med13 Flashcards Preview

Medecine > med13 > Flashcards

Flashcards in med13 Deck (101)
Loading flashcards...
0
Q

complications sinusite sphénoidale

A

neuro : méningite, abcès, empyème, thrombophlébite

oculaire : cellulite avec chemosis, exophtalmie, phlegmon, mydriase paralytique, anesthésie cornéenne

1
Q

complications sinusite frontale

A

abcès cérébral, empyème sous-dural, thrombophlébite, méningite
oculaires

2
Q

ATB possibles devant sinusite (hors sinusite ethmoidale)

A

amox : maxillaire 1e intention

augmentin : echec amox, sinusite frontale, sphénoidale, ethmoidale non compliquée, sinusite maxillaire d’origine dentaire

C2G ou C3G 5j si allergie aux pénicillines

macrolides si allergie aux Blact

3
Q

complications sinusite ethmoidale

A
cellulite aigue orbitaire
abcès sous-périosté
NORB, paralysies oculomotrices
M, abcès cérébral, empyème, thrombophlébite
choc septique
décès
4
Q

germes d’arthrite ou de spondylodiscite

A
staph
strepto B D A
BGN
gonocoque
mycobactérie
mycotiques
brucella
5
Q

germes d’ostéomyélite

A

staph, strepto, BGN
salmonella chez drépano
enfant inf 3ans : kingella kingellae

6
Q

comment grossesse favorise les infections urinaires

A

modif des propriétés physicochimiques de l’urine
modif hormonales : action myorelaxante de la progestérone
modif anat : compression des uretères

7
Q

types d’ictère et leurs grandes causes

A
bili conjuguée : 
  cholestase intra-hépatique :
    IHC
    tumeur intra-hépatique
    cirrhose biliaire primitive
  cholestase extra-hépatique :
    tumeur compressive
    lithiase de la VBP
    pancréatite
    CSP

ictère à bili non conjuguée :
maladie de gilbert
hémolyse

8
Q

facteurs de coag vitamine K dépendants

A

2 7 9 10

inhib de la coag : pro C et S

9
Q

survie à 5 ans adenocarcinome du pancréas

A

5 à 10%

10
Q

CI à PEC chir d’un adénocarcinome du pancréas

A
méta
carcinose
T4 (envahissement artère mésentérique sup, tronc coeliaque ou aorte)
AEG majeure
ADP non locales
11
Q

NEM1 : atteinte

A
tumeurs pancréas
gastrinomes duodénaux (zollinger-ellison)
insulinome
hyperparaT
adénome hypophysaire
12
Q

FDR adénocarcinome pancréas

A
homme sup 60ans
pancréatite chronique
tabac
atcd fam
diabète
13
Q

sd paranéo d’adénocarcinome du pancréas

A
fièvre
TE
sd de weber-christian (nécrose graisseuse sous-cutanée et ostéo-articulaire lors de poussée de PA)
neuropathie périph
diarrhée motrice
14
Q

bilan PC devant suspicion adénocarcinome pancréas

A

marqueurs tumoraux : ACE, CA 19-9
hémostase
GAJ
alb

echo doppler abdo
TDM TAP
écho-endoscopie avec biopsie si non résécabilité ou doute sur nature de la tumeur

15
Q

complications adénocarcinome pancréas

A

hémorragie dig
compression organes de voisinage (VB, duodénum)
envahissement vaisseaux mésentériques
méta
insuffisance pancréatique (exocrine : malabsorption, endocrine : diabète secondaire)
infiltration plexus nerveux coeliaques (dl solaires)

16
Q

ttt adénocarcinome pancréas

A

curative :
si tête : DPC avec triple anastomose dig biliaire et pancréatique
si queue : SPG avec prophylaxie post-splénectomie
curage ganglionnaire associé
ttt adjuvant par chimioT (5FU et acide folinique) , RT si marges envahies

si non résécable :
patient opérable : RCT néoadjuvante
patient non-opérable : CT à base de 5FU

palliatif : mise en place d’endoprothèse si ictère, compression duodénale, antalgie adaptée, correction hypovitaminose K, dérivation VB

17
Q

tumeurs kystiques du pancréas : types, risque, loc, imagerie, ponction, ttt

A

cystadénome mucineux et séreux

M :
corps et queue, risque dégénerescence en cystadénocarcinome (résection chir avec curage ganglionnaire)
quelques kystes sup 2cm avec calcif centrales, pas de communication avec wirsung
ponction épaisse, riche en marqueurs tumoraux
exérèse systématique

S : 
tête et corps, pas de dégénerescence
nb kystes inf 2cm avec calcif centrales, aspect en nid d'abeille, pas de communication avec wirsung
liquide pauvre en marqueurs tumoraux
résection des tumeurs sp ou atypiques
18
Q

TIPMP : loc, imagerie, ttt

A

C1 : touche le wirsung
C2 : touche canaux secondaires seulement
localisés à la tête

TDM abdo : dilat canaux pancréatiques, atrophie parenchyme d’amont
wirsungo IRM : dilatation canaux hypoT1 et hyperT2, réhaussement pariétal
echo-endoscopie : diag positif par biopsie, recherche de nodules muraux

résection chir de la lésion si C1, ou C2 de grande taille
surveillance IRM si non opérable ou asp à faible risque

19
Q

tumeurs endocrines du pancréas : types et principaux sp

A

insulinome : hypoG organique et prise de poids
gastrinome : sd de zollinger ellison
VIPome : diarrhée hydrique
glucagonome : érythème nécrotique migrateur, amaigrissement
somatostatinome : insuffisance pancréatique, lithiase vésiculaire

20
Q

marqueur commun aux tumeurs endocrines

A

chromogranine A

21
Q

imageries à faire devant tumeurs endocrines

A
echo abdo
TDM abdo
IRM abdo
echo-endoscopie
scintigraphie (octréoscan)
22
Q

critères de malignité des tumeurs endocrines

A

sup 6cm
non fonctionnelle
gastrinome sup VIPome sup insulinome
envahissement vasc, index mitotique élevé

23
Q

urgence vitale du VIPome

A

hypoK

24
Q

quels sd rechercher devant tumeurs endocrines

A

NEM1

VHL

25
Q

zones anatomiques de la prostate

A

centrale
périph
de transition

26
Q

biopsies prostatiques : déroulement

A
en ambu
après info et consentement patient
voie transrectale sous controle echo endorectal après préparation rectale
après ECBU neg
sous ATB
sous AL
après arrêt des AC et AAP
10 à 12 prélèvements multifocaux dirigés sur un éventuel nodule
envoi en anapath
27
Q

etio de dysphonie dans cancer poumon

A

immobilité corde vocale par atteinte du nerf récurrent dans son trajet sous-aortique par tumeur médiastinale ou ADP

28
Q

causes de faux positifs au TEP scan

A

hypermétabolisme physio :
coeur
rein
cerveau

hypermétabo non spécifique :
inflammation
infection

29
Q

patient ayant un cancer et ayant céphalées intenses : etio à évoquer

A

méta cérébrales
sd cave sup
hypercalcémie maligne
méningite carcinomateuse

30
Q

différences entre HBPM et HNF

A

composition : fragmentation de polymères pour HBPM et sélection de chaines courtes pou HNF

PK :
élimination rénale pour HBPM, inactivation hépatique avant élimination rénale par HNF
accumulation possible pour les HBPM si IRénale
demie vie différente selon personnes pour HNF, plus longue pour HBPM
mode d’action : Anti Xa et anti IIa pareils pour HNF, antiXa sur AntiIIa pour HBPM

31
Q

avantage du fondaparinux par rapport a HBPM et HNF

A

pas de surveillance des plaquettes car risque de TIH quasi-nul

32
Q

surdosage en AVK CAT selon INR

A

ambulatoire, surveillance rapprochée
hospit de courte durée si FDR : age, comorbidités, ATCD hémorragiques

si INR cible est 2,5 :
INR inf 4 : pas de saut de prise ni d’apport vitK
INR entre égal 4 et 6 : saut de prise, pas d’apport vit K
INR entre égal 6 et 10 : arrêt ttt, vit K PO 1 à 2mg
INR sup ou égal à 10 : arrêt ttt, vit K PO 5mg

si INR cible sup ou égal à 3 :
INR entre égal 4 et 6 : pas de saut de prise, pas de vit K
INR entre égal 6 et 10 : saut d’une prise, avis spé recommandé pour éventuel ttt par vit K PO
INR sup ou égal à 10 : avis spé voire hospit

dans tous les cas : controle de l’INR le lendemain

33
Q

inhib de l’anhydrase carbonique : DCI, mode d’action, ES

A

acétazolamide

inhib de l’anhydrase carbonique du TCP

hypoK
acidose métabo (par perte d’HCO3 urinaire)

34
Q

diurétiques de l’anse : DCI, mécanisme, ES

A

furosémide, bumétamide

inhib du Na-K-2Cl de l’anse de Henlé

hypoK
alcalose métabo
hyperuricémie
hypercalciurie
hypoMg2+
35
Q

diurétiques thiazidiques : DCI, fonctionnement, ES

A

hydrochlorothiazide, indapamide

inhib du Na-Cl du TCD

hypoNa
hypoK
alcalose métabo
hyperuricémie

36
Q

anti-aldostérone : DCI, mécanisme, ES

A

spironolactone, eplerenone

inhib de l’action de l’aldostérone sur le tube collecteur (insertion du canal sodium ENaC à la membrane apicale)

hyperK
acidose métabo
gynécomastie pour le spironolactone

37
Q

amiloride : mécanisme, ES

A

inhib du canal sodium ENaC du canal collecteur

hyperK
acidose métabo

38
Q

durée minimale de ttt par antidépresseur, durée à partir de laquelle on peut avoir des effets,quand conclure à echec

A

durée minimale de 6 mois après disparition des sp

pas d’efficacité avant 15j, eche si inefficacité après 6S

39
Q

ES tricycliques

A

levée d’inhibition
sd sérotoninergique

sd anticholinergique (mydriase, glaucome aigu, xérostomie, RAU, constipation, confusion, tb accomodation, sueurs,…)

cardio : effet stabilisateur de membrane (tb conduction, allongement QT et risque TdP), hypoTA orthostatique, tachycardie

neuropsy : tremblements, convulsions, virage maniaque, conduites suicidaires

tox grave si intox volontaire

40
Q

sd sérotoninergique clinique et ttt

A
nausées, vomissements, diarrhée
céphalée, somnolence, confusion, tremblements, myoclonies, agitation, vertiges
bouffées vasomotrices
hyperthermie
au pire coma hyperreflexique

arrêt ISRS, BZP, discuter réa

41
Q

indications à l’ECT dans le sd dépressif

A

mélancholie délirante ou catatonique
EDM à très haut risque suicidaire
résistance au ttt med

42
Q

CI absolues de l’ECT

A

HTIC

CI à l’AG

43
Q

bilan préthérap ECT

A
bilan préanesth 
Gp Rh RAI NFSP TP TCA iono creat BHC
ECG
rx thorax
TDM cérébral et ou FO
EEG
44
Q

aliments riches en sel

A
plats cuisinés
boites de conserve
sel de table
fromage
charcuterie
salaisons
45
Q

particularité diététique des patients insuffisants rénaux en dialyse ou post-greffe

A

régime hyperprotidique

46
Q

critères de CCH (crise fébrile) simple

A
age sup 1an
bilat et symétrique
durée inf 10min
pas de déficit post-critique
examen neuro antérieur normal
47
Q

info à donner aux parents après CCH (crise fébrile)

A

info CLA
rassurance parentale :
bénin et fq
évolution favorable
risque de récidive dans moins d e 50% des cas
prévention repose sur le ttt de la fièvre

éducation :
critères de reconnaissance d’une crise complexe
CAT en cas de crise : protection des reliefs osseux, ne pas lui insérer d’objets dans la bouche, diazepam IR si crise sup 5min.

48
Q

etio devant exanthème roséoliforme

A

roséole
rubéole
syphilis secondaire
PI VIH

49
Q

etio devant exanthème morbilliforme

A

rougeole
mégalérythème épidémique
fièvre boutonneuse méditerranéenne (rickettsiose)
MNI

50
Q

etio devant exanthème scarlatiniforme

A

scarlatine
choc toxinique
sd kawasaki

51
Q

sg pathognomonique de la roséole

A

défervescence thermique contemporaine de l’éruption

52
Q

complications roséole

A

convulsions (CCH ou encéphalite)
méningite
hépatiteé

53
Q

germes de la roséole

A

HHV6 ou 7

54
Q

germe de la rubéole

A

togavirus

55
Q

germe mégalérythème épidémique, sg souvent retrouvé et complications

A

PVB19

aspect souffleté du visage et du tronc, aspect en guirlande ou maille de filet

érythroblastopénie AI si anémie hémolytique chronique
anasarque foetoplacentaire

56
Q

germe scarlatine, clinique, PC, ttt

A

SBHA (exotoxines erythrogènes)

exanthème et énanthème scarlatiniforme avec langue sabburale, puis perte de l’enduit blanchatre, puis desquamation de la périph vers le centre (V lingual), puis aspect framboisé vers J6
desquamation cutanée vers J10

TDR
plus ou moins recherche d’ASLO

même ttt qu’une angine à SBHA avec éviction scolaire

57
Q

germes de surinfection de la grippe

A

PNC
Staph
HI
BGN, anaérobies

58
Q

PEC mastoidite

A

C3G fosfomycine métronidazole

discuter mastoidectomie

59
Q

ttt thrombophlébite cérébrale du sinus latéral compliquant une OMA

A

tri ATB
mastoidectomie
AC efficace

60
Q

ttt d’une PFP compliquant une OMA

A

tri ATB puis CTC à 48h

discuter chirurgie de drainage

61
Q

ttt tympanosclérose

A

discuter tympanoplastie et prothèse auditive

62
Q

germes otite externe

A

bact : staph, SBHA, PA

champ : candida, aspergillus

63
Q

FDR otite externe

A
macération (piscine, mer)
irritation
lésion
eczéma
CE du CAE
64
Q

complications de l’otite externe

A

otite externe maligne
périchondrite
abcès
récidives

65
Q

PC et ttt otite externe maligne

A

urgence diag et thérap
scan rocher
bilan infectieux

tri ATB IV anti pyocianique type C3G aminosides FQ
mastoidectomie
antalgiques, antipyrétiques, équilibration diabète
surveillance

66
Q

otoscopie d’une otite externe maligne

A

sténose du CAE

otorrhée verdatre et fétide

67
Q

innervation sensitive de l’oreille et etio d’otalgies réflexes

A

V
VII
IX
X

V : infection dentaire, tumeur bord de langue, lésion articulation temporo-mandibulaire

VII : PF a frigore, zona du ganglion géniculé

IX : RGO, angines, affection de l’oropharynx

68
Q

ttt cholestéatome

A

chir en semi-urgence
mastoidectomie avec exérèse des lésions cholestéatomateuses et tympanoplastie au decours
surveillance pdt 10ans (récidive)

69
Q

critères ACR de lupus

A
1 erythème malaire
2 lupus discoide
3 photosensibilité
4 érosions buccales
5 polyarthrite
6 atteinte séreuse
7 atteinte rénale
8 atteinte neuro-psy
9 atteinte hémato
10 AAN
11 anomalies immuno
70
Q

lésions cutanées du lupus

A

spécifiques :
aigu : vespertilio et plaques érythémato-squameuses des zones photo-exposées
subaigue : éruption annulaire polycyclique ou psoriasiforme de tronc et des membres avec respect du visage
chronique : lupus discoide , lésions bien limitées avec squames épaisses et atrophie centrale cicatricielle
érosions buccales

alopécie
livedo
purpura
érythème violine des paumes

71
Q

etio de BAV brutale avec oeil blanc et indolore

A
FO visible et anormal :
NOIAA
OACR
OVCR
DR rhegmatogène
toxo oculaire

FO visible et normal :
NORB
atteinte des voies optiques chiasmatiques et rétro-chiasmatiques

FO non ou mal visible :
HIV
hyalite

72
Q

composition de l’exam clinique oculaire

A
bilatéral et comparatif :
AV
segment antérieur à la LAF
TO
angle irido-cornéen à la gonioscopie
FO
oculo-motricité
73
Q

critères ACR de Horton

A
age sup 50 ans
céphalée localisée récente
artère temporale anormale
VS sup 50
BAT anormale
74
Q

biologie de Horton

A
sd inflam majeur :
VS sup 40-50
anémie et thrombocytose modérées
élévation de CRP, fibrinogène, hyper alpha2globulinémie
cholestase anictérique
Ac antiphospholipides
75
Q

complications du Horton

A

ophtalmo : NOIAA, OACR, NORB
neuro : AVC, AIT, neuropsy, PNP
cardio : sd de l’arc aortique, aortite, IA, infarctus
pulmonaire : toux chronique
MI : claudication intermittente, AOMI
rénal et dig : HTA, infarctus mésentérique

récidives
rechutes avec corticodépendance
ES de la CTC

76
Q

sd de l’arc aortique

A

claudication MS
asymétrie tensionelle et de pouls
acrocyanose

77
Q

grandes causes d’hématurie

A
uro :
lithiase
IU
HBP
fistules artério-veineuses
néphro :
berger
alport
GNPStrepto
GNRP
PKR

trauma :
bassin
voies excrétrices
rénal

cancers :
rein
vessie
voies excrétrices
prostate

iatrogène :
surdosage en AVK

78
Q

FDR cancer du rein

A

tabac
professions exposées aux métaux lourds, solvants, amiante, pétrole
homme
sup 60ans
immunosuppresseurs
atcd perso et fam de cancer du rein
atcd transplant rénale
phacomatoses : VHL, bourneville, recklinghausen
dialyse sup ou égale à 3ans(dysplasie multikystique de l’IRC)
obésité
HTA

79
Q

sd de stauffer

A
cancer du rein
HM lisse indolore
absence de méta
cytolyse hépatique
leucopénie
diminution du TP et cholestase
80
Q

sg d’hypercalcémie à l’ecg

A
tachycardie
raccourcissement du QT
ondes T plates
augmentation du PR
tb du rythme cardiaque
81
Q

sd paraneo du cancer du rein

A
polyglobulie
anémie
hypercalcémie (PTHrp)
HTA
fébricule
sd de stauffer
sd de Cushing par sécrétion d'ACTH-like
82
Q

bilan pré-transfusionnel(détailler)

A

indication à transfuser
accord du patient, recueil des atcd de transfusion
examen clinique
Gp Rh (règles des 4x2) 2 techniques différentes, par 2 personnes différentes, sur 2 prélèvements différents réalisés par 2 personnes différentes
RAI
sérologies pré-transfusionnelles : VIH, VHB, VHC

controle ultime au lit du patient (beth vincent)

83
Q

CAT devant fièvre conséquente à transfusion

A

urgence, arrêt de la transfusion
examen clinique
ttt d’un éventuel choc
HC chez patient et sur CGR
Gp ABO et Rh sur patient et CGR
bilan bio complet (hémolyse, rénal, hémostase)
envoi des poches de CGR en bactério et immuno-hémato
déclaration à l’hémovigilance dans les 48h
rédaction d’une fiche incident transfusionnel à intégrer dans le dossier
ttt adapté
surveillance

84
Q

principale complication au long cours de transfusions répétée de CGR, comment la prévenir

A

hémochromatose secondaire

ttt préventif par chélateurs du fer
evaluation du rapport bénéfice risque avant transfusion

85
Q

apports caloriques recommandés chez homme et femme

A

en Kcal par j

homme :
inf 40ans : 2700
sup 40ans : 2500

femme :
inf 40ans : 2200
sup 40ans : 2000

86
Q

apports de fer recommandés

A

10mg par j

87
Q

composition d’une enquête alimentairee

A

QICH

questionnaire de fq : on note sur liste pré-établie la fq de consommation des aliments
interrogatoire alimentaire : on note aliments des dernières 24h
carnet alimentaire : on note les aliments sur une semaine en temps réel
histoire alimentaire : questionnaire de fq et interro

88
Q

modalités de prescription d’une cure thermale

A

Se fait par le médecin traitant :
nécessité de démarche préliminaire auprès de la CPAM (entente préalable) sauf dans accident travail, MP, cure avec hospit, cure à l’étranger
sur simple ordonnance ou sur formulaire délivré par la CPAM
précisant : la station choisie, la ou les orientations thérapeutiques choisies et le médecin correspondant
le patient envoie le formulaire au plus tard 4S avant début de la cure
reste à la charge du patient :
frais de logement
frais de transport
frais de bouche
ticket modérateur

89
Q

durée de cure thermale, fréquence habituelle

A

3S comptant 18j de soins obligatoires

par an pdt 3ans suivies d’une pause d’1 an, puis reprise d’une seule cure ou d’un nouveau cycle

90
Q

consultations pdt la cure thermale

A

3 remboursées à 70% par la SS :
d’admission le 1er j avec détermination des soins
mi-cure
fin de cure

91
Q

CI à la cure thermale

A
toute affection sévère aigue
infections
ID
cancer ou hémopathie évolutive
IC
IRénale
IRespi
défaillance viscérale
rhumatisme inflam en poussée
affection psy sévère
dermatose sévère non cicatrisée
92
Q

circonstances favorisant la iatrogénie

A
age
atcd d'accidents iatrogènes
polypathologie
IRénale ou IH
polymédication
IM
inobservance
93
Q

sd canal carpien : 2 tests diag typiques et etiologies

A

sg de tinel : reproduction des douleurs à la percussion de la face palmaire du poignet
test de Phalen : reproduction des dl à la flexion prolongée du poignet

Hyppolyte Dit A Paul : Travaille Gros Idiot

Hypothyroidie
diabète
amylose
polyarthrite rhumatoide
maladie professionnelle
grossesse
idiopathique
94
Q

PEC de la polyarthrite rhumatoide

A

ambu, le plus précocément possible avant de sortir de la fenêtre thérapeutique
globale et pluridisciplinaire

ttt des crises :
antalgiques de palier adapté : paracétamol, AINS
infiltration de CTC
CTC systémique : après avis spé, courte, a dose minimale efficace dont le but est de ttt la poussée, pas un ttt de fond

ttt de fond : méthotrexate 1 fois par semaine PO après bilan préthérap en l’absence de CI associé à des folates
discuter biothérapie par anti-TNF alpha

mesures associées :
info et education patient
kiné
ergothérapie : confection d’orthèse à visée antalgique
ALD, 100%
SP
Arrêt travail, discuter reclassement professionnel

Surveillance

96
Q

manifestations extra-articulaires de la polyarthrite rhumatoide

A

AEG
nodules rhumatoides
ADP
vascularite rhumatoide
Sd sec secondaire
cardiaque, 3 tuniques possibles
rénale : amylose AA, GEM
pneumo : nodules rhumatoides, DDB, sd interstitiel, épanchement pleural
ophtalmo : sclérite, épisclérite, xérophtalmie
hémato : anémie, sd de Felty (PR, SM, leuconeutropénie), lymphocytose à larges lymphocytes granulomateux (pseudo-felty)

97
Q

léflunomide : CI, ES, surveillance

A
CI :
ID 
infection grave
IH
IRénale
GG, allaitement

ES :
hépatite
HTA

surveillance :
BH
creat

98
Q

sg clniques faisant évoquer une polyarthrite rhumatoide (EULAR)

A
RM sup 30min
durée d'évolution sup 6S
arthrite d'au moins 3 articulations
squeeze test positif
atteinte symétrique
99
Q

tests permettant de localiser l’atteinte d’une PFP

A

electrogustométrie et test de Blatt :
en amont de la corde du tympan

réflexe stapédien : en amont du nerf du muscle de l’étrier

test de Schirmer : au ganglion géniculé ou en amont de celui-ci

testing musculaire : si isolé en aval de la corde du tympan

100
Q

portions du nerf facial periph

A

sortie du noyau jusqu’au ganglion géniculé : glande lacrymale

du ganglion géniculé au nerf du muscle de l’étrier : réflexe stapédien

du nerf du muscle de l’étrier jusqu’à la corde du tympan : bourgeons du gout de la langue et glandes sous-maxillaires et sous-mandibulaires

corde du tympan aux muscles de la face : motricité des muscles de la face

101
Q

déformations classiques de la polyarthrite rhumatoide

A
mains :
déviation cubitale en coup de vent
col de cygne
boutonnière
maillet ou marteau
pouce en Z

poignet :
luxation de la styloide ulnaire : aspect en touche de piano