillance
13
Q

PEC d’une infection du liquide d’ascite

A

hospit, urgence en réa, appel du réa
MEC : VVP, scope, repos, nursing

ttt sp : réhydratation, remplissage vasc si besoin, RHE, O2

ttt etio : ATB proba IV sur germes dig, secondairement adaptée en l’absence de CI
C3G 5j ou Augmentin 7j
ATBprophylaxie secondaire par norfloxacine PO, CI aux néphrotoxiques (aminosides)
perf d’albu à J1 et J3
ponction du liquide d’ascite à 48h (diminution de moins de 50% des PNN doit faire changer l’ATB)

PEC de la cirrhose sous-jacente
Lactulose si besoin
pas d'hépatotox
discuter transplantation
arrêt alcool
prévention DT
surveillance
14
Q

stades d’encéphalopathie hépatique

A

1 : inversion du rythme nycthéméral
2 : astérixis, confusion
3 : somnolence
4 : coma

15
Q

types de constipation

A

terminale = dyschésie : difficulté d’exonération avec efforts de poussée

de transit : ralentissement du bol alimentaire

16
Q

complications de la constipation chronique

A
prolapsus rectal
maladie hémorroidaire
fissure anale
hernies pariétales
fausse diarrhée du contipé
17
Q

critères pour TFI

A

Rome III
en l’absence d’étiologie inflam, anat, néoplasique ou métabolique
sp depuis au moins 6 mois, présents de manière continue depuis au moins 3 mois

18
Q

entités de TFI retenues, critères de la plus fq

A

SII : critères de TFI et 3j par mois au moins
inconfort ou dl abdo avec au moins 2 parmi :
soulagement par défécation
modification de la fq des selles
modification de la consistance ou aspect des selles

ballonnement abdominal fonctionnel
constipation fonctionnelle
diarrhée fonctionnelle
sd de dl abdo fonctionnelle
TFI aspécifiques
19
Q

indications de coloscopie devant un sd d’allure TFI

A

ATCD perso ou fam de polype ou CCR
début des sp après 40ans
diarrhée chronique : colite microscopique ou MICI
modification récente des sp
sg d’alarme (AEG, fièvre, anémie microcytaire, rectorragie, méléna, sd rectal, résistance au ttt sp)

20
Q

PEC d’un TFI

A

Réassurance du patient
expliquer physiopath (absence d’organicité)
impliquer le malde
PEC au long cours, surveillance

RHD :
pas de restriction alimentaire
RHD de la constipation si besoin, éviter les aliments déclenchants reconnus par le patient

PTS, TCC, relaxation
discuter AD

ttt med sp si besoin

21
Q

ttt d’un ballonement dans le cadre de TFI

A

charbon activé

22
Q

infection nosocomiale sur matériel étranger : retirer ou non?

A

si inf 3S : non

si sup 3S : oui

23
Q

structure élémentaire du poumon et sa composition

A
lobule pulmonaire secondaire de Miller :
  centro-lobulaire :
    bronchiole
    artériole
    lymphatique
  septa interlobulaire :
    veine interlobulaire
    lymphatique
    interstitium
24
Q

indication à rechercher BRCA1 ou 2 (conseil génétique) dans cancer du sein

A

cancer précoce, bilatéral ou multifocal
associé à un cancer ovaire, colon ou endomètre
au moins 2 cas chez des apparentés du 1er degré ou 3 cas chez des apparentés 1er ou 2e degré

25
Q

type de cancer du sein le plus fq

A

adénocarcinome canalaire

26
Q

bilan PC devant un cancer du sein

A

BHC
marqueurs tumoraux : CA 15.3, ACE

imagerie (si T3-T4 ou N+) :
Rx thorax, echo hépatique
TDM TAP
scinti osseuse
TEP-scan
TDM ou IRM cérébrale sur point d'appel
27
Q

TNM cancer du sein

A
T0 : non palpable
T1 inf ou égal à 2
T2 : 2-5cm
T3 : sup 5cm
T4 : tumeur inflammatoire, extension à la paroi thoracique et ou à la peau
N0 : pas de gg
N1 : ADP axillaires homolatérales mobiles
  N1a : non suspectes cliniquement
  N1b : envahies
N2 : ADP axillaires homolatérales fixées
N3 : ADP mammaires internes

M1 : méta dont ADP sus clav

28
Q

classification évolutivité cancer du sein

A

PeV

0 : pas de sg inflam
1 : doublement du volume tumoral en moins de 6mois
2 : sg inflam en regard de la tumeur, inf tiers de la peau du sein
3 : mastite carcinomateuse, sg inflam étendus à tout le sein

29
Q

formes cliniques particulières du cancer du sein

A

cancers canalaires in situ (micro-calcif)
maladie de Paget du mamelon (eczéma du mamelon)
mastite carcinomateuse (cancer inflam, aspect de peau d’orange)
cancer du sein chez l’homme

30
Q

ttt chir du cancer du sein et leurs indications

A

T inf 3cm : ttt conservateur par tumorectomie avec extempo et anapath définitive

T0 avec microcalcif : repérage radio-préop, zonectomie chir, vérifier présence tumeur dans la pièce opératoire par radio per-op et envoi anapath

T volumineuse, multifocale, ou volumineuse par rapport à la taille du sein : mastectomie totale

si cancer infiltrant en extemporané :
curage ganglionnaire axillaire homolatéral si sup 3cm, multifocale, inflam ou N+
sinon ganglion sentinelle et selon positivité compléter curage ou non

31
Q

indications de radiothérapie externe post chir cancer du sein

A

si conservateur : irradiation de la glande mammaire, surimpression du lit tumoral
si radical : irradiation paroi thoracique
irradiation ganglionnaire (sauf axillaire)

32
Q

mesures associées du cancer du sein

A
PTS
prothèse mammaire externe
reconstruction mammaire à distance
PEC du lymphoedème (suite curage axillaire, kiné)
100% ALD
CI THS et OP
organiser dépistage familial
33
Q

surveillance cancer du sein

A

clinique : par 6 mois pendant 5 ans puis par an à vie, autopalpation, examen sénologique
PC : CA 15.5, mammographie par an

34
Q

cas ou l’on peut retrouver des ADP inguinales dans le cancer du testicule

A

cancer localement avancé (T4)
mauvaise technique chir (incision scrotale)
ATCD de chir inguinale ou testiculaire responsable d’une modification du drainage lymphatique local

35
Q

tumeurs non germinales du testicule

A

lymphome

métastase

36
Q

chimiothérapie proposée dans le cancer du testicule le plus souvent et ES spécifiques de chacun

A

pour les séminomateux surtout

protocole BEP (bleomycine, etoposide, cisplatine)

bleomycine : fibrose pulmonaire (EFR prélable)
etoposide : neurotox
cisplatine : nephrotox, neurotox, ototox

37
Q

FDR de cancer de vessie

A

homme 70ans
tabac (principal)
professionnels : hydrocarbures aromatiques polycycliques (combustion de charbon, production d’aluminium, production de coke, fonderies de fer et d’acier, industries des colorants)
iatrogènes : irradiation vésicale, cyclophosphamide
infection : bilharziose urinaire (cancer épidermoide)

38
Q

types de cancers de vessie

A

carcinome urothélial le plus fq

épidermoide plus rarement

39
Q

différence cancer de vessie infiltrant et superficiel

A

pas d’envahissement du muscle vésical (strictement inf à pT2)

40
Q

PEC spécifique d’un cancer de vessie

A

arrêt impératif du tabac (sauf palliatif)

cancer superficiel :
ttt chir : RTUV avec anapath
ttt complémentaire selon risque de récidive par instillation de BCG ou de mitomycine C

cancer infiltrant :
ttt chir : cystectomie élargie
cystoprostatecomie radicale pour l’homme
pelvectomie antérieur pour la femme
curage ganglionnaire ilio-obturateur étendu bilat
avec dérivation des urines (soit urétérostomie transiléale de Bricker, soit dérivation par iléocystoplastie de remplacement=néovessie)
ttt par RCT si patient inopérable

41
Q

FDR de leucémie secondaire

A

atcd de chimio, de radiations ionisantes
expo professionnelle ou tox (hydrocarbures, solvants, benzène)
myélodysplasie, sd myéloprolifératif (acutisation)
T21

42
Q

complications de la leucémie

A

cytopénies profondes
ID
sd de lyse tumorale
sd de leucostase (LAL et LAM 4 et 5 surtout) : SDRA, sd méningé, tb conscience, atteinte paires craniennes
CIVD : LAM3 surtout dont les corps d’Auer libèrent des enzymes

43
Q

bilan PC devant suspicion de leucémie aigue (détailler surtout examen principal)

A

NFS
frottis sanguin : blastes circulants

myélogramme :
moelle riche, blastose sup ou égal 20%, envahissement par les blastes, diminution des autres lignées
cytochimie : MPO positive si LAM, neg si LAL ou LAM0, estérase et MPO : monoblastique
immunophénotypage
cytogénétique : caryotype, nb de chromosomes, anomalies de structure des chromosomes (recherche translocation t(9;22) de Philadelphie)
biologie moléculaire : clonalité, recherche de marqueurs pour le suivi

echo abdo
Rx thorax
PL
bilan d'hémostase et de CIVD
bilan infectieux sur point d'appel
bilan de lyse
BHC
bilan préthérap avec bilan pré-greffe (typage HLA patient et apparentés)
44
Q

grands principes de ttt d’une leucémie

A

urgence thérap, annonce diag et PTS

ttt complications
support transfusionnel
protection rénale et prévention sd de lyse
CECOS
renutrition

ttt etio :
poly-chimio par induction-consolidatio-entretien
greffe allogénique de moelle osseuse selon réponse
ttt spécifiques pour certains

45
Q

Germes les plus fq d’infection des parties molles

A
staph doré
SBHA
BGN
clostridium perfrigens
clostridium tétani
pasteurella
46
Q

facteurs favorisants d’infection des parties molles

A

diabète
ID : ethylisme chronqiue, VIH, CTC, IS
soins de manucure
périonyxis

47
Q

formes topographiques de panaris

A

cutanés :
péri-unguéal et sous-unguéal
anthracoide
en bouton de chemise (face palmaire, deux collections communiquant par un pertuis)

sous-cutanés :
pulpaire
dorsaux

48
Q

stades du phlegmon des gaines des fléchisseurs et particularités cliniques pour chacun

A

ténosynovite inflam : sg locaux, dl à la palpation, pas de collection évidente, fièvre possible

ténosynovite purulente ou collectée : fièvre importante, dl pulsatile insomniante sur trajet de la gaine, attitude irréductible en crochet du doigt, collection parfois palpable

ténosynovite nécrosante : disparition de l’attitude en crochet

49
Q

PEC d’un phlegmon de la gaine des fléchisseurs

A
urgence médico-chir, hospit
MEC : VVP, a jeun, bilan préop
AT si profession à risque
SATVAT
ttt FF
education patient

ttt med :
antalgiques
ATB débutée après prélèvements bactério

ttt chir :
mise à plat de la gaine digitale
prélèvement bactério
excision complète de tous les tissus nécrosés (synovectomie si synovite inflam, excision du tendon si nécrose tendineuse)
réparation des lésions si besoin
lavage abondant au SP
drainage de la gaine
ttt pte d’entrée (excision d’un panari, ablation d’un CE)
cicatrisation dirigée (pas de suture, pansement gras par tulle gras)
immobilisation transitoire du doigt en position de fonction

rééduc précoce pour lutter contre enraidissement
surélever le main pour lutter contre oedème
surveillance quotidienne

50
Q

complication d’un phlegmon des gaines des fléchisseurs

A
extension de l'infection :
  locale : ostéite, arthrite voire nécrose digitale
  générale : choc septique
rupture tendineuse
raideur séquellaire
51
Q

PEC d’une tachycardie ventriculaire

A

urgence
VVP
si mauvaise tolérance : réduction par CEE (MCE si ACR)
si bonne tolérance : réduction med par amiodarone en dose de charge IV
surveillance

52
Q

séquelle d’infarctus : PEC

A

évaluation de la viabilité cardiaque par épreuve d’effort : ECG d’effort, echo de stress, scintigraphie, IRM cardiaque

si viabilité résiduelle : revascularisation (par coro ou pontage)
si absence de viabilité : ttt med seul

53
Q

mesures à proposer à un patient à sa sortie d’hospit après réaction anaphylactique grave

A
info : expliquer au patient la maladie
education de l'entourage
eviter contact avec l'allergène
prescription d'un kit d'adrénaline injectable
toujours avoir le kit sur soi
proposer une désensibilisation
port d'une carte
54
Q

réaction anaphylactique : bilan à réaliser

A

immédiat : dosage histamine et trypstase sérique
IgE spécifique

bilan allergo secondaire : 4 à 6S plus tard
prick test
dosage IgE spécifiques

55
Q

etio de BAV sur oeil rouge et douloureux brutale

A
kératite aigue
UAA
GAFA
endophtalmie
traumatisme et CE
56
Q

complications kératite herpétique

A

perforation (favorisée par CTC locale)
récidive
séquelles cornéennes et BAV séquellaire

57
Q

etio d’uveite aigue

A
inflam : SPA, sarcoidose, Behcet, arthrite chronique juvénile, PR, lupus
infectieux : 
  viral : HSV, zona, CMV, VIH
  bact : syphilis, TB, Lyme
  parasitaire : toxo
trauma, CE
lymphome oculaire
idiopathique le plus souvent
58
Q

uveite antérieure aigue : clinique et examen à ne pas oublier

A

dl oculaires profondes, larmoiement, photophobie, BAV

LAF :
  hypopion
  synechies irido-cristalliniennes ou cornéennes si persistante
  myosis aréflexique
  oeil rouge avec cercle péri-kératique
  précipités rétro-cornéen
  effet Tyndall
HTO possible

FO à la recherche d’une UPA (hyalite, rétinite)

59
Q

etio de kératite

A
virale (adénovirus, HSV, zoostérienne)
bact
amibienne
zoostérienne
xérophtalmie
trauma, CE
pathologie palpébrale (inocclusion, ectropion, entropion)
iatrogène : collyre tox
60
Q

associations possibles des anti-HTA entre eux

A

thiazidique et inhib calcique avec tous

IEC, ARAII et BB pas entre eux

61
Q

arguments en faveur d’une néphroangiosclérose

A
clinique :
ancienneté de l'HTA
controle de l'HTA
sg de rétinopathie hypertensive au FO
autres complications de l'HTA (HVG)
pas de proU ni hematU

PC :
echo rénale : reins de petite taille harmonieux
doppler : index de résistance parenchymateux élevé sup 0,8

62
Q

ttt d’une hyperphosphorémie

A

chélateur calcique du phosphore pendant les repas (carbonate de calcium)
chelateur non calcique si insuffisant en association (fosrenol ou renagel)

63
Q

particularité du ttt d’une hypocalcémie si hyperphosphorémie associée

A

vitD3 initialement contre indiquée (majore l’hyperphosphorémie), à mettre après correction de la phosphorémie

64
Q

PEC d’une insuffisance rénale chronique

A

RHD :
régime hyposodé, pauvre en cholestérol et en acide gras saturé
régime légèrement hypoprotidique : 0,8g par kg par j
activité physique régulière
limiter apports en phosphates(même régime qu’hypoprotidique)
limiter apports en potassium

ttt d’une HTA :
objectifs inf 140 90
introduction d’un IEC ou d’un ARAII une fois sténose bilat des artères rénales éliminée

PEC d’une anémie : correction des autres causes de l’anémie, si pas d’autres retrouvées : EPO

préparation à l’EER :
programmer la création d’une fistule artério-veineuse
préserver le bras sur lequel la fistule sera créée
vaccin VHB

PTS
surveillance en consultation tous les DFG sur 10 mois

65
Q

PEC d’un sd de pénétration qui va bien en contexte médical

A

hospit en urgence, autorisation parentale
prévention de la mobilisation du CE :
ne pas mobiliser l’enfant, position demi-assise
matériel d’intubation et de trachéotomie à proximité

endoscopie trachéo-bronchique au tube souple sous AG au bloc :
en urgence
bilan préop, consult anesth, a jeun, VVP
repérage au tube souple et extraction du CE au tube rigide
prélèvements bactério
controle des VA après extraction

mesures associées :
ATB 7j
CTC courte 7j en aérosols et générale (prévention de la sténose)
kiné respi
education des parents : prévention des récidives
surveillance : Rx thorax de controle, endoscopie de controle

66
Q

PEC d’un sd de pénétration asphyxique en hospit

A

urgence vitale
extraction à la pince de Magill avec laryngoscopie indirecte
si echec : intubation pour refouler le CE dans une bronche souche
si échec : tracheotomie

67
Q

PEC d’un sd de pénétration asphyxique en milieu non médicalisé

A

manoeuvre de Mofenson : enfant posé sur l’avant bras de l’adulte qui tape dans le dos, la tête légèrement en bas
manoeuvre d’Heimlich si enfant grand
a réaliser qu’en cas d’asphyxie ou étouffement, pas si trachéal ou bronchique avec bonne tolérance

68
Q

physiopath de l’angiocholite aigue

A

stase de la bile (calcul ou pancréas comprimant la VBP le plus souvent)
infection de la bile par germes dig
entrainant fréquemment une bactériémie avec sepsis plus ou moins sévère

69
Q

PEC d’une angiocholite aigue

A

hospit, urgence thérap
MEC : a jeun, VVP
ttt etio : ATB probabiliste ciblant germes dig après HC : C3G + métronidazole (+aminoside si sepsis sévère)
si sepsis non controlé : drainage des VB (sphinctérotomie endoscopique)
ttt chir dans les 24-48h : cholecystectomie par voie coelio
ttt sp : antalgiques
surveillance

70
Q

etio systémiques de dl abdo aigue

A
maladie périodique = fièvre familiale méditéranéenne
porphyries
drépanocytose homozygote
oedème angioneurotique héréditaire
intox au plomb
purpura rhumatoide
maladie sérique
71
Q

etiologies endoc et métabo de dl abdo aigue

A
ISA
hypercalcémie
acidocétose diabétique
hypoK,hyponatrémie
dysthyroidie, phéochromocytome
72
Q

etio neuro de dl abdo aigue

A

epilepsie temporale
migraine avec aura dig
sd de sevrage aux opiacés

73
Q

etio de dl abdo récidivantes

A
maladie périodique
porphyrie aigue
saturnisme
vascularite
drépanocytose
oedème angioneurotique
74
Q

principale complication de la fièvre familiale méditerranéenne et ttt

A

amylose AA

colchicine au long cours
ttt antalgique si crise

75
Q

dl abdo : sg en faveur d’une urgence chir

A
dl continue, nocturne
localisation précise
apparition récente de la dl
dl peu ou pas fébrile
AEG
sd occlusif
anomalie à la palpation : défense, contracture, masse palpable
76
Q

intox aux tricycliques : clinique

A

neuro :
confusion puis coma agité avec hypertonie pyramidale
comitialité

neurovégétatifs :
mydriase bilat peu réactive
tb accomodation, flou visuel
RAU
occlusion fonctionnelle

CV et HD :
tachycardie sinusale puis tb du rythme
hypoTA orthostatique puis permanente, état de choc

respi :
absence de dépression respi

77
Q

med stabilisants de membrane

A
anti-arythmiques de classe I : flécaine, lidocaine
quinidines (chloroquine, quinine)
tricycliques
digitaliques
certains BB
carbamazepine
78
Q

ECG d’un stabilisant de membrane

A

tb conduction : BAV, élargissement des QRS
allongement du QT
onde T plate
tb rythme ventriculaire

79
Q

PEC d’une intoxication aux tricycliques grave

A

urgence thérap
transfert en USI, appel du réa de garde

VVP
protection des VAS : canule de guédel, IOT, scope

recherche et ttt dyskaliémie et acidose associée
expansion volémique pour PAM sup 65
antidote de l’effet stabilisant de membrane : charge sodique (bicar de sodium ou gluconate de calcium) pour QRS inf 120ms
supplémentation en potassium
si échec : amines vasopressives, voire circulation extra-corporelle
ttt d’une crise comitiale : BZP

transfert en réa

80
Q

examen clinique devant une suspicion d’hernie inguinale

A

examen nu
couché et débout
bilat et comparatif
avec efforts de toux

palpation de la hernie :
type
taille du collet
contenu dig
caractère indolore et réductible, sg de complications
recherche hernie associée ombilicale
facteurs favorisants : surpoids, tabac, tenue vestimentaire
bilan préop
81
Q

sg de gravité scannographique d’une occlusion

A
dilatation des anses (caecale sup 12cm)
épanchement intra-péritonéal
défaut de réhaussement des parois
oedème sous-muqueux
pneumatose pariétale(épaississement pariétal en cible)
pneumopéritoine
aéroportie
82
Q

types anatomiques de volvulus du sigmoide et le plus fq

A

mésentérico-axial(double jambage) le plus fq

organo-axial ( tourne sur elle-même)

83
Q

obstruction du grêle : etio

A
tumeur
crohn
bézoards
CE
ascaris
iléus biliaire
compression externe (surtout carcinose péritonéale)
84
Q

strangulation du grêle : etio

A
occlusion sur bride
hernies étranglées
IIA
diverticule de Meckel
volvulus du grêle
85
Q

ttt spécifique d’une occlusion sur bride ou sur adhérence du grêle

A

ttt med : aspiration, antalgique, transit à la gastrograffine
si gravité ou échec ttt med : ttt chir avec exploration, résection de la bride, évaluation de la vitalité de l’anse volvulée, résection si nécrose avec envoi en anapath

86
Q

obstruction colique : etio

A
CCR
sigmoidite diverticulaire compliquée de sténose inflam
fécalome
CE
séquelles de crohn
87
Q

strangulation colique : etio

A

volvulus sigmoide

volvulus caecum ou colon droit

88
Q

ASP d’un volvulus du sigmoide

A

aspect en U inversé avec jambes convergentes en FIG, grain de café

89
Q

PEC spécifique d’un volvulus du sigmoide

A

ttt med en première intention : rectosigmoidoscopie avec visualisation du tour de spire et réduction par mise en place d’un tube de faucher pour dévolvulus
sigmoidectomie avec anastomose en 1 temps à 1 semaine en prévention des récidives

ttt chir si echec ttt med, gravité ou complications :
sigmoidectomie avec stomie provisoire et rétablissement de continuité à 2-3mois

90
Q

aspect ASP et ttt spécifique du volvulus du caecum

A

ASP : NHA dans l’hypochondre gauche et absence du granité caecal en FID

ttt chir : exérèse iléo-caecale et anastomose en 1 temps

91
Q

complications d’une sd d’ogilvie

A

insuffisance respi restrictive
perforation diastatique du caecum et péritonite secondaire
AEG, choc hypovolémique ou septique

92
Q

PEC d’un sd d’Ogilvie

A

ttt med :
correction des FF, PEC complications
mise en place d’un tube de Faucher pour limiter la distension
néostigmine IVL sous controle scopique (risque bradycardie) et en l’absence de CI (asthme, parkinson, occlusion mécanique)

coloscopie d’exsufflation si caecum sup 11cm ou echec ttt med à S3

ttt chir en dernier recours : colectomie totale

93
Q

etiologies d’occlusions néonat

A

haute :
atrésie duodénale (T21)
mal rotation intestinale et volvulus

basse :
occlusion organique : atrésie et sténose du grêle
occlusion fonctionnelle : ileus méconial de la muco, Hirschprung

94
Q

etiologies d’occlusion du nourrisson et de l’enfant de moins de 3 ans

A

IIA
hernie inguinale étranglée
appendicite aigue
diverticule de Meckel

95
Q

etio d’occlusion après 3 ans chez l’enfant

A

appendicite
occlusion sur brides
IIA secondaire

96
Q

variétés anatomique d’IIA

A

iléo-colique : le boudin traverse la valvule de Bauhin sans l’entrainer

iléo-caecale ou iléo-caeco-colique : le boudin entraine la valvule de Bauhin et parfois l’appendice

iléo-iléale : un segment d’iléon pénètre dans le segment d’aval immédiat

97
Q

critères de désinvagination au lavement d’un IIA

A

désinvagination
opacification de tout le cadre colique avec caecum en place
opacification massive de la dernière anse grêle sur au moins 20cm
absence d’encoche pariétale y compris du bord interne du caecum
absence de réinvagination sur le cliché en évacuation

98
Q

prévention de l’atteinte rénale dans la rhabdomyolyse

A

ttt préventif :
hyperhydratation par SP
alcalinisation des urines par bicar de sodium pour pH urinaire sup 7
empêche la précipitation de myoglobine dans les tubules rénaux

99
Q

extensions possibles d’un adénome hypophysaire

A

latérale vers les sinus caverneux
supérieure vers le chiasma optique et 3e ventricule
inférieur vers sinus sphénoidal

100
Q

causes d’amenorrhée dans un adénome hypophysaire

A

hyperprolactinémie par macroprolactinome ou de déconnexion
insuffisance gonadotrope
insuffisance thyréotrope

101
Q

sg clinique le plus évocateur d’un panhypopituitarisme

A

faciès pale et vieillot

102
Q

bilan PC des déficits dans un panhypopituitarisme

A

IRM hypophysaire
champ visuel

corticotrope : test d’hypoglycmie insulinique, test à la métopirone, cortisolémie à 8h

gonadotrope : LH, FSH, oestradiol, testo

thyréotrope : TSH, T4, T3

somatotrope : test d’hypoglycémie insulinique

lactotrope : prolactine

103
Q

etio à evoquer devant céphalées violentes, sd méningé et diplopie brutaux dans un contexte d’adénome hypophysaire, comment le confirmer

A

apoplexie hypophysaire

TDM hypophysaire à la recherche d’une nécrose ou hémorragie hypophysaire